AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Elastic Heart [PV Eden]
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Elastic Heart [PV Eden] Jeu 4 Aoû - 23:27

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



Il n'y avait pas un seul bruit, autour de vous. Seul le silence continu de la nature vous entourait. Vous ne parliez pas, ni l'un, ni l'autre. Vous étiez juste là, côte à côte, à monter les marches pour aller au temple. C'était une sortie prévue depuis un petit moment, déjà. Une sortie que tu avais toujours eu envie de faire, mais tu n'avais jamais vraiment trouvé la personne avec qui y aller, et y aller seul ne te disait rien.

Tu avais l'impression qu'il fallait aller dans ce genre d'endroit avec quelqu'un.

Quelqu'un de spécial.

Et Eden était spécial.

Dans sa façon d'être, par rapport à l'amour qu'il donnait, si différent du tien. Tu aimais les autres, oui, mais pas de sa façon à lui. Il semblait distribuer de l'amour comme on pouvait distribuer des bouteilles d'eau à des coureurs de marathons. Il distribuait l'amour comme on donnait des sourires à des enfants. Il distribuait l'amour comme personne, créateur de tendresse et de sensibilité, forgeur de bouclier contre la haine, défenseur et porte-parole de toute cette affection que personne n'aurait pu répandre comme il le répandait. Il semait les graines de la tendresse, les faisait pousser par son sourire, par sa gentillesse.

Eden était unique.

Incomparable aux autres.

Il était de cette transcendance que tu ne comprenais pas, toi qui te voyait comme les autres, pas si différent. Mais lui, lui était unique, et il faisait de chaque personne autour de lui plus unique qu'elle ne pouvait l'être, spéciales. Pour lui, pour les autres, pour elles-mêmes. Tu n'échappais pas à cette règle : avec lui, tu te sentais spécial, sans pour autant l'être plus que tu ne l'étais habituellement.

Tu atteins la dernière marche avec libération et tu te tournes vers lui, lui tendant la main comme il te l'a tendu la première fois. Et tu lui souris, de ce sourire dont il est le seul à avoir le droit.

— On est arrivé !

Et tu respires la joie de vivre, encore plus que d'habitude. Tu respires la joie de vivre et tout ce qu'il respire, car c'est avec lui que tu deviens meilleur que tu ne l'es.  


HRP : J'espère que ça te va, hésite pas à me dire si t'as besoin que je change quelque chose !
keurkeur ♥




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Ven 5 Aoû - 4:27
Rory V. Blaise & Eden A. Joly722 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?
Eden ne se souvenait même plus de comment ils s'étaient décidés. C'était presque parti d'un accord tacite, finalement, comme si les mots n'avaient pas été si utiles que ça entre eux deux. Eden aimait se balader et explorer, Eden aimait Rory, et Rory était venu se balader et explorer avec lui... Ou alors cela avait été l'inverse. Mais le résultat était le même : il était épanoui, grimpant les marches du temple une à une à quelques centimètres d'une personne qui lui était chère.

La montée était rude et, puisqu'il était en retrait, Eden se sentait obligé de guetter l'arrière de Rory, ses yeux dorés fermement agrippés à son dos. Il n'avait pas l'endurance de son camarade, malheureusement, il ne faisait pas assez de sport pour ça. Pourtant le sommet fut atteint plus vite que prévu, sans doute que regarder silencieusement le paysage avait accéléré le temps, d'une certaine manière. La nature aussi faisait de la magie, pour Eden.
On est arrivé !
Et il se sentit flotter, tout à coup. Le sourire que Rory lui accordait, la main qu'il lui tendait, à porté de ce sommet, tout le rendait plus léger soudainement. Naturellement, il se mit à sourire aussi, de ce sourire lumineux dont il avait du mal à se détacher quand il avait des personnes comme Rory à ses côtés.

Il lui prit la main, parce qu'il le faisait toujours. Eden, il aimait se sentir connecté avec ceux qu'il côtoyait, car dire "je t'aime", parfois, ça n'était pas suffisant. Les prendre dans ses bras à tout bout de champs, c'était encombrant, leur déposer des bisous sur la joue, c'était pour eux embarrassant. Mais saisir leur main et enrouler ses doigts dans les leurs, c'était comme se garantir qu'il était bien là, avec eux. Quand il tenait la main d'une personne chère, Eden, il se sentait vivant

Finalement, il se mit à courir -tout du moins à trotter, en vue de sa vitesse-, notamment pour séparer la distance qui les séparait et prendre une légère avance sur Rory, le tirant derrière lui, sa main dans la sienne. Avançant à vive allure, comme si la fatigue accumulée en montant toutes ces marches s'était envolée, il laissa échapper sa première pensée à travers ses lèvres.
Il faut absolument qu'on aille se recueillir !
Son sourire s'étira à nouveau, parce qu'Eden, il avait une idée derrière la tête, y'en a toujours une. Et puis, comme s'il savait que garder le secret plus longtemps était inutile, il s'arrêta dans sa course pour se tourner vers son ami et avouer de la manière la plus sincère possible :
Il paraît que si tu as un souhait, les esprits peuvent l'exaucer.
Il passa une main dans son épaisse chevelure blond, signe de cet embarras qui l'atteignait si peu normalement, puis il ricana légèrement, parce qu'Eden, il se sentait moins bête quand il riait, même si ça lui donnait parfois un air idiot. Ou peut-être pas. Eden, il voulait juste avoir l'air crédible, parce que Rory pour lui, c'était quand même quelqu'un. Rory, il forçait son admiration, comme beaucoup de personnes d'une certaine façon. Mais Rory, quand même, il avait ce quelque chose qui avait fait qu'Eden avait comprit que c'était quelqu'un de bien, mais surtout, quelqu'un devant qui il n'avait pas envie d'avoir l'air bête.

Et puis, merde, Eden il avait envie de croire que s'il faisait un vœu, il se réaliserait.

Alors il tira à nouveau Rory vers lui, les dirigeant tout deux vers l'Autel. Quand ils furent en face, Eden réalisa qu'il ne savait pas trop comment ça marchait. Devait-il appeler un esprit ? Prier ? Il ne connaissait pas trop ce genre de coutumes, lui, c'était bien la première fois qu'il venait dans un temple. Alors, il se tourna vers Rory, car la seule chose à faire dans ce genre de situations pour Eden, c'était de le regarder.

Sauf qu'au final, Eden, il fit plus que le regarder. Il sourit inconsciemment de cet air candide et chuchota:
Vas-y, fait un vœu.


hrp : J'espère que ça te va !    Désolée d'avoir un peu monopolisé l'action sur ce post, j'avais juste très envie de faire ça eeet voilà pardon.   J'espère que ça te plait quand même, je recommencerai pluuus.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Ven 5 Aoû - 11:43

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



Les doigts s'entrelacent et il avance, te dépasse, tirant ton bras légèrement et tu accélères le pas pour être plus proche de lui, pour ne pas être laissé derrière, inconsciemment.

— Il faut absolument qu'on aille se recueillir !

Tu hoches la tête, ton sourire restant scotché à tes lèvres comme s'il t'était impossible de l'enlever. C'était l'effet qu'Eden faisait. L'effet qu'il te faisait, plus particulièrement, mais ça, tu ne voulais pas encore te l'avouer. Tu ne voulais pas encore l'assumer. Tu ne voulais pas encore vraiment voir la réalité en face, voir que lui il était plus. Plus que ce que tu voulais bien lui accorder, plus que ce que tu voulais bien reconnaître, plus que les autres, tout simplement. Aussi important qu'Arata, mais d'une façon bien différente. Plus important qu'Arata, mais sans pour autant l'évincer de ta vie. Non, tout ça, tu ne voulais pas encore l'avouer, tu ne voulais pas encore le voir.

Il se stoppe devant toi et tu as un temps de retard, tu te cognes presque contre lui et tu laisses échapper un léger rire avant qu'il te confesse son petit secret.

Il paraît que si tu as un souhait, les esprits peuvent l'exaucer.

Tu y crois toi, à tout ça. Tu crois aux esprits, à l'âme après la mort, aux êtres chers qui sont toujours là, veillant sur vous, sur des générations et des générations. Tu y crois et tu acceptes le fait qu'ils puissent exaucer un de vos vœux, dans la mesure du possible. Tu y crois parce que c'est ce que ta mère croit, ce que ta sœur croyait, et tu veux espérer qu'elle est toujours là, prêt de toi. Tu veux croire qu'elle regarde Alana grandir. Tu veux croire que Marie est prêt de toi, à chaque pas que tu fais, et qu'elle te protégera si elle le peut. Tu veux y croire.

Son rire te fait sourire, il a l'air gêné, d'un coup, mais cela semble vite disparaître quand il te tire de nouveau vers le temple, plus proche de l'autel, proche de l'entrée. Tu prends le temps d'observer autour de toi, de détailler chaque branche d'arbre, chaque fleur épanouie. Et puis vous arrivez devant l'autel, et tu deviens soudain calme, posé, ton sourire disparaît. Après tout, c'était un temple, c'était un peu comme une église.

— Vas-y, fait un vœu.
— Tu ne veux pas en faire un ? lui demandes-tu en tournant ton visage vers lui, tes yeux verts l'observant.

Tu réfléchis à un vœu mais là, aucun ne te vient. Tes doigts se défont des siens et tu joins tes mains dans une prière silencieuse, tu fermes les yeux, réfléchis. Et tu souhaites le bonheur des gens que tu aimes. Car c'est la seule chose qui te tient à cœur pour le moment. Puis tes paupières se soulèvent et ta main vient retrouver la sienne.

— J'ai fais mon vœu !

Tu lui souris, tu lui tires même la langue, puéril.

— Tu me diras le tien ? 


HRP : C'est parfait, monopolises autant que tu veux ♥
j'espère que ça te va, hésite pas à me dire si quelque chose va pas
keurkeur ♥




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Ven 5 Aoû - 22:22
Rory V. Blaise & Eden A. Joly714 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?
Eden, il regardait Rory comme il en regardait peu. De ces grands yeux ingénus qui parcouraient son visage inlassablement, en quête de quelque chose, mais quoi ? Les yeux d'Eden, ils connaissaient le visage de Rory par cœur, parce qu'ils l'avaient détaillé un milliard de fois. Les yeux d'Eden, ils s'agrippaient trop facilement au sourire brillant de Rory, parce qu'ils voyaient toujours apparaître deux fossettes autour de ses lèvres. Les yeux d'Eden, ils aimaient se perdre sur cette peau légèrement bronzée, avec une envie de la toucher. Les yeux d'Eden, ils adoraient détailler les traits de ce visage si expressif. Finalement, les yeux d'Eden, ils finissaient toujours par s'ancrer dans les yeux verts de Rory.
Tu ne veux pas en faire un ?
Eden se pinça légèrement les lèvres, hésitant. Il ne l'avouerait jamais comme ça, mais tous les soirs il faisait un vœu, le cœur brillant. Il en changeait à chaque fois, car chacun avait le droit à sa part de bonheur. Alors il souhaitait une infinité de choses pour ses proches, et des tas de personnes qu'il connaissait à peine. C'était comme un petit rituel qui lui donnait bonne conscience, et une pointe d'espoir, cela dit, il ne savait jamais s'ils se réalisaient ou non.

Eden, il avait mille et un souhait en tête quand on lui disait d'en faire un, et il peinait souvent à choisir. Mais cette fois-ci, il songea que le choix serait vite fait.

Cette fois-ci Eden regardait Rory avec une forme de curiosité -et peut-être aussi un peu d'admiration- assez singulière quand ce-dernier lui lâcha la main. Eden, il avait toujours cet impression que Rory, il savait pleins de choses, et surtout plus que lui. Quand il le vit joindre ses mains en prière et fermer les yeux, il l'imita sans trop savoir quoi faire, alors il se récita son souhait mentalement.

Tout ce qu'il voulait, dans l'état actuel des choses, c'était que le souhait de Rory s'exauce, rien de plus. Il était venu avec lui dans un endroit tel que le temple, et rien que pour ça, il méritait qu'Eden lui accorde son vœu. Non, il méritait beaucoup, beaucoup plus. Eden aurait pu faire n'importe quoi pour Rory, gravir des montagnes, escalader des falaises, traverser la mer à la nage... Ou simplement escalader les marches d'un temple à ses côtés. C'était beaucoup, et à la fois si peu pour Eden.
J'ai fais mon vœu !
Le jeune homme finit par rouvrir les yeux en entendant la voix de son ami. Le sien aussi, il était fait désormais, et cette pensée fit flotter un léger sourire sur ses lèvres, différent de ceux rayonnants qu'il arborait d'habitude.
Tu me diras le tien ?
Eden se tourna précipitamment vers Rory, une moue boudeuse, voire contrariée sur le visage. Bien sûr, il ne l'était pas vraiment, car il en fallait beaucoup plus pour énerver Eden. C'était entre autre sa manière de plaisanter, d'envoyer des piques à son ami.
Et comment je fais, moi, s'il ne se réalise pas parce que je te l'ai dit ? Non, non, non, ce sera un secret ! Il marqua une pause, rêveur. Hmm, je te le dirai seulement si le tien se réalise !
C'était un bon deal, en sachant que si celui de Rory se réalisait, alors celui d'Eden aussi finalement. Ce-dernier commença à regarder les lieux plus en détail : le temple était majestueux, les arbres et la nature aux alentour somptueux. À vrai dire, les lieux étaient surtout impeccable, comme si la bêtise humaine quand il s'agissait de polluer la nature n'avait jamais réussi à atteindre les lieux. Presque émerveillé, Eden contempla l'endroit quelques instants.
Tu sais, ils disent que ce sont les esprits qui entretiennent les lieux. Tu crois qu'on pourrait... En voir un ?
Le regard d'Eden s'illumina de cette innocence et cette naïveté qui lui faisait pousser des ailes. Il ne savait pas trop à quoi ça pouvait ressembler, un esprit, mais en voir un, ça serait quand même le pied.

hrp : La fin est pas terrible désolée J'espère que ça te va quand même !


Dernière édition par Eden A. Joly le Ven 5 Aoû - 22:59, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Ven 5 Aoû - 22:51

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



Il se tourne vers toi, les joues gonflées comme celles d'un enfant et tu laisses échapper un rire alors que ton index vient appuyer sur une de ses joues pour l'embêter. Il prend la parole, te regardant avec cette moue boudeuse, et ton rire reste encore sur tes lèvres, léger, calme.

— Non, non, non, ce sera un secret !

A vrai dire, en lui posant la question, tu connaissais déjà la réponse. C'est exactement celle que tu lui aurais donnée s'il t'avait posé la question. C'est exactement la réponse que tu donnais à ta mère et à ta sœur quand elles te demandaient quel vœux tu avais fais en soufflant les bougies de ton cadeau de ton anniversaire. C'est exactement la réponse que te donnais Alana quand tu lui posais la question quand vous fêtiez son anniversaire. Après une légère pause, il reprend la parole et tu hoches la tête :

— Okay, deal. Faisons ça.

Pendant quelques instants, pendant quelques longues secondes qui s'éternisent, il regarde autour de toi et tu fais de même. C'est un beau paysage. C'est quelque chose que tu ne pouvais pas voir en Irlande. Oh, bien sûr, en Irlande, il y avait des forêts immenses, vertes à toutes les époques de l'année, sauf en hiver, quand la neige recouvrait les arbres si haut que vous aviez tous l'impression d'être des êtres minuscules entre ces troncs qui effleuraient le ciel. Les forêts irlandaises étaient protégées, majoritairement, et il y avait cette plénitude qui entourait chaque personne dès qu'on mettait les pieds dedans mais... la sensation que tu avais ici, avec le temple... c'était plus.

Juste plus.

Peut être aussi parce que tu étais accompagné, parce qu'Eden était avec toi et que son émerveillement était communicatif. Tu t'émerveillais car il s'émerveillait. Tu souriais car il souriait. Parce qu'il était là, tu étais totalement différent. Ou juste peut être un peu plus toi. Toi avant la transformation de Tsubasa, toi avant la mort de Marie. Toi quand l'âge adulte ne t'avait pas encore rattrapé du haut de tes quinze ans. Tu entrais dans l'enfance, tout en restant dans l'âge adulte. Un mélange que tu ne comprenais pas vraiment, que tu ne voulais pas comprendre. Tu étais juste bien, et c'était seulement ça qui était important.

— Tu sais, ils disent que ce sont les esprits qui entretiennent les lieux. Tu crois qu'on pourrait... En voir un ?

Un rire t'échappe, encore. Car son émerveillement, son innocence, tout ce qu'il est te fait sourire, rire, te rend tout simplement heureux. Ta main vient chercher la sienne avec automatisme, car vous le faites souvent, depuis le temps. Parce que ça en devient un besoin, au fil des jours, des semaines, des mois. Mais tu ne veux pas te l'avouer. Tu ne veux pas le remarquer.

Pas encore.

Pas maintenant.

— Mh... Je pense pas qu'on en verra un de jour. Faudrait venir la nuit !

Les esprits apparaissent la nuit, c'est bien connu.

— Oh !

L'idée arrive à ton esprit, et tu verrais presque l'ampoule s'allumer au-dessus de ta tête.

— On a qu'à revenir un jour, on achète une tente et on attend les esprits ! Enfin, s'ils veulent bien se montrer. Je pense pas qu'ils voudront, mais au moins tenter.

Non, sincèrement, tu pensais vraiment que c'était une bonne idée. Et puis, vous retournerez en enfance le temps d'un instant, avec votre tente, votre pique nique, vos lampes torches à attendre les esprits. Vous alliez sûrement vous endormir après avoir parlé pendant des heures, mais l'idée te plaisait bien.

Partir à l'aventure, tout en retournant en enfance. 


HRP : trop de cuteness ♥



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Sam 6 Aoû - 3:19
Rory V. Blaise & Eden A. Joly902 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?
Quand la main de Rory vint à la rencontre de la sienne, Eden la saisit fermement. Il n'avait pas une poigne aussi puissante que son ami, mais il avait cette fermeté tendre qui faisait qu'on ne pouvait s'en échapper, parce qu''il n'en avait pas envie. Et ses amis non plus, généralement.

Ses doigts s'agrippaient à ceux qu'il aimait, parce que c'était sa façon à lui de ne jamais les voir partir. Et puis il n'allait pas le cacher, Eden, il adorait sentir la chaleur de la main de Rory dans la sienne. C'était un des gestes les plus réconfortant qu'il ait pu recevoir depuis son entrée à l'académie, et une infime raison parmi une multitude d'autres qui faisait qu'Eden, il aimait Rory, encore et toujours.  
Mh... Je pense pas qu'on en verra un de jour. Faudrait venir la nuit !
Eden, malgré son visage parfaitement détendu, plissa doucement les yeux alors qu'il se faisait emporter par sa réflexion. Les esprits venaient-ils seulement la nuit ? Pourquoi ? Qu'est-ce qui les empêchait de venir le jour ? Et puis, surtout, comment Rory faisait-il pour savoir ça avec autant de certitudes ? Décidément, il savait des choses réellement insoupçonnées. Il était incroyable.
Alors, ça veut dire... Que les esprits nettoient la nuit ? Pourquoi ? Demanda-t-il doucement sur ce ton si innocent.
C'était sans doute un peu ridicule comme question, et pourtant, dans la tête d'Eden, ça lui semblait tout à fait pertinent. Eden, il trouvait une logique même là où il n'y en avait pas en temps normal. Eden, il s'en foutait finalement que ses questionnements sonnent ridicules, parce qu'il était sûr de ne rien rater lorsqu'il osait demander. Et, finalement, il osait toujours, parce qu'Eden, il avait quand même du courage. Même si paraître ridicule devant Rory lui faisait assez peur.

Et pourtant, parfois, il se demandait comment il faisait pour encore douter de ce qu'il pouvait dire devant son ami. Rory, il n'avait plus rien à prouver depuis longtemps car il l'acceptait comme il était, mieux : il l'aimait tout entier.

Et ça, Eden, rien n'aurait jamais pu le rende plus heureux. Rory l'acceptait, l'aimait, de la même façon que lui l'aimait, et l'emmenait même vers des idées, des images, des sons et des couleurs qu'Eden n'aurait jamais pu imaginer seul.
On a qu'à revenir un jour, on achète une tente et on attend les esprits ! Enfin, s'ils veulent bien se montrer. Je pense pas qu'ils voudront, mais au moins tenter.
Il y eut comme un écran blanc dans la tête d'Eden, puis un défilé d'images lui apparut clairement dans son esprit. Comme si en une phrase, Rory ravivait en lui plus de choses qu'aucun être sur cette Terre. Rory, il savait quoi dire et où toucher, quand bien même c'était peut-être inconscient. Avec Rory, Eden il se sentait plus qu'accepté, plus qu'aimé : il se sentait comprit.

Sans crier gare, il saisit l'autre main de Rory dans la sienne également libre, afin de pouvoir serrer les deux fermement contre sa poitrine, des étoiles pleins les yeux.
Oh mon Dieu, mais... Mais c'est une idée GENIALE ! Attends, on a le droit ? Non, attends.. On s'en fiche ! Rory, je t'adore, je t'aime, il FAUT qu'on fasse ça !
Et c'était pour des choses aussi simples que ça qu'Eden il aimait profondément Rory, de cette adoration naïve et sensible où sur une simple promesse d'aventure, il voyait le plus beau cadeau du monde, la plus belle preuve d'amour.

Puis Eden entendit un bruit et tourna brusquement la tête. Quelque chose d'incroyablement suspect pour lui dans un moment pareil, car un bruit, ici, ça lui semblait impossible. Il savait que ça ne pouvait pas être ce qu'il pensait, parce que Rory, il venait de lui dire qu'il était peu probable que ça arrive maintenant, en pleine journée. Et pour Eden, Rory, il avait toujours raison.

Mais Eden, comme d'habitude, il avait envie d'y croire. Même si cette croyance se basait sur un simple son.

Il commença à faire un pas en direction de la provenance du bruit, un cerisier légèrement en retrait par rapport aux autres, mais non-loin d'eux. Il n'eut pas le temps d'avancer plus que, finalement, deux oiseaux transpercèrent les feuilles de l'arbre et s'envolèrent paisiblement vers d'autres horizons. Les épaules d'Eden s'affaissèrent et il se tourna vers son ami.

Rory, fit-il en appuyant tristement son nom. J'ai cru que c'en était un. Je suis déçu.

Il était têtu quand il s'y mettait, le blondie. Il était bien plus facile d'insuffler une idée dans l'esprit d'Eden que d'en retirer une. Eden, quand il voulait y croire, il voulait y croire jusqu'au bout, contre vents et marrées.

Mais les petites déceptions, c'était aussi ce qui faisait partie de la vie. Sa seule consolation à l'instant, c'était son ami. Tout penaud, il vint pauser son front contre l'épaule du grand brun, en quête de réconfort.


hrp : Tu m'fais un câlin ? J'espère que ça te plaît ♥    
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Sam 6 Aoû - 10:57

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



Il te rend ta prise et ton sourire s'étire un peu plus. Toujours un peu plus. Car c'était toujours plus quand tu étais avec Eden. Plus innocent, plus amoureux, plus tendre, plus câlin. Juste plus. Eden, il était ce tout, ce plus, cet amalgame de sentiments que tu ne comprenais pas vraiment. L'affection que tu lui portais était si forte qu'elle ne pouvait pas être pervertie par qui que ce soit, par quoi que ce soit. Cet amour tendre que tu lui portais ne pouvait pas être perverti par toi, tout simplement, par tout ce que tu étais.

Et c'était quelque chose de bien plus précieux que ce que tu ne voulais l'avouer.

— Alors, ça veut dire... Que les esprits nettoient la nuit ? Pourquoi ?
— Pour ne pas qu'on les voit, pour qu'ils restent secret. Si tout le monde savait qu'il y avait des esprits, ce ne serait plus un secret. Donc ils vivent la nuit, quand nous, on dort.

Ta réponse est venue seule, sans même que tu n'y penses. Et du haut de tes dix-neuf ans, tu te demandes ce que ça ferait de retourner en enfance véritablement. Oublier que vous étiez dans une prison dorée, surveillés à chaque seconde qui passaient. Oublier qu'ils savaient tout de vous et que vous n'étiez ici qu'à cause de ce virus.

Tu chasses tes idées noires, ce n'est pas celles que tu veux avoir quand tu es avec Eden. Non, avec Eden, tu crois en tout ce que tu croyais en étant enfant. Avec Eden, tu crois que le monde est plus beau, plus heureux, plus joyeux qu'il ne l'est. Eden, il te fait croire aux êtres humains, à leur bonté, à leur amour. Eden, il arrive à te rendre heureux par sa simple présence, et son absence te ronge sans que tu t'en aperçoives. Eden, il est lumineux, brillant. Il est le soleil, illuminant son monde. Il est la personnification de l'amour, le poète des êtres humains. Il est l'Homme le plus pur que tu pourras rencontrer sur Terre. Il est l'or, l'argent le plus poli, il est candide.

Il y a un nombre incalculable de mot pour s'approcher de ce qu'est Eden, mais aucun mot n'arrive vraiment à le définir, à définir ce qu'il est. Aucune chanson ne lui arrive à la cheville, tu ne pourrais pas en trouver une qui lui conviendrait parfaitement. Il faudrait la composer juste pour lui.

Tu reprends la parole, puis il semble avoir une sorte de moment de réflexion avant d'attraper tes deux mains, avec cette force tendresse qui le caractérise si bien et tu laisses échapper un rire délicat, doux.

— Oh mon Dieu, mais... Mais c'est une idée GENIALE ! Attends, on a le droit ? Non, attends.. On s'en fiche ! Rory, je t'adore, je t'aime, il FAUT qu'on fasse ça !

Eden disait souvent qu'il t'aimait, parce qu'il aime tout le monde, Eden. Eden, il exprimait son amour avec des mots, des gestes. Eden, on était obligé de comprendre qu'il vous aimait. Eden aimait le monde comme personne. Toi... toi tu ne disais pas aux gens que tu les aimais. Tu le disais rarement, voire quasiment jamais. Tu le soufflais à l'oreille de ta mère, plus jeune, comme un secret, et maintenant, la seule personne qui y a le droit est Alana. Alana, qui rit à tes oreilles, qui te fait jouer à la dînette et qui te fait porter une couronne en plastique bien trop petite pour ta tête mais tu l'enlèves pas tonton hein t'es le roi tonton alors tu enlèves pas la couronne.

— On fera ça un weekend, promis.

Et puis, il lâche tes mains, se dirigeant vers un arbre qui a bougé, un arbre qui a fait un léger bruit. Tu le regardes faire, sans bouger, avant que des oiseaux s'envolent. Tu les suis du regard autant que tu le peux avant que la voix d'Eden n'attire ton attention.

La voix d'Eden attirait toujours ton attention, où que tu sois.

— Rory, J'ai cru que c'en était un. Je suis déçu.

Elle te briserait presque le cœur, cette voix. Tu aimerais chasser tout ce qui lui donne cette voix si triste, si déçue. Cette voix, elle te rend mal, elle te fait grimacer. Cette voix, tu la détestes. Il s'approche de toi, pose son front contre ton épaule et tes bras viennent l'entourer presque automatiquement, dans une étreinte forte, sans faille.

Dans une étreinte qui veut dire que tu ne l'abandonneras jamais.

Dans une étreinte que tu donnes à peu de monde.

Non pas parce que tu ne le veux pas, mais seulement parce que les autres ne sont pas Eden et que tu sais, au fond de toi, qu'il n'y a qu'Eden qui a le droit à ce genre d'étreinte forte et tendre, câline et délicate. Tu déposes un baiser sur sa tempe, tes doigts jouent avec les cheveux qui courent sur sa nuque dans un geste machinal sans pour autant mécanique.

Oh.

Tu chasses l'idée qui te vient en tête, coupes court aux divagations de ton esprit, et tu restes silencieux. A vrai dire, tu ne sais pas quoi dire, ce qui est presque un exploit, venant de toi. La parole est ton arme, les mots glissent avec une facilité déconcertante entre tes lèvres, normalement. Qu'ils soient méchants ou tendres, passionnés ou exaspérés, les mots s'échappent de ta gorge sans difficulté, habituellement. Mais ici, maintenant, les mots n'ont pas vraiment leur place. Tu aimerais dire quelque chose mais tu ne sais pas quoi. Tu as l'impression que les mots seraient simplement de trop, pour le moment.

— Tu veux qu'on fasse ça le weekend prochain ? lui murmures-tu, comme un secret, avec un peu de malice dans la voix.

Cette malice enfantine, comme un secret que vous ne pouvez partager que tous les deux. Parce que c'est un secret. Tu n'as dit à personne où tu allais, avec qui tu y allais. Tu n'as rien dit, parce que cette petite excursion, elle ne concerne qu'Eden et toi.

Et parce que d'un côté, tu es un peu possessif. Tu ne voulais pas qu'on vienne briser vos petits moment.

Parce que, tu y devenais un peu accro, à tout ça, hein, Rory ? 


HRP : C'est tellement parfait n'en doute JAMAIS ♥
Imagine Rory avec un tablier rose, une couronne et en train de jouer à la dînette please, ça a été un spectacle pour moi.
PLEIN DE CALINS PLEIN PLEIN ♥
J'espère que ça te va ♥




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Sam 6 Aoû - 15:02
Rory V. Blaise & Eden A. Joly902 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?
Eden était bien. Il n'avait pas vu d'esprit, mais il était dans les bras de Rory, et il y avait très peu d'endroits au monde qui auraient pu remplacer ces bras, leur confort, et le bonheur naturel qu'ils lui apportaient. Peut-être même aucun, si ce n'était ceux de sa mère, dans lesquels il ne s'était pas glissé depuis une éternité. Non pas qu'il tentait de faire une comparaison douteuse entre Rory et sa mère -non, non, c'était trop bizarre-, il sentait simplement un réconfort quand il était contre lui, un réconfort que personne d'autre ne pouvait lui donnait, à part sa mère. Mais sa mère, elle ne le réconfortait plus.

Eden se délectait du silence qui les entourait. À vrai dire, s'il ne parlait pas, c'était principalement parce qu'il était bien trop concentré à écouter la respiration de Rory avec une fascination hors du commun. Il aimait écouter la respiration de ses amis, les battements de leur cœur, toutes ces petites choses qui le faisait sentir plus proche d'eux. Et pour cause, pour entendre ces simples bruits, Eden, il n'avait pas d'autre choix qu'imposer une proximité entre eux.

Naturellement, Eden vint glisser ses bras dans le dos de Rory pour se tenir à lui. Il n'avait jamais su ce qui le rattachait autant à lui, les bras Rory étaient comme une toile dans laquelle Eden tombait toujours indéfiniment et de laquelle il parvenait rarement à s'échapper sans un petit coup de main.

Les étreintes de Rory, c'était toujours les meilleures.

Tu veux qu'on fasse ça le weekend prochain ?

La voix de Rory au creux de son oreille le fit frémir et un violent frisson parcourut son échine. Ça lui faisait tellement, tellement plaisir qu'il lui propose ça comme ça, sans détour et avec attention. De l'attention, c'était ça dont Eden avait besoin, et c'était ça que Rory avait réussi à lui donner, sans même qu'il le lui demande. Finalement, le blondinet se dégagea légèrement pour regarder son ami dans les yeux, le visage rayonnant.

Parce que les promesses d'aventure de Rory, c'était les plus belles.

Pour de vrai ? déclara-t-il d'une voix aiguë, incrédule.

La question ne se posait même pas, il avait déjà la réponse, car Rory n'était pas un menteur. Alors il se mit à rire, de ce rire joyeux qui ne nécessitait pas de blague idiote pour se déclarer. Simplement la représentation d'un bonheur pur et simple, provoqué par un simple engagement.

Mais les engagements, avec Eden, c'était important : à la vie à la mort, juré craché, croix de bois croix de fer, et toutes ces formules presque magiques qui lui tenaient plus à cœur qu'il ne pouvait l'avouer. Alors il se dégagea de Rory avec regret, pour mieux attraper sa main et croiser son petit doigt avec le sien, ses yeux dorés toujours plantés dans le siens.

Voilà, tu n'as plus le choix, maintenant. fit-il d'un ton joueur.

Non pas qu'Eden ait pu douter de la parole de Rory un seul instant, mais il aimait quand tout était explicitement vrai, qu'une parole était donnée. Eden, il donnait sa parole à tout bout de champs, faisait mille et une promesse et les tenait généralement toujours, dans la mesure du possible. Eden, il n'avait qu'une parole, et quand il prétendait faire n'importe quoi pour vous, et s'il le jurait sur tout ce qu'il avait de plus cher, alors c'était vrai.

Les promesses pour le futur, c'était bien beau, mais Eden il aimait aussi vivre le moment présent. Il se tourna donc vers le temple, scruta vaguement l'entrée en se demandant si quelqu'un vivait ici. Les chances étaient minces, ils n'avaient croisé personnes pour le moment.

Et puis, c'était déjà habité par les esprits, ici, normalement.

On visite ? conclut-il, rongé par la curiosité et l'espoir de faire des découvertes.


hrp : Je ne suis même pas désolée. ♥  
Spoiler:
 
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Sam 6 Aoû - 20:33

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



Il se détache légèrement, reculant à peine mais pas assez pour briser votre étreinte douce. Les étoiles dans ses yeux te font sourire encore plus. Il te fait sourire et rire à en avoir mal aux zygomatiques. Il te fait sourire jusqu'à ce que tu t'endormes et, même les yeux fermés, tu sais que tu souris quand tu penses à lui.

— Pour de vrai ?
— Bah oui !

Il n'y a pas de mensonge. A part si tu te casses les jambes et les deux bras, ou que tu as un trauma crânien à cause de toutes les conneries que tu fais continuellement. Mais il n'est pas question de briser le sourire d'Eden, il est bien trop important pour toi, ce sourire. Il te rend encore plus heureux que quiconque. Il te rend plus heureux que celui d'Alana. L'idée te turlupine, tourne dans ton esprit avant qu'elle ne disparaisse quand Eden se recule de toi, toujours souriant, le rire encore dans sa voix. Une moue un peu boudeuse vient prendre possession de ton visage, puis il attrape ta main et entrecroise vos petits doigts.

Et tu souris.

Car tu ne peux t'empêcher de sourire avec Eden.

— Voilà, tu n'as plus le choix, maintenant  
— Même si je l'avais j'aurai pas brisé ça.

Non, tu l'aurais pas brisé, parce que c'est plus fort que toi et que tu ne le voulais tout simplement pas. Et puis, tu n'étais pas du genre à briser ta parole, tes promesses faites à demi-mots. Tu étais un homme de parole, autant qu'Eden l'était. Lui comme toi, toi comme lui, vous ne brisiez pas vos promesses, qu'elles soient implicites ou non. Il n'y en avait qu'une que tu avais brisé, et chaque jour, tu te le reprochais. Chaque jour, tu te sentais mal en te regardant dans le miroir. C'était à Marie à qui tu avais promis d'être toujours là pour elle et, quand elle avait eu le plus besoin de toi, tu n'étais pas là. Tu étais ici, à Shinrin Yoku, incapable de tenir sa main, incapable d'être présent comme tu le lui avais promis.

Il se tourne alors, vers le temple, vers tout ce qui l'entoure, fait quelques pas et tu le rejoins. Tu hoches la tête quand il te demande si vous visitez et tu commences à avancer, ici et là. Ta main attrape de nouveau la sienne, sans même que tu ne t'en rendes compte, sans même que tu ne le veuilles vraiment. C'était juste un réflexe, un besoin presque viscéral. Il fallait que tu le touches, qu'il soit avec toi, physiquement, mentalement.

Parce que s'il n'était pas avec toi, avec qui était-il ?

Les cerisiers sont magnifiques. Ils colorent de roses tout ce qui vous entoure et cela donne un air féerique à cet endroit. C'est ce qui permet de penser que vous n'êtes plus à Shinrin Yoku, que vous êtes ailleurs. Dans un autre monde, dans un autre univers. Quelque part loin de la civilisation, dans un endroit calme, là où les esprits habitent. Un monde que des êtres humains ne peuvent vraiment comprendre, qui ne leur est pas réellement accessible. Sauf cas rare.

C'est une impression étrange qui te serre l'estomac sans que tu ne t'en rendes compte. Cet endroit te rendait... bizarre, sans que tu n'arrives vraiment à définir dans quel sens. Tu t'étais concentré tout le long sur Eden. Eden et sa joie. Eden et son sourire. Eden et son rire. Eden et son air enfantin. Eden et ses mains. Eden et tout ce qu'il était. Tout revenait souvent à Eden, de toutes façons. Tu étais ici grâce à Eden, et en même temps, pour Eden. Tu étais ici car tu en avais envie, mais aussi parce que ça lui faisait plaisir. C'était incompréhensible, cette façon que tu avais de t'effacer sans vraiment le faire pour lui.

Incompréhensible.

A moins que tu ne veuilles que ça le soit.

Les brises font bouger les branches, les feuilles colorées et, lui et toi, vous avancez. Tu brises ce silence presque religieux au bout d'un long moment :

— Que veux-tu voir ?

Que veux-tu voir pour que je puisse te voir sourire ? Mais tu ne te l'avoues pas. Pas encore, pas maintenant.


HRP : grlhegr



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Sam 6 Aoû - 22:53
Rory V. Blaise & Eden A. Joly709 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?


Que veux-tu voir ?
Les mêmes choses que toi ! déclara-t-il au tac-o-tac.
Eden, ça lui tenait à cœur de voir de nouvelles choses, mais ce qui l'importait le plus, c'était de les voir avec Rory. De pouvoir se tourner vers lui avec émerveillement lorsqu'il découvrirait quelque chose, de lui tenir la main en marchant vers de nouveaux horizons, de pouvoir prendre une photo avec lui au sommet d'une montagne, capturer l'instant, se le remémorer plus tard, en rire, en sourire. Pouvoir vivre un moment de sa vie avec Rory, en somme.

Parce qu'Eden, il aimait la vie, il disait merci à la vie, chantait la vie, il dansait la vie: il n'était qu'amour ! Sa vie, elle était importante, celle de Rory encore plus. Je t'aime encore plus que ma vie ! il se disait, parfois. Mais jamais à voix haute, parce que Rory, il était peut-être pas prêt à ce qu'il l'aime autant. Eden, il aimait sans compter de manière insouciante, mais avec Rory, il avait développé une forme de prudence particulière, comme s'il avait peur de le faire fuir. Rory, il s'était adapté à Eden au fil du temps, mais à une vitesse tout de même affolante, et l'idée qu'Eden le fasse fuir à cause de son trop plein d'amour l'horrifiait, alors il s'adaptait aussi.

La simple idée que Rory ne soit un jour plus dans sa vie l'apeura sur le coup, et il lui serra la main plus fermement dans la sienne. Comment ferait-il, s'il n'avait pas Rory ? Il n'osait même pas y penser.
Par ici ! fit-il avec entrain pour chasser ses idées noires.
Il tira alors Rory avec lui à l'intérieur du temple. L'extérieur était grandiose, et il était persuadé que l'intérieur aussi. Il pénétra doucement l'enceinte, prenant soin d'essuyer ses pieds, et avança prudemment, comme s'il craignait de faire une bêtise. L'intérieur était somptueux : le sol était en bois, de grandes colonnes rouges se dressaient et leur frayait un chemin vers une immense statut, tout au bout de la salle. De multitudes de décorations ornaient le plafond, les murs, mais ces derniers ne laissaient passer que très peu de lumière du jour, faisant de ces lieux un endroit relativement sombre.

Eden décida de s'avancer encore un peu, toujours plus profondément dans cette pièce à l'ambiance oppressante de par son statut imposant. Ce qui intéressait beaucoup Eden, c'était la sculpture au fond. En s'approchant, il reconnut une sorte de figure religieuse, enfin, il n'en savait trop rien, et supposait beaucoup de choses. Ça ne pouvait pas être grand chose d'autre, après tout.

Et puis, devant elle, il y avait cet espèce de gros chaudron. Il n'arrivait pas à voir ce qu'il y avait à l'intérieur, car comme la statut, il était disposé sur un socle, un peu en hauteur. Mais ça ne l'empêchait pas de faire des théories douteuses, encore et toujours.

Je suis sûr que c'est rempli de pièces. Des pièces d'or, tu sais, celles qui sont à l'origine des arc-en-ciel. déclara-t-il avec le plus grand sérieux du monde.
Même s'il n'en avait pas l'air, Rory était irlandais, pour ce qu'Eden en savait, donc il ne pouvait que connaître les légendes sur les Leprechaun, et tout ce qui allait avec. Il observa donc l'objet avec envie, désirant plus que tout voir l'intérieur. Il arbora soudainement un sourire rempli de malice et tourna vers son ami un visage déterminé.
Roryyy, tu me portes ? Il vint lui tenir le bras pour lui tirer sur la manche. S'il te plaîîît, dis ouiii ~.
Il lui lança alors son plus beau regard de chien battu, implorant qu'il accepte de le soulever juste pour qu'il regarde dedans parce qu'après tout, le chaudron, il n'était pas si haut, et puis Eden, il n'était pas si lourd. Promis, s'il trouvait des pièces il en prenait une rien que pour Rory.
Croix de bois, croix de fer.


hrp : C'est très con. 
Spoiler:
 
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Sam 6 Aoû - 23:29

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



Sa réponse te fait rire, légèrement. Toujours de ce rire si léger, si doux, si tendre. Ce genre de rire que tu ne donnes à personne, que tu ne fais devant personne. Sauf devant Eden. Il en était le créateur, le fileur. Il n'y avait bien que lui qui y avait le droit. Il n'y avait que lui qui pouvait te faire sourire comme ça. Et à chaque fois que tu y penses, ton cœur palpite, plus vite, plus fort. A chaque fois que tu y penses, tu as l'impression que ça te coupe le souffle. Parce que tu ne veux pas t'en rendre compte. Pas comme ça, pas maintenant.

Surtout pas maintenant.

Pas maintenant alors que tu cours après Babylone, pas maintenant alors que tu dragues n'importe qui n'importe quand. Pas quand tu as l'impression que tu le trahirais s'il tout ce qui se disait dans ton esprit se réalisait. Juste. Pas maintenant. Parce que tu ne t'en rends pas vraiment compte, hein, Rory ? Tu ne vois pas la réalité, même si elle est là, présente, latente, et qu'elle attend le bon moment pour te sauter à la gorge. Tu ne veux pas creuser plus profondément pour comprendre. Pour tenter de comprendre pourquoi Eden est Eden, pour quelles raisons tu lui portes cette attention si particulière. Tu ne t'en rends même pas compte. Eden, c'est juste Eden. Toi qui fait de grands discours sur l'Amour, sur les aventures d'un soir ou deux. Toi qui drague sans vergogne, sans honte. Toi qui lève les yeux devant les gens amoureux. Toi. Toi, tu ne veux pas voir ce qu'il est en train de se passer, ce qu'il se passe à l'instant même où il t'attire vers le temple, ce qu'il se passe depuis plusieurs jours, peut être même plusieurs semaines. Toi, tu ne sais pas ce qu'il se passe.

Cela pourrait faire rire les spectateurs de ta vie, ceux qui t'observent depuis des années et qui te voient jouer la pièce de théâtre de ta vie comme on joue avec le feu.

Tu ne fais pas attention à la magnificence du temple, tu ne fais pas attention à ses grandes colonnes rouges, à la lumière qui est chassée par les murs imposants et puissants, qui semblent être là depuis des siècles. Tu ne fais pas attention à la pénombre des coins de la pièce. Tu ne fais attention qu'à Eden, qui est si lumineux. Il t'attire jusqu'à la statue de Bouddha et tu la dévisages comme tu dévisagerais n'importe qui. Puis sa voix te fait presque sursauter, te retourner vers lui et tu souris.

Encore.

— Je suis sûr que c'est rempli de pièces. Des pièces d'or, tu sais, celles qui sont à l'origine des arc-en-ciel.  

Ton regard est attiré par le chaudron dont il te parle et, pendant un instant, les leprechauns viennent danser dans ton esprit. Ne jamais se laisser avoir par un leprechaun, il ne mentira jamais, mais se servira toujours de la ruse pour te duper. Ah, le folklore irlandais. Les légendes sur les sorcières qui venaient capturer les garçons quand ils étaient bébés et qui les remplaçaient par des sortes de clones. De quoi en faire des cauchemars. Quand tu étais gosses, tu avais cru pendant un moment que tu étais un clone et qu'il fallait te tuer.

Drôle de cauchemars, pour un gosse, quand même.

— Normalement, ils sont plus petit, vu qu'un leprechaun c'est petit. Tu sais, pour qu'ils puissent le porter.

Tu lui souris puis c'est son sourire à lui qui te fait froncer les sourcils. Oh. Oh, tu sens la connerie à des kilomètres. Tu sens qu'il va te demander quelque chose. Et tu n'as pas tord, non. Il tire ta manche, et tu ouvres la bouche, secouant déjà la tête de droite à gauche. Mais tu ne peux pas résister à ses yeux, à sa voix et, finalement, tu cèdes.

— Okay. D'accord.

Tu ne lui accordes pas ça d'une mauvaise façon, bien au contraire. Tu es souriant, avenant. Ta main vient frotter ta nuque et tu réfléchis à comment le porter. Même s'il semblait léger, le porter à bout de bras n'allait pas être de tout repos. Et tu ne pouvais pas le porter que sur une seule épaule comme tu le faisais avec Alana. Tu lui tournes le dos et tu t'accroupis, lui montrant tes épaules.

— Monte.


HRP : let me die je glrheglhr tant de CUTENESS PARTOUT
mh, sinon, tu peux faire avancer Rory jusqu'au chaudron quand même hein gkrjeprjg voilà keurkeur tendresse lovelove ♥




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Dim 7 Aoû - 1:26
Rory V. Blaise & Eden A. Joly1097 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?
Normalement, ils sont plus petit, vu qu'un leprechaun c'est petit. Tu sais, pour qu'ils puissent le porter.
Eden regarda Rory avec de grands yeux, impressionné par les connaissances de son ami. Il n'était pas irlandais pour rien, certes, mais Eden avait tendance à se sentir minuscule à côté de Rory et de son savoir.
Tu es sûr qu'ils sont tous petits, les chaudrons ? J'ai toujours pensé qu'il y en avait des plus gros que les autres, où ils s'y mettaient à plusieurs pour les déplacer. Ce sont ceux qui donnent les plus beaux arc-en-ciels normalement... fit-il d'un ton rêveur.
C'est pas qu'il doutait de sa parole, nan, il aurait jamais pu douter de la parole de Rory, ça aurait pas été une belle preuve d'amour si c'était le cas. Eden, il voulait juste qu'on lui dise qu'il avait le droit de croire que ce chaudron énorme, il pouvait avoir pleins de pièces, il pouvait être amené par des leprechauns, il pouvait faire jaillir des arc-en-ciel. Mais, surtout, il voulait que Rory y croit avec lui. Ils y croiraient ensemble ou pas du tout.

Puis finalement, Rory, il accepta de lui laisser jeter un coup d’œil dans le chaudron magique, et le visage d'Eden, bah il s'illumina.
Okay. D'accord.
Yesss !
Et il se jeta naturellement à son cou, un sourire de dix kilomètres sur le visage, agrippé à Rory comme un koala à sa branche. Eden était comme un gosse à qui on avait accordé un petit caprice, parce que Rory il disait toujours oui, parce que Rory c'était le plus gentil, c'était le meilleur. Excité comme une puce, il se recula rapidement pour laisser son ami se mettre en position.

En voyant ses épaules et même s'il les savait musclées, Eden, il prit un peu peur, l'espace d'un instant. Peur qu'il fasse mal à son ami, tout ça parce qu'il avait voulu faire l'enfant et assouvir une curiosité mal placée. Pourtant, il ne se dégonfla pas : Rory avait dit oui, il allait pas reculer comme ça !

Eden posa délicatement ses mains sur les épaules de son ami pour s'appuyer, et passa doucement sa jambe droite, puis sa jambe gauche. En moins de deux, il se tenait assit sur les épaules de son ami et était prêt à s'élever dans les airs. Il eut un instant de vertige lorsque Rory se releva, et il du s’agripper à sa tête pour garder l'équilibre. Il lui accorda quelques caresses dans les cheveux, accompagnées d'un rire délicat, puis il se pencha vers l'intérieur du chaudron en y plongeant ses mains.

Ce fut un profond déchirement pour Eden quand il vit que ce chaudron, bah, il était vide. Totalement vide, poussiéreux, emplit de toiles d’araignées. Ils étaient loin d'eux, les pièces d'or imaginaires, les arc-en-ciel fabuleux, les leprechauns magiques, et il aurait suffit de frapper un bon coup sur ce chaudron, entendre son bruit creux résonner pour réaliser toute ces choses. Mais Eden, il aimait trop Rory pour lui avouer. Non, il fallait pas qu'il sache.

Eden, c'était pas un menteur, parce qu'il ne savait pas mentir. Pourtant, il lui arrivait d'en dire, de tout petits riquiquis, mais c'était jamais pour faire du mal au gens. Eden, il allait jamais mentir juste pour mentir, y'avait quelque chose derrière qui l'y forçait. Eden, il voulait juste entretenir cette flamme qui s'était allumée en Rory dès leur rencontre, celle qui le faisait voyager dans le temps, le ramenait en enfance. Celle qui lui donnait toutes ces croyances pour des choses aussi anodines et innocentes que des Leprechauns.

Ses mains plongées dans le chaudron, il commença à les faire briller d'une lumière rayonnante, d'abord doucement, puis finalement de plus en plus fort. Le visage même d'Eden était illuminé par ses propres mains, et ça, Rory, c'était la seule chose qu'il était censé pouvoir apercevoir.

Ouah ! Rory, il y a pleins de pièces ! Elles brillent quand je les touche !

Eden, il avait le cœur serré en voyant qu'il était obligé de mentir à quelqu'un comme Rory. Eden, il avait un peu peur que son Rory à lui ne l'aime plus, s'il lui avouait que les pièces dans le chaudron du temple, elles n'existaient pas. Et les esprits du temple, eux, ils existaient ?

Oui ! C'était Rory qui lui avait dit qu'ils venaient la nuit, alors ils existaient !

Mais et lui alors ? Eden, tout ce qu'il était parvenu à faire, c'était prouver que y'avait pas de pièces dans ce fichu chaudron, et prouver qu'il était capable d'aller loin pour alimenter les croyances de Rory, et pour garder cet amour qu'il lui accordait si souvent, d'une certaine façon. Il voulait pas qu'il le voit comme un menteur après ça, il voulait pas qu'il le déteste. Et s'il lui demandait de lui en prendre une ?

C'est bizarre, je n'arrive pas à les prendre... Elles doivent être magiques ! Est-ce que les Leprechaun sont des Magis ? Est-ce qu'ils lancent des sorts ?

Non, ça allait trop loin, il fallait pas qu'il s'enfonce dans son mensonge. Mais c'était plus fort que lui, Rory il l'aimait trop pour lui dire qu'ils s'étaient émerveillés devant un chaudron vide. Croire en toutes ces choses, c'était ce qui faisait l'essence même d'Eden et, intérieurement, il avait toujours pensé que si Rory l'aimait, c'était parce qu'ils arrivaient à y croire ensemble, à tout ça. Il pouvait pas ne pas y croire, pas maintenant

Eden commençait à paniquer. Il éteignit ses mains et s'extirpa de là. Il voulait descendre, vite, avant que son Rory il ne réalise toute cette mise en scène.

Rory, je veux descendre, maintenant. Fait-moi descendre, vite, s'il te plaît. fit-il d'une petite voix trahissant son angoisse.

Le ton était un tantinet autoritaire, comme un enfant qui se prendrait pour un roi orgueilleux.
Eden savait pas mentir, vraiment pas.
Il avait les joues toutes rouges jusqu'aux oreilles, maintenant.
Eden, il pensait toujours qu'ils devaient y croire ensemble ou pas du tout. Mais le "pas du tout" était quand même sacrément douloureux.


hrp : Moi devant notre rp n'empêche :
Spoiler:
 
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Dim 7 Aoû - 1:55

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



Après s'être jeté dans tes bras, il te laisse t'installer. Il y a comme un moment de flottement avant qu'il ne pose ses mains sur tes épaules, qu'il passe la jambe droite, puis gauche, alors que tes mains s'agrippent à ses mollets pour ne pas le faire tomber quand tu te relèveras. Tu attends qu'il soit bien installé avant de te relever, un peu vite pour ne pas perdre l'équilibre. Ses doigts s'emmêlent dans tes cheveux trop long et tu ris en même temps que lui. Les caresses te feraient presque ronronner, tu es comme un chat, tu adores qu'on te touche les cheveux, mais ça, c'est un secret que tu gardes bien enfoui, un secret que personne ne connaît. Même pas Eden.

Peut être un jour.

Tu t'approches du chaudron et tu lèves la tête pour l'observer. Tu as l'impression qu'il est déçu. Tu te doutes que le chaudron est vide, qu'il n'y a rien dedans, à part peut être quelques pièces de quelques centimes, dans l'espoir qu'un vœu futile se réaliserait. Il y a un moment de silence que tu ne brises pas. Tu ne veux pas voir le désappointement sur son visage, la tristesse qui tire ses traits. Tu ne veux pas voir ce qui pourrait le blesser, parce que ça te blesserait aussi.

Et puis, de la lumière, venant du chaudron. Sur le moment, tu es surpris, un de tes sourcils se hausse et tu vas pour lui demander ce qu'il se passe, mais tu n'en as pas le temps. Parce qu'Eden, il te raconte tout. Il te dit tout. Il narre l'histoire qui se déroule sous ses yeux.

— Ouah ! Rory, il y a pleins de pièces ! Elles brillent quand je les touche !

Tu en doutes sincèrement. Mais il a envie d'y croire. Et si croire à ce petit mensonge le fait rire et sourire, alors tu veux bien y croire aussi. Tu pourrais croire en beaucoup de chose pour rendre Eden heureux. Eden est la lumière. Il fait la lumière, la crée, la manipule. Et c'est tellement beau, de voir Eden manipuler la lumière, parce qu'Eden est la Lumière à lui tout seul. Il était flamboyant, lumineux. Il était Tout ce qui était pur.

— C'est bizarre, je n'arrive pas à les prendre... Elles doivent être magiques ! Est-ce que les Leprechaun sont des Magis ? Est-ce qu'ils lancent des sorts ?
— Mh, je sais pas ? Sûrement ? Ils peuvent apporter la chance, après tout.

Si les Magis existaient, les leprechauns pouvaient bien exister, les sorcières des légendes folkloriques étaient peut être des anciennes Magis. Qui sait ? Après tout, tout était possible dans votre monde. Tu pouvais manipuler les esprits, manipuler les souvenirs, les changer, les modifier, tu pouvais contrôler les envies des autres, les localiser dans l'espace et le temps. Alors, tout était possible. Tout avait pu arriver.

La lumière disparaît d'un coup, replongeant dans une sorte de pénombre la pièce centrale du temple, rendant la salle plus noire, d'un coup. Mais c'est la voix d'Eden qui te panique, qui te fait peur.

— Rory, je veux descendre, maintenant. Fait-moi descendre, vite, s'il te plaît.
— Hé, hé...

Tes mains attrapent les siennes, les pressent avec tendresse et tu relèves le visage, cherches son regard et, une fois fait, tu laisses tes yeux verts se fixer dans les siens, sans bouger. Tu ne bouges plus, il n'y a que tes pouces qui bougent, lentement, sur le dos de ses mains, en cercle. Pour le détendre.

— Je te crois, tu sais. Je te crois. Vraiment.

Parce que tu savais, Rory. Évidemment que tu le sais. Tu sais très bien qu'il te ment, il ne sait pas mentir. Ses joues sont rouges, sa voix le trahit. Eden, il ne sait pas mentir, parce qu'il n'a pas besoin de mentir. Toi, tu es un excellent menteur, et tu reconnais un mensonge à des kilomètres à la ronde. Mais si Eden ment, c'est qu'il a besoin de mentir. Parce que d'un certain côté, il a besoin de croire à ce mensonge autant qu'il a besoin que tu y croies. Alors pour lui, tu veux y croire. Tu veux croire à ce chaudron immense de leprechaun, à cet or qui n'existe pas et qu'il ne peut prendre, à cet or qui ne fait pas de bruit mais qui brille à son contact. Tu veux croire à tout ça, parce que c'est ce qui vous permet d'être ce que vous êtes. Parce que vos sourires, vos rires, le partage de vos envies, l'amour que vous vous donnez continuellement, c'était tout ce qui faisait de vous ce que vous étiez, tout ce qui formait cette relation.

Et pour lui, tu étais prêt à tant de chose, Rory. A tellement de chose que ça pourrait en effrayer plus d'un. Croire à son mensonge n'était pas effrayant, Eden n'avait rien d'effrayant. C'était tout ce qui pouvait se passer après qui l'était. S'il mentait maintenant, si tu le croyais maintenant, qu'est-ce qui pourrait se passer plus tard ? Jusqu'où ça pourrait aller ? Tu espères pouvoir toujours le remarquer, et tu espères, vraiment, pouvoir connaître Eden comme personne. Savoir comment il va, comment il se sent, seulement d'un regard, seulement d'une caresse ou d'une étreinte.

Et tu le regardes toujours, tu ne le lâches pas du regard, comme si tes yeux verts pouvaient le convaincre, comme si tes yeux verts pouvaient lui dire : je sais que tu mens, et je sais que tu le fais pour nous deux, et moi je veux te croire, alors crois avec moi s'il te plaît. Tu sais que c'est compliqué, que c'est pas bien, mais vous êtes des enfants. Vous retournez en enfance, vous partagez trop pour ne pas croire à ce petit mensonge tous les deux. Il faut que vous puissiez y croire tous les deux.

Tes pouces bougent toujours en cercle sur le dos de sa main, tes doigts sont toujours liés aux siens et tu lui souris, avec cette tendresse dont lui seul à le droit.

— Tu peux toucher le plafond, d'ici ? Ou tu veux vraiment descendre ? Tu sais, je peux te porter encore longtemps comme ça. Je pourrais aller faire un tour dans la forêt comme ça, si tu veux.

Si ça peut lui faire plaisir, si ça le rend heureux, tu le feras.

Tu ferais tout, pour le rendre heureux.


HRP : jpp c'est trop ♥



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Dim 7 Aoû - 14:52
Rory V. Blaise & Eden A. Joly689 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?
Hé, hé...
La voix de Rory l'interpella, mais Eden ne voulait rien entendre. Qu'est-ce qu'il allait penser de lui après ça ? Son cœur battait à tout rompre, parce que quand Eden mentait, il avait cette sensation de trahison immense, envers lui comme envers ses amis. Mais y'avait toujours les mains de Rory pour venir chercher les siennes, toujours les mains de Rory pour lui accorder cette chaleur réconfortante, toujours les mains de Rory pour lui rappeler qu'il était , avec lui.

Il avait suffit que de quelques caresses sur le dos de la main pour le calmer. Il avait suffit qu'il regarde Rory dans les yeux, qu'il y voit passer mille et une émotions pour qu'il se détende, enfin. Il avait suffit qu'il se rappelle que Rory était pour se sentir bien, et calmer son cœur affolé.
Je te crois, tu sais. Je te crois. Vraiment.
Y'avait vraiment que Rory pour calmer Eden aussi facilement. Y'avait vraiment que Rory pour lui montrer qu'il l'aimait à ce point.
Merci. chuchota-t-il avec la plus grande reconnaissance du monde.
Il se pencha avec souplesse vers le visage levé de Rory et déposa un chaste baiser sur son front, effleurant tout juste sa peau. Parce qu'Eden, les mots, il ne les avait pas pour dire à Rory à quel point il était heureux. Heureux d'être avec lui, heureux d'être cru, heureux d'être aimé et de pouvoir aimer aussi.

Mais chez Eden ça n'allait pas, parce qu'il était gourmand, friand de cet amour que Rory lui accordait un peu trop, cet amour qui voulait dire "eh, c'est pas grave, je t'aime quand même." et qui donnait presque à Eden cette envie malsaine de tester cet amour. Voir jusqu'où Rory pourrait aller pour aimer Eden, voir jusqu'où Eden pourrait aller pour aimer Rory. Eden il aimait trop Rory alors il lui mentait, Rory il aimait trop Eden alors il le croyait. Et c'était pas si normal qu'Eden voulait bien le penser, ce genre de relation, ça faisait peur, c'était dangereux.

Parce qu'un petit mensonge, ce n'était rien, mais viendrait un jour où ils auraient peut-être l'audace d'en dire de plus gros.
Tu peux toucher le plafond, d'ici ? Ou tu veux vraiment descendre ? Tu sais, je peux te porter encore longtemps comme ça. Je pourrais aller faire un tour dans la forêt comme ça, si tu veux.
Eden leva la tête vers le plafond et commença à tendre les bras le plus haut possible, son t-shirt soulevé par le geste. Même en tendant les doigts, c'était bien trop haut. Il aurait aimé toucher ces décorations, ce plafond que personne n'avait du toucher auparavant si ce ne fut les ouvriers qui l'avaient construits, les artistes qui l'avaient peint et décoré.
Je n'arrive pas à le toucher... Tant pis. Tu es sûr que je ne suis pas trop lourd ?
Il eut une maigre déception en voyant qu'il n'était pas assez haut, alors il enroula ses doigts dans les cheveux bruns de son ami, dans un geste qui se voulait réconfortant, en quête de douceur.
Je veux bien aller dans la forêt comme ça, sinon. Je serai presque aussi grand que les arbres !
Ça, c'était pas sûr, mais Eden préférait se dire que, de là où il était, il pourrait voir et saisir tout un tas de choses sur les branches, pour les offrir à Rory par la suite.

Et pourtant, si l'idée lui plaisait sincèrement, il ne pouvait nier que quelque chose le tracassait. Toutes ces choses qu'Eden apercevrait depuis les épaules de Rory, lui, il ne verrait pas.
Mais pas trop longtemps, d'accord ?
Parce que sinon, je ne pourrai pas voir les mêmes choses que toi, ni même te regarder droit dans les yeux et voir ton sourire quand on aura vu quelque chose de trop beau pour être ignoré. Ensemble.


hrp : blblbl pas terrible, mais j'espère que ça te va, j'osais pas faire bouger Rory.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Dim 7 Aoû - 15:20

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



Sa respiration se calme, ses joues deviennent moins rouges et tu souris, un peu plus, sans pouvoir t'en empêcher. Tu souris parce que tu as réussis à le calmer, tu souris parce qu'il va mieux, tu souris parce que c'est toi qui a réussis à le faire aller mieux. Et ça te rend un peu – beaucoup – fier, au fond de toi.

— Merci. 

C'est à peine un murmure, à peine un chuchotement perceptible. Puis il se penche vers toi, ses cheveux bougeant, tombant sur ses yeux, les couvrant d'un rideau blond et, quand il dépose un chaste baiser sur ton front, tu fermes les yeux, sans même t'en rendre compte. Parce que fermer les yeux, ça aiguise les autres sens. Fermer les yeux, ça permet de profiter du contact. C'est pour ça que les gens ferment les yeux en embrassant quelqu'un. Parce que voir empêche de ressentir. Et des fois, tu avais plus besoin de ressentir que ce que tu n'avais besoin de voir. Il n'y a rien de plus puissant, de plus violent, que des sentiments. Ils vont et viennent, s'étalent et s'étirent, se retirent avant de revenir. Ces sentiments, tu as besoin de les ressentir, tu as besoin de les ressentir avec toute leur violence, toute leur puissance, toute leur splendeur. Tu en as besoin comme un drogué aurait besoin de sa dose.

Et c'est puissamment destructeur, violemment dévastateur, intensément beau.

Ces sentiments, ils étaient beaux. Cet amour que vous partagez, il était beau. Il est plus beau que tout. Plus beau que tu ne veux bien le croire, plus beau que ce que les gens veulent bien le penser. Il était entre ces deux âges, entre l'innocence de l'enfance et la maturité de l'âge adulte, mélangée avec un plein de douceur de l'adolescence. Et qu'est-ce qui pouvait être plus beau que ça, Rory, hein ? Qu'est-ce qui pouvait être plus beau que cet amour que vous partagiez ?

Vos doigts se délient et il tend les bras vers le plafond, trop haut, beaucoup trop haut et tes cheveux lui chatouillent sûrement le ventre quand tu lèves la tête pour l'observer.

— Je n'arrive pas à le toucher... Tant pis. Tu es sûr que je ne suis pas trop lourd ?  
— Certain. T'es léger comme une plume.

Et sans mentir, en plus. Sans vouloir jouer le mec super costaud de la mort qui tue. Et enfin, il accepte. Alors tu commences à bouger, à marcher, à sortir du temple, te baissant légèrement pour ne pas qu'il se cogne la tête à l'entrée.

— Mais pas trop longtemps, d'accord ?  
— Dès que t'en as marre, on arrête.

La lumière t'aveugle un peu sur le coup et tu plisses les yeux. Une de tes mains quitte le mollet d'Eden pour frotter tes paupières, pour t'habituer à la luminosité, forte, comparée à l'obscurité du temple, et tu reprends la marche une fois que tu es sûr de ne pas te casser la gueule comme une merde à cause d'une marche que tu n'aurais pas vu en entrant. Ton regard vole ici et là, s'arrête sur quelques branches, sur quelques fleurs. Des fois, tu t'arrêtes, tournes pour éviter un obstacle sur le sol, une pierre trop grosse, un trou trop gros.

— Dis moi si y'a une branche trop basse, je voudrais pas que tu te fasses mal !

Tu ne voudrais surtout pas qu'il se fasse mal parce que tu n'as pas fait attention à ton environnement. Peut être verrait-il un nid, quelque part ? Ou des lézards qui vadrouillent sur les branches ?

— Tu vois quelque chose d'intéressant ?

Quelque chose qui le fait sourire, qui le fait rire, qui l'émerveille.


HRP : Hésite pas à faire bouger Rory si t'en as besoin hein, ça me dérange pas ♥
ahah, dans le prochain post, Rory voit pas où il met les pieds, glisse, et ils tombent tous les deux




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Dim 7 Aoû - 18:17
Rory V. Blaise & Eden A. Joly1117 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?
Dès que t'en as marre, on arrête.
Ou dès que TU en as marre. ajouta-t-il sur un ton presque autoritaire.
Eden, il adorait se faire traiter comme un roi par Rory, il adorait sa façon de lui montrer que son avis l'importait, que son être tout entier comptait beaucoup pour lui, assez pour qu'il le porte sur ses épaules aussi longtemps qu'il le voudrait. Mais Eden il aimait pas se faire traiter aussi gentiment si c'était au détriment de ce que Rory souhaitait. Rory, il avait plus rien à prouver, Eden savait déjà qu'il l'aimait, Eden était déjà immensément heureux, et Rory, il n'avait plus besoin de faire quoique ce soit. Rory, il en faisait déjà bien assez, quotidiennement, et il semblait même pas s'en rendre compte.

Eden, il aurait aimé lui dire toute ces choses à son ami, lui faire ouvrir les yeux sur tout ça. Mais il avait cette sensation bizarre qui lui donnait l'impression que trop de mots entre eux, ça brouillait leur frontière entre enfance et monde d'adulte.

Alors il se contentait de dire le minimum la plupart du temps, un simple je t'aime, un compliment, une remarque banale, et tout était dit pour lui. Après tout, ils communiquaient beaucoup plus à travers leurs gestes et leurs regards qu'à travers leurs mots.
Tu es génial, Rory ! lâcha-t-il spontanément, perdu dans le fil de ses pensées tournée vers une seule et même personne.
Eden tendait les bras vers le ciel pour toucher toutes ces choses inatteignables pour lui en temps normal, toutes ces choses qu'il parvenait à atteindre seulement et seulement grâce à Rory. C'était le seul qui le portait sur ses épaules pour faire ça, mais c'était aussi le seul à qui Eden avait demandé. Peut-être parce que y'avait qu'avec Rory qu'il voulait faire ça, peut-être parce que Rory c'était le seul qui l'emmenait au maximum du bonheur et de l’exaltation.
Dis moi si y'a une branche trop basse, je voudrais pas que tu te fasses mal !
Eden rit à la remarque, malgré le sérieux de son ami. Il pouvait bien se faire mal, Eden se blessait tout le temps. Ses genoux, ses coudes ses bras, ses jambes étaient constamment décorés de pansements. Des petits, des gros, des rouges, des blancs, des bleus, des roses, des chatons, des cactus, des papillons... Y'en avait pour tous les goûts, et c'était un peu ce qui décorait la peau d'Eden.

Ce jour-là, il n'en avait que sur les genoux et une de ses chevilles, en mémoire d'une mauvaise chute dans la forêt. Il s'en était tiré avec quelques écorchures plus ou moins profondes, mais rien de bien catastrophique. Il n'en tirerait même pas la moindre cicatrices, il n'en tirait jamais de ses bobos de toute façon. Sauf parfois, quelques-uns, dans le dos où sur les hanches, mais celles-là, personne ne les voyait jamais.

Lorsqu'Eden leva son bras très haut, il se sentit toucher quelque chose. Quand il referma sa main sur sa prise, il réalisa qu'il venait de cueillir une simple fleur sur la branche d'un cerisier. Elle était belle, magnifique, d'un rose comme il les adorait, et il savait déjà ce qu'il allait en faire, maintenant qu'il l'avait cueillie.

Eden emmêla ses doigts dans les cheveux de Rory, l'espace d'un instant, les coiffa légèrement, de ce petit regard tendre et malicieux qu'il aimait arborer quand il faisait ce genre de gestes. Eden tira légèrement les cheveux près de son oreille et, d'un geste lent et doux, y glissa la fleur qu'il avait cueillie, pour ensuite contempler son visage avec une admiration non dissimulée.

Comme tu es beau ! Non, tu es magnifique ! Je devrais t'en faire une couronne. fit-il l'air penseur, observant les fleurs aux alentours pour évaluer s'il pourrait en attraper assez.

Y'avait rien de moqueur dans son ton, ça n'avait rien à voir avec ces moqueries viriles qu'on fait entre hommes, entre potos, nan. Eden, il était pas comme ça, ça lui échappait un peu ce genre de choses, ce genre d'amitié on où se frappe sur le torse quand on se voit, ce genre d'amitié où on se chambre quand l'autre dit un truc mignon, ce genre d'amitié où on arrive pas à être honnête, parce que c'est le genre d'amitié où les sentiments ils sont là, sans tout à fait avoir leur place, parce que faut pas en parler. Dire "je t'aime", c'est pas viril, dire "tu es beau", c'est gay, et puis dire "allons-y ensemble, juste toi et moi" c'est pas masculin.

Eden, il fallait qu'il pense ce qu'il dise et dise ce qu'il pense, sinon, il devenait fou. Eden, il comprenait pas toutes ces choses, cette amitié étrange que des hommes arrivaient à partager, et où ils semblaient s'y plaire. Eden, lui, ne supporterait pas, c'était pas pour lui. Et il en vint à se demander si Rory en vivait des comme ça, s'il était du genre à frapper ses amis d'un gros coup de poing sur l'épaule pour rire.

Rory s'avança vers un autre arbre, Eden se balançait de droite à gauche au rythme de ses pas, et tendit la main pour attraper une autre fleur, mais il fut très vite distrait par de petits gazouillements à sa gauche. Sur une branche toute proche, deux adorables oiseaux chantonnaient, se faisait presque la cour. On aurait dit deux rouge-gorge, mais Eden n'en était pas sûr, il n'y connaissait pas grand chose et ce n'était pas sa priorité. Sa priorité, c'était son ami.
Lève les yeux Rory, et dis-moi que tu les vois ! Il entoura le visage de son ami avec ses mains, ses doigts glissés sous son menton pour l'inciter à lever la tête tout en se tenant à lui. Tu les vois hein ? Regarde, ils se font un câlin !
Ce n'était pas vraiment ce qu'on pouvait appeler un câlin étant donné que c'était des oiseaux, l'un d'eux s'était simplement légèrement frotté au deuxième avant qu'il ne gonfle ses plumes pour les ébouriffer. Eden, il s'éblouissait devant une simple scène entre deux oiseaux chanteurs, mais ce qu'il voulait, c'était que Rory, il s'éblouisse avec lui. S'il te plaît, dis-moi que tu les vois.


hrp : cuicui
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Lun 8 Aoû - 13:05

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



Son ton légèrement autoritaire te fait sourire et tu lâches un oui oui à peine audible.

— Tu es génial, Rory !  
— Je passe beaucoup de temps avec toi, ça déteint, à force, réponds-tu dans un léger rire.

Tu ne savais jamais vraiment d'où venait les compliments d'Eden, c'était comme s'il était perdu dans ses pensées, qu'il arrivait à une idée et qu'il fallait qu'il la dise, qu'il en parle, qu'il te le dise, tout simplement. Eden, c'était l'impulsivité, la tendresse. Eden, c'était tout ça. Et à chaque fois que tu y pensais, tu te disais qu'à tes côtés, il semblait encore plus pur qu'il ne l'était, encore plus beau qu'il ne l'était. Ou peut être que c'était toi, qui le voyait de cette façon ? Ou peut être que c'était toi qui voulait y croire ?

Tu regardes plus le sol que ce que tu ne le regardes lui : tu ne voudrais pas qu'il tombe parce que tu as perdu l'équilibre. Puis ses mains jouent dans tes cheveux et tu relèves la tête, les yeux pour l'observer. Tu sens une fleur et tu souris.

— Ça me va bien ?
— Comme tu es beau ! Non, tu es magnifique ! Je devrais t'en faire une couronne.  
— Je la porterai si tu la faisais.

Tu ne fais que dire l'évidence, mais tu aimes lui préciser que tu lui ferais parce que c'est lui. Parce que si c'était n'importe qui d'autre, tu ne le ferais pas. Tu ne porterais pas de couronne de fleur pour Arata, ni même pour Alana – la couronne en plastique était largement suffisante – mais pour lui, oh pour lui, tu la porterais tous les jours, jusqu'à ce que les fleurs fanent, jusqu'à ce qu'il t'en refasse une autre. C'était idiot, un peu beaucoup puérile, mais tellement beau. Hein, Rory, c'est beau, cette relation. Cette relation que tu n'as avec personne d'autre, qui ne ressemble à aucune autre, que tu n'auras jamais avec personne d'autre, même après, même dans un futur proche, même dans un futur éloigné.

Cette relation, elle est trop belle pour être copiée. Trop belle pour être effleurée par une autre. Trop parfaite pour que tu puisses la retrouver avec quelqu'un d'autre. Et puis, où est la logique, si tu la retrouves avec quelqu'un d'autre ? Eden est trop Eden pour que tu trouves cette relation avec quelqu'un d'autre. Tu ne peux être que ce toi avec lui, sinon, ça n'a plus de sens. Rien n'aurait de sens, sans Eden dans l'équation.

Sa voix t'attire, comme toujours, et tu lèves de nouveau la tête alors que ses doigts glissent sous ton menton. Tes yeux cherchent ce que ce les signifie avant de voir le nid. Oh. Tu recules un peu de l'arbre, te mets sur la pointe des pieds et tu les aperçois, rapidement. Un sourire étire ton visage, fait apparaître tes fossettes.

— Je les vois. Ils sont mi..

Ton pied glisse. Mais c'était à prévoir, après tout. Sur la pointe des pieds, tu n'as pas le même équilibre, tu n'as pas le même centre de gravité. Alors, en même temps que l'un, l'autre glisse aussi. Ton premier réflexe est d'attraper les mains d'Eden, de le tirer en avant alors que toi, tu tombes comme une merde.

Mais vraiment comme une merde.

C'est ton dos qui prend le choque, ta tête, elle est amortie par une des cuisses d'Eden : parce que le but, c'était qu'Eden ne se fasse pas mal. Toi, on s'en foutait un peu, tu avais l'habitude, après tout. Entre tes entraînements et tes dons, tu avais l'habitude d'avoir mal, que ta peau tire, qu'elle brûle, que le sang vrille dans tes tempes. Tu avais l'habitude, de tout ça, et c'est parce que tu en avais l'habitude que tu ne  voulais pas qu'Eden la prenne. Surtout pas lui. Tu as une légère absence avant de relever la tête vers lui :

— Ça va ?

Parce qu'il fallait qu'il aille bien, c'était ça, le plus important. Tu t'inquiéterais pour le bleu qui apparaîtra dans ton dos plus tard. Il a pris le choc, aussi. Pas sur la tête, pas sur le dos, ou à peine, mais tu t'inquiètes quand même, beaucoup trop.


HRP : oops
ET QUELLES CICATRICES QUELLES CICATRICES WHY (je vais relire l'histoire je gjlrehgr)
(Rory aussi il en a plein)
J'espère que ça te va ♥




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Mar 9 Aoû - 18:28
Rory V. Blaise & Eden A. Joly1077 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?

Je les vois.
Et là, il y eut un millier d'émotions qui s'agitèrent à l'intérieur d'Eden, qui le traversèrent de part en part, parce qu'il était trop heureux. Y'avait pourtant rien d'incroyable en apparence dans ces trois mots, c'était pas l'annonce du siècle. Mais Eden, rien que l'idée que les yeux de Rory puissent être rivés sur la même chose que les sien, l'idée qu'il puisse être témoin de ce qui l'éblouissait, l'idée qu'il puisse l'accompagner dans sa contemplation et l'idée qu'il puisse partager son bonheur, toutes ces choses anodines, bah Eden, ça le rendait follement heureux.

Il aurait aimé rester comme ça encore longtemps, mais c'était beaucoup, beaucoup trop beau pour durer. Eden le savait.

Et il le sut encore mieux lorsqu'il sentit son corps chavirer en même temps que celui de Rory, dont il souffla le nom par pur réflexe lorsqu'il sentit la chute se produire. Parce que c'était tout ce qui comptait dans un moment pareil : Rory, Rory, et Rory.

Eden s'écrasa au sol de manière monumentale et s'écorcha le mollet sur un caillou au passage. Il ne pensa même pas à s'en soucier -il avait un peu l'habitude-, qu'il se redressa immédiatement pour se tourner vers son ami. Sa chute avait du être bien plus violente que la sienne, celle d'Eden avait été relativement amorti grâce à Rory qui lui avait légèrement sauvé la mise à l'aide de ses bras.

Il se précipita donc à ses côtés pour constater son état, emplit d'une inquiétude qu'il n'aurait pas su décrire. Il avait vraiment fait une mauvaise chute sur le dos, Eden en était sûr, et il priait pour qu'il ne se soit pas trop cogné la tête. Rory eut l'air sonné l'espace d'un instant avant de lever les yeux vers lui.
Ça va ?
Eden fronça les sourcils, contrarié. C'était pas une colère commune qui était en train de l'envahir. C'était pas vraiment envers Rory qu'elle était tournée, ou peut-être un peu, ou peut-être qu'il n'en savait rien et ne comprenait pas trop. C'était comme si en quelques secondes, cette angoisse immense qu'il avait ressenti en voyant Rory à terre s'était convertie en une forme de colère étrange.

C'était une colère nerveuse, qui empêchait Eden de se laisser submerger par d'autres émotions trop fortes, qui l'empêchait de se jeter au cou de Rory pour chouiner, qu'il l'empêchait de montrer qu'il était secoué. Parce qu'Eden, il était pas vraiment en colère, il avait juste eu vraiment peur.

Pas peur de s'être fait mal, nan, pour Eden c'était la routine de se promener, tomber, et se faire mal. Peur que Rory, il lui soit arrivé quelque chose de grave, par sa faute, qu'il ait pu ressentir de la douleur, par sa faute.
Est-ce que tu t'es fait mal ? Fait moi voir. lâcha-t-il sans même daigner répondre à la question.
On s'en fiche de comment moi je vais, j'ai besoin de savoir que toi tu vas bien.

Eden aida son ami à se redresser en le tirant doucement, puis il se glissa derrière lui. À genoux par terre, du sang coulant de sa plaie ouverte, il inspecta la tête de Rory, passant ses mains dans ses cheveux pour vérifier qu'il ne s'était pas fait mal. Etant donné qu'il ne voyait rien de suspect, sûrement grâce à sa cuisse qu'il l'avait amortie, il s'intéressa à son dos, qui avait du être beaucoup plus touché.

Sans aucune gêne, sans demander de permission, il s'autorisa à lever le t-shirt de son ami, et à inspecter sa peau. Il ne risquait pas de voir grand chose avec une telle chute, et pourtant, il savait qu'il y avait de la douleur par ici. Rory, il allait avoir un bleu, une marque, quelque chose qui lui rappellerait qu'il était tombé quand Eden était sur ses épaules. Et l'idée qu'il ait un souvenir de lui lié à une douleur lui serrait beaucoup trop le coeur.
Ne bouge pas, laisse-toi faire, s'il te plaît. murmura-t-il en appuyant les derniers mots, presque implorant.
Avec un acharnement hors du commun, Eden pressa ses mains sur le dos de son amis et usa de la magie de soin, propre aux Magis de sang AB, pour soulager son ami. Il voulait au moins lui épargner un bleu, au moins ça.

Parce que tout était de sa faute. C'était lui qui avait voulu grimper, c'était lui qui s'était emballé à l'idée d'être aussi grand qu'un arbre, c'était lui qui avait cueillit cette fleur et, enfin, c'était lui qui avait insisté pour que Rory voit la même chose que lui. C'était à cause de lui qu'il s'était mit sur le pointe des pieds, pour voir, pour lui faire plaisir parce que Rory le faisait toujours, Rory était génial, et c'était à cause de lui qu'il avait perdu l'équilibre et était tombé.

Les traits tirés, Eden se pinça les lèvres en tentant d'apprivoiser ces émotions qui le submergeaient.

C'était pas son domaine, les soins, même s'il savait faire, il était loin d'être très doué comme d'autres. Il l'utilisait jamais sur lui, parce que c'était inutile vu les blessures qu'il se faisait en une journée, il risquait de gâcher ces trente minutes autorisées plus qu'autre chose. Mais si c'était les autres, alors c'était différent.

Si c'était Rory, c'était différent.

S'il devait utiliser toutes les minutes qui lui restait pour qu'il n'ait pas mal, alors il le ferait. En réalité, un simple bleu se guérissait facilement, c'était que quelques vaisseaux sanguins qui avaient éclatés. Et pourtant, Eden, il restait bloqué dans le dos de Rory, à user toute la magie qu'il pouvait.

Je suis tellement, tellement, tellement désolé, pardonne-moi, s'il te plaît, c'est de ma faute, pardon.. murmurait-il à toute vitesse, comme s'il craignait que Rory ne se mette à le détester tout à coup, pour une simple ecchymose dans le dos.



hrp : EDEN IL EST PAS BIEN LA, FAUT QUE RORY IL FASSE UN TRUC.
Enfin, je vais pas te dire quoi faire non plus.
J'espère que ça te plaîîît (et j'avoue, j'ai un peu galéré parce que je visualisais pas trop comment ils étaient tombés, mais j'espère que ça va xD)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Mar 9 Aoû - 21:33

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



Ta voix ne l'atteint pas, il ne t'écoute pas, ne veut pas t'écouter. Il se concentre sur toi, parce que pour lui, c'est toi qui est important, actuellement, mais pour toi, ce qui est important c'est lui. Tu vois ses sourcils se froncer et tu as peur qu'il s'énerve, qu'il panique, qu'il ait ce sentiment entre la peur et la colère, ce mélange qui est... difficile à garder intérieurement, qui a besoin de se montrer, d'exploser.

— Est-ce que tu t'es fait mal ? Fait moi voir. 
— Non, ça va, t'inquiète. Rien de bien méchant j'ai juste glissé sur la terre.

Mais il ne t'écoute pas. Tu ferais pareil, tu le sais. Tu sais que si tu étais à sa place, tu serais en train d'accourir pour demander de l'aide, tu le porterais jusqu'à t'en essouffler. Il t'aide à te redresser et ton regard glisse sur sa jambe, tes paupières papillonnent et déjà, tu portes la main à son mollet.

— Hé, tu saignes ! Laisse moi v...

Mais il ne te laisse pas voir. Déjà, il est derrière toi, relève ton t-shirt et tu vas pour répliquer, pour lui dire que ce n'est rien, que ce n'est pas grave, qu'il n'aura rien demain parce qu'il a l'habitude mais sa voix te coupe. Elle te coupe, te détruit et te fais du mal. Parce que ce ton là, tu ne voulais pas l'entendre. Tu ne voulais pas entendre cette tristesse là dans sa voix, cette douleur qui n'a pas de sens. Elle n'a pas de sens, elle ne devrait pas être là. Si tu avais fais un peu plus attention, si tu n'avais pas glissé, elle ne serait pas là.

Elle ne serait pas là si ce n'était pas à cause de toi.

Tu sens une douce chaleur se propager dans ton dos, enlevant la légère douleur du au coup et tu attends. Tu attends patiemment parce que tu sais que tu n'as pas d'autre choix, parce que tu sais qu'à sa place, tu ferais la même chose. Tu jettes un regard à son mollet, serrant les dents en voyant le sang couler. Ça te rendait malade de savoir que c'était à cause de toi qu'il s'était blessé. Ce n'était pas grand chose, c'était quasiment rien, même. C'était que dalle, il fallait l'avouer. Mais ça te faisait du mal quand même.

Les minutes s'écoulent et toi, tu attends. Tu attends parce que tu ne peux faire que ça et quand il reprend la parole, ton cœur se serre et tu te tournes, vivement, tellement vite que tu as un mouvement de recul pour ne pas que vos têtes se cognent. Tes mains prennent son visage en coupe et tu lui souris, avec toute la douceur que tu peux, il n'y a que lui qui peut l'avoir, toute cette douceur, toute cette tendresse. Lui et lui seul.

— C'est pas de ta faute. J'ai glissé, à cause de la terre, c'est tout.

Ce n'est qu'un murmure. Un murmure qui s'échappe de tes lèvres, comme un secret que tu lui dirais, comme si c'était quelque chose qu'il était le seul à savoir, qu'il était le seul à pouvoir connaître. Ton front vient se poser contre le sien et tu lui souris doucement, fermes les yeux un instant. Juste un court instant avant de les ouvrir de nouveau, avant de le regarder, de lui sourire.

Parce que lui sourire est ce que tu fais de mieux, Rory.

— Je vais bien, d'accord ? Je vais super bien. C'est rien, j'ai l'habitude je fais les quatre cent coups tous les jours. Je vais bien et surtout. Surtout. Ce n'est pas de ta faute. Du tout.

Tes doigts quittent son visage alors que tes bras viennent entourer sa taille pour le serrer contre toi alors que tu es en tailleurs sur le sol, ton visage vient s'enfouir dans son cou. La position n'est pas très confortable mais ce n'est pas important. Rien n'est important tant que ce n'est pas Eden.

— Je vais bien, t'as rien fais, c'est pas de ta faute, je vais bien, t'en fais pas.

Les chuchotements viennent sûrement lui chatouiller l'oreille, la peau fine de son cou, mais tu lui répéteras encore et encore, jusqu'à ce qu'il en soit sûr et certain, jusqu'à ce qu'il te croie.

Je vais bien, t'as rien fais, c'est pas de ta faute, je vais bien, t'en fais pas, je t'aime.

Et c'est tout ce que tu ne lui dis pas mais tout ce que tu laisses transparaître.


HRP : j'ai même pas honte
trop de cuuuute




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Mar 9 Aoû - 23:55
Rory V. Blaise & Eden A. Joly1203 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?
Eden, il osait plus bouger, il voulait pas détacher ses yeux du dos de Rory. Il avait arrêté d'utiliser ses soins, et se contentait de garder ses mains collés contre le dos de son ami, le regard un peu perdu. Il ne savait pas quoi faire, maintenant. Il s'était un peu calmé, maintenant qu'il s'était assuré que Rory allait mieux, qu'il n'aurait plus mal, mais y'avait toujours cette boule dans sa gorge qui ne voulait pas se déloger, et qui aurait pu faire monter des larmes dans ses yeux dorés.

Y'avait cette douleur dans son estomac qui l'empêchait d'agir, et il ignorait totalement comment la faire partir. Comment faisait-il, d'habitude, quand il perdait ses moyens ?

Ah, oui.
C'est pas de ta faute. J'ai glissé, à cause de la terre, c'est tout. .
Les yeux d'Eden balayèrent le visage de Rory ainsi que son sourire avant de se perdre dans ses pupilles vertes. Parce que Rory s'était tourné vers lui, parce que Rory avait attrapé son visage, et parce que Rory il savait quand Eden il était mal, et comment faire pour qu'il ne le soit plus. Eden lui-même ignorait comment il faisait, comment ça fonctionnait, et si le grand brun lui-même savait toutes ces choses, en avait seulement conscience. Parfois, il songeait simplement qu'il était un magicien, ou un sorcier.

Mais non, Rory, c'est juste un Magis. Le plus beau et le plus génial des Magis.

Eden n'ajouta rien et baissa juste les yeux. C'était pas sa faute qu'il disait, et comme c'était Rory, alors Eden il avait pas d'autre choix de le croire, il aurait jamais remit sa parole en cause, pas lui. Mais c'était pas facile d'admettre tout ça, de pas pleurer comme un gamin qui venait d'avoir une grosse frayeur, c'était dur de pas s'acharner sur lui-même.
C'est moi qui ai voulu grimper... Et c'est moi aussi qui t'ai forcé à regarder... insista-t-il d'une petite voix hésitante, parce qu'il commençait à se demander si c'était bien utile de continuer sur cette voie.
Eden il ne put s'empêcher de scruter le visage de Rory tout près du sien, alors qu'il fermait les yeux. Il se sentait un peu mal à le regarder comme ça pendant qu'il ne le voyait pas mais, finalement, c'est ce qui parvint à détendre Eden, d'une certaine façon. Il aurait pu le regarder pendant de longues minutes, ce visage, mais Rory ouvrit rapidement ses yeux, et lui sourit.

Le cœur d'Eden fit un joli bond dans sa cage thoracique.

Rory, il venait de réparer la mécanique du cœur d'Eden, par un simple sourire, il avait redémarré son moteur, qui commençait à chauffer tout doucement dans sa poitrine.

C'était comme lorsqu'il l'avait consolé, tout à l'heure, et c'est là qu'Eden réalisa qu'il y avait que Rory pour faire ce genre de choses. Le calmer instantanément avec quelques mots gentils, quelques gestes tendres.
Je vais bien, d'accord ? Je vais super bien. C'est rien, j'ai l'habitude je fais les quatre cent coups tous les jours. Je vais bien et surtout. Surtout. Ce n'est pas de ta faute. Du tout.
Il n'en était pas trop sûr Eden, il aurait fallut plus d'arguments pour le convaincre, y'avait toujours ce sentiment de culpabilité qui voulait pas partir et qui lui tirait un peu sur l'estomac. Eden il avait envie d'accepter que c'était pas sa faute, il le voulait, juste pour Rory, mais son corps il refusait d'expulser ce malaise.

Mais Rory, il savait comment faire pour que tout ça ça parte, que ça disparaisse, parce que Rory il savait tout, il était magicien. Y'avait qu'à glisser ses bras autour des hanches d'Eden pour qu'il se sente déjà flotter, y'avait qu'à nicher son nez dans son cou pour qu'Eden il se sente un peu plus complet. Même si la position était bizarre, qu'elle demandait un peu de souplesse -et ça Eden n'en manquait pas-, bah il y voyait quand même la meilleure étreinte au monde. Parce que celles de Rory c'était toujours les meilleures.

Eden, il passa ses mains dans le dos de Rory et s'y agrippa comme si sa vie toute entière en dépendait, parce qu'Eden, il aurait pu laisser sa vie entre les mains de Rory que ça l'aurait pas dérangé. Le nœud dans le ventre d'Eden, il se défit simplement, la boule dans sa gorge, elle disparut mystérieusement.
T'es le plus incroyable des magiciens, Rory... murmura-t-il bêtement, même si sa phrase n'aurait probablement aucun sens pour son ami. Merci beaucoup.
Quelques minutes s'écoulèrent, les plus longues et les plus belles minutes qui soit, et Eden se recula avec regret de Rory. Parce que y'avait quand même ce truc qui piquait au niveau de son mollet, c'était pas grand chose, c'était même rien du tout, mais ça faisait des petits picotements et c'était moche.

Eden, il sortit de sa poche une boîte de pansements, ceux qu'il emmenait partout parce qu'il en avait vraiment toujours besoin. Il en sortie un gros, décoré de petits oiseaux jaunes. Ironie du sort, qu'il songea, mais il ne s'en soucia pas trop, essuya le sang du revers de sa manche et fixa le pansement sur sa peau. C'était beaucoup plus joli comme ça.

Il leva ses yeux dorés vers Rory et eut un instant de flottement en le regardant. Il aurait aimé retourner dans leur position, il s'en voulait un peu de s'être séparé de lui comme ça, juste pour masquer sa plaie. Alors il prit une initiative, celle de se relever pour commencer, puis de tirer Rory par le bras pour qu'il le suive dans sa démarche. Lorsqu'ils furent debout, Eden se saisit des deux mains de Rory pour les serrer dans les siennes, trop avide de ce contact. Il fit jouer de ses pouces sur leur dessus, les observa pendant de longues secondes, puis releva de nouveau ses yeux vers son ami.
Je ne peux plus te faire ta couronne, maintenant. fit-il avec une pointe de déception.
Parce que, là était le vrai problème désormais finalement. C'était plus les bleus dans le dos, c'était plus les plaies au mollet, ni la peur de voir l'autre chuter, c'était la couronne et plus rien d'autre. Parce qu'Eden, il acceptait d'oublier sa faute qui n'était pas vraiment la sienne. Mais il ne pouvait pas oublier le fait qu'il voulait lui faire cette belle couronne, et que Rory aurait porté parce que Rory était le meilleur.

Eden, il ne pouvait plus atteindre toutes ces fleurs qu'il aurait pu tresser entre elles et les déposer sur les cheveux si doux de Rory. Et c'était ça, la grosse déception du moment, finalement.


hrp : C'est très bof mais voilà, j'espère que ça te va.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Mer 10 Aoû - 0:23

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



— C'est moi qui ai voulu grimper... Et c'est moi aussi qui t'ai forcé à regarder...
— J'avais envie de regarder, lui chuchotes-tu comme tout le reste.

Chuchoter, c'est comme vous raconter des secrets, ça vous permet de vous enfermer, de faire comme si personne ne pouvait ni vous voir ni vous entendre. Chuchoter, c'était montrer qu'il n'y avait que vous qui étiez important, et que le reste du monde était fade à côté de vous. Chuchoter, c'était prouver que vous était ce qui vous définissait pendant un instant.

— T'es le plus incroyable des magiciens, Rory... Merci beaucoup.

Et tu souris contre sa peau, ton visage toujours enfouis dans son cou. Et tu déposes un baiser sur son épaule, un tout doux, un tout petit. Pas dans son cou, pas sur sa mâchoire. Parce que ce serait trop, parce que ça voudrait dire trop de choses et que tu n'es pas prêt à les accepter, à te l'avouer à toi-même, encore moins le lui montrer à lui. T'es pas encore prêt pour tout ça, tu le vois pas encore, tu l'ignores parce que tu ne veux tout simplement pas le comprendre. Et puis, d'habitude, ce n'était pas toi, qui déposait des baisers ici et là sur sa peau, c'était lui. C'était lui qui t'embrassait sur la joue, qui te faisait des bisous là où il pouvait, là où il pouvait t'atteindre. Ce n'était pas toi.

Ce n'était jamais toi.

Il se recule de toi, lentement, et tu te redresses légèrement, l'observant. Tu le regardes sortir des pansements de sa poche avec une légère surprise, parce que tu ne les avais pas senti, tu n'y avais même pas fais attention, et ton regard glisse sur sa coupure, légère, superficielle. Elle était loin de l'être, pour toi, mais finalement, objectivement, c'était pas grand chose. Lorsque le pansement est posé, tes doigts glissent sur son mollet, déposent une légère caresse comme pour faire disparaître la légère douleur, comme si tes doigts étaient magiques.

C'est lui qui est magique. De la tête aux pieds.

Il se lève et t'aide à te relever, te tirant par le bras, enlaçant vos mains immédiatement ensuite. Vos mains se devaient d'être enlacées. C'était plus fort que lui, plus fort que toi. Elles devaient juste être enlacées, serrées les unes contre les autres, en contact.

— Je ne peux plus te faire ta couronne, maintenant.

Comme toujours, la déception dans sa voix te brise le cœur et tu grimaces légèrement. Tu pourrais le porter, encore, sans hésitation, mais tu sais qu'il ne voudra plus remonter sur tes épaules après ce petit épisode. Même si vous n'aviez rien ni l'un ni l'autre, tu ne voulais pas le mettre en danger et il ne voulait pas que tu te fasses mal : dans tous les cas, l'un comme l'autre vouliez éviter tout accident.

— Si tu veux, tu me dis lesquelles tu veux et je vais les chercher ?

Ce n'était pas vraiment une alternative, tu n'étais pas sûr qu'il accepte car, après tout, là aussi tu risquais de te faire mal. Certes moins car il n'y avait pas son poids, son équilibre, mais il suffisait de rien pour que tu tombes, pour que ta prise lâche.

—  Je te promets de faire attention.

Parce que toi, Rory, tu pourrais tout faire pour le voir sourire. Parce que tes pouces qui caressent le dos de ses mains comme font les siens, ils voudraient essuyer toute déception de son visage. Mais toi, Rory, tu ferais tout pour l'entendre rire, pour le chouchouter, le serrer contre toi et le rendre heureux. Tu monterais aux arbres, porterais des couronnes de fleurs chaque jour que ce soit en cours ou à l'extérieur, même dans ta chambre, tu irais te balader dans la baie aux sirènes et tu chanterais des chansons Disney sous la pluie, si ça pouvait le rendre heureux. Tu le ferais, encore et toujours, jusqu'à en crever.

Tu le rendrais heureux jusqu'à ce que tu en crèves s'il faut.

Et tu ne te lasserais jamais de ce sourire sur son visage.


HRP :



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Mer 10 Aoû - 2:20
Rory V. Blaise & Eden A. Joly637 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?

Si tu veux, tu me dis lesquelles tu veux et je vais les chercher ?
Eden lui lança un regard mitigé, parce que très franchement, l'idée ne lui plaisait pas plus que ça. Rory, il était tombé en faisant du sur place, son pied avait glissé sur de la terre alors qu'il ne bougeait même pas. Qui sait ce qui se passerait s'il osait escalader un arbre ? Eden aurait aimé, oh oui il aurait aimé pouvoir tout accorder à Rory, lui dire oui aveuglément sans y ressentir la moindre appréhension.

Un peu comme il le faisait avec lui. Rory, il cédait facilement aux caprices d'Eden, et ce-dernier avait toujours mit sa sur le compte de son incroyable gentillesse.

Alors Eden, il pouvait bien dire oui des fois, lui aussi. Il mettrait ça sur le compte de son amour infini pour Rory.
Rory...
Je te promets de faire attention.
Eden fit la moue parce que, à ce rythme et avec ce genre de discours que tenait son ami, jamais il pourrait dire non. Eden regarda leurs mains mêlées une nouvelle fois, comme si elles avaient la réponse pour lui. Il appuya d'une légère pression sur celles de Rory, caressa une dernière fois leur dos, et en lâcha une pour la prendre et croiser son petit doigt au sien.
D'accord. Tu as promis
Eden s'élança donc à travers les arbres, tirant Rory avec lui. Il observa plusieurs arbres sur son passage, mais aucun ne lui convenait : trop grand, trop fin, trop lisse... Il voulait un arbre qui lui garantissait que son Rory, bah il se casserait pas la figure.

Il arriva alors auprès du plus petit arbre qu'ils aient vu jusqu'à lors. En réalité, il restait relativement imposant, mais Eden le trouvait tout de même bien moins gros que les autres. Rory pourrait atteindre les branches aisément, avec un peu d'agilité.
Celui-là a de très jolies fleurs. lâcha-t-il innocemment, comme si c'était la vraie raison de son choix. Tu penses pouvoir m'en prendre une dizaine ?
D'un coup d’œil qui se voulait expert -mais qui ne l'était pas- il observa attentivement les bras de son ami. À vrai dire, il savait déjà qu'ils étaient musclés, bien assez pour le faire tenir sur une branche. Eden tenta donc d'oublier son inquiétude et serra un peu plus la main de Rory, comme si l'idée même de devoir la lâcher pour le laisser jouer le petit singe l'angoissait déjà.
Tu n'auras qu'à cueillir et je les ramasserai d'en bas. Si tu tombes et que tu te fais mal, je ne te le pardonnerai pas !
C'était faux, tellement faux, à des années lumières de ce qu'Eden penserait vraiment, ferait vraiment. Rory ne se ferait pas mal, il avait promit de faire attention. Puis même s'il avait un accident, Eden, il se jetterait sur lui, le prendrait dans ses bras, lui chuchoterait des mots doux, lui proposerait un bisous magique, voire des bisous papillons sur la joue, et tout un tas de chose qu'Eden il accordait facilement, parce qu'il aimait les offrir, surtout à Rory.

Eden, il était prêt à tout pardonner à Rory, la rancune il connaissait même pas ce mot, c'était une notion abstraite qu'il ne saisissait pas, qu'il n'avait jamais saisit. Avec sa mère comme avec sa sœur, il avait pardonné, parce qu'Eden il pardonnait tout, parce qu'Eden il aimait beaucoup, beaucoup trop, pour ne pas dire "je te pardonne". Eden il s'en fichait qu'on le poignarde dans le dos après qu'il ait accordé son pardon -enfin, pas totalement, mais ce qu'il ne voulait pas, c'était avoir des regrets.

Surtout pas avec Rory.

Alors bien sûr qu'il le pardonnerait. Il lui pardonnerait tout et n'importe quoi, même la pire des crasse.


hrp : blblbl l'heure à laquelle j'ai écrit n'a pas aidée à la qualité du texte, j'espère que ça allait quand même et que j'ai pas écrit n'importe quoi mdr.
Vas-y Rory, va faire Tarzan dans les arbres, Eden il fera Jane
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Mer 10 Aoû - 11:10

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



Tu sais qu'il va céder. Tu connais ce visage, tu sais qu'il n'est pas totalement d'accord mais qu'il est comme toi : il ne peut rien te refuser. Et puis, tu as promis, et tu n'as qu'une parole, comme lui. Vos promesses, vous les teniez quitte à vous en détruire. Lui, toi. C'était important, vos mots, vos paroles, votre honneur, tout simplement. Tu souris quand il lie vos petits doigts et tu hoches la tête. Oui, tu as promis. Oui, tu feras attention. Vos mains toujours liées, il te tire à travers cette forêt rose et blanche. Il s'arrête devant un et tu esquisses un sourire.

— Celui-là a de très jolies fleurs. Tu penses pouvoir m'en prendre une dizaine ?
—  Autant que tu veux.

Il te regarde, semble te jauger et tu ne bouges pas, attendant son aval pour pouvoir commencer à grimper. Les arbres et toi, vous étiez copains, tu étais du genre à sauter sur les ponts suspendus, à les faire basculer de droite à gauche en riant aux éclats. Tu n'avais jamais eu le vertige de ta vie et l'escalade et toi, vous étiez bons amis.

— Tu n'auras qu'à cueillir et je les ramasserai d'en bas. Si tu tombes et que tu te fais mal, je ne te le pardonnerai pas !
—  Elles s'abîmeront si je les laisse tomber, non ? Et puis, je ne me ferai pas mal, je vais faire attention. Je te l'ai promis.

Les fleurs n'étaient pas si hautes, vraiment. Au contraire, elles semblaient tomber comme la pluie, mais il te manquait une dizaine de centimètres à peine pour pouvoir les atteindre. Les arracher allait abîmer l'arbre, les fleurs, alors tu allais les cueillir avec toute la délicatesse dont tu pouvais faire preuve parce que c'était pour Eden, et seulement pour lui. Tu caresses de ton pouce sa main une dernière fois avant de te diriger vers le tronc. Tu frottes tes mains l'une contre l'autre, fais craquer tes doigts avant de chercher un appuie ou deux, peut être trois. La première branche est basse, mais pas assez épaisse pour supporter ton poids. Il va falloir que tu montes un peu plus haut.

Tu vois déjà Eden devenir blanc comme un linge de l'inquiétude qui va le prendre quand tu vas grimper.

Tu montes. Une prise après l'autre, prenant ton temps, donnant l'impulsion qui faut avec tes hanches, tes jambes, tu testes certaines branches, vérifiant si elles pouvaient supporter ton poids le temps de quelques longues minutes. Et puis, tu en trouves une et tu t'assois à califourchon dessus, reprenant ton souffle. L'escalade, c'était un sport qui faisait travailler tous les muscles, qui les forçait à aller plus loin que leur limite. Tu devrais en faire plus souvent, Rory, c'est ce genre de sport qui te plaît.

—  Tu n'en veux qu'une dizaine ? Je peux en prendre plus, tu sais ? lui demandes-tu alors que tu commences à les cueillir, lentement, cherchant les plus belles.

Oh Rory, si un jour quelqu'un t'avait dit que tu allais cueillir des fleurs de cerisiers pour qu'on t'en fasse une couronne, tu l'aurais envoyé balader en riant comme un singe, parce que c'était tout sauf toi, ça. Tu n'allais pas cueillir des fleurs de cerisiers pour les porter en couronne, ce n'était pas ton genre, tu n'étais pas si délicat, si tendre, si plein d'amour. Et pourtant.

Pourtant Rory, c'est ce que tu fais, maintenant. Et seulement parce que c'est Eden, seulement parce que c'est lui qui te le demande, seulement parce que c'est son sourire à lui qui t'importe autant. Personne ne le sait, tout ça. Tu n'en as parlé à personne, tu ne l'as évoqué à personne. Arata ne sait rien, même pas lui. Et pourtant, tu dis tout à Arata, mais ça... ça c'est un secret, votre relation c'est ton jardin secret, c'est ce que personne ne doit connaître, ce que tu veux garder pour toi tellement c'est beau, c'est quelque chose que tu ne veux pas partager, sauf avec Eden.

Tu en attrapes un peu plus. Parce que tu sais que ça lui fera plaisir et, une fois une bonne partie dans tes mains, tu as un moment de réflexion. Ah, oui. Il fallait descendre, maintenant. Monter, c'était simple, descendre et sans ses mains, c'était plus compliqué. Tu regardes le sol. Tu n'es pas si haut que ça. Tu t'assois sur la branche, les deux jambes d'un même côté, et te laisses glisser.

Tu rencontres le sol avec un peu plus de violence que tu ne le pensais mais tes genoux se plient instinctivement pour amortir le choc, puis tu te redresses légèrement, t'assois sur le sol en déposant doucement les fleurs sur le sol.

—  Tadaaaam !

Et en plus, tu ne t'es même pas fais mal, si c'est pas beau, ça.


HRP :



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 396
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème Année
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Mer 10 Aoû - 13:42
Rory V. Blaise & Eden A. Joly900 mots ▬ citation : Somewhere Only we Know - Keane
Elastic Heart
AND IF YOU HAVE A MINUTE, WHY DON'T WE GO TALK ABOUT IT SOMEWHERE ONLY WE KNOW ? THIS COULD BE THE END OF EVERYTHING, SO WHY DON'T WE GO SOMEWHERE ONLY WE KNOW ?
Le coeur d'Eden allait bientôt faire exploser sa poitrine si ça continuait. Il allait pas cacher que, même s'il était impressionné de voir Rory escalader un arbre avec autant de facilité, il avait du mal à masquer son inquiétude. Son teint était à faire pâlir un mort à chaque fois qu'il voyait Rory faire une prise, mettre sa main sur une branche, poser son pied quelque part. Il mit un certain moment avant d'aller s'asseoir pour de bon sur l'arbre.
Tu n'en veux qu'une dizaine ? Je peux en prendre plus, tu sais ?
Non, ce n'est pas vraiment nécessaire... fit-il d'une petite voix.
À vrai dire, si Eden voulait tant que Rory descende au plus vite, au-delà de la crainte d'une mauvaise chute, c'était surtout pour qu'il puisse s'assurer sa présence à ses côtés. Rory, il était inatteignable là, Eden n'aurait pas pu lui toucher ne serait-ce que le pied s'il l'avait voulu. Eden, il voulait que Rory descende pour pouvoir lui tenir la main parce que là, t'es beaucoup trop loin de moi Rory.

Il ne le dirait pas à voix haute, même si c'était le genre de choses qu'Eden disait sans honte, sans hésitation, sans bégaiement dans la voix. Il voulait pas empêcher Rory de lui faire plaisir à lui, parce que même Eden aurait trouvé ça insultant de le faire. Alors il prenait sur lui, détournait les yeux lorsqu'il avait l'impression que Rory se penchait beaucoup trop où qu'il chavirait légèrement vers le côté, et attendait patiemment qu'il ait fini de faire tout ça pour lui.

Eden manqua de faire une attaque en voyant Rory se jeter du haut de cette branche. Est-ce qu'il était fou ? Même s'il n'était pas très bien placé pour faire la morale niveau prudence, Eden n'aimait pas du tout quand son ami lui faisait ce genre de frayeurs, même s'il n'en dirait rien.
Tadaaaam !
Il se précipita alors vers Rory pour s'asseoir à ses côtés, le plus proche possible, littéralement collé à lui comme s'il espérait littéralement fusionner avec. Il en vint à poser sa tête sur l'épaule du grand brun, s'appuyant sur sa joue, puis il observa d'un œil admiratif toutes les fleurs qu'il avait amassé. Tout les fleurs qu'il avait amassé pour lui et lui seul.

Symboliquement, Eden n'aurait probablement rien pu trouver de plus beau que ce simple geste, parce qu'Eden, il avait un lien particulier avec les fleurs. Il prenait ça pour un grand cadeau, même si cela avait impliqué une certaine angoisse de voir Rory chuter.
Tu as prit les plus belles. remarqua-t-il avec beaucoup de bonheur dans la voix.
Il leva alors son visage vers celui de Rory tout proche du sien et lui offrit son plus beau sourire, signe qu'il pouvait bien oublier tout ce qu'il s'était passé, et l'inquiétude immense mêlée à cette colère qu'il avait ressenti. C'était du passé. Il balayait mentalement tout ça du revers de la main, parce que Rory, il parvenait toujours à lui faire oublier toutes ces choses, tous ces petits drames quotidiens et routiniers d'une vie.

Grâce à Rory, il parvenait à ne retenir que les meilleurs moments, les plus beaux.
Je vais te faire ta couronne maintenant, la plus belle possible ! s'élança-t-il avec beaucoup d'entrain.
Eden commença par attraper les fleurs qui avaient les plus longues tiges pour faire des petits nœuds entre elles, ce qui lui permettrait d'avoir une base. Il essaya de la poser sur la tête de Rory à plusieurs reprises afin de vérifier qu'elle était à la bonne taille, ni trop large ni trop fine. Quand il fut satisfait, il s'empara d'un nombre conséquent de fleurs et, à l'aide de ses doigts fins et agiles, commença à les attacher, les tresser entre elles, les fixer ou les insérer dans des petits trous qu'il faisait avec ses ongles.

Eden, il avait fait ça des centaines de fois, parce que les fleurs, il adorait ça. Il en faisait pour lui, pour sa sœur à l'époque, pour sa mère, pour son père, pour ses amis, ou parfois tout simplement lorsqu'il s'ennuyait. Ses gestes étaient précis, signe qu'il savait beaucoup trop bien ce qu'il faisait, et en quelques minutes, la couronne était prête.

Eden leva ses yeux malicieux et excités vers Rory, impatient de le voir arborer le cadeau qu'il venait de lui faire. Il tendit les bras vers lui et déposa le plus délicatement possible la couronne dans ses cheveux bruns.
Rory, je te nomme Roi des Irlandais ! annonça-t-il solennellement en se retenant de rire.
Il aurait bien aimé avoir un miroir pour lui montrer le résultat lorsque les fleurs étaient sur sa tête, mais Eden songea que cela resterait un secret pour Rory, pour l'instant. Ce serait son petit plaisir à lui, de pouvoir le contempler avec sa couronne.
Tu ne peux pas le voir, mais tu es le plus beau des rois ! conclut-il en laissant échapper son rire pour cette fois. Tu mériterais d'épouser la plus belle des princesses.



hrp : keur
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 428
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Elastic Heart [PV Eden] Mer 10 Aoû - 19:05

 Elastic Heart

feat. Eden A. Joly
music



A peine assis et Eden vient se blottir contre toi, ton bras bouge pour entourer sa taille quand il pose sa tête sur ton épaule, observant ta cueillette plutôt belle, il faut l'avouer.

— Tu as pris les plus belles, te lâche-t-il, soufflant l'évidence avec tant de joie que tu ne peux que tourner le visage vers lui.

Et quand il te regarde aussi, ton souffle se coupe. Son sourire te coupe le souffle. Tu ne sais pas pourquoi mais il te coupe le souffle. Toute cette joie, tout ce bonheur, ça te coupe le souffle tellement c'est beau, tellement c'est pur, tellement c'est lui. Son sourire, il te réchauffe le cœur, il le fait s'emballer si vite, si fort, que tu es obligé de rester pour lui accorder l'oxygène dont il a besoin.

Il reprend la parole et tu laisses échapper un rire léger et tendre. Tu te redresses légèrement, te mettant un peu plus droit, tes doigts tapotant sur tes genoux, des fois les siens, battant un rythme ni trop lent ni trop rapide. Juste pour faire un peu de bruit tout en restant silencieux. Tu deviens une poupée qui se laisse manier à sa guise, des fois, tu suis ses mains du regard alors qu'elles portent à ta tête la structure de la couronne, vérifiant qu'elle était à la bonne taille. Et quand il commence à les attacher ensemble, tu le contemples avec cette petite étincelle qu'il ne voit pas, avec ce petit sourire si tendre et plein d'amour qu'il ne remarque pas.

Eden, c'est une fleur parmi les fleurs. Il est plein en couleurs, heureux, joyeux, rayonne au soleil comme à l'ombre. Eden, c'est la fleur des fleurs que tout le monde veut avoir pour soi mais que personne n'arrache, car elle est trop belle, là, à cet endroit. Et à cet instant, là, présentement, Eden est trop beau, ici, à cet endroit. En arrière plan, tu vois le rose et le blanc des fleurs, les troncs des arbres et l'herbe verte qui ne font que le faire ressortir encore plus. Ce paysage le rend encore plus beau.

Tu n'as pas vu les minutes défiler, parce que tu as passé ton temps à l'observer, à le détailler, à remarquer ces petites choses qui font de lui tout ce qu'il est, ce petit grain de beauté sur sa peau pâle, cette légère griffure, sur son bras, ce grand sourire qui étire ses lèvres, ces dents qui mordillent sa lèvre sous la concentration. Tu as passé tes minutes à l'observer, à le détailler, à le contempler comme on contemple une œuvre d'art.

— Rory, je te nomme Roi des Irlandais !

Tu retiens ton rire, tâches de garder ton sérieux, de rester droit et ferme parce qu'il est quand même en train de te sacrer roi, là, et ça, c'est pas rien ! Mais quand il reprend la parole, quand son rire chante à tes oreilles, tu ne peux t'empêcher de lâcher un rire aussi, un de ces rires qui tire tes joues, qui fait mal aux zygomatiques, mais qui fait tellement du bien.

— Tu mériterais d'épouser la plus belle des princesses.
— Je t'ai toi, j'ai pas besoin d'une princesse.

Tu as répondu sans réfléchir, sans vraiment y penser, parce que ça semblait si logique qu'il n'y avait pas de raison pour ne pas le dire, parce qu'après tout, c'était vrai : qui avait besoin d'une princesse quand on avait Eden ? Personne. Eden, il était tout ce qu'on voulait avoir, tout ce qu'on désirait, toute cette perfection tant voulue.

Si tu avais Eden, tu n'avais besoin de personne d'autre.

— Tu veux pas prendre une photo ? Comme ça je sais à quoi je ressemble, mh ? Pour voir si elle me va si bien que ça.

Tu avais surtout envie de voir ta tête, non pas pour savoir si tu étais ridicule ou non – tu t'en foutais un peu, d'avoir l'air ridicule – mais surtout pour savoir à quoi elle ressemblait, cette couronne faite par Eden. Parce que c'était un cadeau d'Eden et que tu voulais voir à quoi elle ressemblait. Et puis, entre la couronne et la fleur de cerisier qui était toujours calée sur ton oreille, tu devais ressembler à un prince de Disney.


HRP : ce rp est trop parfait pour notre propre bien c'est plus possible
j'ai l'air d'une niaise devant mon ordi




Voir le profil de l'utilisateur
Elastic Heart [PV Eden]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Shinrin Yoku :: HRP :: Archives :: Rp terminés-

Sauter vers: