AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn]
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn] Mer 24 Aoû - 17:40
depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier
[with Flynn]
Le sucre du beignet reste collé sur mes doigts. Je me dis que je ne veux surtout pas le gaspiller. Comme les pépites de chocolats qui se trouvent au fond du sachet. Mais lécher mes doigts devant les personnes que je croise... ? Non, un minimum de bonnes manières tout de même... Enfin, ces savoureux donuts dans mon petit sachet ce sont une petite récompense pour moi. Offert par moi-même, en me disant pourquoi pas me faire plaisir un peu ? parce que ce n’est pas souvent que cela m’arrive. C’est avec excitation et joie que j’ai mangé le premier donuts. Sucre-vanillé. Petit classique pour la gourmande que je suis. J’ai envie de déguster les deux derniers au chocolat dans un coin tranquille. Je pense alors à un de ces jolis jardins près des pavillons. Là où je peux me reposer. Là où je peux me calmer. Car j’ai trop couru aujourd’hui, j’ai trop dansé, j’ai trop ris, je suis trop heureuse et j’ai besoin de tranquillité pour éviter un malheur qui pourrait gâcher cette merveilleuse journée.
Alors, mes pas se font discrets. Un doux sourire dessiné sur mes lèvres. Je m’approche de cet endroit. Je jette un coup d’œil aux groupes de personnes que je croise. Mais parmi certains d’entre eux, mon regard se pose sur celui de Flynn. Flynn Lombardi. Par grande habitude, mon sourire s’efface et je lui tire la langue, comme un enfant le ferait pour embêter un autre. Je ne suis pas sérieuse. Et lui, il baisse les yeux, il m’ignore. Même habitude.

Beaucoup pense : Ils se détestent. Oui vous pouvez le penser. Cela fait un peu plus de quatre ans que je connais Flynn. Et au départ, il m’a blessé. Sans être méchant. Mais il m’a blessé. Il l’a fait, en utilisant la logique, sans être sec, sans être mauvais. Mais il l’a fait. Et j’ai été mal pendant un long moment. Pour moi, c’était fini au début. Pour moi, il faisait parti de ceux qui brisent le bonheur et qui râlent souvent. Pourtant je voyais quelque chose en lui. Et je le vois toujours. C’est dans son regard et je n’arriverai pour le moment pas à le déterminer. Car au fond, je ne le connais que si peu. Et au fond, j’apprécie Flynn, tout comme lui il m’apprécie.
Personne ne le sait. On s’aime bien. Et oui vous pouvez l’ignorer, car cela nous arrange. Pour le moment. Flynn c’est le point d’interrogation qui attire ma curiosité. Et ce que j’aime chez lui c’est sa plume. Alors je veux en lire encore des histoires. Lui et moi, on veut vivre de notre passion. Ce point en commun, je l’aime.
J’ai envie qu’au final, il rattrape ce qu’il m’a dit. Tout autour de moi, ceux qui me font sourire, c'est ma famille. Lui aussi, il doit avouer. D’accord, nous sommes ta famille. Parce que j’ai encore en travers la gorge tous ses mots. Biologiquement, nous ne sommes pas ta famille. Il a raison. Il a tellement raison. Terriblement raison. Et c’est cela qui me fait si mal. Je suis si loin de ma vrai famille. Seule ma sœur est à mes côtés sur cette île. Je veux crée des liens avec tout le monde...

Les fleurs, toutes colorées, me rappellent la maison. La raison pour laquelle je viens me reposer dans ce petit jardin, assise sur un banc. Et en y repensant, c’est le jardin habituel où Flynn et moi nous nous retrouvons pour qu’il me donne ses nouveaux écrits. Il viendra... ? Certainement. Alors je garde un beignet au chocolat. Au cas où. Mes yeux restent bloqués sur les fleurs.
J’entends un bruit vers ma droite. Alors je lève les yeux. Surprise. Flynn est là. Et cette fois, je n’ai pas envie de le détester.

    Flyyyynn !! Une histoire ! Une histoire ! Allez ! Assis-toi ici !

Dis-je les étoiles dans les yeux, en tapotant la place à côté de moi. Quand je vois Flynn entouré de gens. Quelque chose me pousse à ne pas l’apprécier. Quand je suis seule avec lui. Je l’aime bien. Et c’est presque égoïste de ma part… peut-être ?
avatar
Sumire

Messages : 21
Âge du personnage : 21 ans.
Année d'étude : Cinquième.
Groupe sanguin : AB.

MessageSujet: Re: depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn] Mer 24 Aoû - 20:18
depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier
[feat Edena]
Le regard lointain, la tête vide, je ne semblais rien entendre, comme si une bulle autour de moi s'était formé, comme si j'étais dans un songe où mon existence était obligé d'avancer sur un tapis roulante pour faire avancer l'histoire des vies de mes camarades, je ne cessais de penser que j'étais dispensable à eux, lorsque qu'Ewan n'était pas dans les parages. Je commençais déjà à rentrer dans mes élucubrations pensives habituelles. Je voulais subitement m’abandonner quelques instants à une légère somnolence passagère et stoppait l'activité de toute cette vie autour de moi.

Je n'étais aucunement esclave de cela. C'est pour ça qu'étant avant tout, un homme libre. J'ai choisi d'arrêter cette course dénué de sens. En me stoppant, mon esprit voulu prendre la peine d'être à la recherche d'une certaine forme de calme mais je savais pertinemment que ce n'était pas le bon endroit pour cela.

Je baillais alors, avant de regarder furtivement dans un des trois carnets entamés d'aujourd'hui, l'endroit où je mettais arrêter jusqu’à retrouver la ligne exacte.

" [...] Jusqu'alors le chemin semblait sombre, pour le jeune Simon del Mar, seul le souffle de la femme qui aime saura lui faire reprendre ses esprits ..."


En le refermant, mon regard tantôt vide chercha alors un point où s’ancrait dans cette réalité loin de mes écrits, jusqu’à trouver un visage semblablement familier.

Sans l'ombre d'un sourire, les yeux plus bas que terre, j'avançais alors de quelques pas vers un autre groupe jusqu’à faire demi-tour en sa direction pour aller la voir.

Je savais pertinemment qu'Edena était une fille trop enthousiaste et qu'elle allait encore me sauter dessus pour lire mes textes. Je ne comprenais pas cette fille, mais je sentais d'une autre manière, qu'elle appréciait ma présence quand nous étions seuls et se comportait en véritable gamine à me tirant la langue à longueur de temps quand j'étais entouré d'autres personnes. Et malgré que je faisais mine comme à chaque fois de l'éviter et de l'ignorer, je ne pouvais pas toutefois passer outre qu'elle voulait du fond du cœur me lire.

C'est une fan très étrange, en somme.

Elle me déclara comme d'habiture de vouloir voir les nouvelles aventures du chevalier Simon del Mar et de mes autres œuvres en cours de rédaction.

    Ok, mais fait extrêmement attention avec mes carnets. Je déteste travailler sur du matériel corné et sale, plein de miettes ou de traces de chocolat, donc nettoie tes mains avant, je te prie.


Elle savait bien que j'étais stricte avec ce genre de choses. C'est la moindre des choses, malgré mon intonation des plus calmes et amorphe.

Après s'être assis à l'endroit où elle m'avait indiquée, je la fixa pendant quelques secondes, en clignant des yeux pour finalement regarder autre part en attendant ses futures actions.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn] Jeu 25 Aoû - 0:16
depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier
[with Flynn]
Flynn est un jeune homme sérieux, soigné et il montre rarement ce qu'il ressent. Mais je sais qu'il est surtout très passionné. Oui, c'est ce genre de garçon là. Il n'a rien de mauvais au contraire, et j'ai fini par apprendre à aimer son côté silencieux. Car Flynn c'est tout mon opposé. Il est neutre. Il sourit peu. Mais quand il le fait, c'est doux et sincère. Je suis le soleil. Et lui, la lune. Et pourtant personne n'est au courant de cette amitié plus que curieuse. Moi, je trouve cela excitant. Parler sans que personne nous voit... c'est comme si on bravait un interdit. Cela fait un peu monter l'adrénaline. C'est assez... magique.
Je lui offre un sourire lorsqu'il s'assied à mes côtés. Sa présence est plutôt rassurante. Je le pense facilement lorsque nous sommes seuls. Pourtant, elle m'agace tellement sa présence lorsque nous sommes entourés de nos camarades...
Sa remarque concernant mes mains sales, m'embarasse et j'attrape le morceau d'essuie-tout dans le paquet de beignets.

    Désolée, je n'ai pas fais attention...

Mais en essayant de nettoyer mes mains comme il me l'a demandé, je remarque que le papier absorbant est encore plus sale et ne fera qu'empirer l'état de mes doigts. Mes joues se réchauffent. Je souris d'une façon calme pour ne pas accentuer mon embarras. Mon regard se pose sur Flynn. J'ai l'habitude de lire les histoires qu'il prend soin d'écrire. J'aime son travail. Mais une idée me traverse l'esprit. Mon sourire s'agrandit sur mes lèvres. Finalement je ne prendrais pas le risque d'abîmer ses beaux carnets. Je croque alors dans mon donuts d'une façon enjouée. Puis, avec gentillesse et grande envie, je lui demande :

    Je suis trop impatiente. Lis les aventures de Simon Del Mar pour moi ! S'il te plaît !

Je suis sûre d'une chose, lui qui est si passionné, qui fait du théâtre, qui prend du plaisir à écrire, il fera un si bon conteur. Je veux alors l'entendre. Sa voix. Lui qui parle si peu. Raconte-moi.
avatar
Sumire

Messages : 21
Âge du personnage : 21 ans.
Année d'étude : Cinquième.
Groupe sanguin : AB.

MessageSujet: Re: depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn] Jeu 25 Aoû - 17:15
depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier
[feat Edena]
Dés qu'elle voulut mettre en application ce que je lui avais demander, elle commençait alors à se sentir embarrassé pour si peu.
J'espérais n'avoir pas été trop autoritaire avec elle, je suis tellement à cheval avec ça que je peux me montrer des plus insolents ...

Enfin, il y a bien des choses que je n'ai jamais vraiment compris par rapport à ses changements d'humeurs impromptus, entre les fois où j'étais entouré de personnes du club de théâtre, de mes camarades de chambres et lorsque j'étais seul. Son attitude était le jour et la nuit. Était-elle lunatique ?

Mais il est vrai que ses sourires, même gêné, semblait aussi magnifique qu'un doux coucher de soleil. Comme celui d'une personne que j'ai connu. Ses yeux ne dégageait pas cette haine et ce dégoût dont j'étais capable de lire dans les yeux de certains, au détour d'un couloir.

En baissant rapidement les yeux sur mes carnets pour revenir à son visage, je me rendis finalement compte, qu'elle me regardait avec une certaine forme de malice, en faisait un sourire qui ne cessait pas de s'accroître sur son visage.

Que lui arrivait-elle ? ...

Elle me demanda alors de lire à haute voix, mes propres écrits. Je compris alors qu'elle en regardant ses mains, qu'elle préférait ne pas abîmer avec ses mains, malgré ses efforts pour les nettoyer.

Je fus quelque peu étonné de ce comportement qui connoter avec simplicité, une certaine forme de respect mais aussi le souhait de m'entendre conter.

A cette demande, je me surpris à sourire avec légèreté pendant une poignée de secondes, la tête légèrement basse. Et dans un hochement de tête, j'acceptais sa requête.

Tout cela ne pouvait qu'être enrichissant après tout, j'avais déjà jouer sur mes propres textes, pour les pièces de théâtre que je confiais à Ewan, mais pour le moment, jamais sur mes autres œuvres.

Je déposais alors ma main sur le premier carnet pour trouver avec facilité, la page où elle avait dû s'arrêter la dernière fois.

Je m'éclaircit alors la voix, en toussant légèrement, avant de me mettre dans la peau du personnage. Ma gestuelle théâtral allait guider mes pas dans cette lecture. Ma voix semblait non plus amorphe mais vive et audible. Ewan me disait souvent que j'étais un autre homme quand je jouais sur scène.

"-Tu es comme un papillon qui préfére reste dans sa chrysalide qui finalement décide de sortir que lors des répétitions et des représentations. Tu es bourré de talents, Flynn. Sache le."


Cela m’embarrasse quand j'y repense ...

    J'ai pas vraiment l'habitude de procéder ainsi, mais en comprenant la situation actuelle, je ne peux que m'y plier. J’espère que tu appréciera ...



"[...] Rien ne prédestinait le preux chevalier Simon Del Mar à ce combat héroïque, c’est vrai, mais malgré que son jeune compagnon d'armes semblait blessé, il ne pouvait entendre raison, plus rien ne pouvait alors le faire reculer. Il s'avança alors et s'écria dans une terrible ardeur :

"▬ Tu voulais attiser ma colère en blessant mon jeune ami ! Mais sache que ce n'est pas la colère qui me mène désormais vers toi, mais bien le courage et la foi que me donne chaque jour, les gens en qui je tiens ! J’ai aimé, j’ai perdu, j’ai survécu ! C'est pour ça que tu regrettera tes mots et tes actions pour m'avoir défier, vil manant !"

Je me lançais alors à corps perdu, sur mon fidèle destrier. Il pensait sans doute que le destin allait le mettre gagnant.

L'affrontement fit alors rage, le bruits sourds des épées qui s'entrechoquaient pouvait être audible de l'autre coté de la montagne.

Je pouvais que m'en remettre à mes capacités et à l'amour que je portais à ma douce.

Car le Destin n’en aura jamais fini avec moi et le danger me guette de toutes parts maintenant que le monde entier sait que je suis son Élue. "


Je m'arrêtais quelques secondes, en corrigeant certaines fautes que j'avais commise lors de la rédaction, mes yeux se baladèrent alors l'expression d'Edena, jusqu’à lui demander subitement.

    Excuse-moi, je viens de trouver des fautes, je me dois de les corriger ... T'as trouver ça bien sinon ?


Je semblais un peu rougir en lui demandant ça, constatant par la même occasion que d'autres personnes du dortoir me regardait de leur chambre, qui donnait sur les jardins.

Misère ... J'ai dû trop m'emballer lors de cette séance ...

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn] Dim 28 Aoû - 1:41
depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier
[with Flynn]
De l’étonnement. C’est normal après tout. J’ai fait une demande plutôt particulière. Voir beaucoup trop.  Mais, pour une fois que je propose quelque chose d’assez original. Pourtant, je ne m’attendais pas du tout à voir un tel sourire sur son visage. Si léger qu’on pourrait croire qu’un simple souffle l’emporterait comme une plume. Si fragile qu’on pourrait le briser juste en le touchant... Il acquiesce de la tête sans dire un mot. Aaah... le soulagement... j’ai cru pendant quelques secondes qu'il dirait non. Parce que Flynn serait plus du genre à rester discret. À le faire tout seul dans un coin sans aucun spectateur. Enfin moi, lorsque j’étais petite, je faisais pareil pour danser... et peut-être qu’il s’ouvre aussi facilement parce que nous sommes seuls et cachés des regards ? Certainement.
Pourvu que cela reste ainsi pour l’éternité.

Il tousse afin de préparer sa voix. Cela lui donne un petit air charmant. Le genre professionnel qui sait ce qu’il fait. Et moi, je sais qu’il peut le faire, il en est capable. Mes doigts serrent le tissu de mon pantalon. Comme pour donner une image de la certaine empathie que j’ai pour lui. Et son embarras.

    Bien sûr que je vais aimer. T’es un gars bourré de talent !

Ai-je affirmé pas forcement pour le rassurer, mais plus pour le mettre en confiance. Puis il commence et son récit m’emporte dans son univers. Mes yeux se ferment pour mieux apprécier l’histoire. Vraiment, je ne saurai jamais pourquoi j’imagine Simon Del Mar avec le visage de Flynn. Peu importe la description qu’il a pu faire de lui au tout début de ses aventures, pour moi, Flynn se trouve à sa place. Et encore plus lorsqu’il conte son histoire.
Ses gestes. Sa tonalité de voix. Son regard. Sa passion.
La bonne recette pour me faire imaginer qu’il rentre dans la peau de son héros. Puis concernant le compagnon blessé de Simon, étrangement, j’ai pensé à Ewan Marsden. Hm… après tout, ils passent très souvent du temps ensemble. Même si je ne connais pas plus leur relation, dans mon esprit c’est logique. D’ailleurs quand je les vois, je ne salue jamais Flynn. Comme d’habitude. L’ignorance.

Flynn s’interrompt en reprenant son crayon pour barrer, réécrire, corriger. Comme tout bon écrivain sérieux, je suppose. Je ferais pareil si mes pas de danse étaient trop simplistes ou brouillons. Avec sa pause, Flynn m’a sorti de son imaginaire, qui était devenu le mien au final. Je cligne des yeux un moment pour me réveiller. Ravie, je souris à pleine dents et je le félicite :

    Cool ! génial ! Trop bien ! Tu es super classe Flynn ! Et maintenant je comprends mieux pourquoi t’es au club de théâtre.

Mon regard pétille. L’excitation monte davantage. J’en veux encore. Et encore plus quand je vois ses joues virer au rose-orangé pour montrer une certaine gêne ou peut-être modestie ?
Mais...
Mais son regard qui se pointe vers les fenêtres des pavillons non-loin d’ici me fait changer d’expression. Le sourire s’efface. Les sourcils remontent par peur, puis se crispent par agacement. Il veut tout dire ce regard. La curiosité des gens m’écœurent bizarrement... Rien que maintenant. D’habitude je suis si indulgente, si positive. Et être curieuse, je m’y connais. Je le suis aussi.
Mais là...
C’est tellement différent. Je ne veux pas qu’on nous observe. Enfin, je ne voulais pas qu’ils sachent.
Mais là c’est trop tard.

    Attends… On t’a vu par-dessus les fenêtres des dortoirs ? C’est ça ?

Je me lève du banc et mes yeux, perturbés par cette situation, le fixe profondément.

    On nous a vu ?

Pourquoi est-ce que je casse l’ambiance ? Juste parce qu’on s’est fait remarqué. Juste parce que je veux garder cette amitié secrète. Et le détester devant les autres ? En vrai je n’arrive pas à le détester... Est-ce que je veux que sa présence rien que pour moi seule, de façon si exclusive ? Si égoïste ?
avatar
Sumire

Messages : 21
Âge du personnage : 21 ans.
Année d'étude : Cinquième.
Groupe sanguin : AB.

MessageSujet: Re: depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn] Dim 28 Aoû - 18:34
depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier
[feat Edena]
Son enthousiasme face à mon interprétation me touchait. Avant de changer de ton subitement, après évocation du fait d'être observés. C'est en me retournant vers elle, que je vis cette mine si inquiète.

Tous ses regards n'étaient vraisemblablement pas là pour me dire d'arrêter. Ils étaient là par curiosité ou par pure fascination du pseudo-talent que j'avais. Et peu m'importait si certains étaient jaloux ou détester de me voir "répété" dans les jardins. Mais je voyais bien que cela la gênait. Et je dois dire que de tout les "facteurs qui composaient cette scène", la réaction d'Edena me semblait la plus étrange.

Pourquoi réagissait-elle ainsi ...

    Je pense plus qu'ils ont été attiré par le bruit à cause de moi. Après tout, l'être humain a toujours été inconsciemment curieux de nature. Maintenant que je me suis arrêter, ils vont partir, ne t'en fais pas. Ils doivent bien avoir d'autres choses à faire que regarder mon piètre jeu de conteur.


J’espérais toutefois que cela irait après ces quelques mots, mais rien n'était aussi sûr avec elle. C'est alors, que j'ai eu une idée des plus simple.

D'un ton calme, je lui fis un léger sourire pour la calmer, avant de remettre mon nez dans un autre carnet que j'avais emporter, en jetant un coup d’œil aux fenêtres par intermittence.

    Regarde, j'avais raison, ils sont tous partis. Il faut juste que j'évite de faire trop de bruit, rien de bien sorcier.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn] Lun 29 Aoû - 2:00
depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier
[with Flynn]
Pourquoi je réagis ainsi ? Parce que moi, j’aime notre tranquillité, j’aime que nous soyons cachés, que nous ayons un secret à partager, que personne ne sache qu’en réalité, nous sommes amis. J’aime ce lien étrange qui nous unis. J’aime le détester pour de faux devant tout le monde et j’aime lorsqu’il m’évite et qu’il m’ignore comme la plus banale des inconnues à ses yeux. Cela me plait tellement que rien que leurs regards, gâchent mon plaisir. Un plaisir si égoïste au final. Comment faire pour réparer mon comportement devant lui ? Alors que je suis plutôt énervée. J’avais besoin de ce moment entre lui et moi aujourd’hui, comme tous les autres soirs où il me fait découvrir toutes ses histoires, les aventures de Simon aussi… j’ai besoin de tout cela et en même temps j’ai besoin que personne ne soit au courant.

Mais j’ai vraiment besoin de quoi au juste ?

De sa présence, de la passion qui dégage de lui si discrètement, mais je la sens moi, cette passion pour l’écriture, pour la lecture, pour son imaginaire. J’ai besoin de son léger sourire qui finalement me fait comprendre que ses mots blessants au tout début n’ont plus de significations pour moi. Non, ce ne sont que des mots lancés en l’air. Peut-être qu’il n’y avait pas pensé au final… ? Mais qu’est-ce que je m’en fiche maintenant… c’est pardonné depuis si longtemps. Depuis la fois où je me suis installée au près de lui, curieuse, je voulais apprendre à le connaître et savoir ce qu’il aime faire de ses carnets bien entretenus. J’avais besoin de cela et toujours encore. J’ai toujours besoin de ce lien.
J’ai besoin de lui.

Pourtant, même en pensant à tout ceci. Je n’arrive pas à retrouver mon calme. Je m’assieds de nouveau près de lui en tournant ma tête de manière à la fois sérieuse et perturbée. Mes doigts se déposent sur ses joues pour le diriger vers mes yeux car j’ai besoin de son visage en face de moi. Je continue de le fixer d’une façon très intense. Je prends mon souffle mais je sais pertinemment que cela ne servira à rien, je vais dire tout ce que je pense, tout ce que j’ai dans le cœur :

    Je sais que mon comportement est pire que celui d’une gamine de huit ans, voir moins. Je… je n’aime pas du tout comment on peut agir tous les deux, devant tout le monde. Comme si on pouvait pas s’encadrer. Mais… d’un autre côté, j'adore ça et j’aime être seule avec toi. C’est tellement bien de pouvoir partager tout ça rien que nous deux et seulement nous deux. Je n’arriverai pas à supporter qu’une autre personne s’interpose pendant ce moment si génial.

Une pause. Je passe une main dans mes cheveux, geste habituel lorsque mes pensées sont mélangées dans mon esprit.

    C’est vrai qu’on pourrait croire que je suis possessive en disant ça… ouais, carrément même... mais, je sais pas, essaye de me comprendre ?

Après cet aveu, je me gratte la joue à l’aide d’un doigt, signe de gêne. Ma main se pose sur le banc juste à côté du sachet de donuts. Tiens. D’ailleurs, je lui en avais laissé un de côté. J’attrape tout de suite le paquet et je lui tends en espérant qu’il ne soit pas dérangé par le gras et les pépites de chocolats qui se trouvent dessus…
Pendant un instant, je ne le regarde pas. Mais je l’imagine. Son visage et toutes ses expressions. Celle qui me revient maintenant est exactement la même qu’il avait lorsque j’ai cru devoir le détester. Un air neutre mais assez glacial. Impossible de le percer et savoir à quoi il pouvait bien penser à cet instant précis.

    Dis.

Autant lancer le sujet.
Pour en finir enfin.

    Même si je t’ai déjà pardonné, j’aimerais savoir si tu es enfin d’accord sur le fait que toi, toute la division et moi-même, on est une famille...

Attends, je suis sûre qu’il est capable de me sortir la même chose qu'il y a quatre ans en arrière, biologiquement parlant non.

    Quand je dis famille. C’est un peu comme une image. Tu vois ?

Bonne question. C'est compliqué à expliquer.
Flynn s’il te plait. Tourne ta langue sept fois dans ta bouche avant de me répondre.
avatar
Sumire

Messages : 21
Âge du personnage : 21 ans.
Année d'étude : Cinquième.
Groupe sanguin : AB.

MessageSujet: Re: depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn] Lun 29 Aoû - 23:12
depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier
[feat Edena]
Le silence semblait régner en maître durant ses quelques secondes, le temps passait inlassablement, mes yeux étaient rivés sur les quelques lignes que je corrigeais. Plus rien semblait me toucher, jusqu’à oublier la présence d'Edena. Je voulais rendre ces quelques lignes à la fois profonde et parfaite. Mais cette harmonie se rompa lorsqu'elle déposa quelques doigts sur ma joue pour me faire signe de la regarder.

En me donnant à sa façon, le "pourquoi" elle avait agis ainsi ... Je ne savais pas quoi dire mais ses mots avaient captivé toute mon attention.

    Je ...


Pile au moment où je voulais prendre la parole, elle continua sans se soucier de ma tentative.
Ce qu'il m'agaça un peu sur le court terme.

Je comprenais son souhait de vouloir être seul avec elle, mais cela n'expliquait que partiellement le pourquoi du comment, elle le désirait vraiment.
Je savais qu'elle était bizarre, de base.

Mais après cette déclaration, j'avais raison de penser qu'elle m'appréciait que pour ma présence et mes écrits. Si on prend aussi en compte, son changement d'humeur lorsqu'on est ensemble en présence d'autres personnes ... Son sentiment de jalousie et de possessivité ne faisait aucun doute, soit je suis voué à devenir son future "Paul Sheldon" et elle, une "Annie Wilkes" en puissance comme dans le roman Misery de Stephen King ... Ou soit elle commençait à éprouver des sentiments envers ma personne ... J'étais dans de beaux draps, loin de moi, l'idée de la détester ou de la repousser mais elle n'était pour moi qu'une serviable fan et une amie ... Je l'appréciais certes. Elle est enthousiaste, énergique et son sourire la rend toujours si radieuse, mais je ne savais vraiment pas quoi penser de son côté possessif ... J'essayais tant bien que mal de la comprendre, en imaginant bien qu'elle souhaitait à ce que je sois compréhensif envers elle.

Étant plonger dans mes pensées, je ne faisais plus vraiment attention au fait que je lui avais encore rien répondu ... Les bras croisés, regardant le vide, je ne savais pas vraiment comment me sortir de cette situation et quoi dire au juste.

Elle me tendit alors un donut devant le visage, mes yeux ne pouvait pas ignorer la vision de celui-ci.

En tentant de la regarder, je compris qu'elle voulait simplement me le donner, non pas pour tenter de m’appâter ou de me soudoyer. Mais bien parce qu'elle devait me considérer aussi comme son ami. Enfin, tout concordait dans son attitude pour penser ainsi ... Malgré qu'elle semblait vraiment gêné pour tourner la tête ainsi ...

Je trouvais à ce moment là que je me faisais trop de film et que mes raisonnements semblaient de plus en plus incongrus, je me prenais la tête pour rien !
Je devais arrêter de lire entre les lignes avec elle et simplement laisser parler mon instinct.

J'attrapais le sachet, sans penser aux traces de gras que mes doigts allait laisser si je le mangeais maintenant ... Je le sortis pour le prendre en main et mangeais une bouchée.
Je me sentais quelque peu nerveux et j'espérais sensiblement que cela allait lui faire plaisir, et tout autant me calmer.

Elle me posa alors une question, en me parlant d'un certain pardon et le fait que je sois d'accord ou non avec le fait que moi et les autres "Sumire" nous soyons une famille. Ainsi que le terme famille soit de manière imagé.

Au premier abord, je ne comprenais pas vraiment ce qu'elle voulait dire pour le fait qu'elle m'ait pardonné ... Elle m'en avait déjà parler avant ? ... Mais elle semblait convaincu de l'avoir déjà fait, en tout cas.

Je soupirais alors, après avoir avaler le deuxième morceau de donut.
La tête haute, regardant les nuages se déplacé lentement mais sûrement ...

    Tu sais ... Je sais pas vraiment ce que j'avais dû te dire quand tu m'avais poser la première fois la question, j'ai pas une bonne mémoire pour ce genre de choses. Mais je pense selon moi, que l'opinion des gens changent de par leurs expériences passés ... Un événement assez important a fait que je veux être plus proche d'une certaine personne, pour des raisons compliqués, car je lui ai promis et que je tiens à lui. Je suis pas quelqu'un de très sociable de base, non pas que j'apprécie pas les gens, ou que j'en ai pas peur, mais ... Disons que c'est assez compliqué aussi ... Mais c'est en rapport avec ma famille biologique, qui a été détruit en partie à cause de moi ! Tu sais pas combien je regrette mes choix passés ! J'aurais juste voulu être là pour elle ! Et pour cet ami que j'ai laisser tomber à qui j'ai tourner le dos, aprés que l'irréparable est arrivé ! ... Je suis le plus abjecte des hommes !


Les larmes me montaient, rien que de penser à Jake et à Ewan. Je portais rapidement mes mains sur mon visage, avant d'essuyer ces débuts de larmes pour pas qu'elles les voient. Je soufflais un coup avant de reprendre.

    Désolé, je voulais pas vraiment parler de moi ainsi ... A vrai dire, je n'ai pas vraiment la même relation avec les autres, la même vision d'optimisme que tu possède, mais je veux désormais croire que nous avons tous perdu quelque chose ...

    C'est pourquoi, je veux croire désormais aux liens que j'entretiens au quotidien avec mes amis et collègues du club de théâtre, pour qu'ils deviennent aussi définitivement des gens tout aussi important que ma famille !

    Comprend désormais que ce n'est pas à des gens comme moi de te juger si oui ou non, tu peux considèrer toute la division Sumire comme ta deuxième famille. C'est ton choix !

    Mais sache que si, tel est toujours le cas. J'accepte et je ne te dirai pas non tout autant pour te faire rentrer dans celle qui deviendra ma nouvelle deuxième famille !


Un sourire se dessina alors sur mon visage, je ne comprenais pas tout à fait encore l'étendue de mes mots, je savais que sur ce genre de question, l'ancien moi aurait sans doute utiliser un ton cynique ou jouer sur les mots, car il ne comprenait plus ce genre de mots mais les événements récents m'avaient grandement chambouler en bien ... Désormais, le terme "famille" doit prendre une place plus importante dans ma vie. Et cela doit commencer aujourd'hui !

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn] Sam 3 Sep - 10:17
depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier
[with Flynn]
Mes yeux restent bloqués sur Flynn, qui mange le beignet au glaçage chocolat blanc et aux pépites  chocolatées. Étonnant, j’étais pourtant sûre qu’il refuserait. À moins qu’il l’a pris par pure politesse. Peu importe, il le déguste et semble apprécier le goût. Pendant cette dégustation, je me prépare à écouter sa réponse, et je reste calme, aussi calme que l’océan sans vague.
Il ne s’en souvient plus. Du moins, il n’a pas de souvenir de ce qu’il m’avait dit. Il n’a pas bonne mémoire pour ce genre de chose.
Je ris intérieurement.
Ça signifie qu’au final, ses mots n’avaient aucun sens, qu’il n’y pensait pas, qu’il les avait dis sans y réfléchir, car cela aurait eu de l’intérêt pour lui, s’il s’en souviendrait. Ahah.
Je ris extérieurement.
Je frappe ma main sur mon front comme pour me dire qu’au final je suis la plus idiote, incapable d’oublier la futilité de certaines paroles. Lancées en l’air juste pour parler et non pas pour forcement me faire souffrir.
Idiote et en plus, gamine, d’avoir eu cette attitude détestable envers lui, qui au final, n’avait rien fait de mal.  

Puis il me parle de lui sans donner trop de détails, mais assez pour me rendre les traits de mon visage attristés. Mon regard se baisse un instant puis j’aperçois ses mains se glisser contre ses yeux qui, à l’œil nu, commence à devenir humides.
Mon cœur se froisse un instant. Je me demande de qui Flynn parle. En tout cas, une chose est sûre, c’est sérieux et important comme histoire.
Une histoire bien différente de ce qu’il m’a raconté… - ou pas ?

Et tout s’éclaire. Ses nouvelles paroles me touchent, je suis bouche bée et presque sous le choc de sa gentillesse. J’ai bien fait de penser très fort à ce qu’il tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de me répondre… Je sais qu’il est amicale mais là. C’est tellement différent.
Puis, le plus rassurant des sourires se dessinent sur ses lèvres. Est-ce que je rougis à l’instant ? Car la chaleur de mes joues monte et je ne sais pas comme déterminer cette sensation. Mes bras se lèvent vers le ciel, j’en profite pour m’étirer. Je saute du banc pour ensuite tourner sur moi-même et je retourne mon visage vers Flynn.

    Je préfère te voir avec un sourire comme celui-ci que pleurer. Pour moi, un simple sourire permet de voir la vie sous un autre œil.

Est-ce qu’il va trouver stupide que je dise un truc si niais ?
On verra bien.

    J’ne dis pas que la vie est vraiment trop bien, que tout le monde est gentil et mignon, tout ça, non non !! En fait, j’pense qu’on devrait se contenter de ce qu’on a. On doit profiter de chaque seconde chaque minute, comme si c’était nos derniers moments et même, pour moi on devrait profiter de tout à deux-cent pourcents si c’est réellement nos derniers moments. Il ne faut surtout pas ce soucier de la fin, sinon adieu optimisme !

Carpe diem.
Je ris. Je ris pour décoincer l’atmosphère étrangement mélancolique.
Je ris pour lui, pour qu’il se mette à rire aussi.

    Et franchement t’entendre dire que je peux entrer dans ta deuxième famille, c’est vraiment adorable, et je profite de cet instant passé avec toi, parce que t’es mon pote et dans ma ohana depuis bien longtemps !

Je tends alors mes bras vers lui, pour qu’il vienne de son de son plein gré et que je puisse l’étreindre comme un bon ami le ferait bien pour moi.
Même si dans le fond, je n’ai pas envie de le forcer.

    Un câlin ?

Même si dans le fond j’ai presque envie qu’il rejette cette demande.
Parce que dans le fond, je n’ai plus envie d’être encore possessive.
Je sais que dans le fond, ça l'emmerde...
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn]
depuis si longtemps, on se cache pour s'apprécier [with flynn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Shinrin Yoku :: HRP :: Archives-

Sauter vers: