AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Words [PV Ambros]
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Words [PV Ambros] Mer 13 Juil - 17:06

 Words

feat. Ambros L. Sean
music


Il était un peu plus de minuit quand tu étais rentré dans votre chambre commune, faisant le moins de bruit possible car tu ne savais pas si oui ou non il dormait. Alors tu étais rentré, silencieusement, et à la lumière de ton holokit tu étais allé dans la salle de bain, acceptant avec plaisir l'eau froide coulant sur tes épaules rouges une fois dans la douche.

La soirée avait bien commencé. Très bien, même. Mieux que tu ne l'aurais pensé. Après tout, c'était toujours la guerre froide entre ton colocataire et toi, c'était même pire depuis l'épisode de l'infirmerie, et il t'était impossible de rester dans la même pièce que lui sans te sentir mal pour lui, et pour toi. Surtout pour toi. Alors tu avais un peu fuis le problème, te trouvant bien faible sur le coup, te trouvant bien puérile depuis ce fameux jour. D'habitude, tu ne fuyais pas. Tu te confrontais au problème, à la situation, tu trouvais toujours une solution, une vraie, une durable de préférence. Mais ces temps-ci, la seule solution que tu avais trouvé, c'était la fuite.

Fuir, fuir, fuir. Fuir encore et toujours.

Fuir jusqu'à ce que ta rancune passe.

Fuir jusqu'à ce que tu puisses passer outre.

Fuir jusqu'à ce que ton corps ne te hurle plus de le haïr.

L'eau coule depuis trop longtemps sur tes épaules, ton dos et tes poignets, rougis par le froid et ta partie de jambe en l'air. Tu te sèches, te maudis silencieusement d'avoir oublié de prendre ton caleçon et tu sors en serviette.

L'une des pires idées que tu aies eu depuis un bon moment.

Car, sans le savoir, la confrontation que tu évitais depuis un moment allait se produire. Et se battre à poils était loin d'être la meilleure chose à faire.  


HRP : Dis moi si quelque chose te va pas et je changerai ♥



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 215
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Words [PV Ambros] Sam 23 Juil - 18:48
Minuit, c’est l’heure du crime, de tous les dangers, de tous les péchés. Ta mère racontait ce genre de connerie quand elle rentrait dans les meubles à moitié ivres ou dans les bras d’un inconnu quelconque à cette heure-ci. Qu’importe que minuit soit une heure du matin ou bien six heure de l’après-midi. Il était toujours minuit heure du crime à ce moment-là pour elle et pour toi aussi. Ton sommeil c’était habituer à être gêné par les retours soit disant silencieux et tardif, il ne savait plus rester endormie et tout ton corps de lui-même se m’était en mouvement pour s’occuper de ta mère qu’importe son état du moment, parce que c’est ce que tu faisais de mieux à minuit.

Ambros se leva de son lit les yeux à moitié ouvert et l’esprit tellement loin de cette chambre qu’il ne pensa pas une seule seconde à mettre ses lunette ou bien à allumer la lumière pour ce qu’il allait suivre. Si Serena prenant une douche à peine rentré c’est que la soirée avait dû être des plus mauvaises. Il espérait au fond de lui ne pas avoir à subir une de ses crises de larmes ou encore pire, ses faux sourires qui le blessait par leurs simple présence. Il attrapa un T-shirt dans son armoire, un trop grand, un peu usée, un qu’il connaissait par cœur au simple toucher, ceux qui rassurait sa mère. Tout allait bien. Il s’avance doucement vers la salle d’eau sans même se dire que l’agencement de la pièce est bien loin de celui de la maison, ce n’est pas important cela.

La porte s’ouvre et tu fermes les yeux à la lumière de la pièce. Tes bras s’ouvre instinctivement et tu prends le corps de ce que tu penses être ta mère dans tes bras doucement comme si c’était une poupée de porcelaine et tes lèvres embrasses même furtivement son coup pour la rassurer d’avance avant de lui enfiler rapidement le haut sur elle. T'as foiré ta magie semblerait-il à ce que tu arrives à ressentir. Pas assez de poitrine pour que ça soit son corps féminin. Peut-être l’explication de la douche. Toujours les yeux à moitié fermé et avec ton sourire le plus doux que tu ne lui accorde que à elle tu lui souffle simplement.

« Tout vas bien aller maman, je suis là. »

Il faudrait peut-être maintenant qu’il se réveil un peu et ouvre les yeux pour comprendre que la personne entre ses bras est tout sauf sa mère. Comme si sa relation avec Rory avait besoin de cela en plus.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Words [PV Ambros] Mer 27 Juil - 15:51

 Words

feat. Ambros L. Sean
music


Violente.

L'étreinte est violente, brutale, sans que tu ne t'en rendes vraiment compte. Tu l'as vu arriver, tu l'as vu venir vers toi dans la pénombre, mais tu t'es dis qu'il allait utiliser la salle de bain, garder cette distance entre lui et toi, cette distance qui est obligatoire entre vous, parce que tu l'as dis, parce que tu l'as ordonné.

Tu as donné les ordres.

Et il les suit.

Il les a toujours suivit, alors pourquoi... pourquoi ce soir, cette nuit ? Tu vas pour le repousser, brutalement, violemment, implacablement, quand sa voix coupe le silence glacial.

Tout va bien aller maman, je suis là.

Tes mains se posent sur sa taille, parce que tu ne peux pas les poser autre part que sur sa taille vu comme il t'enlace, et tu le repousses, ta voix soudain froide, ta bonne humeur des quelques heures précédentes envolée :

— Réveille toi, Sean. J'suis pas ta mère.

Le nom de famille est sorti tout seul. Tu mets de la distance, de plus en plus. Mais il a pas l'air vraiment réveillé, pas vraiment présent, alors tu essaies d'être calme, posé. Tu recules d'un pas, ou deux.

De la distance.

Tes bras se croisent sur ton torse et, après un moment, tu tiens la serviette d'une main. Pour le cas où.

Magnifique.

Et, là, en serviette devant Ambros, le torse avec quelques bleus, le dos avec quelques griffures, tu te dis que ça ne peut pas être pire.

Ca ne peut vraiment pas être pire. 


HRP : Un peu beaucoup de retard à cause des vacances :/
J'espère que ça te va ♥




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 215
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Words [PV Ambros] Lun 1 Aoû - 13:20
Réveille-toi.

Même au masculin ce n’était pas la voix de ta mère.

Sean.

Jamais sa mère n’utilisait leur nom de famille respectif pour l’appeler, même en colère. Non, c’était le patronyme de son père qui sortait à ce moment-là. Rien que ses deux mots lui firent l’effet d’une puissante douche froide en pleine face. Son esprit quitta le pays des songes pour le coup de façon assez brutal et le retour sur terre n’était pas des plus agréables. Encore complétement désorienté il regarda franchement face à lui et cette fois vis clairement Rory face à lui et non le simulacre de sa mère.

« Merde. »

Tu l’a sens cette envie de vomir qui te prends au ventre ? Tu as envie de t’excuser, de lui dire que tu ne voulais, mais à quoi bon ? Il ne va pas les prendre tes putains d’excuses et puis t’étais à moitié endormie, rien dont tu ne te sente coupable. Pourquoi rien n’était jamais simple entre vous, même les rentrer nocturne ? Le karma peut-être. T’avais dû faire du mal à un temple grec pour que ta relation amicale tourne ainsi. C’est tellement plus simple d’accuser le karma que de s’en prendre à soi-même. Ce n’est pas important. Tes yeux suivent la courbe de ton colocataire et surtout les marques sur sa peau.

« Ce n’est pas moi qui est laissé ses marques n’est-ce pas ? »

Ambros était un peu trop dans le flou pour savoir exactement ce qu’il avait fait ou non, même s’il venait d’avoir l’esprit plus clair pour comprendre que son ex-ami n’était pas sa mère, toutes les pièces pas encore emboiter ou même simplement présente. Il ne savait pas trop sur quel pied danser. Instinctivement il se rapprocha doucement pour vouloir toucher les marques et les effacer de sa magie, mais après le premier pas en avant il se stoppa complétement. Les souvenir de l’infirmerie reviennent et il n’arrive pas à déterminé si Rory est contre tout soin magie ou simplement contre ses migraines. Puis un autre point reviens, il n’avait pas le droit à la parole ou à le toucher non plus. Il n’avait pas retiré ça non plus. Il ouvre la bouche.

« Je… Tu … Enfin … »

Bravos, c’est constructif comme son ça. Tu lâches un soupir et serres les poings. Toute cette situation t’énerve, même encore à moitié endormie. Puis il y a toujours cette question qui te tourne en tête en plus. Celle pour toi. Celle que tu te poses à chaque fois que tu retournes dans votre chambre. Est-ce que tu as encore le droit de te parler tout seul ? Peut-être pas vue que ça rappel ta présence ici, ça t’empêche de fuir aussi.

« Pourquoi je suis encore ici ? »

Seulement voilà, à force de se la poser en boucle dans sa tête le blond fatigue et la phrase sort de ses lèvres. Tout cela le fatigue, ça tête lui ferais presque mal à force de se prendre le choux pour savoir comment agir ou non, de comment ramper encore plus bas de ce qu’il pense le faire. Il baisse les bras et fait un pas de recule sans retourner à son lit en fixant Rory. Est-ce que fuir encore maintenant changera quelque chose ? Il aimerait bien qu’on mette fin à cela, il voudrait récupérer son ami, il voudrait remonter le temps, il voudrait aussi la paix dans le monde, mais on n’a pas toujours ce que l’on voudrait dans la vie.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Words [PV Ambros] Lun 1 Aoû - 15:26

 Words

feat. Ambros L. Sean
music


La violence de tes mots était plus difficile à avaler pour lui que tu n'aurais pu le penser. La violence de ton retrait, de ta distance, était plus horrible pour lui que pour toi, car tu lui faisais penser que tout était de sa faute. Que ta rancune, ton désintérêt, que tout ce mélange venait seulement de sa stupidité, de ses innocentes questions. Tu lui faisais croire tout ça, alors qu'en fin de compte, il y avait une part d'ombre dans tout ça : tu n'arrivais juste pas à voir la vérité en face. Il t'avait mis le nez dans ta merde, et tu le repoussais de toutes tes forces à cause de ça.

Le juron te fait lever les yeux au plafond. L'exaspération vient sillonner tes veines, un soupir presque amusé vient passer la barrière de tes lèvres.

— Ce n’est pas moi qui est laissé ses marques n’est-ce pas ?
— Nan.

Tu as répondu au tac au tac, vite. Il avance d'un pas, tu recules d'un. Tu ne fuis pas. Tu ne veux juste pas qu'il t'approche, et tu n'es pas véritablement prêt pour parer ses attaques.

Lui. Toi. Enfin.

Il soupire, serre les poings et tu le regardes faire son manège. Tu ne comptes pas le pardonner, même s'il n'y a, théoriquement, rien à pardonner. Ce n'était que des questions, que des suppositions. Tu soupires à sa question, plus posée pour lui-même que pour toi et tu hausses les épaules. T'en sais rien. Il n'avait pas trop le choix non plus, on ne pouvait changer de chambre que pour une raison valable. Le "je me suis disputé avec mon colocataire" était loin d'être une raison valable.

Tu pourrais t'habiller, mais tu as peur qu'il prenne ça comme une fuite, qu'il interprète ça comme si tout était définitivement fini, perdu. Et non, ce n'est ni fini, ni perdu, c'est juste... en suspend. T'es juste pas encore prêt à accepter toutes ces questions dont tu ne connais toi-même pas les réponses.

— Ecoute je t'en veux pas. Enfin. Si, je t'en veux, okay ? Vraiment. Ca m'a foutu en rogne, et quand j'y repense ça me fout encore en rogne mais...

Tu te stoppes, passes une main sur ta nuque. T'es pas un gars méchant, Rory. Tu ne fais pas du mal pour le plaisir de faire du mal, le voir dans cet état te fait du mal, ça te met mal à l'aise, aussi, inconfortable.

— Je peux passer au-dessus.

Tu peux, oui. Tu peux passer outre. Tu n'oublieras pas, tu ne pardonneras pas, non. Mais tu peux lui donner une autre chance. Même si t'as merdé aussi, même si t'aurais pas du réagir aussi excessivement. Mais tu pourrais.

Oui, tu pourrais passer outre. 


HRP :



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 215
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Words [PV Ambros] Mer 10 Aoû - 20:27
Tout va bien se passer. Écoute-le, s’il te plait. Tu n’es pas responsable de ses marques. Tu n’y es pour rien du tout. Encore heureux pour ta propre conscience. Ecoute le bien. Tout va bien aller. Il te le dit même là qu’il ne t’en veut pas. Il c’est peut-être repris pour minimiser ses propos, mais tout vas aller mieux à partir de maintenant ? Non ? Il va te pardonner après tout, aller par-dessus de cela comme il le dit si bien. Tu devrais reprendre ton souffle, être soulager, revivre, repartir te coucher peut-être aussi. T’aurais peut-être dû ressentir tout cela, mais à la place ses mots, dans sa bouche à lui, semble frapper dans ton estomac. Pourquoi est-ce que tu ne veux simplement écouter le principal de cette discussion et oublier tous les détails qui parasitent ta logique ?

Pourtant rien n’est simple dans sa tête. Tout se mélange, tout s’embrouille. Sa respiration se coupe littéralement à la fin de la dernière phrase de Rory comme pour couper son cerveau du monde pour le moment et ne pas analyser la phrase, c’est trop surnaturel là tout de suite pour que ça soit réel. Ça ne colle pas. Rory ne pardonne pas, passer au-dessus de sa faute c’est du pardon en quelque sorte ? Oui ? Non ? Est-ce que c’est ce moment où il doit demander qu’elle soit la vraie faute qu’il a commise à part un excès de curiosité pour recevoir autant de haine ? Certainement pas pourtant ça lui brule les lèvres, presque autant que son souffle qui reste bloquer là.

Doucement, mais surement ta trachée te brûle. C’est douloureux, pourtant maintenant tu ne sais plus si toute cette scène est réelle ou non. Ton corps en tout cas décide que vivre est plus important que ton traumatisme d’être perdu en tout ce que tu ne comprends pas aussi proche du réveil. La première goulée d’air et douloureuse, presque autant que son absence juste avant. Ta respiration est saccadé, irrégulière et ton corps tremble de la tête aux pieds. Un rire nerveux sort de ta bouche alors que tes jambes décident que tu seras mieux au sol à avoir des soubresaut de rire jaune et de respiration saccader, tu en serait presque à pleurer si ça ne demandait pas de comprendre un peu plus la situation. Entre deux crises de ricanement, geignement douloureux et respiration rapide tu craque simplement sans faux semblant. C’est pas réel tout ça.

« Fais chier ! Je suis vraiment désolé. Pourquoi la nuit ne peut pas me laisser respirer et ne pas y penser ? Hein ? Pourquoi il faut que tu hantes mes songes avec des excuses que je n’aurais pas ? Je peux pas plutôt être dans un temple remplit de chèvre et de macaron ou n’importe quoi d’autre ? »


Il est à deux doigts de pleurer. Décide de simplement se relever du sol pour avoir un minimum de dignité dans se semblant de songe, alors que sa respiration est encore plus laborieuse après son éclat de voix. Maintenant il va juste s’éloigné de cette chimère de Rory qui se trimbale en serviette. Parce que merde s’il commence en plus à fantasmer sur lui c’est vraiment qu’il touche le fond. Peut-être qu’il l’a touché, mais qu’il creuse encore. Demain il ira voir la direction pour avoir des explications de comment changer de chambre. Ça sera plus prudent pour Rory, il ne voudrait pas lui sauter dessus en crise de somnambulisme ou il ne savait quoi d’autre. Tout cela était parfaitement ridicule.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Words [PV Ambros] Mer 10 Aoû - 20:51

 Words

feat. Ambros L. Sean
music



Il y a comme un moment de silence, ce genre de silence qui te rend mal à l'aise, vraiment. A un point où tu détournes le regard, à un point où tu te racles la gorge, où ta main libre vient frotter ta nuque avec nervosité. Tu peux comprendre que l'idée de passer outre peut être surprenante, surtout venant de toi. Parce que tu ne pardonnes pas, Rory.

Oh non, tu ne pardonnes pas, tu ne pardonnes jamais. La rancune est tellement tenace, avec toi. Elle te colle à la peau avec une force que tu ne peux combattre. Tu l'enlaces avec force, ne la laisses pas partir et elle, elle, cette vile chose, elle s'insinue en toi de jour en jour, ne te laisse jamais en paix, ne laisse jamais tes proches en paix. Elle est là, violente et intrusive, ne te laisse jamais en paix et en échange, tu ne la laisses jamais en paix non plus.

Pourquoi tu devrais le faire, après tout ?

Tu le vois commencer à paniquer. Ou du moins, ça ressemble vraiment à une crise de panique. Sa respiration se saccade, ses épaules se secouent sous les hoquets, les rires paniqués, jaunes. Et puis, avant que tu n'aies le temps de faire quoique ce soit, il s'effondre au sol et tu ne peux que l'accompagner dans sa chute car ta main a quand même réussis à attraper son épaule. Tu regardes la porte, toujours debout, toujours ta main accrochée à son bras, sans savoir quoi faire et aller chercher de l'aide en serviette c'était pas vraiment une bonne...

— Fais chier ! Je suis vraiment désolé. Pourquoi la nuit ne peut pas me laisser respirer et ne pas y penser ? Hein ? Pourquoi il faut que tu hantes mes songes avec des excuses que je n’aurais pas ? Je peux pas plutôt être dans un temple remplit de chèvre et de macaron ou n’importe quoi d’autre ? 

Oh. Peut être pas si paniqué que ça, en fin de compte. Tout est bizarre. Il est persuadé de dormir encore et toi, toi tu es bien éveillé, pourtant. Il se redresse et tu l'aides un peu, sans vraiment t'en rendre compte. Bon.

Bon.

Ce n'était pas une bonne idée, mais tu ne voyais que ça comme solution.

Tu prends une inspiration, courte mais suffisante. Puis le son de la claque résonne dans la chambre. Tu ne donnes jamais de claque, Rory, tu donnes des coups de poings, des vrais, de ceux qui font mal. Tu ne donnes pas des claques pour remettre les idées en place, mais il n'est pas en état de se défendre, il n'est pas en état d'esquiver. Alors la claque t'a semblé être une bonne idée.

— Tu ne rêves pas. Je suis vraiment là et je ne m'excuse pas. J'ai pas à m'excuser pour quelque chose que tu as dis.

Le verbe demander serait plus exact.

— Mais t'es mon pote Ambros, et tu vas mal, alors je suis prêt à passer au-dessus. Pas à te pardonner, mais à passer au-dessus.

Ta main légèrement rougie sur le coup passe dans tes cheveux à peine humide et les emmêle. Et dire que tu voulais juste te coucher tranquillement et ne pas avoir de problème : tout le contraire, tu étais en train d'avoir une discussion, à poil, avec ton coloc qui était persuadé d'être dans un rêve.

Magnifique Rory.

Et puis, qu'est-ce que tu irais foutre dans son rêve ?! 


HRP :



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 215
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Words [PV Ambros] Mar 16 Aoû - 16:50
T’es pensée s’embrouille encore, ta crise de panique n’est pas passé, juste la partie hystérique, maintenant tu as l’après, le moment où ta tête lâche. Tes nerfs ne savent plus vraiment quoi faire et tes neurones ne font pas les bonnes connexions, tu n’as même plus conscience de ce songe trop vraie, trop faux, tu ne sais plus, t’es même pas perdu. T’es plus là simplement. Tu sais même plus ce que tu as hurlé, si ça avait un sens, si tu hurlais sur toi ou sur Rory. Ça te dépasse parce que tu prends tout cela beaucoup trop à cœur, comme beaucoup trop souvent, comme tout ce qui touche les autres. Comme tout ce qui touche ce qui est proche de toi. C’est bien cela que Rory était un proche de toi ? C’est bien pour cela que tu fantasme sur lui en serviette ? T’a déjà fantasmé sur quelqu’un ? Est-ce que c’est important là tout de suite ? Qu’est-ce qui est important là ? Tu sais même plus.

Perdu dans son monde il ne regarde plus vraiment Rory. Est-ce qu’il l’a vraiment regardé de toute façon mise à part ses marques sur sa peau ? Certainement, avant de ne plus savoir où il en était, pas longtemps en somme. Pourtant quand la claque retentit sur sa joue et que la douleur se met à courir en lui là il le regarde bien après coup. Là la crise est partie, bien loin, encore un peu frémissante sous la peau, mais trop loin pour revenir. Comme le sommeil d’ailleurs. Ambros porte une main à sa mâchoire en la massant doucement en écoutant en silence la voix de son colocataire lui vriller les tympans. C’est agréable quelque part, il a de nouveau les pieds sur terre.

Tu le regarde franchement et malgré le rouge de honte qui te monte aux joues pour ce que tu as pu sortir de ta bouche pendant ta crise de panique tu souris doucement. Tout va bien aller. Vraiment. Ça vas être long, pas agréable, mais Rory viens de dire tout de même que tu es son pote et rien que cela ça te fais du bien. Tu le prendrais presque dans tes bras si tu ne savais pas que ça serais un peu trop tôt. Pas le moment, pas après tout cela. Tu as envie de t’excuser de ta crise de panique, mais ça servirais à quoi franchement ? De toute façon il ne te la pardonnera pas, comme le reste, là il passe par-dessus, pour cette fois et cette unique fois. Tu veux pas gâcher tout cela avec des mots en trop, mais tu veux lui prouver que cette fois tu as compris vraiment, que tu es là et que tu ne vas repartir en hystérie tout de suite. Un seul mot sort de ta bouche le plus naturellement du monde.

« Merci. »

Le mot est sorti comme un soulagement et même si sa joue lui fait mal ça fait du bien dans tout le reste de son corps. Il a l’impression de pouvoir respirer à nouveau, ce n’est pas comme avant, ça ne sera jamais comme avant, mais ça ira mieux. Doucement il reprend contenance et sourie doucement.

« Tu veux que j’aille te cherche des affaires ? Que je mette de la pommade sur tes marques ? Un massage ? Un chocolat chaud ? De la musique ? N’importe quoi ? »

Les demandes sont faites tout doucement, presque murmurer, un peu plus fort pour être certain qu’il entende tout de même, mais dans un calme qui représente assez bien celui qui est de nouveau en toi maintenant. Par contre il en une demande qui te brule les lèvres, mais que tu ne poseras pas. Celle de savoir tu peux avoir un câlin pour t’assurer que vous allez vraiment passer au-dessus de cela tu te la garde. Il y a tout de même un constat qui te viens et qui sort tout seul.

« Cela m’a manqué de ne plus savoir que je pourrais compter sur toi comme un ami. Je vais attendre que tu sois prêt, je vais vraiment attendre cette fois, je ne ferais plus de faux pas. »

De toute façon tu n’as plus le droit, c’est fini. Tu le sais, c’est comme hurler depuis le début et ça t’effraie un peu trop, mais pas tout de suite. Plus tard tu auras le temps d’avoir peur. Pour le moment Rory est là et tout vas aller bien.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Words [PV Ambros] Mar 16 Aoû - 17:18

 Words

feat. Ambros L. Sean
music



Ca a eu le mérite de le calmer, de détendre ses muscles, de le faire taire. Il te regarde, te fixe et tu soupires, las, fatigué. Tu n'as envie que d'une chose : dormir. Tu chasses son remerciement d'un geste de la main et tu vas te dirige vers ta commode pour chopper caleçon et short pour dormir. Sa voix te coupe alors que tu as tes affaires dans une main et tu le regardes, surpris.

— Tu veux que j’aille te cherche des affaires ? Que je mette de la pommade sur tes marques ? Un massage ? Un chocolat chaud ? De la musique ? N’importe quoi ?
— Hé, j'suis grand okay ? J'peux me débrouiller tout seul. Et non, j'ai besoin de rien, va dormir Ambros, moi j'vais pas tarder.

Et alors que tu repartais pour aller t'habiller dans la salle de bain, sa voix te coupe encore. Tu te stoppes, courbes légèrement la nuque et tu t'empêches de répondre qu'il a pas fait de faux pas, que finalement, c'est toi qui a réagit trop fort, trop violemment, qu'il n'a fait que poser des questions innocentes et que ce n'était pas grand chose, finalement. Pas grand chose de bien grave, pas grand chose de bien méchant.

— Laisse tomber et va te coucher, on en reparlera un autre jour, là j'suis mort.

Tu rêvais de dormir, de t'enfoncer dans les draps et de ne plus bouger, de t'étaler en étoile de mer et oublier cette conversation un peu bizarre, un peu déroutante. Demain, ça ira mieux.

Demain, vous pourrez en discuter au calme.

Peut être. 


HRP : Bon j'espère que ça te va c'est carrément méga court ;;
Tendresse ♥




Voir le profil de l'utilisateur
Words [PV Ambros]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Shinrin Yoku :: HRP :: Archives :: Rp terminés-

Sauter vers: