AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Découverte et liberté [Libre]
avatar
Sumire

Messages : 53
Âge du personnage : 21 ans
Année d'étude : 5ème
Groupe sanguin : A

MessageSujet: Découverte et liberté [Libre] Lun 31 Oct - 13:26
Quatre jours. Enfin plus nuit. Bout de nuit. Deux heures par nuit sur une durée de quatre jours. Ok les deux premières nuits n’étaient qu’à une heure de travail chacune, mais la troisième en avait eu six, pour au final se retrouver à finaliser le tout la dernière nuit en quinze minutes. Tout le monde s’en fiche du temps que cela t’a pris de faire cela. Tout le monde, sauf toi. Parce que c’est un travail scolaire, tu sais même pas si ça peut être considéré comme un travail, ton patron à la pizzeria te dirais certainement non en te filant une nouvelle pile de commande à livrer, mais là n’est pas la question. Ça t’avait pris du temps et beaucoup de passion, ainsi que des talents en Photoshop que tu améliorais un peu plus chaque jour, enfin nuit. C’est lourd de tout rapporter si facilement au jour, alors que tu es une enfant de la lune par ton plus grand rythme de vie.

Quoi qu’il en soit ton affiche pour proposer une excursion dans le col des esprits avait été fini avec le plus grand soin et autant de travail acharner pour prendre les photos les plus exceptionnel possible et faire un montage avec un semblant de féérie en plus dessus avait été fini avant-hier. Aussitôt fini, aussitôt placarder à deux trois endroit de l’établissement, après tout ce n’était que pour du loisir et encadrer par aucun club, juste une envie de compagnie pour faire sa chasse au être fantastique en faisant découvrir le lieu a d’autre. La chasse féerique n’avait même pas été citée sur l’affiche en plus, juste une excursion simple pour pouvoir apprécier la beauté des lieux et faire connaitre de nouveau endroit. L’île était remplit de merveille et il aurait été dommage de ne pas en faire profiter les autres de cela. Puis surtout avoir de la compagnie pendant sa propre chasse lui ferait plaisir.

Il était encore très tôt, l’aube était à peine lever et il restait encore une bonne demi-heure avant que l’heure indiqué sur l’affiche arrive. Elle ferma un peu les yeux et commença à fredonner simplement en attendant que l’heure arrive. Tenant son appareil photo dans le creux de ses doigts et en regardant tranquillement les dernières photos prisent pour voir s’il n’y aurait pas de tous petits détails pouvant lui permettre de prouver une trace de férie dedans ou bien un futur scoop, elle avait tout son temps devant elle. Dire qu’elle avait même mis en récompense de la sortir quatre livraison gratuite de pizza en plus pour augmenter ses chance d’avoir au moins une personne là faisait doucement sourire un peu plus.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de géographie

Messages : 17

MessageSujet: Re: Découverte et liberté [Libre] Ven 5 Mai - 22:09
Nuit, douce nuit. Une belle comptine d'enfant. Une partie tant d'autre. Un beau petit mensonge enroulé dans un papier de soie. La vie n'est pas aussi douce que ce tissu de mensonge. La vie, c'est travailler, dormir et manger. On ne vit que pour ça. La vie n'a pas de sens? La vie n'a de sens que dans la mort. Tout cela est bien trop philosophique, et bien trop compliqué à expliquer à de pauvres enfants encore bordé dans leur rêve mielleux. Quand on est jeune, on se laisse emporter par nos idées, nos envies intarissables. Déjà jeune on vise haut, mais plus on avance sur la route de la vie, plus on se rend compte que nous n'avons pas les bras pour monter cette montagne, pas les jambes pour traverser cet océan, et pas la tête pour réfléchir à ses conneries. Mais essayons de résumer une vie "classique". Lever à 8 h, Déjeuner à 30 et Bus à 9h. Travail à 10h, Repas à midi et Bus à 19h. Maison à 20h, Diner à 30 et Lit à 23h. Et ainsi de suite. Encore et encore. Toujours, perpétuellement, répétitivement. Voilà l'intérêt d'être professeur. Aucun jour ne se ressemble, et le cycle se fait sur un an. Sauf qu'à chaque fois, de nouvelles têtes, de nouvelles idées germent dans la salle de classe et des projets se font. Et surtout, les comptines pour enfants, c'est vous qui les racontez.

La cuite d'hier était violente, et le réveil l'était d'autant plus. David laissait pendre son bras sur son canapé, les yeux embrumés par le sommeil et les oreilles sourdes par l'alcool. Il comptait les secondes, lentement, et se trompait régulièrement. Il n'effectuait pas la conversion en minute, bien trop compliqué pour lui, en cet instant précis. Qu'est-ce qui lui avait pris? Il avait l'habitude de boire, beaucoup, tout les soirs, et de se relever comme si de rien n'était après. Mais là, il avait peut être abuser. "Alcool illimité" était une mauvaise idée lorsqu'on invitait David. Sur le stock prévu pour 50 personnes, il avait dû en boire la moitié, et encore plus si on ne l'avait pas arrêté. Son dos commençait à lui faire mal, à force de rester toujours dans la même position. Se tournant pour remettre sa colonne vertébrale en place, il tomba au sol dans un lourd fracas, et un long râle sortit de son visage endolori. Après encore quelques minutes, il se redressa maladroitement pour s’asseoir, adossé à ce qui lui servait de canapé. Lorsqu'il se gratta le ventre, il remarqua enfin la disparition de son haut. Super, un nouveau T-shirt porté disparu. Il devait sûrement traîné quelque part dans la maison de l'hôte. Tant pis. Cette absence permit à l'espagnol de reprendre un peu ses esprits et vérifier qu'il était bien chez lui -même si l'appartement était méconnaissable. Se dirigeant vers sa chambre, il enfila le premier truc qui lui passait par la main. Ici: un T-shirt un peu trop petit, noir, qu'il portait pour faire du sport chez lui. Après une petite vérification, il troqua son jean trempé d'un des nombreux alcools pour un jogging sobre. Une fois rhabiller de façon plus agréable, il jeta un coup d’œil à l'horloge. 15h14. Si on lui enlevait 9h24 dû à son retard accumuler depuis des années... Superbe. Une insomnie mêlée à une gueule de bois. Manquait plus que ça. Plus qu'une seule solution: si la nuit le refusait, et l'alcool le repoussait, le sport était son seul refuge.

Il fit un saut dans sa salle de bain, se débarbouiller, histoire de marcher à peu prêt droit lors d'un jogging qui s'annonçait très long. Sur le bord de l'évier se trouvait un bout de papier, juste posé là, à attendre qu'on prête attention à lui. De magnifiques images du col des esprits, pour organiser une excursion au aurore. La soleil n'était pas encore sortit d'entre les montagnes, David avait le temps. Le temps? Il n'avait même pas encore regardé attentivement la proposition qu'il avait décidé d'y aller. Il ne faut pas chercher, pensée d'une gueule de bois. Visiblement, le professeur devra déjà s'activer afin d'être parfaitement net pour le rendez-vous. Par avis de conscience pour le travail de la personne, il passa en revue rapidement le bout de papier. "Livraison gratuite de pizza". Aussitôt il était dehors, marchant activement avant d'arriver à sa vitesse de croisière. Son souffle était régulier et ses pieds lui obéissaient comme par magie. Dès qu'il était question de sport, ils étaient volontaires.

La ville dormait encore, c'était silencieux. Pas une personne dans la rue, sauf peut être un boulanger déjà en labeur, un livreur matinal ou quelqu'un qui venait de sortir d'une vilaine cuite, après une vilaine insomnie. Fait chier. Ses jambes commençaient à monter en chaleur alors qu'il tournait pour la dernière fois dans la ville. Une fois sortie, il se dirigea vers Ameeblue, au rythme de la musique qu'il venait de se mettre dans les oreilles. Seul sur une route déserte en train de courir, on aurait pu y voir un fou. Le ciel n'avait pas semblé vouloir être capricieux ce jour là. Sans que David ne s'en rende compte, il arriva au pied de la montagne, et il chercha le lieu de rendez vous. Au moment de tourner au coin d'un rocher particulièrement volumineux, il entendit une petite voix fredonner. Il connaissait bien cette voix. Il se retint de rire, plongea ses mains dans son jogging et s'avança discrètement et arriva derrière l'investigatrice de cette sortie.

-Et bien, Madame Okami, vous m'aviez caché ce talent

Un petit ton d'humour, toujours agréable pour saluer quelqu'un. Ushio faisait partie de ses personnes qui faisait doucement sourire David par leur caractère. Ceux qui font des choses anodines, mais de manière unique. Ou alors qui font des choses incroyables que seuls eux étaient possibles d'imaginer. Ushio faisait plutôt partie de la seconde catégorie.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sumire

Messages : 53
Âge du personnage : 21 ans
Année d'étude : 5ème
Groupe sanguin : A

MessageSujet: Re: Découverte et liberté [Libre] Lun 3 Juil - 14:34
Ta voix s’envole doucement, tendrement, dans le vent. L’attente est douce, simple, presque plaisante en fait quand on observe ça bien. La calme de l’endroit stabilise tes émotions à quelque chose de calme, Vésuve dort et Ushio chante, rien de plus, rien de moins. La chanson n’a aucun importance, tu ne sais même plus ce que tu fredonne, tu le fait et c’est tout ce qui compte vraiment là tout de suite. Doucement mais surement, tes doigt jouent à un semblant d’ombre chinoise sans même que tu regardes. Bouger et faire du son c’est tout ce qui importe. Un violent sursaut te prend quand tu entends une voix.

Rapidement, beaucoup trop pour ton corps, tu fais un tour sur toi-même pour faire un tour d’ensemble de ce qui t’entoure pour finir sur les fesses dans un faux mouvement. Un rire te monte à la gorge quand tu comprends que c’est uniquement ton professeur, ce chez David, qui est là. Il faut que ton esprit soit prudent, là tu es Ushio, pas Vésuve. Il ne faudra pas parler fanction comme ce que tu fais avec lui par message, dommage. Cet homme est une source d’inspiration à lui tout seul et les détails qu’il t’offre une mine d’or à travailler. Un sourire radieux aux lèvres, la tête tourner vers le ciel et toujours au sol tu te décides à lui répondre.

« Monsieur Mercia il y a tellement de talent que je vous cache que j’en ai le tournis. »

Avec la grâce d’un crapaud ton corps se remet d’aplomb, bien debout sur ses deux jambes. Un léger tapotement de ton arrière train et tranquillement en sautillant presque sur tes pieds nu tu t’approches de cette brave brebis perdu qu’est ton professeur là tout de suite.

« Vous avez une violente insomnie qui vous fait faire un détour jusqu’ici ou bien mes beau yeux sont tellement ensorcelant qu’il vous est difficile de vous passer de moi de si bonne heure ? Non ! Je sais ! J’hante vos nuits à en vous en faire mouiller les draps qu’il vous fallait me revoir pour en reprendre de la contenance ? »


Un pas en arrière, un visage beaucoup plus calme, comme si tout ça n’avait pas été même penser.

« Monsieur, désolé pour l’insolence, les matin de week-end sont rarement là où le respect se trouve vraiment. Du coup présent pour une visite du col ou bien est-ce que j’ai osé enfreindre le règlement et vous êtes là pour donner une punition ? Non parce que je tiens tout de même à préciser que j’ai demandé toute les dispenses possible pour organisé ça. Même si visiblement ça n’a pas le meilleur attrait il semblerait. J’aurais peut-être dû dire que vous veniez, si vous êtes pour la sortie bien entendu, pour avoir plus de monde. »

Tu sais qu’avec lui tu peux te le permettre. Heureusement. Ton cœur s’envole. Tout vas bien.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de géographie

Messages : 17

MessageSujet: Re: Découverte et liberté [Libre] Mer 9 Aoû - 17:42
La montagne est un lieu inspirant. Depuis toujours, on s'y succède pour y écrire des épopées formidables de héros et de dieux. Poète idyllique qui décrit l'ascension à la divinité d'un homme plein de cœur ou dramaturge fataliste qui raconte la triste histoire d'un homme mourant dans un éboulement après avoir découvert l'identité de sa femme... Tant de récits si différents et intéressants qui ne partagent rien. Rien mise à part le lieu, les circonstances. La montagne. Monticule de pierres, source de rivières et escalier vers le ciel. On la gravit avec tout son courage. On la monte pour y trouver la paix, la satisfaction personnelle ou un lever de soleil magnifique. On la monte pour prouver au monde qu'on en est capable. Pour prendre une revanche sur la vie. En mémoire de morts. On la monte pour maintes raisons tout aussi inspirantes que les histoires qu'on nous comptait enfant. Les montagnes se transforment l'hiver pour se draper de blanc pour les plus grandes. On y voit alors souvent des fondus de vitesse, d'adrénaline ou de bons moments en famille la dévaler. Alors, tel des héros mythiques, on dévale la pente avec les siens. Définitivement, la montagne est un lieu inspirant, magnifique et surtout destructeur. Ne dit-on pas que le Volcan se réveillera un jour ?

David eut un temps de reconsidération. Lui qui venait de juger Ushio comme quelqu'un faisant des choses uniques à leur personne, il hésita à la mettre dans la première catégorie. A savoir ici, ceux qui font des choses anodines de manière unique. En effet, elle venait de s'écraser au sol de manière somptueuse, que ce soit pour le mouvement à la grâce d'un éléphant ; la chute au ralenti et le visage mémorable ou encore le bruit de l'impact qui ressemblait étrangement au lancement d'un feu d'artifice. Instinctivement, il se mit à rire, presque pour faire honneur à la maladresse de la pauvre Sumire. D'ailleurs voilà bien l'un de ses atouts. La petite faisait partie de l'ancienne division du professeur et elle était de loin sa préférée, totalement impartial. Bien qu'on le mettait dans la case des professeurs intransigeants, le favoritisme était un peu trop visible.

Il s'étira longuement, un sourire ravageur aux lèvre. Ses doigts s'étirèrent au bout de ses bras dans l'air, lui rajoutant bien une vingtaine de centimètres. Il les refit tomber lourdement avant de placer sa main droite dans sa poche de jogging et de se gratter le ventre comme s'il était chez lui. Après tout, la nature est aux hommes de nos jours !

-Ola Ola, ton flot de parole est toujours le même à ce que je vois. Un vrai moulin à paroles. Tu en a même fini par oublier de me dire bonjour.

Il était bien trop familier pour un professeur, mais là n'était pas la fin des peines de l'élève. Il s'approcha d'elle, mis sa main sur la hanche de la jeune et lui déposa un baiser sur le coin de la lèvre avant de se reculer comme si de rien n'était. Voila sa façon de saluer quelqu'un, n'en déplaise à certain. Mais bon, elle devait connaître ses habitudes...

-Et puis arrête donc de me tutoyer, on est pas dans l'enceinte de l'école ici. On est libre ! D'ailleurs, pour tes « talents » que tu me caches, tu dois tellement bien les cacher qu'ils n'existent pas !

C'était une petite boutade, et son visage un peu moqueur n'aidait pas à la subtilité du pique qu'il venait d'envoyer.

-Madame l'enquêtrice à bien deviner que j'ai fait une vilaine insomnie, mais dès que j'ai su qu'elle était ici, j'ai accouru ! Et pour te répondre, je suis juste là parce que je suis là. Je ne supportais pas l'idée que tu te retrouves toute seule ! C'était si triste ! Et puis de toute façon, tu penses que je suis en tenue pour te punir ? Je dois enlever mon T-shirt pour que tu en sois sûr et que tu sois plus à l'aise ?

Il souleva le bas de son T-shirt pour qu'il arrive à la base de ses abdominaux. C'était une provocation flagrante pour l'écrivaine de fan fiction. Son but était clair : il voulait réveiller le volcan qui sommeillait en elle, et tant pis pour Pompéi.
Voir le profil de l'utilisateur
Découverte et liberté [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Shinrin Yoku :: Ameeblue :: Col des esprits :: L'ascension-

Sauter vers: