AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Work [PV : Indie]
avatar
Sumire

Messages : 47
Âge du personnage : 21 ans
Année d'étude : 5ème
Groupe sanguin : A

MessageSujet: Work [PV : Indie] Lun 10 Oct - 14:36
Un profond agacement montait dans la gorge d’Ushio alors que ses doigts couraient doucement sur son appareil photo pour prendre les meilleurs angles possibles de son œuvre. Ses yeux parfaitement concentrer à capter l’essence même de ce qu’elle souhaitait montrer et son pouvoir de téléportation agissant à plusieurs reprise pour prendre le bonne position pour avoir l’image parfaite au bout du compte. Elle aurait dû être heureuse d’elle, avoir de la joie dans ce qu’elle faisait, mais alors qu’elle prenait ses photos elle savait aussi parfaitement ce qui allait suivre et ça l’agaçait d’avance. Pourtant ça ne devrait pas, elle devrait avoir l’habitude, ne pas se laisser toucher aussi facilement par cela, par son foutu président qui ne glandait rien selon elle, mais non, ça ne passait pas, jamais. Elle ne comprenait pas comment un type comme lui pouvait rester à la tête du journal en se mettant aussi peu en avant, en ne clamant pas haut et fort son statue, en ne se bougeant pas plus pour le club. Elle aurait préféré avoir un président comme Erwan l’était pour le club de théâtre que comme Indie pouvait l’être.

Dans un profond soupire elle se téléporta dans la salle du club et retira ses chaussures directement arriver sur place avant d’envoyer une de ses chaussette dans la tête de son président adoré pour lui faire savoir son heureux retour de mission et sa grande envie de lui parler. Faire dans la délicatesse ce n’était pas son truc du tout, surtout qu’elle l’énervait, puis même sa chaussette la soulait alors lui trouver une utilité comme celle-ci était une super bonne chose. Avouer aussi que voir un dragueur avec une chaussette en pleine tronche lui faisait perde un tout petit peu de son sexappeal. Ushio n’était pas aveugle à la beauté du jeune homme, juste énervé par ses manières en plus de ne pas supporter sa manière d’être président du club.

« J’ai des scoops pour toi président, alors bouge-toi en peu le cul et arrête de réfléchir à comment draguer je ne sais qui. Je ne sais même pas si tu mérites le boulot que je fais pour toi. »

Sa voix est clairement râleuse car ça lui vas bien de faire des manières, surtout avec lui, parce que merde il est président et ça devrait être le premier à être sur le terrain et pas seulement envoyer des personne faire des missions pour lui. C’est ainsi qu’elle le voyait, pourtant elle y retournait toujours, obéissait tout le temps et râlait indéfiniment à chaque fois, à croire qu’elle adorait cela. Elle soupira et agita doucement son appareil photo comme pour lui indiquer de faire attention à cela attentivement.

« J’ai un gars qui a une copine officiel et qui commence en parallèle de la prostitution. Une utilisation de magie qui tourne mal. Il y a aussi une personne qui annonce sont statue de porteur du virus M à un proche, sa réaction en image, c’est assez trash, il y a que les mots à ajouter et ça passe comme une lettre à la poste. Une sorte de trafic  de sous-vêtement. Ah ! Et aussi les images exclusives de la prochaine chorégraphie du club de natation synchroniser. »

Elle sera presque avec tendresse son appareil contre elle en ajoutant presque hypocritement.

« Je n’ai même pas envie de t’offrir tout cela. »

Menteuse. Elle voulait faire partager cela, montrer ses photo, voir ce qui était exploitable ou non, qu’on soit fière d’elle, avoir servis pour la cause du club, mais elle voulait aussi tellement le faire bouger en contrepartie que d’avoir son travail réduit presque à néant ne la gênait pas. Après tout dans le pire des cas Vésuve retransmettrait les informations pour elle.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sumire

Messages : 52
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème
Groupe sanguin : O

MessageSujet: Re: Work [PV : Indie] Mer 12 Oct - 21:12
S'il y avait quelque chose d'habituel chez Indie, c'était bien sa bonne humeur. Aujourd'hui ne faisait pas exception. Un Indie de mauvaise humeur était chose plutôt rare. D'ailleurs, ce n'était pas une chaussette sur le visage qui allait changer quoi que ce soit -très jolie chaussette d'ailleurs. Il faut le concéder, il avait été surpris par la soudaine apparition de sa photographe un peu trop grincheuse; pourtant, cela n'avait en rien réduit sa bonne humeur. Comme dit plus tôt, rare étaient ses moments de mauvaise humeur.
Oh, merci pour le présent Ushio. Je n'étais pas fan des chaussettes jusqu'ici, mais si c'est ce qui te plaît, je pourrais m'intéresser au fétichisme.” dit-il avec un large sourire charmeur, sachant pertinemment que ça la rendrait folle de rage. “Et ne t'en fais pas, je ne pense pas à draguer une fille, tu sais que tu es la seule pour moi”, ajouta-t-il avec un clin d’œil, son sourire s'élargissant d'autant plus.
Il considéra les informations qu'elle venait de lui donner. Elle avait des informations intéressantes. Surtout sur le trafic de culottes: s'il trouvait les mecs qui faisaient ça, il pourrait peut-être les engager pour piquer celles de Sana. Non, c'était une blague évidemment -il la prendra lui-même quand elle tombera enfin sous son charme.
Du très bon travail tout ça ! Ça m'impressionne toujours de voir à quel point tu peux trouver autant de scoops!
Ses dernières paroles ne le peinèrent pas le moins du monde -il avait l'habitude avec elle. Au contraire, elles ne firent qu'augmenter son amusement. Se levant de son trône (oui, de son trône), il s'approcha de plus en plus de la jeune fille, un sourire charmeur aux lèvres. Il se rapprochait tant qu'il la fit reculer et la colla sur un bout de mur.
Ne dis pas ça. Ce serait une telle perte d'informations. Tu es la meilleure journaliste du club, tu le sais ça ? Personne ne prend aussi bien des photos que toi.
Et puis, il voulait vraiment ce scoop sur la meuf qui tapine. Et sur le trafic des culottes. Et savoir qui allait devenir un monstre aussi. Le truc de natation synchronisée par contre il s'en foutait complètement. Quoique. Si les filles étaient en maillot de bain, ça pouvait être sympa.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sumire

Messages : 47
Âge du personnage : 21 ans
Année d'étude : 5ème
Groupe sanguin : A

MessageSujet: Re: Work [PV : Indie] Jeu 13 Oct - 16:35
Si on y regarde bien, mise à part ne pas donner l’impression de faire son jpb de président, il n’y a rien qui t’énerve vraiment chez Indie. C’est même cela qui est encore plus frustrant dans toute cette histoire pour toi. De n’avoir rien à lui reprocher concrètement que de n’être président que par le nom selon ta petite personne. Jamais ce poste ne t’intéresserais ou autre, mais en même temps une partie de ton être attends tellement de la personne à ce poste. Quelque chose de fort, un exemple à suivre, une ligne de conduite, du professionnalisme, une vraie passion à partager, pas ce que fait Indie en fait. Pas avoir l’impression de plus s’adresser à une personne qui souhaite faire circuler des rumeur que quelqu’un qui veux donner du sens à ces rumeurs-là, une part de vérité à faire ressortir, un sentiment de justice ou une autre chose dans le même style. Alors avec un soupir lasse et comme si d’un coup ton âme pesait une tonne tu te laisses aller contre le mur en un simili de pauvre victime.

« Je déteste les chaussettes, encore plus que le fait que tu fasse pas ton boulot. Elle n’existeraient plus dans ce monde ça serait parfait, alors que pour toi j’ai encore de l’espoir d’arriver à te voir devenir un vraie président qui clame haut et fort ton appartenance au club. Parfois j’ai l’impression que c’est un secret d’état que tu es président et que c’est pour cela que tu travails pas comme il le faudrait. C’est tellement désolant. Aussi désolant que tes phrase de drague en fait, change de disque ou alors reste cohérent d’une fois sur l’autre. Même moi je sais même plus. T’es sexy Indie, ça donne presque envie de vomir comme tu peux faire le con à côté. »

Tes bras enlace doucement son cou après avoir laissé retomber ton appareil photo contre ta poitrine, ta lanière autour du coup le gardant à tes cotés. S’il souhaite jouer, toi aussi tu sais faire, enfin tu crois savoir faire. Oui même si ton visage viens de tourner couleur tomate, tu crois être la pro des positions sexy et langoureuse. Tu t’approches doucement de son oreille, souffle un peu dessus avant de mordre dedans et de t’écarter du mur et de lui avant de lui tirer la langue de la manière la plus mature possible. Tu n’as pas mordu fort, car c’est tout de même un simple jeu, une manière de se venger de t’acculer contre un mur alors que tu déteste ça, mais tu as mordu tout de même et déjà ton esprit part un peu à côté pour imaginer comment mettre cette scène sur papier pour une prochaine fanfiction avant de te reprendre et revenir sur ce qui est vraiment important là tout de suite.

« Chercher pas à me faire des louanges, je suis QUE photographe, avec un cul bordé de nouilles pour tomber sur un scoop. »

Menteuse, tu fais des deal avec des animaux pour qu’ils te conduisent à des scoops et t’utilise une partie de tes insomnies pour en chercher d’autre. Comme si ça te tombait vraiment dessus tout seul. Tu attrapes une chaise et la place à face de son simili trône en attendant qu’il vienne lui-même s’assoir à sa place.

« Aller viens ici que je te montre ce que j’ai. Un jour j’aimerais bien avoir un journaliste avec moi pour vraiment que mes scoop soit plus que des photos. Je t’ai dit qu’avec la chorégraphie de la nation synchronisée il y avait aussi les essais de leur nouveau maillot de bain. Bikini un peu dans l’air hawaïen. Enfin pour les filles. Tu veux voir peut-être plus ceux des mecs, qui sais ? »

La pique est facile, simple, mais t’amuse. Oui, Indie même s’il t’énerve pour ne pas faire ce que tu attendrais de lui à au moins le mérite de t’amuser et de ne pas avoir mauvais fond.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sumire

Messages : 52
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème
Groupe sanguin : O

MessageSujet: Re: Work [PV : Indie] Mer 26 Oct - 22:51


Et c'était parti pour un énième discours de la mademoiselle parfaite ! C'en était lassant, tant elle t'en faisait. Pourtant, tout ça restait rigolo, ne serait-ce parce que la faire rager était très rigolo à regarder.
Parfois j’ai l’impression que c’est un secret d’état que tu es président et que c’est pour cela que tu travailles pas comme il le faudrait.
Plaît-il ? Un secret d'Etat ? Un secret d'Etat alors qu'il avait parcouru les couloirs avec ses amis en tenant des banderoles, en distribuant des tracts sur lesquels était marqué "INDIE PRESIDENT", torse nu en scandant ces deux douces paroles. Ça avait marché cela dit. Alors certes, son rôle de président du côté presse du club laissait à désirer, mais il s'investissait à fond dans le côté radio ! D'autant plus que ça augmentait sa côte chez les demoiselles de plus de 20% ! Non pas qu'il en avait besoin pour les pécho, mais ça lui donnait un petit côté sérieux qui répondait aux fantasmes de certaines. Et il aimait beaucoup répondre aux fantasmes des demoiselles.
Le discours de l'autre continuait sans qu'il ne l'écoute réellement. Il avait appris à zapper ses discours moralistes. Cependant, son intérêt s'éveilla quand il entendit une phrase flatteuse.
T’es sexy Indie, ça donne presque envie de vomir comme tu peux faire le con à côté.
Il le savait ! Elle ne pouvait pas rester insensible à son charme naturel, c'était impossible ! Son sourire s'élargit.
Et il dut se retenir d'éclater le rire quand, le corps langoureux, la position lascive, elle vint entourer son cou de ses bras alors que son visage était d'un rouge écarlate. Indie n'était peut-être pas très malin, mais croyez son expérience, il sait comment distinguer une personne à l'aise dans son action et... les autres. Il ne lui tint pas rigueur pour la morsure ni pour sa fuite et au contraire, en profita:
" Pourquoi tu t'en vas ? Tu commençais tout juste à me montrer ton côté sauvage, on devrait approfondir ce côté-là de ta personnalité..."
Il déplaça son corps en faisant rouler ses muscles dans une aisance tout à fait naturelle, sachant très bien à quel point cela les mettait en valeur -attendez, il s'était entraîné durant des heures devant un miroir à cet exercice là, il était au point !-.
Tu sais, si on continuait ce qu'on avait commencé tout à l'heure, ton cul serait bordé d'autre chose..."
Bordel de merde Indie, t'es vraiment le roi pour les allusions sexuelles, en tant que narrateur t'es vachement fatiguant.
Il la rejoignit rapidement et retrouva son trône avant de le faire rouler aux côtés d'Ushio (trône à roulette c'est le top) afin de bien évidemment mettre un bras dans le dos de la demoiselle et de se rapprocher d'elle (dans une proximité aussi adjacente qu'aussi inutile, servant uniquement son intérêt) et de pencher la tête sur l'appareil photo.
Son sang se glaça un instant à sa dernière phrase (elle est au courant ? Non elle peut pas être au courant. C'est pas possible. Rory a dit qu'il ne dirait pas. S'il l'a dit putain je vais lui péter la gueule à ce petit pd.) mais il décida qu'elle devait bluffer ou dire ça simplement pour le provoquer, alors il décida d'ignorer du mieux qu'il pouvait.
Un nouveau bikini ? J'adore, montre moi ça. Tu l'aurais pas essayé par hasard ? J'adorerais te voir dedans", lui répondit-il, la contemplant de haut en bas.
Un journaliste pour l'accompagner ? N'importe quoi. Il était là lui! Il parlait des scoops à la radio et renvoyait ensuite sur le site du lycée. Alors certes il n'y avait pas de légende et ceux qui n'avaient pas écouté l'émission l'avaient un peu dans les fesses, mais qu'est-ce qu'on s'en foutait ! Il n'y avait que l'émission qui importait de toute manière -enfin, l'émission quand il parlait hein.






Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sumire

Messages : 47
Âge du personnage : 21 ans
Année d'étude : 5ème
Groupe sanguin : A

MessageSujet: Re: Work [PV : Indie] Lun 31 Oct - 13:28
Il y avait eu un vent d’agacement, au début, quand tes émotion se mettait encore en place dans ta situation avec Indie, seulement vent viens de tourner complétement. L’agacement est tellement loin pour le moment et l’amusement picote le bout de ta peau si fort, cela monte à tes joues et gargouille dans ton ventre, doucement mais surement alors que le bras d’Indie passe sur tes hanche ton rire sort de ta bouche et te plie un peu en avant pour le laisser sortir plus facilement, car ton corps ne sais pas trop faire autrement, parce que tu cherches à être un peu fière tout de même, mais que c’est raté pour cette fois. Tu le regarde un grand sourire au lèvre alors que tu ris forte de ce qu’il vient de dire et t’approche un peu plus de lui et secouant un peu le crane et calmant peu à peu ta respiration.

« Sauvage ? Vraiment ? Tu es tellement un amour, j’aurais presque l’impression que je suis un tigre féroce comme ça ou bien une panthère. Visualise bien les tenus moulants sur mes boulets tout frais, avec ce délicieux motif et je suis certain que tu auras plus envie de rire que de continue notre grand moment d’amour. »

Elle ouvre la bouche en un faux sentiment de surprise, comme si elle venait de se rendre compte de quelque chose de complétement fou, invraisemblable, le plus gros scoop du monde qui se passe sous ses yeux. C’est tellement sur jouer qu’elle se fait presque mal à la mâchoire en ouvrant autant la bouche et en exagérant le mouvement.

« OH MON PAQUET DE CHOCOLAT SACRE ! En fait tu es zoophile et je ne l’avais jamais compris, mais c’est horrible amour, comment va-t-on pouvoir garder ton audience avec un secret pareil ? Cela explique tellement pourquoi tu n’aides pas la presse à se développé. Tu as peur que ça finisse étaler dans nos feuilles de choux pour toujours. Comment est-ce que je n’ai pas pu comprendre ton malheur avant. »

Tu en ferais presque des fausses larmes si le rie n’était pas revenue tout de suite derrière après. Tu donnes une petite tape à sa main pour la dégager de sa place, puis sans aucune gêne ou demande te place pour t’assoir sur ses genoux avec la délicatesse d’un enfant de quatre ans alors que tu calme encore une fois ton rire.

« Regarde, je vais même t’offrir mon cul tout proche de tes partie vitale et ça ne le rendra pas border d’autre chose que d’air. Je ne m’amuse pas à tester les bikinis sur moi, mon ventre donne moche pour le maillot de bain. Trouve-moi un partenaire de chasse plutôt que de demander cela. »

Elle avait testé en fait et le rendu ne lui avait pas plus, mais il donnait vraiment pour les nageuses qui avaient sculpté doucement leur corps à coup de natation aussi souvent et de sport en général. Elle alluma rapidement son appareil et alla lui mit tout de suite sous le nez l’image assez bien cadrer de l’ensemble de l’équipe de natation posant pour elle.

« J’ai demandé l’autorisation pour ces photo là, ça devrait moins poser de soucis avec le conseil des élèves que pour le reste. Par contre j’en ai quelqu’une dans les vestiaires, un peu moins légale, mais tu ne les mérite pas. Tu penses pourvoir donner assez de voix pour faire vivre ses petits corps à la radio ? »

Tu lui tapote doucement la jambe les joues rouge, mais heureuse tout de même de ti par ses cliché. Qu’importe que ça ne soit pas le président de rêve que tu voudrais, avec le temps tu arriverais à le former pour le devenir, tu veux y croire. Encore un peu, puis vous avez un jeu amusant à vous deux.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sumire

Messages : 52
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ème
Groupe sanguin : O

MessageSujet: Re: Work [PV : Indie] Ven 11 Nov - 19:44
L'ambiance change du tout au tout et Indie a bien l'impression que la demoiselle en face de lui commence à s'amuser. Et ça tombe bien, car les jeux ne se jouent pas tout seul. Et les sentiments changent sur son visage, alors qu'elle semblait presque langoureuse elle a soudainement un visage choqué, d'une manière si exagérée qu'il devine qu'il ne s'agit que d'un jeu théâtral relativement mal interprété qui ne servait probablement qu'à faire une blague ; blague mal exécutée, soit dit-en passant.
"Ma belle, je comprends totalement que tu ais besoin de faire de l'humour pour ne pas te sentir gênée par cette soudain tension sexuelle qui vient de s'installer entre nous, mais je t'assure, tu peux t'en passer, c'est gênant.", dit-il de l'air le plus calme du monde, mais avec une terrible envie d'éclater de rire.
Contre toute attente elle s'assoit sur ses genoux ; il ne pensait pas qu'elle oserait faire ça, vu la teinte que son visage avait prit quand il l'avait plaquée contre le mur. N'était-elle pas emplie de surprises ? Et alors qu'elle insulte ses volumineux bijoux familiaux (il ne lui en tient pas rigueur, elle tente toujours d'être drôle) elle tente de le reconduire sur la ligne principale d'un sujet qu'ils devraient avoir (le club presse qu'il a tendance à ignorer); lui n'a pas envie de parler de ces choses ennuyantes, alors à la place il promène ses doigts sur les jambes de la jeune fille, tandis que son autre main glisse dans le bas de son dos, et c'est là que le jeu commence à être vraiment drôle. Il se demande juste où elle est capable d'aller.
Et alors qu'il allait dire quelque chose de particulièrement évocateur, elle lui fout son appareil sous le nez, le colle presque à son visage, l'empêchant d'aller plus loin. C'est amusant et très frustrant en même temps. D'autant plus qu'après ce qu'elle vient de dire, des dizaines de répliques très salaces lui viennent à l'esprit. Alors bien évidemment, puisque c'est Indie, il en choisit une (la meilleure, puisqu'Indie est le meilleur).
"Si je peux donner de la voix à ces petits corps. Bien entendu, c'est ma spécialité. Mais je pourrais également très bien faire résonner ta voix grâce à mon corps."
Bordel Indie, t'es tellement un lover, si avec ça elle tombe pas à tes pieds, c'est qu'elle est lesbienne.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sumire

Messages : 47
Âge du personnage : 21 ans
Année d'étude : 5ème
Groupe sanguin : A

MessageSujet: Re: Work [PV : Indie] Lun 14 Nov - 19:39
Tout n’est qu’un jeu. La vie elle-même n’est qu’un jeu où il faut être le meilleur acteur. Ce que tu vis avec Indie en est un grandiose. L’un des plus amusant, des plus jouissif, celui qui te donne même une impression de vrai dedans. Parfois tes émotions semblent oublier que c’est un jeu et s’accroche un peu trop à cette réalité. Comme là. Comme maintenant. Cette fameuse tension dont il parle tu veux la vivre, la ressentir, jouer avec ses nerf avec, savoir le pouvoir que tu pourrais en avoir, toi-même tomber pour. L’exploiter à son maximum pour ensuite rejeter le tout et fuir, car la fuite du jeu est ce que tu sais le mieux faire, ce qui ne t’implique dans rien, ce qui te protège un peu. Alors tu le laisses, simplement, t’inviter dans son jeu, te laisse séduire.

« Mon beau prince, je ne pensais pas que ça te gène de vouloir savoir jusqu’où tu défendrais ta puissante virilité. »

Il n’y a plus de jeu d’actrice sur fait, celui qu’on ne voit que dans des nanars proche du navet, tu tentes même d’avoir une touche sensuelle dans le timbre sans vraiment y parvenir. C’est quelque chose que tu ne sais pas faire encore, que tu ne teste pas assez souvent, dont tu ne joues vraiment qu’avec lui en fait. Doucement tu regardes la photo qu’il a choisis et appuyant un peu plus ton corps à lui en souriant. Il a beau mettre de côté un peu trop la presse que tu aimes tellement, mais ça ne change absolument rien au fait qu’il sait sans aucun doute voir ce qu’il faut voir, choisir les bons clichés. Tu corps frissonne visiblement à ses mots et ta respiration se hache un peu. Il est un appel à la sensualité, il le sait, toi aussi et même si tu joues toujours tu n’y es pas insensible. Pourtant tu voudrais y faire face, avoir l’air d’être une femme forte et de pouvoir, celle qui a les rênes en mains, alors qu’en réalité tu ne sais même pas ce que tu fais en jouant ainsi avec lui et jusqu’où ça ira.

« J’ai de fort doute en tes qualités de musicien et dans les miennes d’instrument entre tes doigts, mais qui sais un jour je pourrais moi tenter de faire de la musique de ton corps. »

Ça sonnais classe dans ton esprit. Rebelle et plein de force, pourtant une fois sortie de tes lèvres ça à une consonance légèrement dérangeante, légèrement trop pour vous, pour toi, pour lui, pour ça. Tu n’en sais rien. Tu souris pour ne pas perdre la face, mais c’est complétement le vent d’incertitude en toi alors que tu tournes la tête vers lui pour lui faire face.

« C’est presque dommage que tu sois aussi volage, aussi toi et moi aussi fleur bleu, aussi moi. Donne plutôt le nom de la personne que tu voudrais avoir en tenu légère seulement pour toi en photo au lieux de continuer à vouloir me faire croire que nous deux ça pourrais être plus qu’un jeu. »

Tu fuis tout cela, c’est plus simple, plus rapide, moins dangereux, pourtant tu te brûleras encore les ailes à jouer, à vivre tout cela, à vouloir le faire devenir le président que tu souhaiterais et a critiqué ses techniques de drague. C’est plus simple de faire cela.
Voir le profil de l'utilisateur
Work [PV : Indie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Shinrin Yoku :: L'institut Shinrin Yoku :: F3 - les Clubs :: Club radio et presse-

Sauter vers: