AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

what it's like to be you ; to be me // XIA
avatar
Ajisai

Messages : 271
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B (positif)

MessageSujet: what it's like to be you ; to be me // XIA Ven 2 Sep - 18:01

In my shoes, just to see What it's like, to be me, I'll be you, let's trade shoes Just to see what it'd be like to Feel your pain, you feel mine, Go inside each other's minds Just to see what we find, Look at shit through each other's eyes But don't let 'em say you ain't beautiful, They can all get fucked Just stay true to you — xia & lulla

private world (www) — Allongée sur le sol, le cœur perturbé, le souffle saccadé, elle en vient à regretter. La délinquance la toucher, mais elle n'a jamais été mauvaise, elle a fait des tas de choses qui ne seraient pas bonne à dire, mais mérite-t-elle vraiment ça, de mourir ainsi ? La vie passe si vite et la sienne semble se stopper, doucement, elle la quitte, elle ne l'a pas volée ; c'est le jugement de toutes ces bêtises ; après tout, dieu sur son âme avait la mise. Son corps pivote sur le pavé, son regard fixe le ciel, personne n'est là, Lullaby est seule. L'étincelle, la flamme va se consumer, elle a fait la promesse de ne pas abandonner. Elle n'entend plus rien, plus rien n'est audible, ni le bruit du vent qui se frotte aux branches, ni l'écho des rires des gens dans la cour un peu plus loin ; non. Rien ne parvient à ses oreilles et ses forces la quittent peu à peu. Alors, elle succombe lentement Lullaby, dans un sommeil de plomb, à l'abri des regards, seule. Toujours seule.

Ce n'est qu'une heure plus tard que ses paupières daignent se rouvrir, le doux soleil de la matinée semble taper un peu plus, ses jambes nues sont en feu, seule sa tête demeure à l'ombre grâce au bâtiment qui cache le haut d'son corps. La voilà qui tousse, crache ses poumons en se redressant, s'aidant du mur, lentement, toujours y aller doucement, ne pas brusquer son corps endolori et encore moins son cœur meurtri. Deux cachets sont gobés avec rapidité, une bouteille d'eau dégainée de son sac en toile, s'en suit après les nombreuses gorgées un profond soupir. Quand tout cela allait-il cesser ? Était-ce ainsi qu'elle allait crever un jour ? À l'ombre des regards, dans un coin sombre, sans que personne ne le sache ? C'était peut-être là tout ce qu'elle méritait dans le fond. Lullaby attend, elle attend que les minutes passent avant de se lever, massant sa nuque, scrutant chaque parcelle de son corps, aucun tremblement, rien n'est visible. Son miroir de poche est sorti, un peu pâle, sans doute l'heure de manger et son holokit le lui prouve, il est midi passé. Encore une fois sa crise lui avait fait rater un cours, elle attendait déjà les questions et les excuses qu'elle allait d'voir fournir... De quoi la blasée encore plus de sa condition.

Démarche nonchalante dans les nombreux couloirs de l'institut, Lullaby évite ceux qui sont le plus fréquenté, ne souhaitant tombé sur aucune de ses connaissances ; que personne ne puisse la voir dans un tel état de faiblesse. Son cœur tape dans sa poitrine à chaque pas qu'elle fait, la faisant chaviré mentalement dans une nostalgie éphémère ; elle regrette son enfance, cette enfance dorée et sa santé de cheval. Bordel de merde, qu'est-ce qu'elle ne donnerait pas pour retrouver cette époque révolue ; subir en silence, c'était là son seul choix, parce que c'est là tout ce que Lullaby mérite. Quand on tue un homme, quand on fait souffrir son entourage, quand on ne souhaite qu'une chose, payer le prix ; alors la mort est le meilleur remède... C'est fou ce qu'elle peut se mentir à elle-même ; tout cela pour accepter la fatalité ; mais rien n'est perdu, comme rien ne semble être gagné.

Sa pièce virevolte dans les airs à chaque pas qu'elle fait, mais aucune question ne daigne être posée, parce que rien ne lui vient en mémoire, rien ne lui semble vraiment pertinent. À quoi bon de toute façon ? Le hasard frappait en premier, sa pièce n'était qu'un moyen d'pas être déçue, de faire semblant de tout avoir prévu ; ce qu'elle aime se bercer d'illusions Lullaby, c'est impressionnant. Et l'écho d'une voix au loin la ramène à la douce réalité de la banalité du quotidien et c'est une silhouette que la blonde connaît qui s'offre à son regard. Nouveau soupir, sa pièce est rangée dans la poche de son short, son sac est replacé sur son épaule alors qu'elle monte tranquillement les escaliers en lâchant tout en se massant la nuque.

Encore en train d'racketter d'la bouffe aux plus jeunes ? T'en a pas marre d'agir comme ça ? Elle se tourne alors vers le gamin qui n'sait plus où s'mettre, le toisant un peu de sa hauteur. Et toi, faudrait peut-être que t'impose un peu ton style, mon petit, parce que tu vas t'faire bouffer si tu continues comme ça.

Dans un mouvement rapide, elle chope le sandwich encore dans son emballage et le tend au petit gars qui la remercie furtivement avant d'partir en courant comme un dératé ; Usain Bolt le retour ? Peut-être. Il était doué pour fuir, c'était déjà ça.

Je ne suis pas ta daronne, mais c'n'est pas la première fois que j'dois intervenir ; c'est quoi ton problème en vrai ? T'aimes tant que ça foutre la merde ? Non parce que crois-moi qu'avec moi t'es mal tombée chérie.

Pas d'humeur, clairement pas d'humeur, mais rien n'y fait ; elle tente malgré tout d'garder un ton désinvolte ; quoi qu'un peu agressif sans le vouloir réellement.

Tu t'acharnes sur une cible facile en plus, c'est moche ; j'sais pas vise un peu plus haut, parce qu'un gamin qui fait une tête de moins, ça fait pitié, tu sais ?

Sourire narquois, les bras croisés, Lullaby ne peut s'empêcher d'rire un peu. Si les gens osaient un peu plus s'imposer et ne fermaient pas leur gueule quand Xia était dans les parages, peut-être qu'ils oseraient s'affirmer en sa présence.

Bref, tu veux v'nir manger un truc avec moi ? Parce que sa mère, j'ai la dalle.

Dans le fond
Elle l'aime bien Xia
Elle est spéciale
Un peu chiante
Mais pas banale


hrp ; et voilà ; comme prévue, j'suis partie en couille (désolé pour Lullaby en mode wesharde /DIE/) Hésite pas si un truc te vas pas o/
 


Low on self esteem, so you run on gasoline. Lulla vous blaise blase en #9999FF mais aussi en #fe3435
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sumire

Messages : 31
Âge du personnage : 20 ans.
Année d'étude : 5e année.
Groupe sanguin : B-.

MessageSujet: Re: what it's like to be you ; to be me // XIA Dim 4 Sep - 10:44
LULLABY & XIA
What it's like to be you ; to be me
Les jours se ressemblent beaucoup trop en ce moment. Les heures s'allongent et tu es là, assise à ta place habituelle. Le cours, tu ne le suis plus depuis quelque temps. Tes pensées sont tournées vers autre chose. Rien en particulier en fait. Ton esprit vagabonde. Parfois il t'arrive de repenser à tes frères. Et quand cette chose se passe, il ne vaut mieux pas se trouver dans les parages. Heureusement qu'en ce moment tu te trouves sur une chaise, en face de toi se trouve une salle de classe et ce professeur. Il ne te fait pas peur. Tu pourrais bien te lever, lancer un regard noir à l'autorité et sortir en claquant la porte de la salle. Mais si Weiss l'apprenait ... Ce serait encore des heures et des heures de blabla, à devoir l'écouter sans broncher. Et comme tout le monde le sait, tu es incapable de ne pas bouger plus de 6 minutes et 37 secondes. C'est déjà tellement de temps perdu ! Alors que tu pourrais faire parler de toi dans les couloirs !
D'ailleurs, tu l'as eu ta renommée. Ouais, de sale peste. Mais surtout de contaminée. S'il n'y avait eu que la première, tu en aurais été fière, tu ne peux pas le cacher. Et même si c'est toi qui a lancé la rumeur -qui est vrai celle-là- tu le regrette. Pas tout le temps heureusement. Mais comme en ce moment, tu aimerais pouvoir parler normalement à quelqu'un. Lui dire à quel point tu te trouves idiote, à faire ce genre de chose.
Ce n'est pas simple tous les jours. Dès que quelque chose ne va pas, tu te sens dans l'obligation de faire souffrir quelqu'un d'autre. Quand les autres ont mal, tout va bien pour toi. C'est ainsi que tu t'es construite. Et c'est pourquoi personne ne peut plus te supporter.
J'm'en fous, j'suis bien toute seule.
Le cours se termine et tu émerges enfin. Tu repousses ces idées noires bien loin et tu ranges tes affaires. Comme d'habitude, tu te fais aborder par le professeur, qui te reproche une énième fois le fait que tu ne suis pas son cours. Il te sort le même scénario que tous les autres. Le virus est bien là mais que si tu ne t'accroches pas, tu vas finir par perdre pied. Tu fais semblant d'écouter la suite. Il peut expliquer pourquoi sa matière est importante, le nombre de fois qu'il veut, ce n'est pas ainsi qu'il va avoir ton respect.
Après quelques minutes, tu réussis enfin à te sortir de ce pétrin. Et pour te vider l'esprit, rien de mieux que de faire ton habituel petit jeu ! Tu observes autour de toi, tu marches dans les couloirs et quand toutes les dispositions sont réunies, tu sautes sur ta proie ! Cette fois c'est un jeune, un peu plus petit que toi. La victime idéale quoi. Sans préambules, tu attrape ce qui allait être son repas. Lorsqu'il essaye de dire quelque chose, tu utilises ta magie pour insinuer une légère peur chez lui. Rien de bien méchant. Juste assez pour le faire taire et le dissuader de vouloir le reprendre.
Tu peux t'en aller maintenant tu sais ? C'est assez dérangeant quand quelqu'un te regarde manger !
Tu allais presque savourer ce moment. Presque.
La voilà qui débarque. Lulla. L'air d'une héroïne à deux balles. Elle te reproche ce que tu fais. Ouhlala c'est mal Xia ! Méchante fille. Et puis elle vient chopper ce qui aurait pu être ton repas. Dommage. Une fois le sandwich rendu, elle continue de te dire qu'elle n'apprécie pas ce que tu fais. La suite tu ne l'écoute déjà plus, tu as l'impression d'être revenue en classe, devant un prof mécontent.
Et enfin elle capte ton attention. Manger. Là ça devient tout de suite intéressant. Tu en oublies même que tu n'as rien rétorqué tout le long de son discours. Comme à chaque fois en fait. Lullaby c'est un peu ton bouton off non ? Ok, tu ne diras jamais oui. Mais tu sais très bien que tu ne provoquera jamais une querelle avec elle. Même si tu ne sais pas pourquoi ça ne marche qu'avec la jeune blonde en particulier.
J'avouuue. Mon estomac est si vide que je pourrais y faire rentrer douze sandwichs.
Tu la provoque un peu ou c'est juste ce que tu as envie de manger ? Allez savoir.
Et franchement, t'avais besoin d'en faire tout un foin ? En plus on aurait dit que tu allais être malade en plein milieu. Ca va au moins ?
Pour une fois que tu ne te soucies pas que de ta personne ... Ca aussi c'est une chose qui te surprend. On dirait parfois qu'elle pourrait se casser en deux si tu la secoues un peu trop fort. Pourtant tu la vois plus forte comme une lionne que fragile comme une fleur.
En marchant, tu la regarde du coin de l'oeil. Elle n'a pas changé depuis la dernière fois qu'elle a joué au super héros et toi, au super vilain. En fait tu aimes bien cette relation bizarre que vous avez toutes les deux. Et au moins tu ne penses plus aux autres choses.
Tu t'arrêtes en chemin, l'air soudain horrifié.
Lulla ! Ne me dis pas que tout ça tu le fais pour attirer mon attention ???
Tu prends une pose dramatique en plein milieu du couloir et cache ce sourire en coin qui essaye de faire surface.
Tu ne serais pas amoureuse de moi en fait ?!
Tu es plutôt fier de ce que tu viens de faire. Et tu attends patiemment de la voir s'indigner pour éclater de rire.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 271
Âge du personnage : 20 ans
Année d'étude : 5ème année
Groupe sanguin : B (positif)

MessageSujet: Re: what it's like to be you ; to be me // XIA Jeu 8 Sep - 18:31

In my shoes, just to see What it's like, to be me, I'll be you, let's trade shoes Just to see what it'd be like to Feel your pain, you feel mine, Go inside each other's minds Just to see what we find, Look at shit through each other's eyes But don't let 'em say you ain't beautiful, They can all get fucked Just stay true to you — xia & lulla

NEVER MIND (www) — Ô Xia, que tu peux être exaspérante quand tu t'y met. Elle le voit bien Lullaby que t'en a rien à carrer de ce qu'elle te dit, ses sermons te passent au-dessus, peut-être même un peu trop, pourtant, rien n'y fait, elle ne s'arrête pas pour autant. T'as beau pas comprendre, elle ne dit pas ça pour t'emmerder, juste pour essayer d'assimiler qui tu es et surtout, pourquoi tu fais ce que tu fais. Alors elle se masse la nuque Lullaby quand elle te voit esquiver son regard et scruter le couloir, preuve qu'elle te gave, sans aucun doute. Puis vient alors ta réaction concernant la bouffe et là, c'est au tour de Lullaby de hausser les épaules et de faire semblant de rien entendre en se curant faussement l'oreille droite en levant les yeux au ciel. « J'avouuue. Mon estomac est si vide que je pourrais y faire rentrer douze sandwichs. » Ouais, peut-être, en attendant, ce n'est pas Lullaby qui allait débourser dix milles yen pour ton bide Xia, il ne faut pas rêver. Un soupir alors que la blonde se masse la nuque et tu repars au quart de tour, sur un ton qui n'appartiens qu'à toi. « Et franchement, t'avais besoin d'en faire tout un foin ? En plus on aurait dit que tu allais être malade en plein milieu. Ca va au moins ? » Encore un soupir, question évidente qui ne méritait pas vraiment d'y répondre ; oui, cela méritait d'en faire tout un foin, parce qu'elle sait mieux que quiconque ce que ça fait d'être persécuté ou même racketter, sauf que dans le cas de Lullaby, elle ne s'est jamais laissé faire comme le gamin plus tôt. Un jour, les actes auront des conséquences, des répercussions et elle ne voulait pas que tu te retrouves dans la merde pour ton comportement odieux Xia, parce que dans le fond, Lullaby est persuadée que t'es quelqu'un de bien ; mais que tu te donnes un genre qui ne te va guère au teint. En parlant de teint, le siens devait en dire long vu ta question suivante. Si ça allait ? Mieux maintenant, mais la pâleur d'sa peau ne devait pas mentir.

J'ai juste la dalle, mais ça va ouais. Alors bouge tes fesses, on va chercher à becter.

Et elle entame la marche alors avec toi, marche lente, pas vraiment pressée. Ce n'était pas le genre de Lullaby de courir pour quoi que ce soit, plutôt posée, plutôt du genre à laisser faire le cours des événements, mais il fallait avouer que son estomac était dans les talons, qu'il semblait même lui parler ; la faim, rien de pire. Alors elle marche, se massant encore la nuque pour se sortir de sa torpeur précédente, tentant par tous les moyens d'rester consciente de ce qu'il se passait autour. Elle avait pris ses médicaments, alors tout irait bien, elle en était convaincue... Puis tu t'arrêtes Xia, en plein milieu d'un des couloirs et Lullaby ne peut s'empêcher d'être surprise, s'arrêtant à son tour à quelques pas d'toi. Sur ton visage, on peut y lire de l'horreur, de l'incompréhension et c'est la stupeur qui se lie désormais sur le visage de la blonde. « Lulla ! Ne me dis pas que tout ça tu le fais pour attirer mon attention ??? » …............... Quoi ? Qu'est-ce que ça voulait dire ça ? La stupeur reste visible sur le visage de Lullaby, mais son dégoût n'était pas présent. C'était bien ton genre Xia, de lui sortir pareille connerie, tu voulais certainement la blasée ou la faire sortir de ses gonds, malheureusement pour toi, entrer dans le jeu des autres ; c'est le plaisir qui fait vivre Lullaby. Il semblerait cependant que tu n'es pas finie ton manège, alors Lullaby reste droite, te voyant te dandiner avant de poursuivre. « Tu ne serais pas amoureuse de moi en fait ?! » Et un sourire s'empare de ses lèvres alors qu'elle ferme les yeux. Si elle s'était attendue à ça ? Non, certainement pas, t'étais imprévisible dans ton genre Xia, ça, Lullaby ne pouvait pas t'le reprocher ni même te l'ôter. Levant les bras comme pour s'étirer et en lâchant un soupir bruyant, elle lâche alors d'un ton faussement dépité.

Et meeeerde, je suis donc découverte, quel dommage.

La voilà qui se masse l'épaule, s'approchant alors lentement vers toi, sa main attrapant le dessous de ton menton, son visage se rapprochant du tien, qu'est-ce qui se trame dans l'air, Lullaby n'en sait pas grand chose, juste que cette situation l'amuse et qu'elle voulait donc prendre part à ce jeu étrange. Son nez frôle le tien et son sourire narquois affronte ton faciès sans l'ombre d'une quelconque honte.

Je crois que tu as toute mon attention, comme je semble avoir la tienne ; non ?

Son sourire s'élargit sur ses lèvres alors qu'elle recule un peu, ôtant sa main d'ton menton, te toisant un peu du haut de son mètre quatre-vingts et scrute alors les environs. Si quelqu'un venait de les voir, ça pourrait avoir des conséquences, mais ce n'est pas vraiment quelque chose qui importe Lullaby ; en revanche Xia, ce serait peut-être une autre histoire pour toi, non ? Les mains jointent derrière la tête, la blonde fait un demi-tour sur elle-même avant de reprendre sa marche vers le réfectoire, mais elle ne peut s'empêcher de lâcher avec ce même sourire narquois qu'auparavant.

Si tu pensais que j'allais t'rouler une pelle, faut pas déconner, t'es mon type, mais pas à ce point-là chérie. Bon aller, bouge ton cul si tu veux que j'te paye un sandwich.

Et elle reprend sa démarche nonchalante dans les couloirs de l'institut, ne faisant pas trop attention au monde qui l'entoure, ni même aux regards qui semblent se poser sur vous. Ce n'est pas quelque chose dont Lullaby ce souci, loin de là même. Pourtant, ces regards sur vous se font plus insistants, plus intense et les messes basses vont de paire avec le reste. Serait-ce parce que son frère Evan est connu pour être porteur du Virus ? Ou autre chose ? Quelqu'un l'avait-il vu s'effondrer et taper une sieste derrière le gymnase ? Un sourcil est arqué, preuve de son mécontentement et de son questionnement.

T'as pas l'impression que les gens nous regardent bizarrement ? Ou j'deviens parano ?

Bonne question. Très bonne question. La paranoïa ou pas ? Et le ventre continue de crier famine, vivement le repas.

hrp ; trolololo désolé c'était trop tentant je t'aime uhuhu 83 hésite pas si tu veux que je change quoi que ce soit
 


Low on self esteem, so you run on gasoline. Lulla vous blaise blase en #9999FF mais aussi en #fe3435
Voir le profil de l'utilisateur
what it's like to be you ; to be me // XIA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Shinrin Yoku :: L'institut Shinrin Yoku :: F0 - Hall des sceaux :: Couloirs-

Sauter vers: