AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

That's the wrong one. [PV : Shigure]
avatar
Ume

Messages : 296
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 3ème année
Groupe sanguin : A

MessageSujet: That's the wrong one. [PV : Shigure] Lun 8 Aoû - 18:18
That's the wrong one.
Mitsuko Natsu & Shigure Mugetsu


C'était une nouvelle année qui commençait. La jeune Mitsuko était habituée maintenant, à ce système. La première fois, c'était très compliqué, elle eut même peur de ne jamais s'y retrouver. Pourtant miracle, dès la seconde, elle avait compris. Elle était en troisième année maintenant et les deux précédentes s'étaient déroulées sans soucis majeurs, tant mieux d'ailleurs.

La fausse blonde venait de récupérer la clef de sa nouvelle chambre. Cette année, c'était la numéro trois qui lui avait été attribuée. Elle se demandait qui allaient être ses colocataires cette année et priait pour qu'elles s'entendent bien car elle a le souvenir d'une année, la première pour être précise, où une de ses camarades de chambre était étrange et semblait faire des choses douteuses. Mais il ne valait mieux pas savoir, sans doute. Cependant, Mitsuko n'a jamais su ce qu'est devenue cette fille, pour cause, elle ne l'a jamais revu. L'académie est si grande que ce n'est pas une chose étonnante. Même en y restant des années, il est impossible que quelqu'un ait pu voir absolument tous les élèves, à moins de véritablement les chercher.

Mitsuko emprunta les différents toboggans en traînant avec elle ses affaires. En vérité, c'est une chose qui la faisait toujours rire car cela lui rappelait son enfance. Dans son village, à Kamikatsu, il y avait un parc. Les installations n'étaient plus toutes jeunes mais elles étaient suffisantes. Cependant, la petite Magi n'avait que peu souvent l'autorisation pour s'y rendre et les rares fois où elle l'avait, elle devait batailler une fois là bas pour que les enfants lui laissent la place histoire de pouvoir faire une glissade ou deux. C'est d'ailleurs déjà arrivé que ses tentatives se soldent par un échec et Mitsuko rentrait chez elle en boudant. A cet âge là, les enfants sont déjà cruels, elle le comprit rapidement.

Chambre numéro trois, pour trois personnes ; facile à retenir. Une fois devant, elle essaya d'ouvrir la porte mais la poignée refusait de bouger, donc elle toqua, mais elle n'eut aucune réponse. Mitsuko se dit donc qu'elle était la première arrivante. Elle glissa la clef dans la serrure, tourna, et entra, confirmant par la même occasion qu'elle était bien la première. La chambre étant la même que les autres, elle n'était pas le moins du monde dépaysée. Un petit sourire satisfait étira ses lèvres ; la jeune femme se dit qu'ainsi, elle allait pouvoir choisir le lit qui lui convenait et ni une ni deux, elle se jeta bras tendus sur celui de gauche, voulant également tester la dureté du matelas. Tant pis si les autres filles râlaient, Mitsuko venait de faire sien ce lit ; les autres n'avaient qu'à arriver avant, nah ! Elle aurait bien voulu que ce matelas soit un peu plus ferme d'ailleurs, mais elle se débrouillerait avec. Au fait, pourquoi le lit de gauche ? Tout simplement car elle a pour habitude de s'endormir sur son flan droit, se retrouvant ainsi face au mur. En s'endormant de cette manière, elle était sûre que personne ne pourrait fixer son visage endormi. Parano ? Elle clamait qu'elle ne l'était pas et prenait pour excuse le fait qu'elle tirait une tête bizarre lorsqu'elle dormait et qu'elle voulait donc épargner ça aux autres. Timidité ? Allez savoir.

Mitsuko ferma  les yeux lentement, l'espace de quelques instants. Pour elle, c'était le calme avant la tempête. Les couloirs étaient un peu agités suite à l’emménagement de tout le monde mais elle se promettait de frapper le ou la première qui la bousculerait sous le coup de cette agitation. Elle aurait voulu que les chambres soient individuelles, mais étant donné que ce n'était pas elle qui décidait, elle allait devoir se contenter de cohabiter. Dans une telle usine -ou fourmilière, choisissez l'expression que vous préférez- c'était inutile de faire des réclamations, surtout sous prétexte qu'on souhaite égoïstement avoir une chambre privée. Avec un peu de chance, elle serait seule dans sa chambre si toutes les autres étaient déjà occupées par groupe de trois, mais Mitsuko savait qu'elle rêvait un peu trop déjà.

De longues minutes passèrent. Elle fini par se redresser, retirer rapidement ses chaussures, puis tira à elle sa valise pour la hisser sur le lit. Elle était lourde, cette valise. Trop de choses sans doute, les clichés de fille se confirmaient. Se disant qu'elle était seule pour le moment, elle ne vit aucun inconvénient à se changer. Après avoir couru un peu partout pour récupérer les clefs et d'autres choses à droite à gauche, elle avait un peu chaud. Comme une gamine de cinq ans, Mitsuko leva les bras pour retirer son petit pull blanc, restant bloquée une poignée de secondes avec son pull sur la tête. Puis, lorsqu'elle l'eut retiré, poussa un petit soupir d'aise. Elle posa le vêtement dans un coin puis ouvrit sa valise pour chercher quelque chose de plus confortable à mettre.

Un sursaut la prit lorsqu'elle vit la porte de la chambre s'ouvrir devant elle.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 20
Âge du personnage : 18 ans.
Année d'étude : 3e année.
Groupe sanguin : O.

MessageSujet: Re: That's the wrong one. [PV : Shigure] Mar 9 Aoû - 1:50
Chaque année, une chose se passait quand on débutait l'école. L'attribution des chambres, et toute l'errance dans le dédale que représentait le bâtiment des Umes. Entre téléporteurs et toboggans, il y avait de quoi se perdre quand on était dans ses premières années, ou quand on entrait tout juste à l'école. Où se trouvait le réfectoire, les chambres, la sortie... C'était tout un bazar monstre qui se déchainait, sous le regard attentif des poissons qui avaient une vue sublime sur nous autres, humains, depuis l'autre côté des verrières solides et autres vitres.
Un spectacle qui émerveillait toujours les nouveaux, et les rassurait quand ils devaient se retrouver dans tout ce bordel de magie et d'enfance. Un casse-tête, qui devenait encore plus amusant à résoudre lors des pauses repas, quand il fallait se ruer au plus vite vers la cantine. Trouver des routes improbables pour esquiver la masse, et éviter les débordements...

Et croiser au détour d'un téléporteur certains des élèves les plus âgés tentant des canulars avec de la magie. Résultant en la fin des roulettes de sa valise. C'est aussi un des plaisirs de la nouvelle année.
Et dire que j'avais emmené une grosse valise pour être vraiment tranquille et qu'avec tous les achats effectués ces deux dernières années sur l'île, je me retrouvais avec un poids assez conséquent sur les bras.
Utiliser la télékinésie ou la gravité m'auraient aidé, certes, mais devoir utiliser de la magie aussi rapidement et pour rien m'aurait agacé un peu plus. Au moins se seront-ils excusés et auront-ils compris que, non, ça n'était pas amusant pour tout le monde.

Surtout qu'apparemment, mon exemplaire de clef pour la chambre avait été donnée à une mauvaise personne. Et à part espérer que la-dite personne soit dans la chambre actuellement, ce qui m'épargnerait bien des soucis de devoir attendre, je ne pouvais rien faire d'autre. Pourquoi la journée commençait aussi mal ? A croire qu'une personne quelque part se plaisait à m'en faire baver, parfois..

Cependant ! Je pouvais au moins me consoler avec toutes les glissades et les téléportations aléatoire que j'effectuais pour ne pas perdre les bases. Les chemins les moins connus pour aller à la cafét, l'itinéraire le plus efficace pour la chambre... Et d'ailleurs, j'étais dans la 3, cette année. Joli hasard, pour le début de ma 3e année.

Après avoir indiqué son chemin à quelques premières années, j'arrivais assez rapidement devant la porte de ma chambre. Numéro 3, check.
Bien. L'heure de vérité arrivait. Taper à la porte avec ma valise sur les bras serait surement un peu ardu, alors j'allais devoir utiliser une autre méthode : ouvrir comme ça de dos.

Alors je le fis. Tout simplement, après avoir tapé à la porte comme je le pouvais du coude, ce qui n'avait pas dû s'entendre. Et la porte s'ouvrit, ce qui me fit lâcher un soupire de soulagement. Et une victoire, une.

"Excusez-moi, je ne sais pas si vous êtes mon colocataire ou non mais j'ai eu un problème de clef..." Je déboulais comme ça dans la pièce, valise plus visible que ma tête surement, avant de la poser sur le sol dans un petit soupire d'agacement "Et en plus sur le chemin, des senpais ont conduit au décès des roues de ma valise, une galère..."
... Mais. Je m'interrompis. Sous le regard d'une jeune fille *Plutôt belle* me dirait mon esprit, avec sa longue chevelure blonde, ses grands yeux, une poitrine bien acceptable pour une fin de croissance et mise en valeur dans un soutien-gorge...
" ... Eh ?"

Exactement. Pendant un instant, mon cerveau s'était relancé pour tenter de comprendre.
Soit, je m'étais trompé de porte, avais débarqué dans une chambre de fille random et avais pas fait gaffe. Me faisant arrivé à l'un des meilleurs moments surement pour avoir une vue sur ses atours apaisants. Soit, je me trouvais devant la personne convaincue d'avoir la bonne chambre, et dans ce cas... C'était devenue une situation. Assez embarrassante.
Mon esprit masculin ne pouvait cependant s'empêcher de retenir les lignes précises du sous-vêtement dans son champ de vison, avant que je ne me retourne pour attraper la valise et songer à m'enfuir, en pensant très fort que derrière moi, ça allait exploser.

... L'auteur faisait exprès de m'en faire baver encore un peu plus, n'est-ce pas ? Je ne m'étais pas trompé sur la chambre, ce n'était pas aussi grave que ce que je pensais quand même... Si ?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 296
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 3ème année
Groupe sanguin : A

MessageSujet: Re: That's the wrong one. [PV : Shigure] Mer 10 Aoû - 1:09
That's the wrong one.
Mitsuko Natsu & Shigure Mugetsu


Bouche bée. C'est ainsi que resta Mitsuko a l'arrivée soudaine de cette personne dans sa chambre. Au début, elle avait eut peur car la porte s'était ouverte devant ses yeux subitement, sans le moindre signe de politesse visible, donc elle était sous le coup de la surprise. Elle avait alors fixé un instant cette dite personne ou du moins elle essayait, car une masse opaque lui cachait la vue. Puis ce même obstacle tomba à terre sous une manipulation agile. Et le moment de drame arriva.

Une chevelure blonde. Un homme. Un homme ! Comment était-ce possible ?! Les joues de la jeune femme se tintèrent rapidement de rouge et son regard s'agrandit. Le pire, c'est que ce goujat ne décrochait même pas de cet endroit si féminin ; de cette poitrine qui avait grandit en toute sérénité ces dix huit dernières années... Personne n'était venu la déranger et elle n'avait subit que les regards de quelques filles à l'école, à l'occasion des cours d'EPS... Alors comment quelque chose d'aussi sein (saint) avait-il pu se faire désacraliser aussi facilement ?!

Le garçon se tourna, et Mitsuko eut comme réflexe stupide de pousser un cri aiguë, mais totalement féminin pour le coup, tout en tirant sur elle le drap qui recouvrait le lit pour s'enrouler dedans tel un petit sushi. Elle secoua la tête lorsqu'elle cru qu'il allait s'en aller et laisser ainsi la jeune fille dans l'embarras le plus total.

« Ah non tu vas pas t'en tirer comme ça, pervers ! J'suis sûre que tu l'as fait totalement exprès ! Tu pourrais au moins toquer quand tu entres dans une pièce, et t'excuser aussi ! »

Mitsuko se redressa et, gardant le drap enroulé autour du corps, prit le premier T-Shirt qui lui passait sous la main dans sa valise avant de l'enfiler, puis elle se leva et attrapa ses clefs pour les regarder. Elle avait terriblement envie de frapper ce garçon, mais elle se sentait encore bien trop gênée. Encore, s'il était de face, il aurait eut droit à une bonne gifle mais étant retourné, il y échappait. Après tout, il devait bien y avoir une explication à tout ça non ?

« C'est ma chambre, on m'a dit que c'était la numéro 3 et c'est les bonnes clefs, j'ai réussi à ouvrir la porte de la pièce avec ! Il doit y avoir une erreur, forcément ! »

La jeune blonde se mordilla la lèvre un instant puis secoua une nouvelle fois la tête avant de s'approcher du garçon et, une fois près de lui, lui murmura :

« Si tu parles à quelqu'un de ce que tu as vu, je te tue.... »

Puis elle fit éclater une petite bulle de savon contre la joue du blondinet avant de reculer de quelques pas, comme si elle avait peur qu'en se retournant, elle puisse subir une quelconque attaque. Mitsuko sera les poings puis fixa un instant ses clefs, l'air assez amère, visiblement encore bien énervée.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 20
Âge du personnage : 18 ans.
Année d'étude : 3e année.
Groupe sanguin : O.

MessageSujet: Re: That's the wrong one. [PV : Shigure] Mer 10 Aoû - 14:15
Si on m'avait dit que dès la rentrée je me retrouverai dans pareille situation, je pense que j'aurai laissé tombé. Je serai venu plus tôt, j'aurai couru jusque dans la chambre en poursuivant, tel un damné, la personne se trouvant par erreur avec ma clef. Parce que non, un cœur qui bat, un visage en flamme, et des pensées difficilement contrôlables se tournant vers certaines anatomies humaines, d'un coup, pouvait être gênant.
Bon, certes, ça n'avait été qu'un regard un peu perdu sur une vue que j'aurai pût, de toute façon, avoir si elle avait porté un débardeur. Au final, à y réfléchir, à part le fait que cette fille se trouvait avec un soutien-gorge blanc à nœud rose, c'était pas comme-ci j'avais pût voir grand chose.
Honnêtement, je pouvais m'en tirer un peu quand même non ? C'était pas trop grave pour l'instant non ? J'avais pas débarqué au moment où elle retirait son ultime linge pour le ranger avant d'attraper des changes, alors ça pouvait encore se rattraper non ?
Et un petit cri aigu s'était envolé. Heureusement, la porte était fermé, je pouvais échapper au drame que du monde vienne.

... Bordel. L'année commençait bien.
J'allais pas m'en tirer comme ça. Ouais. A trois, j'allais activer ma magie de gravité sur ma valise, l'attraper, et filer comme un dératé. Prévenir le responsable que je n'avais pas réussi à trouver la fille, et que s'il la voyait il faudrait qu'il lui demande les clefs. C'était un plan comme un autre. Je pourrai toujours aller me balader un peu en attendant, ou je ne sais pas.
... Mais mon regard était sur la porte, avec ce chiffre 3. C'était bien ma chambre, d'autres garçons viendraient et, si encore je pouvais ne pas trop en parler, car j'aurai autre chose à faire, je ne saurai pas ce qu'en penseraient mes colocataires.

Pas le choix. Il fallait que je désamorce la situation... Moi Shigure, 18 ans, arrivant sur mes 19 ans. Encore peu familier de la gente féminine. Moi, jeune homme dans une situation particulière. Merci, rpgiste; ta compassion me touche. Tout comme l'enfoncement mental que tu me fais actuellement.

J'hésitais grandement à me retourner, avec tout le bruit que j'entendais. Un bruit de fouille dans la valise, et avec une concentration formidable, je parvenais à me retenir de tourner la tête.
Parce que je ne pouvais qu'y penser. Derrière moi, dans ma chambre, au final. Une fille plutôt belle, qui avait commençait à se déshabiller.
Bon sang ! 18 ans de célibat, à ne voir les filles qu'en amies, en sachant que je ne pourrai pas faire de pas vers une ou deux me plaisant, ne pouvant qu'imaginer pouvoir leur serrer la main ou leur faire la bise. Et maintenant ça, une image bien gravée dans mon esprit ! Cette chevelure éclatante, ravissante. Ces courbes bien formées. Ces épaules frêles mais attendrissante. Gnh !
C'était... Perturbant. Mon âme de garçon sensible était encore sous le choc. Mon côté homme lui était autrement perturbé par l'idée.

Mais je le savais, qu'on t'avait dit que c'était la bonne clef, la bonne chambre. Je le savais, vu qu'on me l'avait dit. Oui, c'était la serrure à la clef dans tes mains, normal, vu que cette chambre était la bonne. Mais la bonne pour cet objet ! Pas pour toi, même si tu t'étais approprié un lit, même si tu avais déjà commencé ton train de vie, même si... Tout.
Et je voudrais te l'expliquer, te le dire... Mais je ne m'étais pas attendu à une telle situation d'entrée, rendant le concept même de te parler plus compliqué !

"Je sais je sais je sais ! Cependant ! Je parlais d'un problème de clef en entrant, non ? Il y a eu erreur dans les chambres !" Disais-je d'un ton un peu paniqué et embarrassé aussi.
J'hésitais encore à me retourner. Non pas à cause de sa menace avec la bulle, qui m'avait laissé un peu de savon sur la joue que je nettoyai du dos de la main. Mais plutôt... Parce que je ne savais pas comment lui faire face pour le moment.
Étrangement.

"Le responsable des chambres m'a prévenu qu'une fille s'est retrouvée par erreur avec la clef de ma chambre, qui sera une chambre de garçons du coup. Et si j'en crois ce qu'il m'a dit..."
Et j'espérais vraiment que ça soit vrai, même si les années précédentes le système avait été jugé inutile, compte tenu des magis pouvant tracer des objets, une sorte d'étiquette informatique devrait être présente sur les clefs pour remettre, le cas échéant, les clefs trouvées à leur propriétaire "Ce ne sera pas ton nom qui sera marqué sur la clef, n'est-ce pas ? Shigure, c'est moi."
Et je partais ensuite grommeler que cette année commençait vraiment fort, que toutes les gaffes et échecs s'enchaînaient et on en passe. Elle avait beau être énervée, pour le coup, j'étais aussi un peu grognon. Et je n'allais pas me laisser faire comme ça.

Mais dans un soupire, je me décidais enfin à me retourner vers cette fille, le regard détourné tant bien que mal, pour me gratter la joue d'un doigt : "Et j'ai pas trop envie d'en parler, ne t'en fais pas... Je ne suis pas du genre à dire à tout le monde quel sous-vêtement mettent les gens..."
Un léger regard vers son visage, en me battant contre mon côté masculin qui était tenté de baisser son regard et je continuai d'un ton un peu plus bas, me parlant peut-être un peu trop fort à moi-même : "... Et puis comment un garçon en pleine forme n'aurait pas pût être captivé par une belle fille..."

Après tout, quel garçon s'attendrait à croiser, dans sa chambre, une ravissante jeune femme en partie dénudée sur un lit, à part dans son imaginaire ?
Mais peut-être en avais-je trop dit en fait... Je venais de le remarquer.
Je crois que j'ai fait une erreur, non ? Ce regard semblait montrer bien autre chose que de la gêne...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 296
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 3ème année
Groupe sanguin : A

MessageSujet: Re: That's the wrong one. [PV : Shigure] Dim 21 Aoû - 8:27
That's the wrong one.
Mitsuko Natsu & Shigure Mugetsu


« Eh... Une chambre de garçon.. ? »

Mitsuko pencha un instant la tête sur le côté, assimilant comme elle le pouvait cette révélation. Mais après tout, ce n'était pas de sa faute non ? Elle avait simplement réceptionné les clefs qu'on lui avait donné et le tout correspondait, comment pouvait-elle savoir.. ? Bon, cela part du bon sens commun de vérifier mais elle était déjà fatiguée de sa journée, et elle avait véritablement envie de se poser et de se changer. Et puis les erreurs de chambre, c'était quand même pas courant, mais avec sa chance misérable, c'était bien sûr tombé sur elle. Elle venait donc de rentrer dans une chambre qui était normalement supposée accueillir trois hommes, et elle venait de se rouler dans un des lits... Comment expliquer qu'il soit défait.. ? Shigure avait intérêt à en prendre la responsabilité ! Et, comment pouvait-elle être la première dans la pièce exactement ? Des fois, Mitsuko se disait qu'il y avait sûrement quelqu'un quelque part qui lui en voulait, ou qu'on lui avait lancé une malédiction...

Alors la jeune blonde voulu vérifier et s'assurer que le discours que tenait l'autre blond était cohérent. Un léger souffle s'échappa de sa bouche,  et elle glissa une main dans sa poche. Elle avait l'air hésitante mais en même temps, elle n'avait pas du tout envie qu'il ait raison ; elle ne voulait pas remarquer qu'elle avait eut tord et par la même occasion, qu'elle venait de vivre un moment très embarrassant qu'elle aurait pu éviter d'un simple coup d'oeil.

Moment de vérité. Mitsuko sorti sa main et l'ouvrit devant ses yeux. Il y avait la clef et avec elle, cette fameuse étiquette ; ce bout de papier plastifié qui prenait d'un coup une grande importance. Elle semblait concentrée, à un tel point qu'elle ne portait plus grande attention aux propos tenu par le jeune garçon mais de ce qu'elle en entendait, cela semblait une fois de plus embarrassant, raison de plus pour ne pas l'écouter. Quel idiot, vraiment...

De son autre main, Mitsuko tourna donc l'étiquette pour découvrir le nom qui y était inscrit. Rapidement, elle lu « Shigure », et, ne cherchant pas plus loin, releva vivement le regard vers ce fameux Shigure qui était en train de lui faire un compliment mais étrangement, elle ne voulu pas le prendre comme tel. Elle se sentait une fois de plus totalement violée dans son intimité. En fait, elle aurait pu bien le prendre si le contexte s'y prêtait, mais ce n'était pas le cas cette fois-ci. Cela sonnait plus comme une moquerie même si dans le fond, elle savait très bien que ce n'était pas ça.

Mais ce simple petit nom suffit à la faire sortir de ses gongs et, dans cet excès de colère, elle jeta la clef au sol.

« Les Shigure, tous des idiots ! Vraiment ! J'ai compris va, je m'en vais ! »

Ce nom, après tout, lui rappelait des mauvais souvenirs. Elle n'y avait pas pensé au début, mais le lire et pire encore, le prononcer, avait suffit à faire remonter en elle des souvenirs amères et tristes, mais également de la colère et du regret. Les bons souvenirs, quant à eux, étaient enfouis plus profondément encore, et Mitsuko préférait ne pas les remémorer. A ce moment là, la jeune fille se détestait et détestait le monde. Elle se demandait si sa journée pouvait être pire que ça, et vint à la conclusion que ça allait être difficile.

La jeune Natsu se retourna pour attraper son pull et le rangea n'importe comment dans sa valise, la referma, puis se leva. De là, elle la tira d'un coup sec vers elle pour la faire descendre de la couchette, faisant tomber par la même occasion le drap qui la recouvrait. Péniblement elle porta sa valise à deux mains et se retrouva face à Shigure. Elle remarqua qu'elle était plus petite que lui mais pour le coup, elle s'en moquait pas mal ; elle ne faisait pas de complexe par rapport à ça. Mitsuko le fixa, les yeux plissés, et s'adressa à lui de manière sèche.

« Bouge.. »

Puis elle attendit simplement qu'il se décale et qu'elle puisse passer, comptant bien laisser derrière elle le « bazar » qu'elle avait mit dans la pièce. Après tout, si elle se trouvait avec la clef de cette homme, où se trouvait la sienne ? Pire encore, quelle chambre lui avait été attribuée au final ? Il fallait qu'elle fasse vite avant que le bureau ne ferme, car elle risquait de se retrouver totalement perdue...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 20
Âge du personnage : 18 ans.
Année d'étude : 3e année.
Groupe sanguin : O.

MessageSujet: Re: That's the wrong one. [PV : Shigure] Dim 21 Aoû - 18:40
Oui. Une chambre de garçon. Et un simple morceau de plastique venait visiblement de mettre le feu au poudre, si tant est qu'on puisse rajouter plus d'explosion dans cette situation déjà.
Non content de ne pas avoir vérifié le nom de la clef, ce qui pouvait encore s'expliquer du fait que l'académie avait parlé récemment de les enlever "pour des mesures écologiques et économiques" car nombre de ces petits morceaux se perdaient un peu partout sur l'île par négligence ou acte volontaires, ou simples canulars des étudiants. Aussi avaient-ils discuté de l'éventualité de les retirer. Visiblement, ça n'était pas encore en pratique, mais ça n'avait pas sauté aux yeux de tout le monde. Ni même dérangé la jeune femme blonde en face de moi, qui semblait sous le choc. Et venait de réaliser qu'elle s'était roulée. Changée. Trouvée dans une situation embarrassante -plus pour elle que pour moi certes- et ce, à cause d'une simple négligence. Ou car elle était vraiment maladroite et tête en l'air, peut-être.

Mais en même temps. Elle avait eu tord, n'avait pas fait gaffe. Rien de dramatique. L'erreur est humaine, je peux comprendre, je fais des bêtises de temps en temps, rate des expériences de magie, fais tomber des trucs... Non, vraiment, je peux comprendre, je n'ai aucun ressentiment. Juste de futurs ressentis désagréables qui m'attendront pendant quelques nuits. Mais sinon, tout va bien, tout est bien, tout se passe bien, on va bien ! Et même, je suis pas un mauvais bougre. En me rendant ma clef, je serai même prêt à faire l'impasse sur le lit, à expliquer à mes futurs colocataires que j'avais fait une sieste rapide avant de me lever et faire une course, alors qu'en fait, au vu de l'heure, je ne ferai qu'accompagner une personne en portant sa valise car sa situation est plus pressante que la mienne maintenant.
Alors.
Alors pourquoi. Je me retrouvais insulté gratuitement parce que mon nom est Shigure !
Mentalement, je voulais lui mettre une gifle, la secouer, attraper le premier coussin dans ma porté pour lui envoyer dans la face... Je sais pas, n'importe quoi. Bizarrement, cette violence verbale envers mon nom, plutôt que mon intégrité humaine, venait de me contrarier. Ah. Ah vraiment. Des idiots. Juste comme ça, alors que...

C'était pas moi, qui me trouvais dans la mauvaise chambre, avec la mauvaise clef, à faire une scène alors que j'étais en tord ! Mes accusations seront silencieuses, mais mon regard de lassitude, de contrariété et de jugement se tournait vers une personne. A la barre une fille, perturbante pour plus d'une raison maintenant,  jugée pour agressivité gratuite, lancer de clef et irrespect des droits des Shigure.

La lectrice malhonnête là, je te vois, je parle de ton personnage.

Les viewers, il est temps de lancer la célèbre phrase "et maintenant, devinons qui est le coupable." Vos indices sont une clef, un cheveu blond long trouvé dans une couverture et un cri féminin entendu par l'étudiant X.

Mais, revenons à notre problème.
Pourquoi venait-on de changer d'ascenseur, entre l'embarras et la colère d'un coup !

Alors je la regardais refaire à la hâte sa valise. Et se planter devant moi, avec une certaine animosité.

"Une bulle. Un lit défait. Une clef que je vais devoir récupérer. Et maintenant, juste parce qu'apparemment, mon nom écorche les oreilles de madame, alors que je n'ai rien fait, je me fais insulter ?"
Non. J'étais pas contrarié. Pas du tout. Encore moins par son attitude gratuite.

Avec mes maigres notions en télékinésie, je récupérais le petit objet métallique qu'elle avait jeté.
"Enfin, j'aurai préféré aidé à la méthode douce, mais..."


J'avançais vers la porte pour l'ouvrir, et la laisser passer, comme elle m'avait si bien ordonné. "Visiblement tu veux juste que je bouge."

Cependant, au moment où elle passait devant moi, surement un peu plus énervée de mon attitude, je l'attrapais dans mes bras.

"Mais merde, j'avais envie d'essayer un autre projet avec ma magie ce soir... Mais bon. Accroche-toi, t'as probablement jamais eu un transport comme ça jusqu'à présent !"


Alors, j'activais la magie de gravité. Serai cette fille contre moi malgré ses protestations. Et.
Une explosion. Puis une autre. Et encore une autre. Qui a besoin de toboggan quand on peut partir avec des explosions comme ça ? Pas votre protagoniste en tout cas, et sa compagne de fortune, qui devaient surement allé beaucoup trop vite pour les limitations de vitesse, et surprendre à peu près tout le corps étudiant croisé qui entendait le bruit. Ah, je prendrai surement un bon blâme pour tout ça... Mais bon. La laisser filer seule et peut-être raté l'attribution de sa chambre et la laisser dormir un peu à la rue, ou me prendre une colle en l'aidant de façon extrême mais efficace ?
Au moins je sauverai la face, elle ne pourra pas dire que je suis totalement un méchant et je me sentirai mieux pour elle.

Mais bon, l'atterrissage se fit un peu de fortune pour le coup, au hall. Ou du moins, je préférais tenir ma passagère une fois à bon port, car le premier coup, ça choquait toujours un peu.

"Et voilà, Air Shigure vous remercie de votre fidélité, et vous souhaite un bon atterrissage. Attention à la descente et passez une agréable journée."
Un léger sarcasme dans ma voix à la fin.

Probablement encore piqué au vif d'avant, même si ce voyage m'avait un peu détendu. Parce que c'était amusant. Parce qu'il m'en fallait peu au final, que j'étais encore un peu totalement enfant sur les bords. Alors, préférant veiller sur elle de loin, au moins pour voir si elle obtenait sa clef, j'attendais juste dans le hall.
Ah, qu'est-ce que je devrai dire au surveillant des dortoirs à cause du bazar que j'avais mis... ? Trouve ta clef blondy girl, que j'ai pas fait ça pour rien...


Dernière édition par Shigure Mugetsu le Mer 31 Aoû - 13:07, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 296
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 3ème année
Groupe sanguin : A

MessageSujet: Re: That's the wrong one. [PV : Shigure] Mer 31 Aoû - 11:47
That's the wrong one.
Mitsuko Natsu & Shigure Mugetsu


En effet. Mitsuko était peut-être allée trop loin. Elle n'aurait peut-être pas dû s'en prendre comme ça à lui. Mais c'était tout elle ; elle refusait de reconnaître la plus petite des responsabilités, parce qu'elle estimait que si elle s'était trompée de chambre, c'était parce qu'on lui avait donné la mauvaise clef, rien de plus. Elle refusait d'inclure dans cette problématique le fait qu'elle n'a pas pensé le moindre instant à vérifier, alors qu'elle avait eut au moins deux occasions : lorsqu'on lui a attribué la clef, et avant de rentrer dans la pièce.

Et maintenant. Maintenant, son agacement (si on pouvait encore appeler ça comme ça) avait déteint sur Shigure. Mais en même temps. Ce prénom, elle ne voulait plus l'entendre. Elle préférait qu'on lui découpe les oreilles plutôt qu'on lui murmure. C'était de la haine ; de la pure haine envers un petit enfant aux cheveux bruns, et surtout envers son père. Elle avait imaginé de nombreuses fois ce qu'elle ferait à cette famille, si elle la retrouvait. Car elle avait tant souffert à cause d'eux, et  pour quels crimes ?

Elle savait qu'elle était loin d'être la seule au Japon, à avoir été privée de ses parents. Elle en avait bel et bien conscience. Seulement, Mitsuko avait eut du mal à rebondir ; elle avait l'impression que sa vie lui avait été arrachée avant même qu'elle ne puisse commencer ; et elle avait l’impression d'avoir tout perdu tandis qu'elle ne possédait encore pas grand chose...


Mais voilà. C'était fait maintenant.
Shigure récupéra la clef qu'elle avait jeté, ce qui permit à la jeune fille de découvrir son groupe sanguin. Allez savoir, une telle information pouvait toujours être utile. Mais de quoi parlait-il exactement ? La méthode douce ? Tant pis. Mitsuko voulait simplement trouver sa chambre. Et la bonne cette fois. Cependant, en le voyant s'écarter aussi facilement, elle se demanda s'il était vraiment aussi docile que ça...

Et Mitsuko avait raison. Pourquoi d'un coup, pourquoi aussi subitement venait-il la prendre tout contre lui ? Pourquoi ce genre d'attention alors qu'elle aurait plutôt imaginé un coup bien placé.. ? Illogique, vraiment !

« QU-QU'est-ce que tu fais.... ?! Lâche moi ! Lâche j'te dis ! »

Alors elle se débattait, elle qui ressemblait à présent plus à un saucisson qu'autre chose. Elle essaya de lui marcher sur le pied pour le faire lâcher prise, mais rien ne semblait y faire. Pour ce qui était de la suite, la jeune blonde était loin de l'avoir imaginée : Soudainement, ses pieds ne touchèrent plus le sol, puis sans qu'elle ne puisse réaliser, elle se retrouva propulsée à une vitesse fascinante, digne des plus grands manèges du monde. Et dans la surprise -la peur aussi sans doute- elle cria, ou du moins tenta, car seul un simple son sorti de sa gorge. Elle était tellement paralysée que sa voix refusait de se faire entendre. Inconsciemment - réflexe instinctif-, elle s'accrocha à lui comme si sa vie en dépendait -c'était peut-être le cas d'ailleurs, car s'il la lâchait, elle risquerait sûrement de se retrouver encastrée dans un mur, et une crêpe Mitsuko, c'était sûrement pas ce qu'il y avait de plus appétissant...-.

Le trajet lui sembla durer une éternité tandis qu'à la vitesse à laquelle ils allaient, ce n'était plutôt que l'affaire d'une ou deux dizaine de secondes. Alors ils arrivèrent, dans le hall. l'atterrissage, car c'est comme ça qu'on pouvait l'appeler, c'était fait de la même façon que le décollage, c'est à dire de manière totalement brusque.

Et Shigure, de son côté, semblait véritablement amusé. Quand il relâcha la jeune feme, celle-ci douta de son propre équilibre ; c'est les jambes tremblantes que Mitsuko fit un, puis deux pas. On aurait dit qu'elle était sur le point de s'évanouir -c'était peut-être le cas- mais Mitsuko était solide et tentait de calmer son petit cœur comme elle pouvait, car celui-ci s'était affolé dans sa poitrine tant la situation lui avait parue brutale et incompréhensible. Elle avait aussi un peu la tête qui tournait, car le paysage avait défilé devant ses yeux si rapidement que son cerveau avait encore du mal à recoller les images pour en faire un film cohérent.


Mais le problème n'était pas là ; elle devait se dépêcher car sa clef n'allait pas l'attendre, elle, tandis que Shigure semblait parti pour. « Plus vite Mitsuko. Juste un petit effort. Reprends toi oy ! » se disait-elle pour se motiver. Dans le fond, il fallait avouer qu'elle avait trouvé ce petit tour de manège amusant, mais impossible de lui dire !


Un autre pas, encore un, et ainsi de suite. Sa marche semblait paradoxalement hésitante au début, puis franchement motivée sur la fin. C'est ainsi, en enchaînant les enjambées, que le petite Natsu arriva au bureau. Elle n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche que le réceptionniste s'exclama un « Ah ! » et se leva d'un bond de sa chaise pour attraper plus loin derrière lui une clef qu'il tendit par la suite à la blonde. Celle-ci regarda le petit objet métallique comme s'il s'agissait du saint Graal.

« Je savais bien que vous finiriez par revenir ! Encore désolé pour l'erreur mais cette fois-ci, c'est la bonne ! Vous savez, on distribue tellement de clefs que des fois on fait pas attention ; en même temps, entre la 3 et la 4 c'est facile de se tromper, c'est le casier d'à côté ! Bonne soirée ! »

Mitsuko attrapa donc cet objet tant promis entre ses mimines puis poussa un long soupir de soulagement, remerciant ensuite le réceptionniste et s'éloignant quelques pas plus loin. Elle se mit alors à fixer sa clef, poussa un autre soupir, puis se rendit compte d'un détail : un petit « 4 » qui était inscrit au niveau de la tête de la clef et qui indiquait donc son numéro de chambre. La numéro 4. Le réceptionniste lui avait bien signalé, mais la pauvre Mitsuko, sans doute encore trop sous le choc, ne semblait pas l'avoir écouté. Alors elle voulu jeter la clef, une fois de plus, parce qu'elle se rendit compte qu'elle et Shigure allait être voisins ; leurs chambres étaient juste en face, ils risquaient de se croiser souvent, et ce, pour toute une année.... Non impossible ! La jeune femme jeta un coup d'oeil désespéré en arrière en direction du guichet et regarda l'homme qui était prêt à tout fermer. Mais pas de doute... Il avait dit que c'était bien la bonne clef non.. ? Mitsuko était condamnée.

Elle se retourna à nouveau et rangea avec amertume la clef dans sa poche et grogna un peu en s'avançant à nouveau dans le hall. Shigure était toujours là à l'attendre mais à présent, elle ressentait encore moins l'envie de lui adresser la parole. Mais elle y était bien obligée.

« C'est bon j'ai la clef. Merci, je vais dans MA chambre. Et à pied cette fois. »

Elle lui lança un regard encore un peu perdu entre la colère et la gêne, puis passa son chemin. C'est encore titubante qu'elle s'éloigna dans un des nombreux couloirs, mais celle-ci ne menait pas en direction des chambres. Cependant elle connaissait bel et bien le chemin après avoir déjà passé deux ans ici, mais le fait est que la jeune femme se dirigeait dans la salle d'eau qui se situait un peu plus loin dans le couloir. L'endroit était désert. Elle en profita pour souffler un instant et reprendre davantage ses esprits. Elle fit un puit avec ses mains pour récupérer de l'eau avant de se frotter le visage avec quelques instants. Un fois cela fait, elle appuya ses mains au lavabo et se regarda dans le miroir, soufflant. Deux trois gouttes d'eau lui tombèrent dans le cou, et Mitsuko ferma les yeux. « Du calme... C'est passé, ce n'est rien... Et puis t'es pas obligée de parler à Shigure, et c'est pas sûr que tu le croises aussi souvent que tu ne le penses ma vieille. Aller reprends toi, et penses à autre chose ! C'est juste « un » Shigure, y'en a plein, on est au Japon !» disait-elle plus pour elle-même qu'autre chose.

Elle attrapa une serviette et se sécha le visage. Après avoir soufflé une dernière fois, elle rouvrit les yeux, prête à reprendre son chemin.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ume

Messages : 296
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 3ème année
Groupe sanguin : A

MessageSujet: Re: That's the wrong one. [PV : Shigure] Mer 7 Juin - 18:53
[ RP ABANDONNE ]
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: That's the wrong one. [PV : Shigure]
That's the wrong one. [PV : Shigure]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Shinrin Yoku :: Ameeblue :: Lacs verdoyants :: Dortoir des Ume-

Sauter vers: