AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory]
avatar
Ajisai

Messages : 148
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Mer 10 Aoû - 1:45

Deux geeks, des chips et du Coca

La journée crevante de cours venait de s'achever. Comme à son habitude, Arata s'était rendu dans le club de musique pour mettre en pratique sa passion en usant de sa voix, en faisant de la gratte et en coachant ses kohai. Rien de spécial en somme; pas de concert à l'horizon, pas de copine avec qui passer du temps. Enfin au moins, il pouvait compter sur ses potes pour le sortir de ce cercle infernal du train-train quotidien d'étudiant à l'Académie, sinon la vie serait bien triste.

En parlant de ça justement, Arata avait prévu une bonne soirée gaming avec Rory après le repas du soir histoire de décompresser avant d'aller dans les bras de Morphée. Faut dire que ça faisait un bon bout de temps qu'ils n'avaient pas fait un truc pareil. Il avait dans l'idée d'inviter Shion aussi, vu que c'était tout de même son colocataire hein, le problème étant que l'ajisai avait déjà quelque chose de prévu à l'extérieur. Ce qui fait que les deux allaient se retrouver tout seuls pour s’acharner sur leurs manettes, à se marrer pour tout et n'importe quoi, à grignoter jusqu'à s'éclater l'estomac - et encore. En tout cas les deux compères n'allaient pas s'ennuyer, ça c'était piiiire que certain.

Une fois le repas fini, ils erraient tranquillement à travers la nuit vers leur dortoir perché dans les arbres, avec ces cabanes qui leur servaient de chambres et donnaient l'impression de se prendre parfois pour Tarzan. Arrivé devant la sienne, Arata ouvrir la porte puis lança les clés à son collègue.

— Tiens, Attrape ! Je file à la douche moi, j'en ai pas pour long. Du coup je te laisse chercher ce qu'il faut dans ta chambre et tu m'attends dans la mienne, ok ? Paume surtout pas les clés hein !

S'il était sérieux ? Bien sûr qu'il l'était ! Même s'il le disait sur le ton de la déconne avec un grand sourire. Arata lui sortait tout ça mais en réalité, il avait une confiance aveugle envers Rory. Et puis à part faire preuve de maladresse, quel était l'intérêt pour lui de faire le sale coup de perdre les clés à part se retrouver tous les deux dans la mouise ? Absolument Aucun.




Dernière édition par Arata Kagami le Ven 12 Aoû - 4:52, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Mer 10 Aoû - 10:52

 Deux geeks, des chips et du coca

feat. Arata Kagami
music



Comme la routine vous l'autorisiez, vous étiez passé au club de musique après les cours, tu avais pianoté sans vraiment joué, à la recherche d'une inspiration qui ne venait pas vraiment. Tu avais accompagné quelques chanteurs sur des chansons qu'ils voulaient tester, mais rien de plus. Puis vous aviez quitté la salle du club de musique, marchant tranquillement jusqu'à Rin Forest, prenant votre temps parce que vous n'aviez que ça à faire après tout.

Vous arrivez devant la cabane d'Arata, qu'il partage avec Shion, et il te lance les clés que tu rattrapes in extremis alors qu'il commence son petit discours :

— Tiens, Attrape ! Je file à la douche moi, j'en ai pas pour long. Du coup je te laisse chercher ce qu'il faut dans ta chambre et tu m'attends dans la mienne, ok ? Paume surtout pas les clés hein !
— Je pense que je vais en prendre une aussi..., puis, après un moment :  Hé ! Je suis pas toi je perds pas les clés des autres !

Il s'échappe alors que tu lèves les yeux au ciel, passant par le pont suspendu après avoir rangé les clés au fond de ta poche. Bon, il n'avait jamais perdu tes clés, il les avait juste posé quelque part et il ne s'en souvenait plus où, c'était différent. Ou alors tu les avais caché pour lui faire croire qu'il les avait perdu. Juste une petite blague. Rien de bien méchant, évidemment.

Une fois dans ta chambre, tu as un léger soupir de soulagement en voyant qu'Ambros n'est pas là et tu files à la douche illico presto et, cinq minutes plus tard, tu ressors encore un peu humide, les cheveux dégoulinant d'eau sur un t-shirt que tu enfiles à la va-vite. Tu récupères tes clés, celles d'Arata, fourres dans ton sac les deux bouteilles de coca achetée ce matin même et tu récupères même un paquet de chips fermé qui traîne depuis quelques jours dans la chambre.

Tu quittes ta chambre, sifflotant un air que tu connais par cœur, sautilles un peu sur le pont suspendu avant d'arriver à la chambre d'Arata et d'y entrer comme si c'était la tienne. Tu t'affales sur le premier lit que tu vois, abandonnes le sac sur le sol après avoir sorti le paquet de chips que tu ouvres déjà. Tu jettes ses clés sur sa table de nuit et elles glissent jusqu'au bord... sur le coup, tu as un peu peur qu'elles tombent mais elles s'arrêtent à la limite et tu te félicites intérieurement.

Franchement, qui pouvait faire un lancer de cette perfection, hein ?

— Tu fous quoi dans la salle de bain ? Tu te touches ou quoi ?

Non parce que ça commençait à être long, quand même.


HRP : J'ESPERE QUE CA TE VA
AMOUR SUR TOI ♥




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 148
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Ven 12 Aoû - 19:29

Deux geeks, des chips et du Coca

L'effet de sa taquinerie l'avait bien fait marrer vu la réponse de son meilleur pote.

— Hé ! Je suis pas toi je perds pas les clés des autres !
— Allez Capt'ain Obvious, t'en fais pas va j'aurais peut-être terminé avant toi !

Puis le voilà partit le sourire jusqu'aux oreilles. Sa chambre ? Vide. De gens bien sûr. Shion avait dû partir directement puisqu'il n'était pas là. Il avait juste à prendre une douche vite fait et bien fait qui lui prendrait quoi...10 min ? Hé bien non. Entre rêvasser sous l'eau, se sécher, vérifier dans la glace qu'il n'avait pas besoin de rasage et s'habiller, on ne pouvait pas dire que le Arata avait mis les bouchées doubles comme Sonic là. D'autant plus qu'un certain quelqu'un semblait s'impatienter à l'extérieur. Qui, Rory ? Qui d'autre ? Pas le Pape en tout cas.

— Tu fous quoi dans la salle de bain ? Tu te touches ou quoi ?

Le half n'a pas répondu tout de suite. Il est juste sortit, les cheveux humides, la serviette sur ses épaules avec un short et débardeur sur le dos, un air amusé et fier sur son visage.

— C'est nouveau ça, je peux pas prendre mon pied maintenant ?

Les détails, ce n'était pas utile. Mais ça l'était pour bien insister sur le fait qu'il y avait presque écrit sur son front "Bonjour, j'aime faire du second degré. Cordialement". Sur ce, l'hôte se dirigea vers le coin gaming de la chambre; la télé pas dernier cri mais en HD et assez grande pour que ça soit confortable; et puis y'avait une étagère que Arata partageait avec son colocataire, y'avait peut-être ses jeux et quelques goodies, mais aussi ceux de Shion. De quoi les envier un peu en fait lorsqu'on mettait les pieds ici.

Sifflotant un air de Viva la Vida - la dernière chanson qu'il avait chantée tout à l'heure dans le club - il cherchait des jeux qui pouvaient se faire en multijoueur quoique avant, fallait qu'il sache ce qui bottait son invité.

Bon, t'as envie de jouer à quoi ? Injustice, Mortal Kombat X, Need for Speed, Tales of, Dead or Alive 5 pour la PS3 ? Il se retourna vers l’intéressé, s'arrêtant donc de déballer tout ce qu'il était entrain de citer à haute voix Ou alors si tu veux y'a Super Smash Bros, Splatoon, Hyrule Warrior et Mario Kart sur la Wii U.


C'était pas mal en fait.





HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Sam 13 Aoû - 11:04

 Deux geeks, des chips et du coca

feat. Arata Kagami
music



Il ne te répond pas tout de suite et tes yeux attrapent sa silhouette quand il sort de la salle de bain quelques secondes plus tard, habillé, les cheveux aussi humide que les tiens.

— C'est nouveau ça, je peux pas prendre mon pied maintenant ?
— Fallait me dire, j't'aurai rejoins sous la douche si j'avais su que tu voulais le prendre maintenant, ton pied.

Mais tu n'arrives pas à tenir ton sérieux bien longtemps et tu ris sans même t'en apercevoir. C'était juste impossible que tu penses à faire quoique ce soit avec Arata, ça te semblait loin d'être naturel, loin d'être possible. Il sifflote l'air de Viva la Vida, qu'il a chanté au club et sur lequel tu l'as accompagné au piano, et tes mains l'accompagnent en tapotant un rythme sur tes jambes. Tu attends qu'il te fasse la liste de ces jeux que tu connais par cœur depuis le temps et tu réfléchis un instant.

— Hyrule Warrior, ça fait longtemps que je l'ai pas touché !

Tu l'avais sur ta 3DS, mais tu préférais la version Wii U, et puis, sur ta console, tu jouais plus aux vrais Zelda. Hyrule Warrior, c'était juste en attendant la sortie du prochain, sortie que tu attendais avec impatience. Et puis niveau PS, tu t'étais arrêté à la PS2, te concentrant plus sur la licence Nintendo qu'autre chose, tu avais du piquer la PS3 à un de tes potes en Irlande pour pouvoir jouer à Birth by Sleep. Et tu avais ramé pour avoir le droit de lui piquer sa PS3 pendant quelques petits jours !

Pendant un instant, tu penses à Eden que tu n'as pas vu depuis quelques jours. Tu aimerais en parler à Arata, réussir à trouver les mots mais de l'autre côté, tu ne veux pas mettre des mots sur ce qui te tracasse, ça rendrait tout ça trop réel, trop vrai. Et tu n'as pas envie de rendre ça réel pour le moment, pas encore, tu n'es pas prêt. Mais pour le moment, tu as envie de lui parler de Lullaby.

— T'en veux ? demandes-tu en lui tendant le paquet de chips que tu as bien entamé.


HRP : C'est parfait ♥
et, omg la voix d'Arata je meurs **
C'EST UN PEU COURT PARDON j'espère que ça te va




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 148
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Dim 14 Aoû - 20:19

Deux geeks, des chips et du Coca

Ils faisaient la paire avec leurs cheveux mouillés et à s'attaquer à coup d'âneries. Mais alors la connerie balancée par son meilleur pote l'avait littéralement achevé; les deux étaient hilares.

- Comptes sur moi, j'y penserai la prochaine fois !

Souffla-t-il entre deux rires. Non c'est vrai, il connaissait les penchants de Rory et pourtant ce dernier n'avait jamais tenté justement parce que leur amitié était plus forte que tout, rien d'autre. De toute façon, Arata n'était pas intéressé. Pas Rory spécialement. Simplement les mecs en général. Sans compter qu'une fille en particulier semblait déjà occuper son esprit sans qu'il ne soit encore totalement sûr si ce n'était que de l'admiration qu'il éprouvait à son égard. Depuis quelques temps déjà, il brûlait d'envie d'interroger l'irlandais à son sujet puisque elle et lui semblaient bien se connaitre d'après ce que Arata avait cru comprendre. Dans une certaine mesure, quelque chose dans sa poitrine s'agitait du fait de le savoir. Il n'avait encore rien dit à son meilleur ami qui ne se doutait peut-être de rien, puisque le half faisait aussi attention à ses pensées pour ne pas se faire griller comme un débutant.

Le truc, suffise que par hasard Rory utilise sa lecture de pensées volontairement ou non sur lui au mauvais moment, et c'était mort : il pouvait être bon pour un interrogatoire qui allait durer 10 ans, c'est pas une blague !

Bon allez fallait faire quoi déja ? Aaah oui, prendre Hyrule Warriors sur l'étagère comme l'avait suggéré son ami. Parce que lui aussi en plus n'y avait pas joué depuis un moment.

— T'en fais pas, on sera deux comme ça. Je suis entrain de me refaire les Persona ces temps-ci et j'ai pas eu le temps de m'y remettre.

Puis là, on lui tendait le paquet de chips déjà entamé.

— T'en veux ?
— Ouep, merci.

Hop, une poignée avant de commencer à brancher les fils de la Wii U. Ça le bottait bien, parce qu'il n'avait pas touché grand chose au repas du soir sachant que ça allait bien se remplir derrière. Parce que oui, il avait de quoi grignoter en réserve lui aussi sous son lit vu le nombre de passages par semaines que les gens font dans sa chambre, fallait bien occuper leurs estomacs aussi. La console, ça lui a pas longtemps pour la mettre en place. Le seul truc chiant, c'était de synchroniser le gamepad avec ce foutu détecteur de mouvements. On l'entendait râler Arata, et il a suffit d'un bouquin prit au pif mit en dessous pour que ça soit réglé.

Accroupi, il se releva avant de se laisser aller sur le lit à côté de Rory en prenant une manette de wii au passage.

— Manette ou gamepad ?

Une fois son choix fait chacun avait ce qu'il fallait, en théorie. Y'avait l'écran titre, personne autour, pas de cours qui prennent la tête. Juste deux potes. C'était l'occasion parfaite pour se jeter à l'eau tout dans le naturel, évidemment.

—  Tiens au fait...Lullaby, tu la connais depuis longtemps ? Après ça ne m'étonnerait pas vu que vous êtes tous les deux irlandais, mais ce qui me surprend en fait c'est qu'elle est de la même année que moi et vu nos goûts en communs tu ne me l'avais jamais présentée. C'est dommage, elle est cool en plus ! Enfin pas grave c'était juste pour savoir, je suis curieux.

A ces mots, Arata piqua encore des chips dans le paquet en ne se rendant même pas compte que ce qu'il venait de dire pouvait paraître louche. Ce qui le préoccupait surtout là, c'est que ses mains étaient maintenant trop grasses pour jouer sans tout salir. Comme quoi, avoir des mouchoirs pas loin servait toujours.




HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Dim 14 Aoû - 21:02

 Deux geeks, des chips et du coca

feat. Arata Kagami
music



Et c'est ça qui est si bien entre vous. Le rire est toujours présent, tous les sujets peuvent être abordés, tout ce que vous pensez peut être dit, sans hésitation, sans faux-semblant, sans peur d'être jugé. Et c'est ça qui est magique. C'est pour toutes les relations différentes que tu as ici que tu as toujours un pincement au cœur quand tu retournes en Irlande, c'est pour toutes les relations que tu as crées ici que tu es heureux d'être à Shinrin Yoku malgré cette prison dorée, cette peur constante d'attraper ce cancer, ce virus. Parce qu'à chaque fois que tes migraines venaient, apparaissaient, tu avais toujours cette appréhension en allant à l'infirmerie. Mais ce n'était jamais rien de bien grave, juste tes dons qui étaient trop mentaux, qui te demandaient beaucoup de concentration, rien de plus.

Pour le moment.

Il prend une poignée de chips avant d'essayer de synchroniser le gamepad et tu ris en le voyant galérer, râler.

— Manette ou gamepad ?
— Gamepad allez.

Tu le prends entre tes mains une fois que tu les as essuyées et tu t'étires avant de mieux te caler, t'asseyant en tailleurs sur le lit, tes pompes traînant quelque part dans la chambre.

— Tiens au fait...Lullaby, tu la connais depuis longtemps ? Après ça ne m'étonnerait pas vu que vous êtes tous les deux irlandais, mais ce qui me surprend en fait c'est qu'elle est de la même année que moi et vu nos goûts en communs tu ne me l'avais jamais présentée. C'est dommage, elle est cool en plus ! Enfin pas grave c'était juste pour savoir, je suis curieux.

Un sourire vient étirer tes lèvres. Lullaby hein ? Et dire que tu n'avais même pas eu à lancer le sujet toi-même, si c'était pas de la chance ça, tu savais pas ce que c'était ! Tu l'as regardé dès que le prénom de Lullaby s'est échappé de ses lèvres, abandonnant des yeux l'écran du gamepad.

— J'voulais la garder rien qu'pour moi, c'pour ça, lâches-tu, légèrement moqueur.

Puis tu reprends, un peu plus sérieusement, tes bras nonchalamment posés sur tes cuisses alors que tu le regardes peut être un peu trop fixement avec tes yeux verts :

— Nan en vrai, j'y ai jamais vraiment pensé, c'est tout. Elle te plaît ?

Autant entrer dans le vif du sujet directement. Si Arata et Lullaby devaient se mettre ensemble, tu serais l'un des mecs le plus heureux sur terre. Ils étaient tous les deux tes meilleurs amis, ils avaient tous les deux perdus un frère, ils avaient tous les deux perdus un jumeau. Ils méritaient le bonheur. Ce bonheur où l'on peut faire confiance à l'autre, ce bonheur où l'autre nous comprend au simple regard, à la première parole, au léger frissonnement, frémissement. Et pouvoir les voir heureux, le temps de quelques instants, quelques semaines, quelques mois voire plus... ça te rendrait heureux aussi.

Tu étais légèrement surprotecteur envers elle même si c'était elle l'aînée entre vous deux. Tu ne pouvais pas t'en empêcher, c'était plus fort que toi. Tu avais ce besoin viscéral de la protéger. Sûrement parce que tu n'avais pas pu protéger Marie. Tu avais envie de lui poser un millier de questions, sur ce qu'il voulait avec elle, s'il compter tenter quoique ce soit, s'il voulait quelque chose de sérieux, de juste comme ça mais tu te retiens, Rory. Tu te retiens parce que ce besoin de la protéger pourrait les étouffer tous les deux et tu ne veux pas étouffer la petite étincelle, au contraire, tu veux la faire brûler, tu veux qu'ils se connaissent, se serrent, s'apprennent.

— J'suis vachement protecteur envers elle, je l'ai connu grâce à ma sœur, on s'était jamais vraiment parlé puis on s'est revu ici et... j'sais pas, je crois qu'on avait besoin tous les deux de retrouver un peu le pays, tu vois ? lui dis-tu sur le ton de la confidence, puis tu continues : C'est ma sœur autant que t'es mon frère.

Wow. Moment émotions, déjà ? Alors que vous n'aviez même pas un peu d'alcool dans le sang.

— Franchement, si elle te plaît vraiment, fonce. Vous le méritez tous les deux.

Et ton regard se détourne sur ton gamepad, abandonne son visage parce que ça te gêne un peu, tout ça, d'avoir dit tout ça d'un coup sans vraiment y penser, sans vraiment y réfléchir.


HRP : C'est nickel perfect ♥
J'AI ETE AUSSI INSPIREE J'ESPERE QUE CA TE VA
Mh je change si y'a quoique ce soit qui va pas




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 148
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Lun 15 Aoû - 23:46

Deux geeks, des chips et du Coca

Bon hé bien, visiblement c'était la bonne vieille manette qu'il se ramassait. D'un côté ce n'était pas plus mal, le gamepad c'était pas trop son truc mais ça lui permettait d'être sûr de ne pas faire de connerie. Imposer, c'est mal. Surtout quand c'est ton meilleur ami. Quoique, en y repensant, il en avait fait sûrement une, de boulette; quelle cruelle curiosité. Dès que Arata a vu le sourire carnassier de son ami, c'était déjà foutu. C'était trop familier pour que le half ne se doute pas de ce qui allait advenir ensuite.

— J'voulais la garder rien qu'pour moi, c'pour ça.

Il savait que Rory plaisantait, comme toujours. C'était une partie de son oxygène quotidienne, les blagues. Arata avait ri mais ça sonnait faux. Puis ce qu'il déclara plus sérieusement après avait eu l'effet d'un électrochoc; et ce n'était pas à cause de l'utilisation de la magie mais plutôt de son coeur qui battait contre sa poitrine. Le stress montait. Néanmoins, cela ne se reflétait pas sur son visage : on y voyait juste un rictus s'affaissant progressivement après avoir tourné ses yeux émeraudes vers l'écran lumineux.

—  Bah c'était pas tant ça le but de ma question. Mais...

"Vas-y Ara, lance-toi...!"

— Je ne sais pas, c'est bien possible. En fait, j'ai trop l'impression qu'on est pareils, ça ne m'était jamais arrivé avant. Enfin je veux dire avec une fille, d'habitude la plupart ne pensent qu'aux froufrous et me donnent l'impression de parler dans un langage codé parfois. Que Lulla bah... Elle est différente. Il avait lâché la nunchuk pour glisser une main dans ses cheveux.

"Arrêtes de te mentir tu es déjà raide dingue, juste que tu te l'avoues pas c'est tout."

Ce n'était pas faux. Des facteurs ne trompaient pas; Lullaby, elle était comme un rayon de soleil. Qui l’éblouissait par ses jolis traits et son cœur d'or; Arata avait partiellement avoué à son camarade ce qu'il ressentait. Par contre pour elle, il n'en avait pas le cran. Et son frère n'en était pas pour rien au sujet de ce blocage; Tsubasa avait toujours par-on-ne-sait-quel miracle été celui que la vie avait choisit de mettre sous les feux des projecteurs. Il était chanceux en tout, alors que son jumeau était dans son ombre sans même qu'il ne s'en rende compte. Et maintenant que son alter-ego n'est plus là, Arata était comme prit de culpabilité de pouvoir aimer. Ou alors, se persuader bêtement qu'on le préférera toujours à son cadet.

Puis Rory lui a avoué ses vraies intentions envers Lullaby. Inconsciemment ça le rassurait quelque part et l'attristait un peu aussi. Marie. C'était cette sœur qui lui manquait énormément. Son ami japonais savait à quel point il en souffrait encore, c'est pour ça qu'ils évitaient d'en parler tout comme pour Tsubasa. Car quand on y réfléchit bien, le malheur qui frappait leurs frangins respectifs était ce qui les liait inéluctablement.

L'entendre dire qu'il le considérait comme un frère eu l'effet de lui faire relever doucement la tête, le sourire jusqu'aux oreilles, presque les larmes aux yeux. Lui aussi le voyait de la même manière, c'était certain.

— T'inquiètes pas je comprends. En plus, ça fait toujours plaisir d'avoir quelqu'un qui vient du même pays que toi. Des japonais et des américains ça grouille de partout, que des irlandais pas tellement.

Ça parait bête, mais Arata était un peu chamboulé. Trop d'émotions d'un coup pour lui. Surtout après ce que son meilleur ami venait de lui sortir. "Ils le méritent tous les deux". En quoi ? Lulla peut-être mais lui...?  Il n'a même pas été capable d'être là pour la chair de sa chair, aveuglé par la jalousie. Résultat, il n'avait jamais pu vraiment lui dire à quel point son frangin était tout pour lui alors que ce dernier était entrain de l'oublier du fait de sa transformation en Yajuu. Depuis, Arata avait perdu confiance en lui, au fond. Ses crises d’angoisse nocturnes en étaient le parfait témoin.

— J'peux pas...Je me sens pas prêt à lui dire ce que je viens de te dire. Et puis j'ai juste pas envie de le regretter si jamais ça ne marche pas, elle mérite mieux que moi tu sais.

En gros, il lui faisait comprendre que s'il sentait ce ne sera pas réciproque, il ne tentera jamais rien. Après...Rory était le mieux placé pour savoir ce qu'elle pensait. Peut-être lui avait-il dit ça pour lui faire comprendre que la voie était libre ? Bonne question. Des regards envieux, il en avait vu sur elle et pas qu'une fois.

"Elle mérite mieux" se répétait-il encore, tel un mantra pour se persuader lui-même.

Soupirant lourdement, Arata porta à nouveau son attention sur l'écran en entendant cette fameuse musique de lorsqu'on naviguait dans le menu du jeu avec le gamepad que l'autre Ajisai tenait entre ses mains. La bouteille de Coca n'avait pas été entamée et s'en occupa donc de le faire. Le problème étant qu'il avait zappé de se dégoter des gobelets ce qui fait que la seul façon de boire était de le faire directement à la bouteille. Bon tant pis hein, il s'en fichait royal de devoir le partager de cette manière. Hop une gorgée et il en proposa directement à Rory avant de la refermer.

Le choix du perso. Nous y voilà.

— Bon je te préviens, je prends Sheik d'entrée de jeu. On fait comme d'hab', tu fonces et je te couvre, ok ? Ou à moins que tu n'aies un meilleur plan, je t'écoute.

Il se tournait vers lui avec cette lueur de gamer compétiteur dans son regard. On aurait dit que ce n'était plus le même Arata d'il y a quelques instants. Faux. Ce n'était qu'une façade. Un masque pour dissimuler ce dualisme naissant dans son coeur meurtri et dans son esprit brisé.




HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Mar 16 Aoû - 0:28

 Deux geeks, des chips et du coca

feat. Arata Kagami
music



— Bah c'était pas tant ça le but de ma question. Mais...  

Mais. C'est ce mais qui t'intéresse, qui te fait le fixer, le regarder. Et il te parle d'elle. Oh oui, Lulla est différente. Différente des autres, tellement elle-même qu'elle en était parfaite. Elle s'en rendait pas compte. Lui non plus ne se rendait pas compte de sa valeur. Et ça se voit, tu le sens. Aucun des deux ne se rendait compte de sa valeur, de leur perfection pleines d'imperfections, de leurs petits défauts que tu apprécies, de leurs qualités que tu aimes plus que tout. Tout ça, tout ce qu'ils étaient, ils ne s'en rendaient pas compte. Entre Lullaby qui s'enfonçait dans les abîmes de ses pensées obscures et Arata qui sombrait dans les ténèbres de ses regrets, tu ne savais pas quoi faire pour les tirer vers la lumière.

Pour les amener à se voir comme toi tu les voyais.

Il reprend la parole et tu restes silencieux. C'est tellement rare de toi de rester silencieux, de ne pas combler le silence par tes mots, par des bruits, par des percussions. C'est tellement rare, Rory.

— J'peux pas...Je me sens pas prêt à lui dire ce que je viens de te dire. Et puis j'ai juste pas envie de le regretter si jamais ça ne marche pas, elle mérite mieux que moi tu sais. 

Elle mérite mieux que moi.

Elle mérite mieux que moi, tu sais.

Non tu ne sais pas, tu ne veux pas savoir. Qui pouvait-elle mériter de mieux ? Y avait-il seulement quelqu'un de mieux pour elle que lui ? Pour toi, non. A vrai dire, avant de savoir que c'était Arata, dans ta petite cabosse qui prenait beaucoup de coups, personne ne méritait Lullaby. Mais quand tu as su que c'était Arata... t'as tout laissé couler, Rory. Parce qu'Arata il lui ferait jamais de mal, jamais intentionnellement, il voudrait jamais la détruire, il voudrait jamais la blesser ou la faire pleurer.

Il soupire, porte l'attention sur l'écran de la télé alors que tes yeux ne le quittent plus. Oh non non non. Il n'allait pas fuir comme ça. Il n'allait pas...

— Bon je te préviens, je prends Sheik d'entrée de jeu. On fait comme d'hab', tu fonces et je te couvre, ok ? Ou à moins que tu n'aies un meilleur plan, je t'écoute. 

Si. Il fuit. Il fuit et il se tourne vers toi, te regardes avec ce sourire aux lèvres qui veut tout dire, te tendant toujours la bouteille de coca. Tu la prends après avoir posé le gamepad sur le lit. Ca sent mauvais pour lui. Vous n'aviez jamais eu de conversation à proprement parlé sur ce que vous ressentiez vraiment, parce que ça se fait pas, parce que ça se dit pas, parce que vous en aviez un peu honte tous les deux, finalement.

Aux grands mots les grands remèdes, comme dirait ta mère. Tu prends une grande inspiration, laisses traîner la bouteille de coca fermée sur le lit à côté du gamepad puis tu te tournes vers lui, toujours en tailleurs. Tu la sentais pas du tout, cette conversation. Ton regard est froid, un peu dur. Ce genre de regard que tu n'envoies qu'à ceux que tu n'aimes pas, qu'à ceux à qui tu veux faire mal. Mais là, ce regard, c'est juste pour le forcer à t'affronter, à ne pas fuir. Puis il s'adoucit, automatiquement. Parce que tu ne peux pas trop jouer les durs avec lui, Rory. Il t'a vu chialé comme une merde, il a supporté tes crises de larmes, de paniques, de rages contre toi-même, contre le monde.

— Écoute mec, on est pas du genre à parler de ça mais j'pense que là, c'est important.

Vous étiez carrément le genre de personne à l'opposé, même.

— Me raconte pas que tu la mérites pas, si c'était le cas, je te dirai de laisser tomber, direct. Parce que personne la touche sans mon autorisation, tu vois ? C'pas qu'elle m'appartient ou quoi, pas du tout même mais le premier qui lui fait du mal, je l'étripe. Et tu sais que je peux vraiment faire peur quand je suis pas content.

Ô douce colère qui venait prendre possession de toi avec une facilité déconcertante lorsque tu étais plus jeune. Tu pointes un doigt presque moralisateur vers lui et tu te rapproches même un peu, le fixant toujours de tes grands yeux verts.

— Alors le plan, le vrai plan, c'est que quand t'es prêt, tu vas la voir et tu lui dis ce que tu m'as dis tout pareil. Me dis pas que tu la mérites pas, tu flippes juste. Alors tu vas porter tes couilles et tu vas la voir parce que je vais pas jouer les agences matrimoniales très très longtemps non plus. Mais je veux bien t'entendre dire pendant des heures ô combien Lulla est parfaite. Deal ? Puis tu rajoutes : Et si t'es sage, je te raconterai des trucs pour lui plaire, même si t'en as carrément pas besoin.

Il avait déjà tout fait tout seul en étant simplement lui-même et c'était ça qui était important.  


HRP : lkrherhgelkgmr
voilà




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 148
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Jeu 18 Aoû - 5:26

Deux geeks, des chips et du Coca

Arata, il aimait pas s'esquiver.
Et pourtant, c'était ce qu'il était entrain de faire, Arata parce qu'il n'avait pas confiance en lui. Pas pour ça. Mais Rory lui le connaissait par cœur; il savait que y'avait bien plus dans ses paroles, que son frère de cœur était prit dans une terrible dualité entre la culpabilité et se laisser guider parce ce qu'il n'avait pas connu depuis des années. Ça lui faisait peur, oui. Durant des jours, des semaines il se posait de nombreuses questions sans être certain de rien. Puis il avait surpris son meilleur ami avoir une proximité particulière avec Lullaby. Et c'est là que ça a fait tilt dans sa tête.

Arata avait compris ce qu'il se tramait chez lui. Mais il se sentait affreusement con en plus d'avoir eu honte agir comme un abruti envers un mec en or qui voyait sa Lulla que comme une sœur.

— Écoute mec, on est pas du genre à parler de ça mais j'pense que là, c'est important.

"J'ai pas envie d'en parler."

Son regard sur le côté traduisait sa pensée réfractaire. Il l'écoutait quand même. Pourtant, dire ça à Rory ou même le laisser lire en toi, c'était comme si on se heurtait à un mur en béton. Ça sert à rien.

— Me raconte pas que tu la mérites pas, si c'était le cas, je te dirai de laisser tomber, direct. Parce que personne la touche sans mon autorisation, tu vois ? C'pas qu'elle m'appartient ou quoi, pas du tout même mais le premier qui lui fait du mal, je l'étripe. Et tu sais que je peux vraiment faire peur quand je suis pas content.

Le premier qui lui fait du mal.
La détruire.
Jamais de la vie.


Il l'écoutait en secouant la tête, presque comme si ce que son meilleur ami sortait lui paraissait absurde. Un plan, un plan de quoi ? Trop de pression. Arata se leva d'un coup, en faisant tomber sa manette parterre en un bruit sourd sans y prêter plus attention que ça.

— Bordel Rory, je sais ce que tu vaux, c'est pas ça le problème ! Jamais. Jamais je la ferais souffrir volontairement, t'entends ? Je préfère crever que de lui faire subir ça ! Et si je le faisais involontairement justement, hein ? J'suis pas un type bien, je porte la poisse à tout le monde. Ma mère, Marie, Tsubasa. J'ai servi à rien pour eux et j'ai peur pour toi tout autant que je flippe qu'elle s'éloigne de moi à cause de ça, merde !

Arata, il était entrain de vider son sac, de manière excessive certes. C'était pas contre son camarade qu'il déversait tout ça mais contre lui-même. Réalisant que celui-ci était sûrement allé trop loin et surtout qu'on risquait de l'avoir entendu péter son câble - quoique le son du jeu couvrait un peu - il s'isola vers la fenêtre le temps de se calmer.

Un long soupire sortit d'entre ses lèvres et il passa une main dans ses cheveux qui commençaient à bien prendre de la longueur en plus.

— Tu veux savoir vraiment pour Lulla ? M'entendre ce que j'en pense ? Oui j'avoue, elle me rend dingue. Lulla, je l'aime comme un fou. Content ? T'es le mieux placé pour le savoir hein.

Sa dernière phrase voilait tout et rien dire; faut voir comment son interlocuteur allait l’interpréter. Puis le jeune japonais se retourna en un léger rictus sur son faciès mais semblait déjà beaucoup plus serin en s'approchant de Rory.
Parce que Rory voulait juste l'aider, c'est tout.

— Pardon mon pote, je te dois des excuses, je ne sais pas ce qu'il m'a pris. Je dors pas bien en ce moment et j'ai fini par craquer. J'irai lui dire quand je me sentirais prêt, ok ? Je te le promets.

Il avait sa parole. Sauf qu'avec tout ça, Arata n'avait pas percuté sur un truc que son ami irlandais avait sous-entendu à l'instant. Un truc très important :

Sois juste toi même.




HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Jeu 18 Aoû - 11:20

 Deux geeks, des chips et du coca

feat. Arata Kagami
music



Il t'écoule, silencieusement, et tu sais que ça va péter, tu le sais, parce qu'il n'y a plus de rire, il n'y a plus de dérision, il n'y a plus de second degrés et, Arata et toi, vous n'arriviez à être vous-même qu'en vous servant de ces armes. Vous aviez besoin de ça, sinon votre haine contre le monde, votre haine contre vous-même était bien trop visible. Et ça explose. Sa haine contre lui, sa peur.

— Bordel Rory, je sais ce que tu vaux, c'est pas ça le problème ! Jamais. Jamais je la ferais souffrir volontairement, t'entends ? Je préfère crever que de lui faire subir ça ! Et si je le faisais involontairement justement, hein ? J'suis pas un type bien, je porte la poisse à tout le monde. Ma mère, Marie, Tsubasa. J'ai servi à rien pour eux et j'ai peur pour toi tout autant que je flippe qu'elle s'éloigne de moi à cause de ça, merde !  

Pourquoi Rory ? Pourquoi il ne se voit pas comme tu le vois ? Pourquoi ni l'un ni l'autre ne se voyait comme toi tu pouvais les voir ? Comme toi tu les aimais ? Oh Rory regarde le. Regarde le s'enfoncer, se dénigrer, s'empêcher d'aimer. Et tu comprends sa haine, tu comprends sa peur : tu as la même. Parce que les gens autour de toi meurent, se transforment, agonisent. Marie, Tsubasa, Lulla. Tu leur portais la poisse, Rory. Et il pensait qu'il portait la poisse aussi.

Tu es cruel, Rory, oh tu es cruel de lui dire de foncer, d'aller voir Lulla, de profiter des instants passer avec elle. Tu es cruel Rory. Tellement cruel. Que va-t-il penser quand il apprendra qu'elle est malade ? Que va-t-il penser de toi, d'elle ? Toi qui lui dit de foncer, elle qui tait sa maladie ?

Tu te tais Rory, tu restes silencieux et tu attends, oh tu attends que la colère passe, que la douleur passe, que la tristesse passe. Tu attends qu'il se calme et tu te mords l'intérieur des joues pour ne rien dire, pour ne pas lui dire : fonce tu le regretteras si tu ne le fais pas. Il soupire, passe une main dans ses cheveux, avec ce même tic que toi quand tu ne sais pas quoi faire, quand tu ne sais pas quoi dire, quand tu es perdu dans tes pensées, dans ce que tu ressens.

—Tu veux savoir vraiment pour Lulla ? M'entendre ce que j'en pense ? Oui j'avoue, elle me rend dingue. Lulla, je l'aime comme un fou. Content ? T'es le mieux placé pour le savoir hein.  

Tu évinces la dernière phrase, tu ne veux pas l'interpréter, essayer de la comprendre, parce que ça te fait sourire, Rory. Oui ça te fait sourire de savoir que quelqu'un l'aime comme ça, de savoir qu'Arata aime Lullaby et que Lullaby aime Arata. Parce que tu les aimes tellement tous les deux, et tu as tellement envie de les voir heureux, de pouvoir leur dire de profiter de leur bonheur le temps qu'il durera, parce que peut être que ça ne pourra pas durer longtemps, peut être que vous alliez tous être emporté par le virus, par la maladie. Il fallait vivre. Vivre à n'en plus pouvoir, vivre à en crever.

Il a pas besoin de tes blagues, il a pas besoin de rigolade, il a besoin de vérité, de compréhension, de sérieux, d'un pote qui peut tout lui dire, à qui il peut tout dire. Il se rapproche de toi, reprend la parole, s'excuse et tu chasses ses paroles d'un geste de la main. Il a pas à s'excuser, il te doit aucune excuse, toi aussi, tu lui as gueulé dessus pour rien, t'as laissé ta frustration sortir, et plus d'une fois. Il avait le droit de craquer. Il devait craquer de temps en temps. Tu réfléchis, tu ne sais pas quoi lui dire, trop d'idées, trop de pensées se mélangent dans ton esprit et tu te forces à les mettre en ordre, pour ne pas que tes paroles soient décousues, éparpillées.

Mais il y a quelque chose que tu veux lui dire plus que tout Rory.

Ce n'est pas de ta faute.

— Déjà. Putain.

T'arrives pas à trouver les mots Rory, t'es pas doué pour ça, tu l'as jamais été.

— Tu es un mec bien. Arrête de dire des conneries plus grosses que toi. Tu es un mec bien et c'est pas de ta faute. Je sais... je sais que tu le penses, que t'en es persuadé, que tu es sûr à cent pour cent que c'est toi le problème, que c'est toujours toi la personne qui ne change pas et que c'est toujours de ta faute mais c'est faux. Putain mec, c'est faux. Je sais que tu vas pas le croire, que tu le croiras jamais. Mais c'est pas de ta faute.

Tsubasa, Marie, Lulla, c'est pas de sa faute à lui, ce sera jamais de sa faute.

— Putain mec on peut tous crever demain, t'as pas le temps de réfléchir, t'as pas le temps d'avoir des regrets. T'as pas le temps de... putain et si demain elle choppe le virus, hein ? Et si demain toi tu le choppes ? Si moi je le choppe ? On a quoi ? Trois ans tout au plus à vivre ? On est sursit Arata et... et on le sera jusqu'à nos vingt cinq ans. Tu vas attendre pour vivre ? T'as pas le temps d'attendre de vivre alors vis putain. Fonce bordel, sois toi-même et fonce putain parce que je t'assure. Je te jure que t'as rien à perdre.

Non, il gagnera tout. Il gagnera Lulla, il gagnera du bonheur, et il la perdra pas, parce qu'il est pas question qu'il la perde, que tu la perdes. Tu feras tout pour la sauver, tu feras tout pour qu'ils vivent tous les deux, quitte à en crever. 


HRP : TROP DE FEELS PUTAIN
MH C'EST UN PEU gkrheglrh bizarre je trouve ? BREF J'ESPERE QUE CA TE VA
Tendresse ♥




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 148
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Dim 21 Aoû - 7:05

Deux geeks, des chips et du Coca

Ça faisait longtemps qu'il ne s'était pas retrouvé dans un tel état émotionnel. Voire jamais. Enfin, pas aussi intensément en tout cas parce que Lullaby, c'était son double féminin; ils avaient les mêmes délires, les mêmes passions. La vie ne leur avaient pas non plus fait de cadeau. Son cœur battait à fond pour elle. Il avait les mains moites. La sensation de se sentir faible. Elle l'avait rendu vulnérable à son insu, Lullaby.

Au départ, il voulait juste admettre une attirance sans vraiment mettre des mots dessus. Mais il aurait dû se douter qu'avec Rory, ça ne serait pas aussi simple; résultat, c'était quelque chose de bien plus fort qu'Arata révéla et s'en étonna lui-même. Son coeur avait parlé pour lui au final. En écoutant les sages paroles de son meilleur pote qui lui paraissaient absurdes, il était revenu à sa place initiale assit sur son lit les yeux rivés sur le sol en ne répondant qu'avec des hochements de tête, se retenant de rire.

— Que je dise des conneries plus grosses que moi ? Bah voyons. Comment tu peux savoir ? Mec, à t'entendre comme ça on dirait que t'es devin ! Après c'est facile pour toi, tu arrives à avoir qui tu veux dans tes bras. Et moi je vais avoir quoi, 21 ans au mois de décembre et je suis encore au stade des petites amourettes et des cœurs brisés alors que mon frangin a déjà vécu toutes les étapes d'une vraie relation, lui. Ironique, sachant que c'est mon jumeau.

Ça leva le nez, un rictus amusé en coin.

— ...Ah oui, je ne sais pas s'il te l'avait dit ? Il avait fini par conclure avec Cassie et comme il perdait la boule à cause du virus, elle l'a quittée. Puis quand Tsuba s'est transformé, elle est venue vers moi alors que j'étais pas dans mon état normal et elle en a profité pour m’attendrir pour que je sorte avec elle. La suite, tu la connais déjà je crois que je te l'avais racontée.

Cassie.

C'était il y a  environ trois ans.
Il avait le béguin pour cette fille à l'époque. Et évidemment Tsubasa aussi, parce que les deux avaient tendance à fréquenter les mêmes personnes. Arata avait eu le courage de se déclarer mais elle préférait son frère. Aie. De toute façon c'était presque toujours comme ça. Le plus dur, c'était de les regarder se tenir la main, s'embrasser pour se dire au revoir ou entendre son frère dire en longueur de journée "Cassie par ci, Cassie par-là" alors qu'on avait encore des sentiments et qu'on se remettait lentement de son râteau reçu en pleine poire. Ça faisait mal, très mal.

Jusqu'à ce qu'un jour, mademoiselle vienne le voir et lui dit :

"Je...Si tu veux toujours de moi...Ça te dirait qu'on sorte ensemble ? "

Pris dans un moment de faiblesse, Arata avait bêtement dit oui. La fourbe l'avait attrapé lorsqu'il était le plus vulnérable et succomba à ses envies, jusqu'au point de se sentir salie rien que du fait de la toucher parce qu'il culpabilisait ! Juste parce qu'il se disait que c'était à cause de ce foutu virus dans lequel Tsubasa venait de succomber qu'ils s'était retrouvé dans cette situation. Sinon, elle serait sûrement encore en couple avec son cadet. Au final, ça avait duré trois semaines pour le larguer ensuite avec la magnifique excuse de "Non en fait j'ai du mal à oublier ton frère, désolée".

Quelle poisse.

— Ça va te paraître con, mais à cause de cette embrouille et de la transformation de mon frère, je me dis que chaque histoires que je pourrais avoir aurait dû être pour lui. J'ai toujours été son ombre et tu le sais. Même toi, on était pas aussi proches lorsqu'il était là.

Sa voix s'était un peu rouée dans sa gorge et son expression s'était légèrement assombrie. Bah ouais, il venait de justifier la raison de son flagrant manque de confiance en soi concernant Lullaby. Puis de se dire que leur complicité aurait pu être tout autre chose, ça le remuait un peu. Quand on y pense, avant, ils se parlaient et sortaient de temps en temps. C'était juste de bons potes. Maintenant ils étaient liés par une amitié très fort. Incassable. Partie pour durer très longtemps voire jusqu'à ce que la mort les sépare. Ça serait beau n'empêche. Lui, Lulla et Arata. Surmontant les durs épreuves de la vie ensemble et la profiter un maximum, avoir peut-être de la famille de leurs côté, vivre heureux.

A force de ne pas toucher à la wiimote, elle s'était déconnectée. Il en profita pour la réactivée, laissa échapper un gros bâillement pas très gracieux et s'adossa contre le mur pour détendre ses jambes engourdies.

— Dire qu'on devait juste se retrouver pour jouer, à ce rythme, on va se coucher à pas d'heure pour débarquer en mode zombies sortit tout de Resident Evil.

Ce qui ne le dérangeait absolument pas, surtout si c'était Rory. Et puis, ils avaient veillé bien, bien pire que ça en regardant des films, le tout en buvant à côté. Bon ça finissait en n'importe quoi mais dès que y'avait son meilleur ami dans les parages, vous pouvez être sûrs qu'ils partaient loin dans leurs conneries.

— Donc ce que je te propose, c'est que tu restes pioncer ici ce soir. On verra avec Shion pour te faire de la place. Ça te va ?

Y'en aura. Toujours, si on se débrouille bien.
Une envie soudaine de chips, et il fourra sa main dans le sachet pour en prendre une. C'est qu'elles étaient pas mal en plus.




HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Dim 21 Aoû - 23:17

DEUX GEEKS DES CHIPS ET DU COCA —
feat. Arata


—  music



Tu fermes ta gueule Rory. Tu fermes ta grande gueule et tu restes silencieux, mordant ta langue pour t'empêcher de parler, pour t'empêcher de dire quoique ce soit. Laisse le parler Rory, ne t'énerve pas, oh ne t'énerve pas. Et tu as envie de lui hurler d'arrêter de se dénigrer, d'arrêter de penser comme ça, d'arrêter de se tuer à chaque respiration qu'il prend et à chaque mouvement qu'il fait, à chaque lien qu'il brise, à chaque décision qu'il prend, à chaque mot qu'il prononce, à chaque jeu auquel il joue, à chaque nuit où il reste éveillé... Il faut qu'il arrête. Il faut qu'il arrête de se tuer comme ça.

Mais tu te tais Rory. Oh oui tu te tais et tu écoutes chacun de ses mots, tu prends chacun de ses mots comme s'il t'enfonçait lentement une lame au fond de toi. Et tu te tais. Et tu te tais car son rictus te tue, car son ironie te transperce, car son amertume te fait serrer les dents. La ferme Arata. Tu as envie de lui crier, tu as envie de lui hurler. Mais tu n'as pas le droit, bien sûr que non tu n'as pas le droit, tu peux pas, ne le coupe pas, il a besoin d'en parler, il a besoin de se lâcher.

— Ça va te paraître con, mais à cause de cette embrouille et de la transformation de mon frère, je me dis que chaque histoires que je pourrais avoir aurait dû être pour lui. J'ai toujours été son ombre et tu le sais. Même toi, on était pas aussi proches lorsqu'il était là.

Il t'achève. Il te donne le coup de grâce, le coup de la défaite, le coup de la victoire, le coup de la mort. Il te donne tout en même temps et tu encaisses comme tu encaisses si bien les coups, comme tu encaisses si bien tes peurs, tes déceptions... comme tu t'encaisses chaque jour. Et tu fermes ta gueule Rory. Oh oui tu te la fermes, oh oui tu restes la bouche close, les yeux rivés sur le drap sur le lit, sur le gamepad qui s'est mis en veille. Tu fermes ta gueule Rory et tu attends, tu attends qu'il est totalement fini. Et tu attends, tu attends, tu attends avec impatience Rory.

— Donc ce que je te propose, c'est que tu restes pioncer ici ce soir. On verra avec Shion pour te faire de la place. Ça te va ?

Tu l'entends plus que tu ne le vois prendre des chips et tu attends. Tu attends encore un peu. Et quand tu te tournes vers lui, quand tu le regardes... tout parle pour toi. Tes yeux, si sérieux, si méchants, tes sourcils, froncés, ta bouche, close. Et tu ouvres enfin ta bouche Rory, parce que tu ne vas pas y aller avec des pincettes, tu n'as pas pris les pincettes avec Lulla, tu ne les prendras pas avec Arata. Pas de double poids double mesure. Ils sont tout aussi con l'un que l'autre, ils sont tout aussi paumé l'un que l'autre, et t'es le seul à être aussi proche des deux, t'es le seul à pouvoir leur faire voir la vérité en face.

— Vous me les brisez. Toi, elle. Vous me les brisez tous les deux.

Ferme ta grande gueule Rory, parce que ça va partir en couilles, ça va partir en hurlant, en tragédie. Ça va être l'apothéose de la pièce de théâtre. Arrête toi, Rory. Arrête toi. Tu peux pas rester assis, t'as besoin de bouger, pour pas t'énerver encore plus alors c'est ce que tu fais, tu te lèves, tu fais les cents pas, plus ou moins, car tu t'arrêtes souvent, parce que tu le regardes, parce qu'en fin de compte, il faut que tu le regardes Rory alors tu t'arrêtes.

— Vous me les brisez. Vous êtes... Vous êtes insupportables en fait. On dirait deux putains de je sais pas quoi bordel. Mais toi... putain toi t'es là à me dire à moi que la relation qu'on a, j'aurai pu l'avoir avec Tsubasa ? Dis pas de conneries Arata, arrête de dire de la merde putain. T'es pas ton frère, t'es pas comme lui, vous êtes... totalement différents, opposés, genre, deux antonymes, c'est pas parce que vous aviez la même tronche que vous étiez pareil ! T'as jamais été pareil que lui Arata, il a jamais été pareil que toi vous étiez pas pareil. Et non. Putain non.

Reprends ton souffle Rory, respire. Calme toi, ne crie pas, reste calme s'il te plaît, pour lui, pour toi, pour vous deux.

— Bien sûr que non j'aurai pas la même relation avec toi si Tsubasa était vivant, mais c'est normal bordel, c'est parce que c'est Tsubasa qui nous a rapproché, c'est parce qu'il s'est transformé, c'est parce qu'on a perdu la même personne putain ! T'as perdu Tsubasa, j'ai perdu Marie, bien avant toi, bien plus jeune que toi. J'étais obligé de te comprendre, j'étais obligé de pas te voir souffrir merde, t'étais mon pote à l'époque, t'es mon frère maintenant. Putain mais c'est quoi toutes ces merdes que vous me dites bordel.

Respire Rory, t'as rien lui droit de lui dire sur Lulla, tu dois fermer ta gueule, ferme ta gueule Rory, mets lui juste son nez dans sa merde, pour lui faire comprendre à quel point il est con, à quel point il mérite que tu lui foutes des claques pour dire des conneries pareil.

— Évidemment que non on aurait pas la même relation si Tsubasa était là, je serai ni proche de lui ni proche de toi, je lui parlerai pas comme je te parle, je lui aurais jamais parlé comme je te parle. Et Lulla... tu penses que je serai comme je suis avec Lulla si Marie était pas morte ?! Non. Bien sûr que non Arata. Parce que c'est la vie putain. Elle nous encule jusqu'au bout, profondément et sans vaseline, et si on est pas content, on doit aller se faire foutre par un éléphant ! Mais c'est la vie, c'est qu'une chienne, tu le sais plus que quiconque Arata. Mais putain... putain Lulla elle aurait jamais approché Tsubasa, jamais elle lui aurait parlé, jamais elle l'aurait regardé. Parce que c'était... Tsubasa. Il était populaire, il avait les filles, il aurait pu avoir les mecs, n'importe qui. Parce que mentalement Tsubasa lui aurait jamais plu. Alors ferme ta gueule Arata, me dis jamais plus de conneries comme ça. Plus jamais. Je te jure que... putain je te l'interdis Arata.

Reprends ta respiration Rory, mais ne lui laisse pas le temps de te couper, ne lui laisse pas le temps de réfléchir, ne lui laisse pas le temps de parler.

— Lulla elle est là, elle te plaît et putain mec ça fait combien de temps qu'une meuf t'a pas plu comme ça ? Et c'est Lulla bordel, et c'est moi. C'est moi qui te dit de foncer, c'est moi qui te dit de profiter parce que putain Arata... demain on va peut être crever et on a pas le temps de se poser des questions sur ce qu'on a le droit de faire, sur ce qu'on doit faire, sur les gens qu'on aime et tout le reste. On a pas le temps de vivre en faisant des plans, on a juste le temps de vivre le moment présent, on a juste le temps de survivre et ça jusqu'à nos vingt cinq ans alors putain Arata. Putain me casse pas les couilles en me disant que si Tsubasa était là, ça serait différent... Parce qu'il est pas là, et que tu peux pas changer ça, et que t'as pas à te sentir coupable pour ça. T'as pas à te sentir coupable de quoique ce soit merde. Et si demain je choppe cette merde, ce sera pas de ta faute, et si demain tu choppes cette merde ce sera pas de ma faute. C'est de la faute de personne. Et encore moins de la tienne.

Et tu as trop parlé Rory, tu es soufflé, tu as la gorge un peu sèche. Tu passes une main dans tes cheveux, un peu emmerdé de tout ça. Vous aviez tellement pas l'habitude, tu avais tellement pas l'habitude de te laisser aller, de dire ce genre de chose... mais quand il fallait les dire, si tu les lui disais pas, qui le ferait ? T'avais ce rôle là, tu devais le garder, tu devais prendre soin d'Arata putain.

Et merde putain, qu'est-ce qu'ils avaient tous à te dire que t'étais pas censé être proche d'eux ? Qu'est-ce qu'ils avaient tous à te repousser comme ça, d'un coup ? Putain Rory... regarde toi, regarde toi. En fait, c'est toi le vrai problème, c'est forcément toi. Tu les forces tous les deux à se dénuder, à dire ce qu'ils veulent cacher. T'es qu'un égoïste Rory putain.






HRP : POURQUOI LE DRAMA POURQUOI OMG
putain laisse moi câliner Arata omg je meurs je gkjerkg
Je n'ai pas du tout casé du Police dans mon premier paragraphe. Jamais.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 148
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Mar 30 Aoû - 23:58

Deux geeks, des chips et du Coca

Un gorgée de Coca. Le sel des chips lui donnait soif; il penchait la bouteille pour boire mais Rory le coupa net dans son élan. Noire était son expression, et Arata en déduisait que ce qu'il venait de lui sortir en pleine tronche n'avait pas plu à son meilleur pote.

— Vous me les brisez. Toi, elle. Vous me les brisez tous les deux.
— Quoi ?

Le half ne l'avait pas quitté du regard pendant quelques secondes. Il reposa ce qu'il tenait dans la main sur le sol et leva ses iris émeraude vers lui.

Arata savait très bien quoi. Il se morfondait. Sur Tsubasa. Sur Cassie, celle qu'il ne pouvait plus voir ni en photo ni en peinture. Sa colère à son égard était encore trop vive, cette fille l'avait profondément blessé : dans son amour propre, ses sentiments. Un poignard planté froidement dans le cœur. Cette même fille qu'il avait tenue dans ses bras chaleureux pour la réconforter, dire qu'ils surmonteraient ensemble la perte de Tsubasa et qui avait partagé sa chaleur à travers leurs lèvres. Avec elle, Rory et Shion, Arata croyait panser ses plaies.

Mensonge.

Cassie a voulu demander son pardon mais le mal était fait. Le jeune homme fier qu'il était n'arrivait pas à passer à autre chose; on essayait de se promettre de ne plus succomber au charme de quiconque, puis Lullaby est arrivée. Elle avait toujours été là. Cinq ans à suivre exactement les mêmes cours, à se croiser, à se frôler sans même communiquer comme deux inconnus. Le destin en avait marre d'attendre il semblerait; Il reposa ce qu'il tenait dans la main sur le sol et leva ses iris émeraude vers Rory.

Pourquoi aimer était aussi douloureux ?

Rory, c'est pour ça qu'il voulait le secouer Arata. Lui faire comprendre qu'il avait tout faux. Absolument tout. Et il n'y allait pas de main morte; certains de ses propos lui firent froncer les sourcils, du genre que Lullaby puisse avoir dit un truc qui l'aurait aussi contrarié. Sa bouche s'ouvrit, sauf que son pote ne lui laissa pas le temps. Il parlait, beaucoup. A croire que le senpai qui donnait des conseils n'était pas le japonais présent dans la pièce. Lui, il ne bronchait pas pendant que Rory balançait ses remontrances. Oh il voulait l'ouvrir. Mais attendait juste que monsieur se calme.

— ...C'est bon, t'as fini ?

Arata croisa les jambes , le dos bien droit contre le mur et fit rouler simplement sa tête sur le côté, en affichant un de ses airs les plus sérieux. C'était un de ceux qu'il prenait lors de moments critiques comme celui-ci. Comporte-toi en adulte, Arata. Non parce que ça commençait à créer une atmosphère qui ne lui plaisait pas du tout et qui plombait carrément l'ambiance.

— J'sais pas ce que t'as dit Lulla pour te mettre dans un tel état aussi, vu comment tu viens de péter un câble, ça devait être quelque chose de gros. Je ne vais pas t'obliger à me dire quoique ce soit si t'en a pas envie, juste que je serais vraiment un enfoiré autant pour elle que pour toi si je ne m'inquiétais pas.

Ça soupirait et se redressait pour ensuite tenir fermement les solides épaules de Rory, qui était plus costaud qu'il ne l'était lui-même. C'était pas faute d'avoir fait de la natation et de l’athlétisme avant de totalement se concentrer sur le club de musique, bien que le but premier fût d'améliorer ses aptitudes physiques pour d'avantage maîtriser sa magie; Là, Arata l'obligeait à le regarder dans les yeux afin que ce qu'il allait déclarer puisse s'imprimer dans son esprit.

— Maintenant...Écoutes, et une bonne fois pour toute. T'as raison ok ? Je suis con et je me fais du mal pour rien, j'en suis pire que conscient. Faut que tu saches qu'avant que je te parle de Lulla, j'étais juste au stade de me poser des questions sur notre relation. Et je refusais de voir que ça puisse aller plus loin que cette forte complicité qu'on a déjà, parce que Cassie a vraiment brisé piétiné le peu d'amour propre qui me restait. Puis je t'ai vu super proche de Lulla, j'ai pas pu m'empêcher d'être jaloux et de m'imaginer n'importe quoi entre vous deux que tu m'aurais caché. C'était stupide de ma part, hein ? Pourtant, t'as toujours été là pour moi.

Pardon Rory

Son visage s'adoucissait et ses yeux brillaient d'une douce lueur animée de reconnaissance dont un sourire de la même intensité venait se dessiner naturellement, traduisant ainsi la sincérité de ses paroles. Arata, il était capable de faire n'importe quoi pour Rory, pour Lullaby. Même de donner sa vie en échange de leur sûreté. Pour déjà s'engager dans les Forces spéciales, c'était une donnée à prendre en compte : que la mort pouvait leur tendre les bras à tout moment; de toute manière si ce n'était pas en combat, cette saloperie de virus M s'en chargera probablement dont nombreuses en sont déjà les victimes. Evan, Tsubasa, même sa mère qui a succombé suite à l'attaque d'un Yajuu. Seront-ils les suivants ? Seul le futur le leur dira.

Ses bras venaient entourer Rory en une accolade forte en émotion. Il écrasa le paquet de chips au passage mais pas grave, y'avait bien plus important que ça. Bien plus. Un meilleur ami auquel il voulait dire beaucoup de choses.

— T'es un mec en or, tu le sais ça ? Je te remercierais jamais assez de m'avoir ouvert les yeux, pas que pour mes sentiments pour elle mais pour tout. De m'avoir soutenu aussi. Je te considère comme un frère et je suis content de te connaitre, si tu savais à quel point...J'ai limite l'impression que tu me comprenais et me comprend mieux que mon propre jumeau.

Ça lui faisait mal de l'admettre mais c'était vrai : Arata n'était plus aussi proche de Tsubasa qu'ils ne l'étaient tout petits. Du jour où leur mère est décédée, tout a changé malheureusement; et l'adolescence n'a rien arrangé. Les deux frères étaient devenus deux adulescents ayant pris des chemins radicalement différents : l'un était en quête de reconnaissance tandis que l'autre recherchait la félicité. Elle n'était qu'à portée de main pour Arata. Pourquoi ne pas en saisir l'opportunité ?

Un tape amicale et il lâcha Rory pour le laisser respirer. Lui aussi en a avait assez supporté avec toute cette histoire.

— J'ai dit que je me déclarerais, tu sais que je ne trahis jamais mes promesses. Faut juste que je trouve le bon moment, parce que ok, je me lancerai mais ça ne veut pas dire que je vais foncer la tête la première comme un demeuré non plus. Alors laisse-moi juste le temps de me jeter à l'eau.

Arata riait. Il se sentait plus léger d'avoir vidé son sac, de pouvoir être à nouveau soi-même sans néanmoins oublier ce qu'il venait de se passer ni de s'être reçu tout à l'heure un vent de la mort qui tue.

— Bon tu m'as pas dit : tu restes ici oui ou merde ?

Il aimerait bien, surtout qu'avec tout ce qu'il s'est passé la nuit allait sûrement être courte pour Arata alors avoir de la compagnie supplémentaire ne ferait pas de mal. Leurs soirées étaient loin d'être ennuyantes en général, bien au contraire. Sans compter qu'ils n'avaient encore rien profité de l'instant gaming prévu à la base. Il se leva donc du lit pour voir l'heure par curiosité sur son holokit qui afficha sur son écran d'accueil un 22h16. Pas que. Y'avait également un message d'Eden qui lui posait une question sur Rory justement dont le but réel de cette démarche devait être sûrement de la curiosité, le connaissant.

Le nez dedans le temps de lui répondre, ça le faisait sourire de voir ce que son kohai lui demandait. Ce gars, c'était l'innocence, la gentillesse incarnée. On avait autant plaisir à bosser en chant avec lui que de discuter, sans compter qu'il avait le truc pour remonter le moral de n'importe qui. Non, peu de gens devaient le détester, c'était pas possible autrement.

— Au moins Eden ne se prend pas la tête dans la vie, on devrait prendre exemple sur lui tiens.

Mais est-il vraiment heureux, au fond ?

Vivre sans être rongé par les ténèbres.
Vivre dans la lumière, le bonheur, réaliser ses rêves.
Aimer librement et être aimé en retour.
De ne pas perdre espoir, Arata.
Avances et crois-y.




HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Mer 31 Aoû - 11:18

DEUX GEEKS DES CHIPS ET DU COCA —
feat. Arata


— music



— ...C'est bon, t'as fini ?

Et tu ne peux t'empêcher de lâcher un léger rire, la voix de Lulla parvenant à tes oreilles d'il y a à peine deux nuits t'as fini, t'es calmé ? c'est bon ? : dit avec le même ton, le même regard, la même prestance, la même maturité alors que toi, tu t'énervais, tu te laissais contrôler par tes émotions, qu'elles soient négatives ou positives. Mais eux, eux restez calmes, ils tentaient de te calmer toi parce qu'ils étaient obligés de faire un contrepoids à tes émotions, trop fortes, trop violentes, trop virulentes.

Sa première tirade te fait te mordre la lèvre. Évidemment, maintenant, c'était lui qui s'inquiétait, mais tu ne pouvais rien dire, rien penser, par qu'Arata aussi il pouvait entrer dans la tête des gens, Arata aussi en était capable. Alors ne pense pas à Lullaby, ne pense pas à tout ce qu'elle t'a dit, à tout ce que vous avez partagé. Ses mains viennent se poser sur tes épaules et tu le regardes, un peu surpris. Parce que ce n'est pas dans vos habitudes, loin de là.

— Maintenant...Écoutes, et une bonne fois pour toute. T'as raison ok ?

Évidemment que tu avais raison ! Et il continue, parle de Lulla. j'ai pas pu m'empêcher d'être jaloux et de m'imaginer n'importe quoi entre vous deux que tu m'aurais caché. Oui tu lui caches des choses sur Lulla, tu lui caches votre nuit où tout a dérapé, tu lui caches sa maladie, tu lui caches cet amour unique que tu lui portes et tu ne peux pas t'empêcher de lui lâcher comme un secret :

— Mec Lulla c'est la femme de ma vie, mais pas... enfin, je l'aime pas, j'suis pas amoureux d'elle, c'est juste la femme de ma vie.

Oh ça peut porter à confusion, mais c'est la seule façon que tu as trouvé pour la définir, pour définir ce qu'elle est pour toi, tout ce qu'elle signifie, tout ce qu'elle est. Elle est simplement la femme de ta vie. Ses bras t'entourent et tu restes surpris un instant, tu entends le paquet de chips s'écraser, tes bras restent ballants avant de le serre un instant contre toi. Vous n'étiez pas comme ça, vous ne l'aviez jamais été. Ce n'était pas comme avec Lulla où tu ne pouvais pas t'empêcher de la toucher, de la serrer contre toi, de déposer des baisers ici et là, ce n'était pas comme avec Eden qui était l'incarnation même des câlins et de l'amour.

— T'es un mec en or, tu le sais ça ? Je te remercierais jamais assez de m'avoir ouvert les yeux, pas que pour mes sentiments pour elle mais pour tout. De m'avoir soutenu aussi. Je te considère comme un frère et je suis content de te connaitre, si tu savais à quel point...J'ai limite l'impression que tu me comprenais et me comprend mieux que mon propre jumeau.

Et tu ne sais pas quoi dire, parce que ça te coupe le souffle, un peu, ça te coupe la chique et tu ne sais pas quoi répondre. Parce que se dire que tu le comprends mieux que Tsubasa, c'est quelque chose, quand même. Parce que Tsubasa et Arata, ils étaient inséparables, unis comme les doigts de la main, impossible à décoller. Il tape ton épaule et tu reprends ton souffle, détournes le regard un peu gêner, lâchant à demi-mots :

— Dis pas de conneries Arata, t'as pas à me remercier de quoique ce soit.

Puis il te promet de se jeter à l'eau, de le faire, de se déclarer et un poids sur tes épaules s'enlèvent alors qu'un autre tombe. Et si t'arrivais pas à sauver Lulla, Rory, hein ? Dans quoi tu les embarques si t'arrives pas à les sauver, mh ?

— Bon tu m'as pas dit : tu restes ici oui ou merde ?
— Merde ! Évidemment que je crèche ici, lâches-tu dans un rire.

Tu t'échoues sur son lit et tu prends le paquet de chips, commençant à en grignoter quelques unes pendant qu'Arata répond à quelques messages, ou peut être qu'un, tu ne sais pas vraiment.

— Au moins Eden ne se prend pas la tête dans la vie, on devrait prendre exemple sur lui tiens.
— Eden c'est l'amour incarné, c'est différent.

Ça s'est échappé de tes lèvres sans que tu ne puisses vraiment le contrôler, sans que tu ne puisses t'en empêcher et tu fais disparaître le sourire qui tire tes lèvres le plus rapidement possible. Instinctivement, tes doigts viennent frotter ton épaule, là où tu as oublié de mettre le pansement après avoir pris ta douche après les cours puis tu lâches, un peu trop vivement pour ne pas qu'il s'en rende compte, un peu trop vivement pour ne pas qu'il tilte :

— Bon, on joue où on se touche ? Parce qu'on est là pour ça quand même.

Et tu ne veux pas qu'il entende le léger tremblement dans ta voix, car que tu n'arrives pas à lui mentir à Arata, tu ne peux pas lui cacher un truc comme ça à Arata.






HRP : c'est toujours parfait puis prend ton temps ! j'espère que ça te va tendresse sur toi


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 148
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Mar 6 Sep - 19:36

Deux geeks, des chips et du Coca

Passer des rires au sérieux et du sérieux aux rires; c'était un truc que les deux arrivaient à faire  aisément, souvent même. Il avait dit ce qu'il avait à dire Arata au sujet de Lulla, ça se sentait même plus léger qu'espéré. Rory lui disait que c'était la femme de sa vie. Son ami eu un petit pincement au cœur, mais c'était normal : les sentiments pouvaient faire paraître ce qu'il y avait de meilleur ou de pire chez les hommes. Au fond, Arata avait compris ce que sous-entendait Rory dans "c'est la femme de ma vie" et le half eu un sourire. Pas forcé, juste sincère. Il était finalement convaincu qu'il n'y avait rien de sentimental, juste une forte complicité dont il ignorait l’existence jusqu'à aujourd'hui. Bien sûr aussi qu'Arata lui était redevable, parce que sans lui il aurait très probablement sombré au fond du trou depuis longtemps et il voulait lui faire savoir encore et encore comme pour l'inciter à user de remontrance si jamais le doute lui brouillait l'esprit.

Bah. En tout cas, ils étaient passé à autre chose pour le moment il semblerait. Rory restait pour la nuit; Arata lâcha un "cool !" en riant en cœur avec lui, mais fallait encore prévenir Shion aussi. Il avait répondu d'abord à Eden, le gentil, innocent, adorable Eden. Et à papa aussi. L'Ume n'était inconnu pour personne, et encore moins pour les deux ajisai : après tout, lui aussi était un membre apprécié du club de musique dont Arata avait maintenant la charge en plus. C'était à la fois un honneur pour lui mais qui était en échange loin d'être de tout repos.

— Eden c'est l'amour incarné, c'est différent.
— Hmm...Mouais pas faux. Il porte bien son prénom surtout.

On décollait son nez de l'écran pour regarder Rory, un sourire esquissé sur ses lèvres l'air de confirmer ces propos. Puis c'est là qu'en posant ses yeux sur lui, il sentait que y'avait comme anguille sous roche : ils parlaient d'Eden, pourquoi changer de sujet, hein ? Arata savait très bien que dès qu'il faisait ça, c'est que y'avait quelque chose de pas clair derrière. Ok. Dans un truc un cas pareil, fallait la jouer subtile.

— C'est ce que je dis depuis tout à l'heure pour ta gouverne, en plus Shion va pas tarder à moins qu'il migre dans une autre chambre pour la nuit.

Ce qui n'était pas du tout impossible, surtout si on rentrait Jasmin dans l'équation. Le half s'est assit tranquille sur son lit, tout naturellement en buvant une bonne gorgée de Coca au passage. Il a reprit sa wiimote pour la réactiver sauf qu'on dirait que ça avait bugué. Solution radicale, il a enlevé les piles et les a remises dans le bon ordre. Le voyant bleu s'allumait et la musique du jeu repartait de plus belle, c'était parfait. Manquait plus qu'à mettre à exécution son petit manège avec son meilleur ami.

— En parlant d'Eden, je lui ai dit que j'étais avec toi et il m'a demandé de t'envoyer tout plein d'amour.

Menteur Arata. Sans scrupules étrangement alors que c'était pas du tout son genre. Eden n'a même pas encore répondu bien qu'il s'attendait à avoir ce genre de message de sa part. C'était son kohai tout craché. La vérité se trouvait dans son holokit ou dans ses pensées sauf que le malin s'amusait à chantonner le theme de Zelda dans sa tête, ses yeux rivés sur l'écran à choisir un autre personnage au final, histoire que si mister Rory s'amusait à essayer de le cerner, y'aura rien à tirer pour le coup.

— D'ailleurs demain je vais rester au club pour le coacher un peu, si tu veux venir comme ça on mangera ensemble ? Par contre je vais devoir m'absenter à un moment donc vous allez vous retrouver tous les deux le temps que je revienne.

Ça par contre, c'était vrai : il y avait une réunion avant dîner avec les présidents de chaque club pour faire le point. Arata aurait pu refuser la demande d'Eden en lui disant que ça allait être compliqué pour aujourd'hui mais...C'était vraiment dur de lui refuser en fait. Vraiment. Du coup le voilà surchargé au possible, quoique après manger il pourrait souffler normalement. Enfin, pourquoi parler de demain au fait ? Ah oui.

Son choix resta sur Sheik finalement en ayant longuement hésité avec Zelda. Parce qu'elle est classe aussi; bon d'accord, Arata passait un peu pour un indécis mais qui s'en préoccupe franchement ? Y'avait plus important là, comme analyser la réaction d'un certain quelqu'un. Ses iris vertes s’orientèrent immédiatement vers son meilleur ami. Et là, on y voyait apparaitre un sourire félin, un sourire à la Cheshire qui voulait dire bien des choses en somme.

— Alors, tu choisis ?

Tu viens de te faire entourlouper tu le sais ça, Rory ?




HRP:
 


Dernière édition par Arata Kagami le Mer 7 Sep - 14:13, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Mar 6 Sep - 21:14

DEUX GEEKS DES CHIPS ET DU COCA —
feat. Arata


— music



Il n'avait pas tord, Eden portait bien son prénom, son nom en entier, même. Tout n'était qu'amour chez lui, jusqu'à son prénom, son comportement, son sourire, son... bref. Il reprend la parole et tu ne peux t'empêcher de lui répondre un gnagnagna plein de réparti, tout en lui tirant la langue comme le gosse que tu es. Il s'installe sur le lit et tu le regardes remettre la wiimote en marche. Tu manges une dernière bouchée de chips avant de t'essuyer les mains avec un mouchoir qui traîne, tu le jettes ensuite dans la poubelle : panier !

— En parlant d'Eden, je lui ai dit que j'étais avec toi et il m'a demandé de t'envoyer tout plein d'amour.
— Envoie lui plein d'amour aussi, réponds-tu sans réfléchir.

Parce que tu ne réfléchis pas quand ça parle d'Eden, c'est plus fort que toi, tu agis sur un coup de tête, sans penser aux conséquences de tes paroles, de tes actes, parce que tu as l'habitude de ne pas t'empêcher de dire quoique ce soit quand Eden était concerné. Tu devrais réussir à te taire, pourtant, tu devrais réussir à empêcher ce sourire niais de prendre possession de tes lèvres, tu devrais réussir à empêcher tes yeux de briller comme ceux d'un gosse devant le père noël. Tu jettes un regard à Arata qui a les yeux fixés sur l'écran et ta langue claque contre ton palais sans même que tu ne t'en aperçoives. Tu voyais le truc arriver, c'était encore plus gros qu'un éléphant !

— D'ailleurs demain je vais rester au club pour le coacher un peu, si tu veux venir comme ça on mangera ensemble ? Par contre je vais devoir m'absenter à un moment donc vous allez vous retrouver tous les deux le temps que je revienne.
— Nan demain j'vais aller m'entraîner, ça fait longtemps que j'ai pas fais une session sport intensif, tu vois. La prochaine fois.

A vrai dire tu n'étais pas prêt à voir Eden, pas alors que tu venais de te rendre compte de tout ça. Non pas que tu l'évitais, mais si tu pouvais éviter de rester si proche de lui alors que tu ne comprenais pas encore tout ce que ton... amour pour lui impliquait, tu préférais. Tu ne savais pas si c'était pour lui ou pour toi, en fin de compte.

Arata te connaît trop bien, et tu le sais encore plus quand vos regards verts si similaires se croisent et tu ouvres la bouche quand il te demande de choisir. Tu la refermes et tourne le visage vers l'écran, choisissant immédiatement Link. Tu ne jouais qu'avec Link, majoritairement. Tu le préférais niveau combat, puis tu étais attaché au personnage, surtout. Tu choisis sans même t'en rendre compte les ruines où l'on rencontre Sia à la fin parce que c'est l'une de tes maps préférées, puis, une fois que vous commencez, tu joues sans être vraiment concentré, fonçant dans le tas, comme tu le fais toujours, dans les jeux vidéos comme dans la vie de tous les jours.

— Vas-y, pose la ta question, je sens que tu veux me demander un truc.

Arata et toi, vous étiez pareils, similaires dans vos différences, identiques dans vos dissemblances. Il était face et tu étais pile, vous étiez comme les faces d'une même pièces : liés et indissociables. S'il te pose la question, tu n'es pas sûr de ne pas vouloir lui mentir, de ne pas vouloir le cacher. Lulla était déjà au courant et c'était bien trop pour toi, alors si Arata l'était aussi... mais lui mentir ? T'en étais incapable. Il te cramerait à des kilomètres, t'étais incapable de lui mentir, pas à lui, pas après tout ce que vous aviez vécu.

Un léger soupir passe la barrière de tes lèvres et tu lui lances un regard, vos regards verts miroitants l'un dans l'autre.






HRP :


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 148
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Mer 7 Sep - 14:16

Deux geeks, des chips et du Coca

De l'amour, tout plein d'amour. C'était noté dans son esprit et il a fait semblant de prendre son holokit pour lui envoyer. Évidement, ça écrivait dans le vide. En plus, Eden n'avait pas répondu; mais le Arata se débrouillait pour que ça passe ni vu ni connu. Le jeu était une bonne excuse pour faire le distrait et ça se sentait que ce qu'il disait n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Rory était trop silencieux à son goût, c'était typiquement lui lorsqu'on avait touché quelque chose.

— T'essayerais pas de t'esquiver toi des fois ?

Non parce que ce genre de truc, il aurait tendance à être la première personne au courant et puis là POUF on dirait un truc sortit à la dernière minute. Bien sûr Arata savait que son meilleur ami avait le goût des activités physiques dans tous les sens du terme sauf que là, tout de suite, maintenant, ça lui paraissait suspicieux. En même temps, il avait activé son mode analyseur en quelque sorte et il observait, Arata. Il attendait avant de balancer la sauce. Au moins, Rory s'était enfin décidé à faire quelque chose avec son gamepad; sans surprise c'était un Link qui ressortait de la sélection de personnages. Tout le monde aime Link. Parce que Link c'est Link et pas Zelda. La map choisie et hop c'est parti. Rory tankait les ennemis, tandis que lui éliminait les petits malins qui venaient dans son angle mort; ils fonctionnaient toujours de cette manière, en mission, durant les entraînements des Forces Spéciales ou tout simplement au quotidien : son meilleur ami était le plus balèze des deux, le plus imposant, le plus fonceur; tandis qu'Arata était plus prudent,  plus omniscient et couvrait ses arrières pour les garder sains et saufs. C'était le duo parfait qui fonctionnait dans une osmose rêvée. Frères de cœur un jour, frère de cœur pour toute la vie.

— Vas-y, pose la ta question, je sens que tu veux me demander un truc.
— C'était aussi obvious que ça ?

On ironise, on ironise. Mais ça y est, nous y voilà dans le vif du sujet avec les manettes laissées encore à l'abandon, décidément. Son manège avait bien marché on dirait, enfin c'était surtout que les deux se connaissaient tellement bien que les secrets finissaient rarement par rester cachés. C'était peut-être même ceux là qui pourraient s'avérer douloureux si jamais ils étaient découverts par hasard. Ce n'était pas le cas, pas vrai ?

— Ok alors déjà, c'est quoi cette histoire de "je reprends le sport intensif" d'un coup quand je te parle d'Eden ? Ok tu vas me dire que c'est une coïncidence et que je me fais des idées. On va la faire à la Gyakuten Saiban si tu veux bien.

Arata a prit une grande inspiration, resta assit à sa place et leva son petit doigt pour compter à la japonaise en faisant le "un". Y'avait plus de sourire, juste une mine  sérieuse et regard perçant prêt à en découdre.

— Un : quand tu changes de sujet subitement, c'est que la chose en elle-même te gêne. Or là on parlait d'Eden. J'ai pas besoin de lire dans tes pensées pour le comprendre, c'est limite écrit sur ton front.

On leva maintenant l'auriculaire et on poursuivait le lancer de preuves. Ou de faits plutôt. Si on devait d'écrire la sensation qu'il avait en faisant ça, le terme exacte serait sûrement "On fire". Le pire c'est que ce n'était pas une vengeance par rapport à tout à l'heure, du tout non non. Arata voulait seulement lui montrer qu'il n'y avait pas machine arrière avec tout ce qu'il savait et avait pu constater aussi. Il n'était pas le pro en relations amoureuses et ne pouvait donc pas certifier à 100% que Rory avait fini par succomber au naturel d'Eden mais des indices pouvaient conduire à cette possibilité.

— Deux : Je vous ai vu l'autre jour ensemble à discuter, t'avais l'air d'être complètement captivé. Tu ne t'en rendais peut-être pas compte j'en sais rien mais moi je l'ai vu en tout cas. J'avais pas fait attention plus que ça sauf que là j'ai de quoi me poser des questions.

Le majeur. Et c'est à partir de là qu'on pouvait voir un petit sourire en quoi arriver progressivement. Captivé...Étrangement fit aussi echo dans son esprit. C'était exactement ce qu'il se disait à propos de Lulla : elle le captivait, jusqu'au point que son image arrivait à squatter ses pensées en ce moment. Le matin en se levant, lorsqu'il grattait de la guitare, avant de se coucher. Heureusement, pas au stade où ça partait dans le pas très catholiques, de toute façon il n'aurait même plus été capable de la regarder en face à ce niveau-là.

Arata se pencha pour récupérer son holokit qui était sur la table de nuit, tapa le mot de passe pour déverrouiller l'écran avec l'adorable photo de son Akita Inu, alias son Haïku adoré dont la bouille toute mignonne le faisait craquer à chaque fois et montra ce que Eden lui avait envoyé en réalité : rien de plus qu'une question sur les goûts de son ami en matière de chewing-gum en guise de dernier argument. Il entendait presque "Objection !" dans sa tête; et y'avait un message de Shion d'ailleurs.

— Et trois...Je t'ai menti désolé. Il n'a pas répondu à mon message, je voulais juste voir comment tu allais réagir et on dirait que j'ai mis le doigt sur quelque chose. Soit il se passe un truc entre vous soit c'est toi.

Il a remis ce qu'il tenait à sa place et repris ce sourire carnassier de tout à l'heure, puis donna un coup de coude à son meilleur ami.

— Alleeez Rory, crache le morceau ! Tu m'as poussé avec Lulla, maintenant c'est à ton tour, on sera quittes comme ça !

Arata n'était pas seulement un meilleur ami, un camarade, un frère de cœur : c'était aussi un confident à la confiance inébranlable. Un coffre fort blindé inviolable où tout les secrets étaient gardés.




HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Mer 7 Sep - 15:37

DEUX GEEKS DES CHIPS ET DU COCA —
feat. Arata


— music



— T'essayerais pas de t'esquiver toi des fois ? 

Tu l'ignores avec toute la splendeur qui te correspond si bien et tu te concentres sur le jeu. En y réfléchissant, vous adoptiez la même formation dans les jeux que dans le vie de tous les jours. Comme quoi, on vous changeait pas, hein. A vrai dire, tu préférais prendre les dégâts, tu avais toujours préféré. Parce que quand on te blesse toi, c'est pas grave, mais les autres, c'est important. Tu avais toujours été comme ça, quitte à te mettre devant le danger, prendre les coups à la place des autres. C'est plus simple à gérer que de se sentir inutile et d'observer sans pouvoir réagir. Il te demande si c'était si évident et tu lui lances un regard qui voudrait presque dire vas-y fous toi de ma gueule je t'en prie, avec toute cette ironie, tout ce sarcasme qui te définit tant.

Il lâche sa manette et tu sais que tu es dans la merde, abandonnant définitivement l'écran du gamepad pour le regarder lui, pas totalement tourné vers lui, juste le visage. Pour pouvoir fuir le plus rapidement possible, pour pouvoir lui rire au nez et lui dire allez on reprend. Parce que tu interdisais aux gens de ne pas faire face à leurs sentiments, mais toi, tu évitais les tiens avec une main de maître, comme si tu avais fais ça durant toute ta vie et toutes celles précédentes.

— Ok alors déjà, c'est quoi cette histoire de "je reprends le sport intensif" d'un coup quand je te parle d'Eden ? Ok tu vas me dire que c'est une coïncidence et que je me fais des idées. On va la faire à la Gyakuten Saiban si tu veux bien.
— C'est pas quand...

Mais tu fermes ta bouche, gonflant les joues comme un enfant avant de détourner le regard, trouvant son étagère de jeux vidéos que tu connaissais par cœur soudain très intéressante. Oh, c'était pas la version platinium de KHII ça ?

— Un : quand tu changes de sujet subitement, c'est que la chose en elle-même te gêne. Or là on parlait d'Eden. J'ai pas besoin de lire dans tes pensées pour le comprendre, c'est limite écrit sur ton front.

A vrai dire, tu préfères te taire et éviter son regard parce qu'il te connaît trop bien, parce qu'il n'a pas effectivement pas besoin de lire en toi pour savoir à quoi tu penses et c'est ça qui fait de votre amitié quelque chose de si précieux. Donc oui, voilà. Tu vas éviter son regard, peut être qu'ensuite, il te lâchera avec ça parce que tu n'as définitivement pas envie de lui mentir, mais tu as surtout définitivement pas envie d'en parler. Lulla l'avait su par un concours de circonstance, parce que tu avais l'impression qu'avec tout ce qu'elle t'avait confié, t'avais pas le droit de ne rien lui dire sur Eden... Bon c'était pareil vis à vis d'Arata mais tu n'avais pas prévu que tes deux meilleurs amis soient au courant. Tu n'avais pas prévu que les deux personnes les plus importantes de ta vie en viennent à savoir pourquoi il y en avait maintenant une troisième. Sans compter Alana, bien sûr. Alana, c'était différent.

— Deux : Je vous ai vu l'autre jour ensemble à discuter, t'avais l'air d'être complètement captivé. Tu ne t'en rendais peut-être pas compte j'en sais rien mais moi je l'ai vu en tout cas. J'avais pas fait attention plus que ça sauf que là j'ai de quoi me poser des questions.

Quand ça ? as-tu envie de lui demander, mais tu sais que tu vas entrer dans son jeu encore un peu. Tu sais que si tu craques maintenant, tu ne pouvais plus nier, tu ne pouvais pas faire comme si toute son argumentation était fausse. Mais il arrive avec sa dernière arme, son ultime argument et tu ne peux t'empêcher de lâcher un regard à son holokit qu'il te montre et tu entrouvres les lèvres, légèrement vexé.

— Et trois...Je t'ai menti désolé. Il n'a pas répondu à mon message, je voulais juste voir comment tu allais réagir et on dirait que j'ai mis le doigt sur quelque chose. Soit il se passe un truc entre vous soit c'est toi.
— Traître, lâches-tu en lui lançant un regard qui pourrait le tuer si tu en avais le pouvoir, enfin, pas vraiment non plus, tu l'aimais trop pour ça.
— Alleeez Rory, crache le morceau ! Tu m'as poussé avec Lulla, maintenant c'est à ton tour, on sera quittes comme ça !
— C'est du chantage, ça.

Tu reprends les mêmes mots que Lulla, mais tu t'en fous un peu. Manquait plus qu'il te dise que c'était juste de la demande d'informations contre d'autres informations et là, tu te tapais la tête contre le mur. Vous vous regardez droit dans les yeux, comme dans un combat et tu es le premier à craquer, abandonnant définitivement le gamepad que tu avais toujours dans les mains. Tu te tournes vers lui, assis en tailleur et, lui faisant face, tu lui avoues à demi-mot :

— Y'a rien entre nous. On parle d'Eden, Ara. C'est juste moi.

C'était juste toi, tu pouvais pas faire ça à Eden, tu pouvais pas le détruire, le salir. Il était bien trop pur pour toi, bien trop précieux à ton cœur pour que tu prennes le risque de le perdre. Votre relation te satisfaisait déjà assez, elle était assez parfaite comme ça. Pas la peine de tenter quoique ce soit, pas la peine de le gêner, le rendre mal à l'aise avec tout ça. Tu avais promis à Lulla de ne pas abandonner, mais tu ne te sentais pas le courage de tenter quoique ce soit avec Eden, tu avais bien trop peur de ce que ça pouvait changer... ça te terrifiait.

— De toutes façons je travaille là-dessus. Et pas dans le sens où je tenterai quelque chose. Et non, n'essaie même pas de me convaincre toi aussi. Sincèrement, mec... on parle d'Eden.

Et tu te cachais un peu derrière cette excuse, finalement. Pour ne pas dire à voix haute qu'il méritait tellement mieux qu'un mec comme toi, qu'il devrait découvrir un amour plus pur, moins... immoral ? Tu te caches derrière cette excuse que c'est Eden, qu'il ne comprendrait pas, qu'il ne te verra sûrement jamais comme toi tu le vois, pour ne pas dire à voix haute que tu ne le mérites pas, pour ne pas dire à voix haute que ça te terrifie, pour ne pas dire à voix haute que tu préfères rester dans l'ombre, le voir heureux avec quelqu'un d'autre, parce que tu sais que tu l'enchaînerais à toi, parce que dans ton ventre gronde le monstre d'égoïsme et de jalousie, parce que tu sais que tu serais sa prison, que tu l'empêcherais de voler. Tu sais que tu n'es pas fais pour lui. Tu préfères être son ombre, être celui qui le pousse dans la lumière, être celui qui s'abandonne pour son bonheur, être celui qui disparaît au fil du temps, celui que l'on oublie. Tu préfères être celui que tout le monde adore, dont tout le monde a besoin... mais seulement le temps d'un instant, le temps de se remettre sur pieds, puis te faire oublier.

Tu préfères être le monstre qui chasse les leurs, celui qui reste dans l'obscurité et qui s'éteint sans que personne ne s'en aperçoive.

C'est celui que tu veux être.






HRP :


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 148
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Ven 9 Sep - 2:23

Deux geeks, des chips et du Coca

Rory se murait dans le silence. Sauf qu'il avait raison Arata et même si on lui lançait des regards pas très contents made in Rory, ça ne l'a pas empêché de continuer son réquisitoire quitte à devoir faire du chantage, oui oui. C'était un moyen peu conventionnel mais un moyen quand même non ?

— Oui et ? Ça change quoi aux faits  ?

Il pencha la tête la tête sur le côté, ses yeux inquisiteurs ne quittaient pas le concerné des yeux. Les voilà tous les deux dans une baston de regards. Qui en sortira gagnant ? "Allez Rory, vas-y, je sens que tu as envie de me le dire. Je le sens comme deux et deux font quatre." Pas sûr que son meilleur ami aie lu ses pensées; toutefois, il semblerait qu'Arata sortait inévitablement victorieux de cette confrontation; son entêtement avait payé.

— Y'a rien entre nous. On parle d'Eden, Ara. C'est juste moi.
— Juste toi. Aaah, raconte-moi ça m’intéresse.

On s'adossa contre le mur avec cet air curieux qui était prêt à écouter le reste de la confession. Au fond de lui, il était content Arata. Rory qui se posait enfin ? Il pouvait l'espérer parce qu'aussi longtemps qu'ils se connaissent, il ne l'avait jamais vu avoir une SEULE FOIS ne serait-ce qu'une relation sérieuse. Et puis Eden. Eden quoi. La personne la plus pure qu'on pouvait connaitre, aucun risque qu'on lui fasse un coup foireux à la Cassie si c'était réellement réciproque, ce qui était pour Arata pas impossible. Personne n'est à l'abri de succomber à des sentiments puissants comme l'amour, de se prendre une flèche de Cupidon, pas même la personne la plus innocente au monde. Car après tout, éprouver et raisonner sont ce qui font la singularité de l'Homme.

— Hé bien quoi ? Tu es entrain de me dire que Eden ne peut pas tomber amoureux, c'est ça ? Tu penses que tu ne pourrais pas lui plaire ?

Puis y'a eu un tilt dans sa tête. Plaire. Eden. Eryn. Oh wait. Arata venait de se rappeler qu'il y a pas longtemps, sa kohai lui avait avouée que Eden lui plaisait. Et là, c'est Rory. Certes à demi-mot mais pour le half c'était largement suffisant; non non non ça ne va pas, c'est le bordel ! Le gars venait juste de se mettre dans la merde et bien profond en ayant dit à Eryn de se lancer ! En attendant, il réussissait à ne pas laisser transparaître sa panique intérieure juste en ayant un faciès impassible pour parfaire son illusion en laissant volontairement un gros blanc; "Ok calme-toi Arata. Eryn est ta kohai et Rory ton meilleur ami, mais il y a qu'un Eden. Fais simplement ce que tu aurais fait sans savoir qu'il y'a un méli mélo derrière. Voilà c'est ça"

— Eden ne me parle que de toi, Rory par-ci, Rory par-là et me demande souvent ce que tu aimes. C'est pas par hasard s'il arrive à trouver exactement tes goûts et je suis sûr que s'il fait ça, c'est que tu dois être quelqu'un de très spécial à ses yeux.

S'il savait à quel point. C'était ce message que Arata essayait de lui faire passer et maintenant, il comprenait ce que ressentait son meilleur ami tout à l'heure pour lui mettre dans le crâne que justement, fallait saisir sa chance. Si lui allait le faire dans un futur prochain, il le poussera à faire de même de son côté coûte que coûte. Rory est têtu, lui aussi; Et il se redressa subitement, les genoux à même le matelas et pointait le concerné d'un doigt accusateur.

* 畜生, 舐めるな ! Tu viens me faire la morale en disant qu'on est jeunes, qu'on doit vivre, qu'on va peut-être mourir dans pas longtemps à cause de cette saleté de virus ou je ne sais quoi etcetera mais écoutes mon pote : t'appliques même pas tes propres paroles, comment veux-tu être crédible avec ton grand discours de tout à l'heure ? Ça marche pas comme ça Rory. Et je suis quasiment sûr que la personne qui a essayé de te convaincre a dû te dire à peu près la même chose. C'était qui d'ailleurs ? Shion ? Lulla ? C'est tout leur genre.

Il avait lâché un bon flot de paroles à la minute, et s'était même emporté dans le feu de l'action mais n'avait aucun regret. Un bon gros soupire fût lâché, et Arata resta en tailleur finalement.

— Enfin peu importe...

Ses iris quittèrent un instant les siens pour rencontrer le plafond, sa tête balancée en arrière avant de revenir comme elle était. Ses doigts vinrent ensuite se faufiler parmi ses mèches brunes aux reflets châtains légèrement ondulés qui témoignaient de sûrement ce sang étranger coulant dans ses veines. Puis on reprenait ses esprits et leva le nez vers son ami avec un petit rire amusé. Eden et Rory. Rory et Eden. Ça sonnait bien, comme le Paradis et le Roi ou en langage geek, Eden le Jun Kurosu de son Tatsuya Suou;

— Bon alors dis-moi, qu'est-ce qui te plait chez Eden alors ?

Dans le fond, il avait l'impression de faire son traître et de poignarder Eryn dans le dos. Mais ne pas soutenir Rory aurait été juste impensable pour lui : il était l'une des personnes les plus importantes de son existence, une de celles qui lui a appris à vivre, à renaître de ses cendres. Et ça, Arata ne l’oubliera jamais.




HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Ven 9 Sep - 21:05

DEUX GEEKS DES CHIPS ET DU COCA —
feat. Arata


— music



Oui et ? Ça change quoi aux faits ? qu'il te lâche et tu as envie de l'insulte, sur le coup. Mais gentiment, de lui dire que c'est un peu un connard quand même de te faire du chantage comme ça, que c'est de la trahison, ça, et que tu pourrais porter plainte pour ça ! Et ta confession. Évidemment que ça l'intéresse, évidemment qu'il veut que tu lui racontes, même pas ça t'étonne, tu trouves ça normal parce que tu ferais la même chose, tu lui demanderais la même chose.

— Hé bien quoi ? Tu es entrain de me dire que Eden ne peut pas tomber amoureux, c'est ça ? Tu penses que tu ne pourrais pas lui plaire ?
— C'est pas ça Ara, dis pas de conneries, j'ai pas dis ça. C'est...

Et soudain en toi gronde la colère et tu te mords la lèvre, détournant le regard parce que tu ne veux pas être en colère contre lui, tu le refuses, tu le refuses de toutes tes forces. Évidemment qu'Eden pourrait tomber amoureux. Mais pas de toi. Il pourrait tomber amoureux mais pas de toi, surtout pas de toi. Il ne faut pas qu'il tombe amoureux de toi. Tu le détruirais, le salirais. Tu le souillerais. Et tu refuses, tu refuses Rory. Tu nies cette possibilité. Eden ne peut pas tomber amoureux de toi. Il peut tomber amoureux, oui, mais surtout pas de toi. Surtout pas.

— Putain.

Juste putain. Parce qu'il n'y a rien d'autres à dire, parce que tu ne pouvais pas dire à Lulla tout exactement, tu n'avais pas pu dire à Lulla comment tu te sentais vraiment, parce que tu te serais mis en colère contre toi-même, parce que ça l'aurait détruit encore plus de savoir comment tu te sentais, toi, tous les jours un peu plus.

— Eden ne me parle que de toi, Rory par-ci, Rory par-là et me demande souvent ce que tu aimes. C'est pas par hasard s'il arrive à trouver exactement tes goûts et je suis sûr que s'il fait ça, c'est que tu dois être quelqu'un de très spécial à ses yeux.
— Ça veut rien dire Ara, t'es spécial à mes yeux c'est pas pour autant que j'suis amoureux de toi !

Trouve des excuses, trouve les et vite. Parce que Rory, tu as besoin de les trouver, tu as besoin de pouvoir contre argumenter, tu as besoin de lui dire que tu laisses tomber, tu as besoin de lui dire que tu n'as pas d'autres choix que d'abandonner. Tu peux pas te permettre de faire quoique ce soit avec Eden, tu ne peux pas te permettre de te lancer, de te jeter dans la gueule du loup, tu ne peux pas, ce serait trop douloureux, le rejet serait trop fort, trop violent, trop cruel.

— 畜生, 舐めるな ! Tu viens me faire la morale en disant qu'on est jeunes, qu'on doit vivre, qu'on va peut-être mourir dans pas longtemps à cause de cette saleté de virus ou je ne sais quoi etcetera mais écoutes mon pote : t'appliques même pas tes propres paroles, comment veux-tu être crédible avec ton grand discours de tout à l'heure ? Ça marche pas comme ça Rory. Et je suis quasiment sûr que la personne qui a essayé de te convaincre a dû te dire à peu près la même chose. C'était qui d'ailleurs ? Shion ? Lulla ? C'est tout leur genre.

La ferme Arata ! as-tu envie de lui hurler. Ferme la ! penses-tu peut être trop fort. C'était différent, c'était pas pareil, c'était... c'était Eden putain. Eden merde ! Ça aurait été plus facile avec n'importe qui d'autres, ça aurait été plus facile avec Babe, avec Franz... mais Eden putain. Eden. Et tu la vis, ta vie. Tu n'as fais que ça dès que tu as pu faire ton deuil, tu ne fais que ça, sans t'arrêter, sans regret. Tu ne fais que vivre ta vie à des dizaines et des dizaines de kilomètres heures, sans t'arrêter, sans penser, sans respirer. Tu ne fais que ça, profiter de ta vie. Mais Eden... Eden tu peux pas. Tu peux pas lui faire ça, tu peux pas détruire votre relation comme ça. Pas à cause d'un amour à sens unique, pas à cause de votre promesse éternelle que tu as faite avec un peu trop de conviction. Tu te mures dans ton silence, serrant les dents et les poings, rageant contre toi-même. Il soupire et peut être a-t-il entendu tes pensées trop violentes. Il soupire et tu te mords la lèvre inférieure dans un tic un peu nerveux. Tes mains tremblent légèrement et tu les frottes sur ton short en jean troué.

Enfin peu importe... et peut-être a-t-il entendu tes pensées, vraiment. Tu veux t'excuser, tu veux lui dire de ne pas t'en vouloir, tu veux lui dire que tu n'as juste pas envie d'en parler, que ça te rend malade de penser que tu pourrais le salir, le détruire, il est si précieux à tes yeux que tu peux pas le toucher, pas comme ça, tu peux pas l'aimer, pas comme ça. Tu noircirais de charbon le diamant qu'il est. Et tu ne peux définitivement pas faire ça.

— Bon alors dis-moi, qu'est-ce qui te plait chez Eden alors ?

Et pourquoi voudrais-tu lui mentir Rory ? Pourquoi voudrais-tu lui cacher la vérité ? Pourquoi détournes-tu les yeux pour ne pas croiser son regard Rory ? Tu laisses échapper un soupir et tu te forces à te détendre, tes épaules se lâchent un peu et une main vient se passer dans tes cheveux avant de frotter ta nuque, tirant par la même occasion tes cheveux qui poussent plus vite que tu ne pouvais l'imaginer. Et dire que tu ne les coupais pas parce que tu pensais qu'Eden les aimait comme ça. C'était pathétique, en y pensant. Le silence s'installe et tes doigts viennent faire bouger le joystick avant que tu ne relèves le visage vers lui, l'observant. Tu ouvres la bouche, la refermes.

Et puis merde.

— C'est juste lui, je crois. Enfin. Mec qu'est-ce qui te plaît chez Lulla, concrètement ? C'est elle. Juste... elle. Comment elle est, comment elle se comporte, son sourire, son rire c'est... enfin c'est un tout, non ? Bah c'est pareil pour Eden. C'est juste parce que c'est lui.

Et comme Arata était tombé amoureux de Lullaby, tu étais tombé amoureux d'Eden, sans t'en apercevoir, sans même t'en rendre compte et la fatalité t'avait à peine effleuré et c'était déjà trop tard quand tu avais compris l'information, tu ne pouvais plus reculer, faire machine arrière, c'était impossible.

— C'est juste lui, c'est tout. On joue ?

Parce que tu veux que ton cauchemar s'arrête, tu veux que ton cœur arrête de tambouriner dans ta poitrine, tu veux arrêter de parler de lui alors que tu as décidé de tout arrêter, tu veux qu'il sorte de ta tête, qu'il arrête de t'empêcher de dormir, et de respirer, tu veux arrêter d'avoir l'impression qu'il est ta drogue, ta dose d'oxygène, le seul qui peut te sortir la tête de l'eau dense et sans fond. Tu veux juste qu'il redevienne ce qu'il a toujours été, Eden dans toute sa splendeur, l'ami, le confident, le petit ange adoré. Tu veux juste arrêter de l'aimer.






HRP : lalalaaaa


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 148
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Mer 14 Sep - 1:03

Deux geeks, des chips et du Coca

Ferme la ! Il l'avait entendu, mais rien ne l'arrêta dans son argumentation, Arata. Tout simplement parce qu'il avait la certitude d'être en droit de pousser son meilleur pote dans les derniers retranchements afin d'assumer qu'une possibilité subsistait qu'Eden puisse être à lui. Tout à lui. C'était l'hôpital qui se foutait de la charité oui. Arata lui-même doutait encore de pouvoir en être capable, de mettre volontairement une certaine distance, une pudeur à cette relation comme si ce cliché japonais le poursuivait juste pour Lullaby.

— C'est juste lui, je crois. Enfin. Mec qu'est-ce qui te plaît chez Lulla, concrètement ? C'est elle. Juste... elle. Comment elle est, comment elle se comporte, son sourire, son rire c'est... enfin c'est un tout, non ? Bah c'est pareil pour Eden. C'est juste parce que c'est lui.

Pourquoi ? Pourquoi tu retournes la question de cette façon Rory ? Suite à ça, le concerné laissa un blanc et se gratta la tête avec des rougeurs évidentes sur les joues. Ce qui lui plait concrètement chez Lullaby, hein ? Il n'y avait pas vraiment réfléchi en fait, pour lui c'était simplement évident. Spontané. On cherchait ses mots, la gêne lui ayant ôté la parole il semblerait; mais ce ne fût qu'une histoire de quelques secondes avant que ses émeraudes croisent ceux de Rory pour la énième fois de la journée.

— C'est plus compliqué, plus...Subtile que ça avec elle.

Et là, quand ça se rendait compte de la manière dont on pouvait l'interpréter, Arata se mit tout de suite sur la défensive en reculant, la tête qui se secouait frénétiquement au même rythme que ses mains.

— Enfin quand je dis compliqué, je ne la vois pas comme un fantasme ou quoi, ce n'est pas du tout ce que je suis entrain de dire !

On pouvait en effet se méprendre, mais en y réfléchissant bien Arata aurait pu succomber à ce genre de tentation de vouloir se faire des films tout seul avec son crush en sujet principal. Puis de toute façon même si tel truc lui arrivait, ça serait tellement gênant qu'il pourrait s’abstenir d'y mettre quelqu'un dans la confidence. Même Rory. Même Franz ou Shion tiens. Alors il laissa d'abord son stress retomber, inspira une bonne bouffée d'air et continua sur une lancée plus sereine.

— Disons ce n'est pas que physique, ni son caractère. J'ai juste cette sensation que y'a une connexion évidente entre nous, comment t'expliquer...C'est en quelque sorte une âme soeur spirituelle ou mon alter ego au féminin. J'exagère mais je ne sais pas comment traduire ça. C'est juste...Là. Si tu as compris ce que je veux dire, c'est que tu dois ressentir la même chose pour Eden. Si tu retiens tes envies à son égard, tu finiras par craquer Rory en l'embrassant ou je ne sais quoi et c'est là que tu risques de l'intimider. Je ne veux pas de "parce que c'est Eden", justement, parce que c'est lui qu'il t'aimeras toujours quoiqu'il arrive. Alors pour l'amour du Ciel, va lui dire. Si moi je le fais, tu peux le faire et tu vas le faire. Je te jure que je ne te lâcherai pas, quittes à ce que tu me haïsses après.

Ses yeux perçants et déterminés ne le quittaient pas d'une semelle. Son meilleur ami pouvait faire ce qu'il voulait, il était coincé. Jouer ? Pas question, Rory ne fuira pas, parce que l'occasion était trop parfaite. Y'a personne, ils sont seuls et on pouvait se laisser aller aux confidences, ça ne sortira pas de cette pièce de toute façon. Ça sert seulement à soulager les cœurs et les esprits; ironique pour quelqu'un qui était à la place inverse juste avant.

— Non.

Il lui fit sèchement, avant de changer de position pour s’asseoir à la japonaise, ses genoux s'enfonçant dans le moelleux de son matelas.

— En tout cas pas avant d'avoir fait une promesse.

Une promesse. Ce n'était pas la première fois qu'ils en faisait. Et y'avait cette sensation qu'il pourrait s'agir là, maintenant, de l'une des plus importantes que les deux n'aie jamais faite. La dernière scellée étant celle où ils s'étaient promis de se soutenir comme des frères pour le meilleur et pour le pire, contre vent et marrée suite à la disparition de Tsubasa. Briser une parole donnée pourrait avoir de lourdes conséquences sur leur amitié. Mais quelque part, s'engager était pour Arata une nouvelle preuve de la confiance inébranlable que les deux adulescents partageaient déjà.

Il leva son auriculaire, lui faisant comprendre qu'il voulait que son meilleur ami fasse de même et vint fermement entourer son petit doigt avec le sien. C'était une manière dont lui et son jumeau avaient de s'engager dans quelque chose d'important. Rory était un frère pour lui et cette action coulait de source à ses yeux. Ils étaient liés par ce lien fraternel indélébile.

— Maintenant, promets-moi que tu iras lui dire ce que tu ressens. Je ne te demande pas de le faire tout de suite mais juste de le faire. J'ai ta parole ? Sinon j'en parle à Lulla et je t'assures qu'on ne sera pas un mais deux à te botter le derrière pour y aller. Tu verras tu nous remercieras.

Un petit sourire moqueur vint narguer l'irlandais suite à cette petite touche d'humour à la fin. Cela n'empêche pas que ce qui a été dit était vrai : Lullaby et Arata seront toujours derrière pour le soutenir, comme lui le faisait pour eux. Parce que c'est ça, cette belle amitié qu'ils partagent : ils parlent, pleurent, rient ensemble. Et ils s'aiment, d'un amour bien différent que celui qu'Arata avait à offrir pour la fille qui avait révélé en lui des sentiments aussi magiques que dévastateurs.




HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory] Mer 14 Sep - 11:32

DEUX GEEKS DES CHIPS ET DU COCA —
feat. Arata


— music



Il prend la parole et pendant un moment, tu es soulagé, pendant un moment, tu l'écoutes avec attention, car il n'y a pas de toi, il n'y a pas d'Eden, ça ne concerne ni tes sentiments, ni tes peurs, ni ta phobie de l'abandon que tu as caché pendant des années et des années. Tu laisses échapper un léger soupir amusé quand il se justifie, quand il rougit. Voilà. C'est ça que tu voulais, le sourire, les légers rires, la gêne gentille. Et il te parle d'alter ego, d'âme-sœur, de connexion. Et tu y crois, et tu comprends, tu comprends vraiment. Parce que c'est pareil pour toi, parce qu'il est toi, parce qu'il te permet de te redécouvrir, de redécouvrir une partie de toi que tu pensais cachée, détruite. Une partie de toi que tu ne reverrais jamais.

Parce que Rory, tu as été bercé aux contes pour enfants, tu as été bercé en croyant que tu étais en prince qui devait sauver sa princesse, tu as été bercé en croyant au grand amour, même en voyant tes parents se déchirer... mais quand ta sœur été morte, tu avais abandonné l'idée de l'amour véritable et éternel, tu avais abandonné une partie de toi et tu avais grandis, d'un coup, et du haut de tes quinze ans Rory, tu avais quitté l'enfance, l'adolescence. Tu avais abandonné l'idée de l'Amour avec un grand A. Tu ne voulais pas y croire. Ça faisait trop mal, trop souffrir, les gens pouvaient en crever. Tu ne voulais pas de cet amour, tu le refusais, le repoussais. Parce que c'était plus simple, parce que c'était moins douloureux. Tout simplement.

Et puis le voilà qu'il parle de nouveau d'Eden, de toi, et tu détournes le regard. Il a sûrement raison, peut être qu'un jour, tu craqueras, mais tu espères penser que non. Et puis, si tu l'intimides, s'il te fuit, n'est-ce pas mieux pour lui, finalement ? S'il te repousse, comme il le ferait sûrement s'il arrivait quelque chose, n'était-ce pas mieux pour lui ? Bien sûr que si. Évidemment. Et tu laisses échapper un léger rire, à peine, secouant la tête de gauche à droite. Quitte à ce que tu me haïsses après. Comme si tu pouvais le haïr. Comme si un jour ça pouvait arriver.

Il bouge et tu le regardes changer de position après qu'il ait négativement répondu à ta question. Non, bien sûr que non il voulait pas jouer, bien sûr que non il voulait pas changer de sujet.

— En tout cas pas avant d'avoir fait une promesse.

Oh non. Non. Tu avais dis à Lulla que tu arrêterais d'agir comme un lâche, vrai, mais tu ne le lui avais pas promis, ce n'était pas une promesse, c'était un essaie et si tu ne réussissais pas, il n'y allait pas avoir de conséquence, il n'y allait pas avoir de... et puis, tu arrêterais de l'éviter, tu essaierais de ne plus fuir dans les bras de Franz, tu essaierais de... enfin, ce n'était que des essaies. Et son auriculaire vient serrer le tien et tu te mords la lèvre inférieure. Tu peux pas Rory. Tu peux pas faire ça. Tu peux pas parce que tu sais que cette promesse, tu vas pas la tenir, que cette promesse, tu vas la briser. Et c'était quelque chose de beaucoup trop important pour Arata, c'était quelque chose de beaucoup trop important pour toi.

— Maintenant, promets-moi que tu iras lui dire ce que tu ressens. Je ne te demande pas de le faire tout de suite mais juste de le faire. J'ai ta parole ? Sinon j'en parle à Lulla et je t'assures qu'on ne sera pas un mais deux à te botter le derrière pour y aller. Tu verras tu nous remercieras.

Tu peux pas te permettre de briser ce genre de promesse, Rory. Tu peux pas te permettre de briser ça. Parce que ce genre de promesse Rory, c'était les promesses qu'il faisait à Tsubasa, c'était les promesses que Tsubasa lui faisait. Et puis il y a toi, qui arrive, il y a toi, qui prend sa place, il y a toi qui ne peut pas tenir une simple petite promesse. Tu regardes vos doigts liés et tu ouvres la bouche, la refermes, mordilles de nouveau ta lèvre inférieure et ton cœur s'accélère, Rory.

Il bat si vite dans ta cage thoracique. Il bat si vite parce que tu flippes, d'un coup. Il bat si vite parce que tu sais que ce que tu vas faire va lui faire du mal, parce que tout ton corps te hurle de fuir, de délier vos doigts, et peut être vaut-il mieux ça que détruire ce genre de promesse. Tu as envie de vomir, d'un coup. Et vos doigts sont toujours liés et tu les regardes comme s'ils allaient bouger sans que vos cerveaux n'en donnent l'ordre. Et tu ne dis toujours rien, Rory. Tu ne dis toujours rien et tu ne réfléchis même pas, parce que tu n'arrives pas à réfléchir. Tu n'arrives pas à peser le pour et le contre, tu n'arrives pas. Tu n'arrives à rien. Rien du tout. Et ta tête se secoue légèrement de droite à gauche et tu déglutis alors que tu retires ta main de la sienne sans rien dire. Et tu as l'impression que tu viens de détruire quelque chose.

— Je peux pas te promettre ça Arata. J'en suis pas capable.

Oh non, tu ne l'étais pas. Qu'il te demande d'aller te battre, qu'il te demande de prendre une balle pour lui, qu'il te demande de crever à sa place... mais ça, ça tu ne peux pas le lui promettre. Tu n'avais pas confiance en toi sur ça, tu savais que t'en serais pas capable, tu savais que tu allais fuir parce que c'est ce que tu faisais quand ça concernait des sentiments, et ça depuis la mort de Marie. Les sentiments détruisent, l'amour tue. C'est le pire des poisons, la pire des toxines, le pire des virus.

— C'est pas fait pour moi, tu le sais.

Oui, il le savait, comme Lulla le savait. L'amour, c'était pas fait pour toi et pourtant, les deux te poussaient dans tes retranchements, te poussaient à foncer. Même si tu foncer dans un mur, tu le savais au fond de toi, c'était ton instinct qui te le disait. Pas ta peur d'être rejeté, non, mais juste ton instinct. Un peu comme quand tu sentais que ça allait être une mauvaise journée, un peu comme quand tu sentais qu'il y avait un problème quand le comportement de Lulla avait changer, un peu comme quand tu t'es tourné vers Tsubasa, quelques secondes avant qu'il ne se transforme. Parce que l'instinct le sentait.

L'être humain ne se concentre pas assez sur son instinct, il l'a perdu au fil des générations, et on appelle ça des impressions, des serrements d'estomacs qu'on ne comprend pas, qu'on met sur le même rang qu'un truc qui est pas passé niveau bouffe. Mais l'instinct Rory, ton instinct, c'était la seule chose que tu suivais vraiment, en fin de compte. Parce que ton instinct t'avait fait comprendre que quelque chose n'allait pas aller, quand Marie t'avait annoncé sa grossesse, dans sa chambre. Parce que ton instinct, il t'avait dit que tes dons n'étaient pas mauvais. Parce que ton instinct, t'avait sauvé la vie plusieurs fois. Et ton instinct Rory, il te disait que tu fonçais droit dans un mur, que tu sautais d'une falaise sans parachute. C'était ce qu'il te disait, et tu ne pouvais pas aller contre cet instinct, tu ne pouvais pas. Tu pouvais pas te trahir comme ça.

Et c'est horrible Rory, parce que tu sais que ça va lui faire du mal, tu sais que son sourire va se faner, que ses yeux vont perdre de leur éclat. C'est horrible Rory, parce que tu lui fais du mal à couper votre lien, à lui refuser une promesse qu'il te force à faire pour toi.

— Je suis désolé.

Et tu l'es, vraiment. Tu es vraiment désolé, Rory. Mais tu te refuses ça, tu te refuses cet amour, c'était trop pour toi, tu ne t'en sentais pas capable, tu ne t'en sentais pas capable du tout, même. Tu préférais tout faire pour que ça passe, tout faire pour que ça disparaisse, vite, très vite, le plus vite possible. Tu allais faire le point, d'abord, et puis... puis tu repartirais, comme avant, comme si rien n'avait changé.

Comme si tu n'étais pas au bord du précipice.






HRP : PARDON JE SUIS DESOLEE. C'EST JE SAIS PAS UN PEU DRAMA D'UN COUP ? Tendresse sur toi, j'espère que ça te vaaaa ♥
(et omg c'est jamais kk, c'est parfait, je glhrejhr)


Voir le profil de l'utilisateur
Deux geeks, des chips et du Coca [PV Rory]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Shinrin Yoku :: Rin Forest :: La ballade :: Dortoir des Ajisai-

Sauter vers: