AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La douceur des mélanges [PV: Lilibeth]
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: La douceur des mélanges [PV: Lilibeth] Dim 21 Aoû - 19:13
Il y a un gout de stresse sur le bout de tes lèvres, une odeur de nervosité dans le creux de ta main qui vas frapper à cette porte et des battements fort qui font pulser ton cœur là tout de suite. Tu ne sais toujours pas si ton idée est bonne, si ça fonctionnera. Tu ne sais même pas comment tu réagiras ou agira si jamais ça fonctionne, c’est perturbant et jouissif aussi de sentir ce genre de sensation par toi-même qui pulse sous ta peau. Tellement vivant. Il faudra que tu cherches un autre jour des personnes ressentant ce sentiment pour le ressentir à travers eux, mais là tout de suite tu as d’autre chose à faire. Comme frapper à la porte face à toi. Comme vivre l’instant présent. Comme être toi et simplement toi pour le moment.

Ambros porte son regard à la petite glacière à ses pieds puis de nouveau à la porte en face de lui. Il était là pour cela à la base, juste pour cela, au pire des cas il n’aurait qu’à se concentrer là-dessus si jamais tout partait en chouquette. Lilibeth, il lui avait parlé deux fois, peut-être même trois si ses souvenirs étaient bons. Une fois où il était simili barman à une soirée, il lui avait décroché son nom, son âge, sa division et un sourire il croit. Le dernier point était assez flou dans sa mémoire. Il lui semble qu’il y a eu une autre fois un peu dans les mêmes circonstances pour la rencontre, mais le dialogue fut plus court, vif, comme quand on parle à un gars qui nous sert nos boissons et dont on laisse tomber la chose une fois les verres face à nous, c’est aussi pour cela que ça lui semble flou et incertain pour cette fois. Puis il y a eu hier.

Tu étais à la recherche de personne pour tester et amélioré trois cocktail que tu avais trouvé sur internet deux jours plutôt avant de te lancer franchement à les proposer en soirée. Tu errais comme une âme en peine sans trop savoir à qui demander, souhaitant un avis neuf sur tes capacités, puis tu l’avais vus. Elle avait été comme un bout de lumière sous tes yeux et sans trop chercher à comprendre tu l’avais abordé calmement et gentiment, lui proposant de gouter à ce que tu avais à proposer, proposant sa chambre comme lieu de rencontre pour qu’elle soit en terrain connu et sur. Tu ne sais pas trop pourquoi, ni comment, elle avait accepté, les détails te passaient facilement au-dessus de la tête là tout de suite et tu te décidas enfin à frapper à la porte de la chambre pour t’annoncer et attendre qu’elle veuille bien t’ouvrir.

Attentif au son autour de lui il entend clairement des bruits de pas arriver vers la porte et il se baisse pour reprendre sa glacière en main alors qu’il tente de se mettre bien droit. Il y a une recherche de bonne impression, il porte une tenue simple, un jean noir et une chemise blanche, rien d’extravagant. Il voit la porte s’ouvrir face à lui et sur le bout de ses lèvres sa nervosité est bien là et sort toute seule.

« Un ange viens m’ouvrir les portes du paradis si ce n’est pas magique. »

Tu la sens la chaleur qui te monte aux joues et cette phrase qui te semble tellement nul à chier là maintenant ? Pourtant quand tu l’avais lu en suggestion de phrase d’approche ça n’avait pas l’air aussi nul que là tout de suite. Tu te frappes le visage de ta main libre assez honteux de tes propres mots là tout de suite.

« Heu … Je suis venus faire les cocktails comme promis, tu es toujours partante ? »

Il aimerait bien tout de même ne pas avoir fait le chemin pour finir botter en touche dès le début tout de même.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: La douceur des mélanges [PV: Lilibeth] Jeu 25 Aoû - 1:41

Ce soir c'était la routine. Il n'y avait personne dans le dortoir avec moi, c'était désert. Il faut dire qu'ici, il n'y avait pas souvent du monde. On était souvent toutes de sortie, pour revenir que tard dans la nuit. Et quand cela nous arrive d'être toutes les quatre, c'est qu'on n'était pas que quatre. Oui, on aime vivre dans ce dortoir, bien que parfois, il faut rester sérieuse et bosser un peu. C'était ce qui m'arrivait ce soir, un peu de boulot afin de réussir les prochains exams. Et oui, ça vous en bouche un coin, jamais vous auriez pensé me voir plancher sur mes cours, me faisant des fiches d'études et surtout des lunettes sur le nez. Et ouais, j'ai des lunettes, mais uniquement pour lire ou pour bosser. Autrement, jamais vous ne me verrez avec. J'ai horreur de les porter. Les lunettes, ça ne me va pas. On m'a pourtant dit que les lentilles, c'était cool. Mais pour le peu que je dois porter mes lunettes, autant que je les mette au lieu de m'embêter avec des lentilles. Bref, tout ça pour dire que ce soir, je n'étais pas en mode glamour comme on pouvait me voir habituellement. Au contraire, je portais un tee-shirt de baseball trop grand pour moi, me faisant une micro robe, des jambières et un boxer en guise de bas. En gros, la grande classe. Ça change des cours ou de me voir en ville.

J'étais plongée dans mes révisions quand j'entendis qu'on frappait à la porte. Bon dieu, qui c'était encore ? Pas que je n'aimais pas avoir de la visite improvisée, mais pas vraiment quand je n'étais pas présentable. Et bin tant pis pour une fois. Je retirai mes lunettes que je posai sur mon bureau et j'ouvris la porte. Que ne fut pas ma surprise de voir .. Heu ... C'était qui déjà ce blanc bec à lunette ? Et c'était quoi cette phrase ?! Un ange du Paradis ?! Sur le coup, je ne sus comment réagir, mais après un blanc de dix secondes, je me mis à rire de bon coeur. Sérieux, comment voulez-vous rester sérieuse face à un type qui vous lance ce genre de réplique si ringarde, surtout quand vous vous n'y attendez pas. Je ris pendant un moment, peut-être même un peu trop longtemps. Il fallait que je me calme, mais cela fut très difficile. En fait, c'est grâce à ce même type, qui venait de faire fêler une côte, que j'ai pu y arriver. Bravo à lui, je lui tire mon chapeau.


    -Faire des cocktails ? Comment ça ... Ha mais oui, j'avais complètement zappé. Vas y rentre Ambros !

Mais quelle cruche ! Comment j'avais pu l'oublier ?! Bon ok, on ne se connaissait pas encore beaucoup, on n'avait pas du se parler beaucoup de fois, en plus je n'avais pas dû être très fraiche non plus, car dans ma mémoire, je n'arrivai à me souvenir de lui avoir parlé plus de deux fois ... Parfois je me dis que je devrais boire moins en soirée ...
Mais passons, je m'écartai pour le laisser entrer et lui fis signe d'aller s'assoir sur l'un des deux canapés. Tout de même, j'en tenais une couche ce soir et heureuse que parfois je peux avoir une bonne mémoire. M'enfin, je dis cela alors que je me souvenais même pas quand est-ce que j'avais accepté qu'il vienne ici pour faire ses cocktails. Décidément, je n'avais pas dû être fraiche à ce moment là. Il n'avait pas dû m'avoir sorti ce genre de phrase de drague des années 50, cela devait être pour cela, autrement, je suis sûre que je m'en serais souvenue.


    -Vas y, mets toi à l'aise. Sorry, j'avais oublié que c'était ce soir que tu venais du coup je suis pas très présentable. En plus j'ai pas fait les courses pour que tu puisses faire tes cocktails. Mais au pire, regarde dans le bar, y a de la vodka, de la tequila et plein d'autre truc si tu veux.


Tenue de Lili:
 
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: La douceur des mélanges [PV: Lilibeth] Ven 26 Aoû - 21:53
Il avait eu peur quelque part que suite à sa phrase d’accroche de base on lui ferme violement la porte au nez. Ambros l’aurais eu en travers de la gorge celle-là. Qu’est-ce qu’il aurait fait là au milieu du dortoir des Sumire avec sa glacière ? Certainement pousser un soupir avant de rentrer dans sa chambre comme il était venu tout simplement. Seulement ce ne fut pas le son d’une porte qui claque au nez qui lui arriva aux oreilles, mais le son beaucoup plus doux d’un rire franc. Ce n’était pas du tout l’effet souhaité à la base avec cette histoire d’ange, mais qu’importe c’était tout de même des plus plaisant à entendre. Ça le détendu presque complétement de son stupide stresse de base.

Pourtant tu te sens légèrement piqué dans ta fierté quand elle avoue aussi simplement qu’il est possible de le faire qu’elle avait oublié ta venue. Tu es dans la catégorie des gens oubliable pour Lilibeth alors que tu souhaites faire bonne impression, ça promettait. Au moins tu étais certain que tu verrais assez rapidement s’il y avait une avancer ou non avec elle. Quand on part de rien voir le petit plus était plus facile. Au moins elle a le sourire là tout de suite et c’est tout ce qui compte, même si elle rit de toi. D’ailleurs elle aussi te faire sortir un petit rire de ta bouche alors que tu la regarde de haut en bas suite à sa remarque sur le fait de ne pas être présentable.

« Parce qu’il faut être présentable pour accueillir la personne qui viens te souler dans ta propre chambre ? Tu as des vêtements et rien que cela est parfaitement présentable. »

Il était plus que sérieux pour le dernier point qui était sorti tout seul. Combien de fois il avait pu avoir sa mère se trimbalant en simple serviette ou juste avec une culotte dans leur appartement en pensant être parfaitement présentable alors qu’il y avait un invité à la maison ? Beaucoup trop pour que même si elle portait une robe à fleur rose bouffante avec des nœuds verts caca d’oie et qu’une ribambelle de papillon lui volant autour ça lui paraitrait être une tenue des plus approprier. Il n’avait un sens de comment une personne devait être présentable ou non assez limité, du moment que la personne était à l’aise dans ses affaire tout lui allait. Puis même quelque part il la trouvait plus mignonne simplement comme ça, parce quelque part il était un privilégié de la voir ainsi.

Tu passes le pas de la porte rapidement, comme pour finir de mettre ta gêne dehors. Tout allait bien se passer. Tu allais faire tes cocktails, tester tes phrases bateaux, voir, mourir de honte pendant deux ou trois jours en y repensant plus  tard, mais pour le moment rien n’était arrivé alors tu vas te détendre et vivre l’instant présent. Simplement. Tu te mets à l’aise comme elle t’a proposé de le faire, tu ne vas pas lui servir un surplus de faux semblant. Tu retires rapidement tes chaussures pour finir en chaussette car mine de rien tu aimes ne pas mettre de la terre de partout et tu ouvres tranquillement ta glacière en face de toi.

« Tu n’avais rien à prévoir. J’ai ramené ce dont j’avais besoin. Tu vas faire cobaye, c’est déjà un sacrifice suffisant pour ne pas en plus te demande de fournir la matière première. »

Il tente un clin d’œil. Il parait que ça a un effet des plus efficaces d’après le site qu’il a consulté. Seulement il a du mal à savoir comment vraiment le faire, alors en fait il ferme simplement des deux yeux un peu fortement. Il a bien compris après l’avoir fait que ce n’était pas cela et qu’il allait devoir s’entrainer face à un miroir une fois pour voir, mais là tout de suite c’est trop tard. Bon. Il arrêter là pour tout de suite et commencer tout de suite ce pourquoi il est venus à la base sinon il n’allait pas être sortit de l’auberge avec tout cela. Il attrape un verre et son shakeur quand ses mouvements se stop d’un seul coup.

« … Au fait, il a juste une question, en deux. Il y a un alcool que tu n’aimes pas du tout ? Un que tu préféré ? »

Parce qu’après tout autant lui faire quelque chose qu’elle appréciait de base si tu voulais la mettre dans de bonne condition pour tenter ta phase d’approche.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
La douceur des mélanges [PV: Lilibeth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Shinrin Yoku :: HRP :: Archives-

Sauter vers: