AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Are you sick ? [PV : Rory]
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Are you sick ? [PV : Rory] Sam 9 Juil - 17:22
Un regard sur son holokit lui indique rapidement trois petites choses. Les personnes encore présente dans l’établissement scolaire était sur le début de leur dernière heure de présence obligatoire sur place, il n’avait loupé aucun appel important et sa mère jouait encore à la comédienne dans ses sms pour qu’il l’appel rapidement. Il poussa un long soupir avant de lui renvoyer une réponse lui promettant de l’appeler seulement le week-end suivant et de penser à manger correctement. L’alcool n’était pas un aliment équilibré à prendre tous les jours. Il baissa l’objet de communication, compta jusqu’à dix en continuant avancer vers son but puis le remonter vers son visage avant de voir l’indicateur de nouveau message s’allumer. Toujours aussi rapide.

Il ne prit même pas la peine d’ouvrir tout de suite le message connaissant presque par cœur déjà son contenue. Il eut un léger sourire aux lèvres à l’idée même de mots et son pas s’allongea pour arriver un peu plus rapidement à son but du moment. Il n’y avait pas grand monde dans les couloirs et ce n’était pas trop mal pour le coup. Même si avoir quelqu’un à côté de lui à pouvoir simplement toucher en avançant lui plairait bien. Encore un couloir à parcourir et il serait sur place. A force il connaissait le chemin par cœur, il était presque certain de pouvoir le faire les yeux fermé, mais il ne s’y tenterait pas pour autant.

Sans aucune once d’hésitation il ouvrit la porte de l’infirmerie et se dirigea directement vers l’infirmière présente actuellement. Que cela pouvait être réconfortant de savoir qu’il y aurait toujours quelqu’un si jamais on avait besoin d’aide à un moment ou un autre de la journée. Par habitude il salua le membre du personnel et lui tendit sa trousse de premier secours pour lui demander aimablement de la remplir à nouveau avec le matériel de l’école à la base. Il pourrait le faire ailleurs, avec ses économies, ça ne changerais pas grand-chose, sauf le contact humain qu’il avait avec la femme d’une trentaine d’année face à lui. Pendant qu’elle remplissait simplement ce dont il aurait certainement besoin pour autre que lui il commença à lui demander des détails en plus sur ses méthode de soin, de l’approfondissement de cours en quelque sorte, des conseils de massage ou bien pour mieux optimiser ses soin manuel ou magique.

Cette discussion en elle-même était reposante, réconfortant, il se devait d’être prêt en cas de besoin et même si ce n’était que des mots, c’était mieux que rien. Assis sur la chaise en face du bureau de l’infirmière il faisait complétement dos à la porte pour le moment. Il se souviens avoir eu un léger rire quand le trentenaire lui avait proposer de s’occuper du prochain élève passant la porte si ce n’était pas trop grave, lui avoir légèrement ris avant d’accepter la possibilité de pratique sur sujet réel. Il se souvient surtout avoir entendue la porte s’ouvrir et c’être retourner pour voir s’il allait pouvoir agir ou non. Il se souvient surtout ne plus avoir envie de rire en le voyant là. Il ne se souvient plus de la dernière fois que Rory lui a souris par contre et ça pique un peu, même en soit les deux éléments était très éloigné et presque sans rapport.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Sam 9 Juil - 18:19

 are you sick ?

feat. Ambros L. Sean
music


Cette fois-ci, c'était une migraine ophtalmique. Une de celle qui te fait voir flou tout autour de toi et qui te fait perdre l'équilibre si tu ne longes pas le mur. C'était une de celle qui t'avait obligé à toucher le mur du bout des doigts pour marcher droit. Tu t'étais forcé au calme, tu avais quitté ton cours en prévenant ton professeur, tu lui avais dit que ce n'était rien de grave parce que c'était le cas. Après tout, tu y étais habitué depuis le temps. Ton corps agissait presque tout seul dans ce genre de moment, comme si, à défaut de t'empêcher de voir et de penser, il te faisait marcher jusqu'à l'infirmerie pour que l'infirmière puisse te donner des anti-inflammatoires, seule chose qui marchait vraiment dans ce genre de moment, sans compter les dons. Mais tu préférais éviter de soigner tes migraines créées à cause de la magie par la magie. Tu avais toujours eu peur que ça ne fasse qu'augmenter la douleur, déjà peu supportable.

Il y a quelques rires à l'intérieur de l'infirmerie, et tu as envie de te taper le crâne contre le mur avant de rentrer : les rires te feront moins souffrir si tu t'es tapé la tête contre le mur juste avant. La douleur physique atténuait la douleur physique intérieure, celle qui gelait ton cerveau, qui le faisait bouillonner en même temps et qui te donnait l'impression qu'il allait exploser. T'allonger dans le noir avec des glaçons sur les tempes et le front était aussi l'une des solutions qui marchait bien pour faire taire tes migraines horribles et intenses.

Tu tapes quelques coups à la porte, entrant déjà en même temps, les paupières closes sous la lumière vive. Les rires cessent et tu remercies le ciel avant d'ouvrir les yeux.

Oh.

Tu as envie de dire que, tout compte fait, ce n'est pas si grave, que ta migraine pourra attendre quelques minutes de plus mais quand un vertige te prend, tu te dis que non ta migraine ne pourra pas attendre plus. Alors tu te tournes vers l'infirmière qui a l'habitude de te voir maintenant, depuis ces trois ans et quelques mois où tu es là :

— Migraine.

Un simple mot qui veut tout dire. Elle grimace en se levant et toi, tu t'effondres sur le lit le plus proche. Tu sais qu'il ne faut pas que tu t'endormes car, quand tu te réveilleras, la migraine n'en sera encore plus forte, elle sera de cette violence excessive qui te donnera vraiment envie de te tirer une balle dans la tête ou de te jeter du toit, au choix.

Tant pis si tu restes dans la même pièce qu'Ambros, tu supporteras.

La migraine, elle, tu ne la supportes plus.

Alors à choisir entre la peste et le choléra, tu choisiras la peste.


HRP : keur et amour sur toi ♥



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Sam 9 Juil - 19:42
Il aurait du lever son cul de sa chaise et aller directement vers Rory pour lui demander si ça le dérangeait qu’il le prenne en charge, si ce n’était pas trop grave, si le monde n’allait pas s’arrêter de tourner ou un truc dans le genre. Peut-être qu’il aurait même dû avoir été assez rapide et efficace pour lui donner un appui, être un super héros, un soutien, qu’importe de comment on appelle cela. Peut-être, seulement à la place il est là les bras ballant à regarder la scène face à lui comme si ça se passait à travers un écran quelconque et non juste en face de lui, dans la réalité. De toute façon il savait que Rory ne voudrais pas de son soutient. Peut-être. Il se mord fortement l’intérieur de la joue et se reprends.

Doucement, instinctivement, très mauvais instinct d’ailleurs, il laisse sa magie d’empathie sortir pour ressentir le mal de son camarade de chambre. Il a besoin de savoir ce qu’il ressent, ce n’est pas pour se punir, ça ne changera rien de toute façon. Il grimace en ressentant la douleur et lui gémis de cette douleur factice qu’il ressent. Le claquement de langue agacer de l’infirmière suite à son action le fait complétement arrêté d’utiliser sa magie. Il sait qu’elle n’aime pas qu’il cherche ainsi la source du mal avec les émotions du patient, mais c’est plus fort que lui, instinctif, puis de toute façon il n’a que trente minute par jour à devoir économisé. Elle lui indique du bout du doigt la fenêtre pour baisser le store pendant qu’elle ausculte attentivement l’autre jeune homme.

Il réduit la luminosité de la pièce, puis viens se placé à trois pas à peu près du soufrant pour voir les gestes à faire et surtout voir s’il peut tirer avantage de la situation pour tenter de débloqué la situation avec l’autre garçon. Il se devait de retrouver leur relation d’avant le faux pas. Le trentenaire partie en direction du lavabo pour remplir un verre d’eau pour faire prendre des anti-inflammatoire pour calmer un peu la douleur. Il la suivit comme un petit poussin et une fois assez loin du lit doucement il attrapa la boite de médicament qu’elle avait sorti et murmura doucement.

« Je vais m’en occuper. C’est un cas simple et puis c’est mon voisin de chambre. »

Elle le regarde de haut en bas plusieurs fois comme pour voir si c’était une bonne idée qu’il s’occupe de simplement cela. Elle aurait préféré lui faire faire autre chose, du rangement dans son placard à médicament comme aide aurait été mieux, mais qu’importe. Doucement le verre d’eau changea de propriétaire et elle le poussa doucement vers le patient qui attendant toujours son traitement pendant ce temps.

« N’utilise pas ta magie pour le soigner, c’est contre-productif avec lui. Ne recommence pas non plus ton jeu de tout à l’heure. »

Ambros hocha doucement la tête avant de se désintéresser totalement d’elle pour rejoindre Rory.

« Ouvre un peu la bouche, je vais m’occuper de toi. »

Il avança doucement le verre ainsi que les médicaments dans son autre main en espérant ne pas se faire rejeter alors qu’il est le remède à son mal pour le moment. Enfin en quelque sorte.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Sam 9 Juil - 20:06

 are you sick ?

feat. Ambros L. Sean
music


Elle lui fait baisser le store et tu acceptes avec plaisir le répit pour ton mal de crâne horrible. Qu'un marteau piqueur vienne et qu'il te troue un fossé dans la tête, ça sera moins douloureux, ou presque. Allongé, les pieds pendant sur le bord droit du lit car il n'était pas question que tu restes des heures ici, tu sens plus que tu ne vois que quelque chose que tu n'aimes pas va se passer. C'est un sentiment bien étrange, mais tu le repousses : réfléchir ne te fait avoir que plus mal à la tête et, alors que tu as les yeux fermés, tu sens une présence à côté de toi.

Puis sa voix.

Sa présence, sa voix.

Putain.

Tu ouvres à demi les yeux, attrapes peut être un peu trop violemment le verre d'eau et les anti-inflammatoires tout en te redressant et tu jettes un regard à l'infirmière qui vous observe, de loin.

— On est pas censé faire tout le tointoin pour vérifier si j'ai pas cette merde ?

Cette merde.

Ou comment nommer avec toute la classe qui t'es dédiée le virus M. A vrai dire, à chaque fois c'est la même chose. Les mêmes analyses, les mêmes résultats : tes migraines, ce sont tes dons qui te les offrent. C'est gênant et mauvais. Quand tu fumes un peu plus que la normal ou quand tu bois un peu plus de café que d'habitude, tes migraines disparaissent, sont moins présentes. Parce que la cigarette et le café, ce sont des excitants, alors ça permet à ton cerveau de rester éveillé plus longtemps, d'utiliser plus d'énergie.

Tu devrais fumer plus et boire plus de café. Mais des fois, tu n'avais juste pas le temps.

Tu avales les deux cachets puis tu prends une gorgée d'eau pour faire passer le tout, puis du laisses ton verre sur la table de nuit. Toujours assis, tu fermes les yeux, tu comptes ta respiration parce que ça t'aide à te concentrer sur autre chose que sur la douleur. Déjà, tu ne vois plus flou quand tes paupières se soulèvent et c'est déjà pas mal.

— Pourquoi tu t'occupes de moi ? Ou, non, pour être plus clair, qu'est-ce que tu crois faire ?

Les quelques mots vrillent ton cerveau et tu fermes les yeux de nouveau, tes doigts viennent masser tes tempes sans franc succès. Il faut que ça passe, vite, très vite, parce que tu n'as pas envie de te confronter à lui aujourd'hui.

Tous les jours, sauf aujourd'hui.


HRP : ahah, en vrai, j'attends le jour où il aura une migraine, qu'il ira à l'infirmerie en pensant que c'est à cause de son don et qu'en fait NON VIRUS M BABY TU VAS DEVENIR UN ANIMAL VIOLENT SANS COEUR ET QUI VA TOUT DEVORER SUR SON PASSAGE. Mh...



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Dim 10 Juil - 8:07
Le verre quitte sa main rapidement, sans que cela ne l’étonne plus que cela. Il fallait s’y attendre, même dans cet état la combativité de son vis-à-vis est à son comble. Autant elle peut-être à son comble en ayant le crâne qui part en vrille avec violence. Il retient son claquement de langue contre le coté têtu de Rory, ce n’était certainement pas le moment de s’agacé de cela. Ni maintenant, ni plus tard. Pas face à lui en tous les cas. Il l’avait déjà assez rancunier pour ne pas ajouter de l’huile dans le feu.

Il secoue doucement la tête à sa question sur le fait de vérifié s’il n’avait pas le foutu virus. Le personnel médicale le ferais certainement plus tard, ce n’était urgent à cette phase-là de la contamination de toute façon. Trop tôt. Il y avait le temps, même si ça ne rendrait pas la chose plus facile si ça s’avérait réel. Ambros tourna tout de même la tête vers le personnel médical qui secoua la main de façon assez lasse laissant clairement entendre qu’elle s’en occuperait plus tard. Il est plus détendant même pour le soignant de faire les tests quand le patient semble plus vivant qu’agonisant sur un lit comme à l’instant précis.

Pas si agonisant que cela tout de même car son voisin de chambre était parfaitement capable de prendre ce médicament seul et même de commencer à lui grogner en prime. Ça l’amusa un peu sans pour autant faire changer son expression légèrement blasé sur son visage. Il secoua doucement la tête et attrapa des mains du patient le verre maintenant vide pour le prendre pour lui et jouer un peu avec de ses mains pour les occuper à autre choses qu’à l’envie de toucher son vis-à-vis. Pas le bon moment, surtout en ce moment.

« Tu es mon cours de soutient, en quelque sorte. »

Ce n’était entièrement faux comme raison, mais pas la vérité absolue non plus. Tournant de plus en plus vite le verre entre ses doigts il penche légèrement la tête sur le côté pesant le pour et le contre sur le fait de dire les raisons de son geste avant de se dire qu’avec ou sans ça ne changerais pas grand-chose, alors autant le dire.

« Sinon je suis à la recherche de ton pardon. »

Il aurait pu aussi dire qu’il était à la recherche de l’impossible, de la solution contre la faim dans le monde, la paix universel ou la fontaine de jouvence que ça aurait été la même. Il le sait, mais ça n’empêche pas des gens de chercher tout de même, puis ce n’était pas comme si c’était neuf non plus.

« Puis je suis tout de même mieux placé pour te ramener au bercail que tes jambes là tout de suite. »

Parce que mine de rien le temps que les médicaments agissent l’infirmerie fermerait certainement ou bien leur demanderais de passer la nuit sur place. Enfin à Rory, pas à lui. Lui devrais partir c'était certain.

« Tu préfères peut-être dormir aussi. »

En disant cela il pose doucement sa main sur le front de Rory pour voir s’il avait ou non de la fièvre en prime de son mal de crâne.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Dim 10 Juil - 11:27

 are you sick ?

feat. Ambros L. Sean
music


Les doigts toujours sur tes tempes, créant de petits cercles totalement inutiles et qui ne semblent qu'augmenter la douleur, tu l'écoutes d'une oreille distraite. Cours de soutient, bien sûr. Et mon cul c'est du poulet, t'as envie de lui dire, mais tu te retiens de justesse. Tu ne remarques que maintenant l'absence de Jae. Mh. Il est peut être en pause, ou peut être a-t-il du partir plus tôt. Dans tous les cas, tu ne demandes rien, tu restes silencieux.

— Sinon je suis à la recherche de ton pardon.

Tu t'étouffes avec ta salive, littéralement. Tu tousses et tu le regardes, de ces yeux tueurs et méchants, de ce regard que tu ne montres qu'à très peu de personne. Peu ont la malchance de te voir en colère, mais lui... lui il ose te dire ça, maintenant, devant une tierce personne ? Tu as envie de lui en foutre une, ton poings se serre même, tes muscles se bandent et tu esquisses un geste. Pendant un instant, tu as oublié la douleur, mais elle revient plus vite que tu ne le penses et tu te forces à te détendre.

Tu chasses ses autres paroles d'un claquement de langue contre ton palais, la bille en métal venant même rencontrer tes dents un instant et quand sa main effleure ton front, tu la repousses, violemment.

— Ne me touche pas.

Elle sonne comme une menace, le reste de la phrase est tue, mais totalement présente. Ne me touche pas, ou tu ne pourras plus jamais toucher quoique ce soit. Tu ne profères pas des menaces à la légère, lorsque tu dis quelque chose, tu le fais. Chaque menace est réelle, chaque promesse est vraie, tu ne brises aucune parole que tu donnes, c'est une de tes façons de vivre, l'un de tes principes.

Ne me touche pas, ou tu ne pourras plus jamais toucher quoique ce soit.

C'est extrême, tu le sais. Tu le reconnais, au fond de toi. Mais ta rancune est tenace, la rancœur qui est au fond de ta gorge ne partira pas comme ça, ton ressentiment envers lui...

Tu te mets sur tes deux jambes tremblantes. Tu avais choisis la peste, tu aurais peut être du choisir le choléra. Tu ne fuis pas, non, tu n'as juste pas envie de lui déclarer une guerre, pas maintenant. Pas quand le sang tambourine si fort dans tes veines que tu as l'impression que chacun de tes vaisseaux explosent, pas quand tu n'es pas capable de lui cracher ta haine au visage, pas quand tu n'es pas en état de le faire.

Tu vas partir, tu vas fuir juste aujourd'hui, ce n'est qu'une bataille, tu lui laisses la victoire cette fois-ci, parce que tu n'es pas en état, mais la prochaine fois, ça ne se passera pas comme ça, non, bien sûr que non.

Tes jambes tremblent et ta tête tourne. Il va falloir encore quelques longues minutes avant que les anti-inflammatoires fassent effet et une petite sieste de quelques minutes, aussi. Et une douche glacée, une douche glacée calmait toujours tes migraines.

Tu remercies l'infirmière de garde d'un sourire et tu fais volte-face. Tu ne lui lances même pas un regard.

Il n'en vaut même pas la peine.


HRP : lalalalaaaaa, trop de violence dans ce petit Rory. (et sinon, j'aime mon itunes en aléatoire, vraiment)



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Dim 10 Juil - 18:56
La toux qui prend Rory à la suite de son explication sur sa recherche de son pardon lui fait presque lever les yeux au ciel. Il n’y avait pas besoin d’être surpris, ni être énervé ou il ne savait quoi qui était en train de se faire dans l’esprit de son ainé. A croire qu’être honnête n’était pas la réponse approprié à avoir. Comme si un mensonge aurait été préférable. La bonne blague, il n’y avait pas de bonne réponse de toute façon à de pourquoi il s’occupait de l’autre. Jamais. Pas avec leur relation actuel.

Son claquement de langue aussi ne lui fait rien, au contraire du rejet de sa main. La violence du rejet n’a rien à voir, c’est simplement l’interdiction de le toucher en elle-même qui est blessante. Comme si on venait de lui refuser quelque chose d’important pour lui. C’était important pour lui. Ça lui fit faire un pas en arrière et ravaler son envie de communication pour le coup. Ses yeux suivirent les mouvements vers la sortie cherchant à analyser la meilleure chose à faire. Une fois la porte refermer ses pieds bougèrent tout seul pour aller directement au bureau de l’infirmière, reprendre ses affaires, lui souhaiter une bonne soirée et suivre son camarde de chambre.

Il n’avait pas le droit de le toucher, pas de le suivre. Puis il avait en quelque sorte promis de s’en occupé quand il avait pris les médicaments pour le lui les apporte, donc c’était de sa responsabilité qu’il arrive à leur chambre commune sans encombre. Fier de sa résolution il allongea le pas pour suivre Rory dans les couloirs du bâtiment sans plus se posé de question que cela. Il était son médecin en charge en quelque sorte là tout de suite et sa responsabilité était engagée quant à son intégrité physique. Rory pouvais lui en vouloir autant qu’il voulait ça ne l’empêcherais pas de prendre soin de lui quand même. Il allait lui prouver que lui aussi pouvait être têtu s’il le voulait. Il n’y avait aucune raison qu’il perde à se jeux là.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Dim 10 Juil - 19:11

 are you sick ?

feat. Ambros L. Sean
music


Le sac en bandoulière tapant sur ta cuisse te semble lourd sur ton épaule. Tu n'as qu'une envie : te foutre dans ton lit et dormir. Chose que tu ne penses pas pouvoir faire tranquillement d'après les pas que tu entends derrière toi. Tu ne te tournes pas, tu sais que c'est lui, tu ne veux pas lui accorder de l'importance, tu serais capable de lui cracher au visage si tu le regardais. Des mots, de la salive, qu'importe. Tu as envie de mettre tes écouteurs, de mettre la musique à fond, pour ne plus entendre ces pas, pour ne plus sentir sa présence. Tu soupires, fortement, te stoppes en arrivant à l'entrée de l'institut.

Tu fais volte-face, le regardes.

— Lâche moi la grappe. Je suis capable de rentrer seul et puis, je ne rentre même pas.

Non, tu n'avais plus envie de rentrer. T'allais aller boire un coup. Une très mauvaise idée avec la migraine, une idée épouvantable, même. S'enfiler des shoots de tequila dans un bar plein de bruits et de musique à fond alors que tu avais une migraine était une idée tellement mauvaise. Mais... mauvaise à un point que même toi tu ne pouvais pas imaginer.

Mais merde, il te faisait chier, vraiment.

Tu avais envie de le secouer, de lui envoyer ton poing dans la gueule et de lui hurler de ne plus jamais te regarder. Bâtard, l'insultes-tu mentalement.

Tu sais que ça ne fait aucun effet, qu'il ne peut pas comprendre ton ressentiment, qu'il ne comprend tout simplement pas pourquoi tu l'as laissé tomber comme une merde. Il ne comprend sûrement pas pourquoi toi, tu as agis comme ça. Ce n'est qu'un système d'auto-défense, après tout. Tu l'as repoussé de toutes tes forces parce que tu ne voulais pas expliquer, ce n'est pas quelque chose que l'on explique. C'est quelque chose de bien trop complexe pour qu'on puisse l'expliquer de vive-voix.

Et ceux qui vous connaissent ne savent pas pourquoi.

Ni lui, ni toi, vous n'avez donné de raisons. A personne.

Tu ris jaune dans ton esprit, on dirait presque un couple qui s'est séparé, et ça te semble encore plus pathétique que ça ne l'est actuellement.


HRP : RORY EST TELLEMENT MECHANT OMG



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Lun 11 Juil - 7:26
Rory le repousse avec ses mots, son attitude, son corps, son esprit, tous les putain de truc de la terre qui ne sont pas son corps directement qui bastonne son corps. Ce n’est même pas surprenant, comme un scénario de série B beaucoup trop prévisible. Quand il s’est retourné pas un seul instant son esprit n’a pensé autre chose que « Tiens, il va me m’ordonne de ne plus le suivre. ». Trop prévisible tout cela. Tout comme sa colère enfin de compte aussi, mais pour cela il avait été trop con avant de faire sa bourde, trop confiant, trop curieux, trop enfant simplement.

Il y avait maintenant deux chemins classiques dans ce cheminement de scénario qu’il pouvait suivre. Soit il obéissait, laissait l’autre tranquille, retournait à leur chambre, prenait une douche, finissait ses devoirs et aller se coucher et tournant le dos à l’espace de Rory comme il le faisait depuis le début de leurs dispute. Ce qui en soit serait encore une fois laisser son vis-à-vis gagner la manche, comme ce qu’il tentait de faire depuis qu’il gravissait sans avancer son chemin de croix pour le pardon impossible de son ainé. Soit il s’en foutait et continuait à la suivre tout de même parce que pour une fois il ne se voyait pas laisser Rory rentré seul avec un putain de mal de crâne et qu’il avait besoin de le couver même si l’autre lui en voulais.

« Je me suis promis de faire attention à toi jusqu’à que tu es franchi le pas de la porte. »

L’option deux irait parfaitement bien. Ambros chercha le regard de Rory sans vraiment savoir pourquoi il le provoquait ainsi, enfin s’il le savait un peu trop bien. La colère de l’autre commençais doucement, à petit feu, à après chaque utilisation de sa magie, à se répandre en lui comme un serpent et sa patience brulait en même temps que cela. Qu’importe, il allait suivre maintenant son patient que cela lui plaise ou non. Ça ne lui plaira pas et bien tant mieux pour le coup.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Lun 11 Juil - 18:39

 are you sick ?

feat. Ambros L. Sean
music


— Je me suis promis de faire attention à toi jusqu'à que tu es franchi le pas de la porte.

Tu lèves les yeux au ciel, lâches un soupir exaspéré, tes doigts se crispant dans le vide.

— Je ne suis pas en train de mourir. Et même si c'était le cas, tu serais le dernier que j'aurai envie de voir. Alors, par pitié laisse moi tranquille, rentre, casse toi, mais arrête de me suivre.

Sincèrement. Merde. Merde. Tu en venais à le supplier. Ton sang tambourine toujours aussi fort contre tes tempes et tu te laisses tomber sur un banc à l'entrée de l'institut. Tu as envie de ne plus bouger, pour le moment. Tu as trop mal à la tête, tu as envie de vomir, d'un coup, alors que tu n'as pas mangé depuis midi. Tu as soif, et pourtant, si tu avales ne serait-ce que de l'eau, tu sais que tout ressortira illico presto. Il t'énerve. Il t'énerve à un point que tu n'arrives même plus à nommer, il t'énerve si fort que tu as envie de le taper, de le voir saigner, pour qu'il te lâche la grappe.

Tu pourrais tenter d'utiliser ton don, tenter de le persuader de te laisser tranquille, de manipuler ses souvenirs pour lui faire croire que tu es venu à l'infirmerie à cause d'une légère coupure. Mais tu sais que ce n'est pas une bonne idée. Même si tu es loin d'avoir utilisé ta demie-heure, tu as trop forcé pendant les cours, tu as trop cherché à aller plus loin, à dépasser tes limites, à tenter de contrôler les souvenirs, à en créer de nouveau.

C'était bien trop compliqué encore pour toi, et ta migraine te le rappelle encore.

Tu soupires et te laisses glisser sur le banc, rejetant ta tête en arrière, les yeux fermés. Une petite pluie fraîche ne serait pas de refus, ça calmerait tes ardeurs.


HRP : gtht



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Lun 11 Juil - 19:20
Pitié.

Un pas en arrière. Non. Il mord fort sa langue et grimace fortement face à ce simple mot. Son corps fit même un mouvement de recul. Rory n’était certain pas mourant, mais à en être  à le supplier pour qu’il le lâche il devait vraiment être mal. Il soupire fortement et hésite à baisser les bras pour le laisser tranquille, mais ça signifiait aussi le laissé tout seul dans son mal être. Fuir ou combattre le problème. Il hésite, comme à chaque putain de pas qu’il tente de faire envers Rory actuellement.

Il en fait d’ailleurs un pas en avant et ferme les yeux en laissant encore une fois sa magie d’empathie sortir et agir. C’est douloureux et étouffant, les émotions d’autre surtout puissant ne sont pas des plus douces, mais c’est aussi tellement grisant. Il grogne un coup et arrête à nouveau de jouer. Non, il ne laissera pas son ainé gagner, il ne fuira pas. Il était responsable de son état, il avait senti une pointe de reproche, beaucoup trop forte pour n’être que du reproche et ça l’avais motivé à ne pas baisser les bras. Influencer si on préfère.

« Un Rory non mourant ne supplie pas, il casse des bras plutôt. »

Il menace, il hurle, mais il ne s’abaisse pas à supplier. Il faudra qu’il retourne à l’infirmerie une autre fois pour voir de comment vaincre le mal de son camarade de chambre sans magie, peut-être qu’en agissant dans son sommeil pour le soulager un peu ça pourrait être bénéfique. Pour le plus âgé en tout cas. Ambros reste là regarde la forme du corps de Rory qui a glisser sur le banc toujours bien droit dans ses pompes sans bouger.

« Ça ne signifiera rien. Je ne suis pas aussi con pour croire que tu me pardonneras en jouant les chiots garde malade, mais t’a tout de même besoin de te reposer. »

Prendre une douche, se vider la tête, guérir, faire n’importe quoi pour que l’instinct parentale du blond retourne dormir dans un coin de son esprit. Il n’avait déjà pas le droit de touche, ni de parler comme avant, on lui refusait le droit de s’occuper du brun en plus. Il se savait punis, il le savait, mais ça ne servait à rien que Rory en souffre aussi. Il se tapa la tête contre le mur et tenta de réfléchir à une idée qui calmerait l’autre.

« Je peux changer d’apparence jusqu’à la chambre si ça peut te détendre, mais reste pas comme ça. »

Il peut même lui apporter le silence s’il le demande, mais qu’il arrête de se faire du mal à le rejeter autant par fierté.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Lun 11 Juil - 20:17

 are you sick ?

feat. Ambros L. Sean
music


— Un Rory non mourant ne supplie pas, il casse des bras plutôt.
— C'est le tien que je vais casser, marmonnes-tu entre tes lèvres.

Sa réplique suivante te fait claquer ta langue contre ton palais. Evidemment que tu avais besoin de te reposer, mais tu ne pourrais pas le faire tant qu'il était là, tant qu'il y avait ce brouhaha incessant autour de toi, tant qu'il y avait tout ce bruit qui faisait juste accentuer la douleur, les piques violentes et incessantes.

— Je peux changer d’apparence jusqu’à la chambre si ça peut te détendre, mais reste pas comme ça.
— Dis pas n'importe quoi, ce sera toujours toi.

Changer d'apparence ne change pas la personne, l'âme, les ressentis, les émotions. On peut changer d'apparence, pas de vie, d'être. Ce serait bien trop facile sinon. Prendre la place de quelqu'un d'autre, sa vie, ses émotions, ses sentiments... être un clone parfait, en soit.

Alors tu cèdes. Tu cèdes parce que tu n'as pas la force de combattre. Tu as trop mal à la tête, tu as trop envie de vomir, les médicaments ne font pas effet et tu as l'impression que tous les sons sont encore plus amplifiés qu'ils ne le devraient. Comme si cette migraine était encore plus vorace.

— Okay, t'as gagné, mais juste... juste, tais toi.

Tais toi, ne dis plus rien, reste silencieux, j'ai besoin de ne rien entendre, tais toi. Tu n'as pas cette force de combattre, pas aujourd'hui. Tu n'as pas l'envie de casser des bras non plus.

Juste.

Pas aujourd'hui.


HRP : pourquoi on les a fait se disputer, déjà ?



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Mar 12 Juil - 8:55
Fonce. Casse lui le bras, c’est comme s’il attendait cela enfin de compte, ça le calmera peut-être dans ses pulsions de protection, d’envie de pardon, de recherche à recoller les morceaux. Son corps frissonne presque à cette idée, ça le démange. Rendre les coups aussi d’ailleurs, mais ça ne vient pas vraiment de lui, pas maintenant. C’est pas dans sa nature à lui, il ne saurait même pas comment rendre le coup franchement, mais ça lui brule la peau tout de même quelque part. Une forte inspiration et c’est fini, les émotions qui sont es résidu de ce qu’il lui restait de son empathie sont refouler. Encore. Un jour à force de trop jouer ça ne passera probablement pas.

Qu’importe, une certaine lassitude le prends au rejet encore une fois d’une de ses propositions. Il sait qu’il sera toujours lui, toujours avec la même façon d’être, la même voix, que même son apparence ne sera pas des plus réussit et sentira la copie à des kilomètre de distance, que même un gosse de cinq ans saurait que c’est lui, mais ça aurait pu rendre la chose moins désagréable. Moins lui quelque part tout en hurlant que c’était complétement lui. Ses muscles se tendent et il est prêt à combattre une autre manche pour faire céder Rory, mais alors qu’il ouvre la bouche pour répliquer son ennemie du jour déclare forfait.

Ambros à tout l’ensemble de son corps qui se ramollit d’un coup, la pression est loin de ses épaules et il aurait presque un sourire niais s’il ne se contrôlait pas face à cette victoire. Même s’il ne doit plus rien dire, il s’en fiche. Le silence n’a jamais été un problème pour lui. Il acquiesce pour le coup assez vivement sans même faire attention si l’autre fait attention ou non. Un pas en avant se fait avant de se bloqué d’un coup. Il avait gagné, oui, il avait donc le droit de le suivre jusqu’à leur chambre pour vérifier qu’il rentrait en un seul morceau, mais à aucun moment Rory n’avait retiré son interdiction de le toucher.

Ce que cela pouvait être dangereux d’agir trop impulsivement maintenant. Il marchait sur des œufs, il en était parfaitement conscient, un peu trop là tout de suite. Désobéir maintenant qu’il avait remporté une manche pourrait être plus que fâcheux pour lui. Seulement il ne pouvait pas non plus rester là les bras ballant comme une stupide poupée de chiffon non plus. En fait si, il pouvait très bien, mais ça ne serait pas la même chose que s’il aidait un peu. Il ferma les yeux et écouta les quelque bruit autour, ceux simplement normal plein de vie de l’établissement.

Ça ne devait pas être agréable pour son ainé de les entendre avec son mal de crâne. Il ouvrit les yeux et calcula rapidement combien de temps de magie il lui restait pour la journée. Avec sa mauvaise habitude d’en utiliser assez facilement à droite et à gauche pour sa curiosité il ne devait guère lui rester plus de sept, voire peut-être dix minutes. Il n’y aurait pas le temps de faire tout le trajet jusqu’à leur chambre, mais ça pourrait être suffisant pour soulager un peu Rory. Il aurait certainement besoin lui-même d’un cachet pour un mal de crâne ensuite, mais ce n’était pas l’important.

Il s’avança un peu plus pour ne pas avoir à étendre sa magie de trop et créa autour deux une bulle de silence, du moment qu’ils restaient relativement proche un certain calme qu’eux seul pourrait briser serait présent. Il ne pouvait par contre rien pour les bruits de respiration ou même du sang battant certainement dans les tempes de son camarade de chambre. Ça ne serait pas infini, mais ça sera toujours mieux que rien du tout, peut-être. A moins que ça rende leur voix encore plus puissante dans ce silence artificiel. A voir.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Mar 12 Juil - 13:46

 are you sick ?

feat. Ambros L. Sean
music


Il ne dit rien, tu ne dis rien non plus. Les yeux fermés, tu ne fais attention à rien d'autre qu'à ta respiration. Quatre secondes d'inspiration, quatre secondes d'expirations. Et encore quatre, puis quatre de nouveau. Tu ne te concentres que sur ça, pour entendre le moins possible le bruit autour de toi. Tu aurais peut être du rester à l'infirmerie, rester allongé aurait été une meilleure idée et ça t'aurait évité d'avoir encore plus mal au crâne qu'en allant à l'infirmerie. Tu sens la bandoulière de ton sac quitter ton épaule et, pendant un instant, tu te dis que tu vas répliquer, parce que tu es persuadé que c'est lui qui te l'a enlevé.

Mais ce n'était qu'une impression.

Tu le sens se rapprocher et tu comptes de nouveau. Quatre secondes d'inspiration, quatre secondes d'expiration. Et puis, tu n'entends plus rien. Seulement vos respirations et les pulsations de ton sang dans tes veines. Rien d'autre. Tu te détends irrémédiablement, sans vouloir même le lui cacher. Tu ne pensais pas qu'il allait utiliser son don. Tu pensais pas qu'il allait faire taire tout ce qu'il y avait autour de vous. Le silence est salvateur et déjà, tu as l'impression que ton crâne n'est plus percé au marteau piqueur, ce qui est, en soit, un grand exploit.

— Merci.

Ta voix n'est qu'un souffle et tu ne veux pas qu'elle soit plus. Tu le remercies, là, maintenant, tout de suite, car il n'y a rien d'autres que tu ne puisses faire. Tu enterres la hache de guerre pour le moment, tu lui offres même l'espoir d'une rédemption, peut être.

C'était idiot.

Toute cette dispute était idiote.

Mais tu avais été... blessé. Trahi. Un peu comme brûlé à vif par ses simples mots d'une curiosité enfantine. Et tu lui en voulais, tellement. De ne pas avoir su réagir, de ne pas avoir compris, de n'avoir compris que trop tard. Tu lui en voulais tellement et toi, toi ta rancune était tellement tenace que ça en devenait risible. C'était risible, et pathétique. Un peu comme toi, maintenant. A supplier qu'il te laisse tranquille parce que tu n'es plus capable de lui en vouloir en ce moment même. Comment lui en vouloir alors qu'il fait tout pour se faire pardonner ? Comment lui tenir rancune alors qu'il est là, à utiliser les quelques précieuses minutes de son don pour toi ? Comment lui en vouloir alors qu'il a été cet ami, ce colocataire pendant toute sa première année, puis pendant les quelques premières semaines de sa deuxième ?

Mais tu te dois de lui en vouloir. Parce que tu ne peux pas céder, comme ça. Tu ne peux pas lui dire qu'il est pardonné parce que c'est faux. Tu ne lui pardonneras jamais, parce que tu ne pardonnes pas. Tu n'es pas de ce genre de personne qui pardonne, bien au contraire. Tu ne pardonnes jamais, et tu n'oublies jamais. Tu es de ces personnes qui disent qu'elles nous laissent une seconde chance, qu'il n'y en aura pas de troisième, tu es de celles qui n'oublient jamais et qui ne pardonnent pas.

En aucun cas.

Et il ne faisait pas exception à la règle. Tu n'étais juste pas encore prêt, en fait. Pas encore prêt à faire face, pas encore prêt à lui dire que, oui, tu lui laissais une autre chance, mais que non, tu ne lui avais pas pardonné. La nuance était mince, mais elle était là.

Mais aujourd'hui, la nuance a disparu, et, pour la première fois de ta vie, tu as envie de pardonner.


HRP : Rory il s'en veut un peu, quand même. Un peu.



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Mar 12 Juil - 15:10
C’était la bonne décision. Celle qui n’écrase pas des tonnes d’œufs en moins d’un centième de seconde, celle qui n’apporte pas d’hurlement ou de haine en plein la figure. Une décision qui rendait presque tout cette histoire reposante d’un coup. Le silence était reposant de base. Il n’avait qu’à voir les effets positifs de ses silences avec son ami blond anonyme. Puis même là tout de suite Rory à l’air nettement plus détendue, comme s’il avait enfin un poids sur les épaules en moins

Lui offrir ses dernières minutes de magie était la bonne décision à faire. Même s’il n’en aurait pas pour tout le trajet. Même si c’était fatiguant. Même si ça ne servait à rien. Ambros le fixe pendant qu’il se détend et se dit que toute cette stupide situation n’aurait même pas lieu d’être s’il n’avait pas voulu savoir. S’il avait réfléchit avant de demander. S’il n’avait jamais su à la base. S’il avait eu de l’expérience. Si … Trop de si dans toutes ses hypothèses, rien n’aurait vraiment pu être différent en fait. Il était trop lui pour ne pas poser la question. Il ne pouvait pas refaire le monde et même s’il avait eu voyage dans le temps comme magie il doutait fortement que son utilisation aurait pu changer quelque chose à toute cette histoire.

Une bouffé d’espoir frai entra directement dans ses poumons pour se répandre dans l’ensemble de son corps au remerciement des plus inattendues pour le coup. Il aurait presque parié sur de nouvelle menace que sur cela. Ça rendait presque du coup son geste indispensable et épique. Cet espoir s’accrocha à son ventre pour le tirer à en faire plus, mais en même temps sa tête lui hurlait que ça ne signifiait rien du tout aussi. Ça ne changeait rien. Rory était complétement abrutit par sa douleur simplement, tout ce qui sortirait de sa bouche ne serait pas à prendre au sérieux. Enfin les gestes de simili pardon ou remerciement. Les insultes et reproches ça il ne faisait pas de soucis sur le faire que son ainé s’en rappellerais parfaitement bien le lendemain ou même dans les dix prochaines décennies à venir.

Il retient un soupire de franchir ses lèvres. Pas de bruit. Il ne fallait pas casser cela. Pas maintenant. Pas alors que les précieuses minutes qu’il avait défilaient vers leur morts doucement. Seulement il était toujours dans le vague a de quoi faire du corps de Rory, parce qu’il fallait l’avouer un merci ça ne voulait toujours pas dire « C’est bon mec, je suis à moitié mort, tu as l’autorisation de me toucher pour au moins me remettre sur pieds. ». Peut-être que ça voulait dire cela, mais il n’avait pas pris l’option décryptage de langue caché derrière un merci en seconde langue. En plus avec le brun il n’arrivait jamais à savoir jusqu’où il pouvait aller ou non.

Il fit du coup un simple pas en avant en réfléchissant à la suite de ses mouvements à faire toujours avec prudence. Ne pas le toucher, ne pas parler, ne pas faire de bruits. Il devait bien pouvoir faire quelque chose en respectant cela. Il se pinça les lèvres et doucement tira sur la lanière du sac de Rory comme pour lui demander l’autorisation silencieuse, sans le toucher de pouvoir au moins lui porter cela.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Mar 12 Juil - 18:05

 are you sick ?

feat. Ambros L. Sean
music


Il est le créateur de ta sérénité, le sauveur de ton cerveau malmené. Avec ce silence artificiel, cette complicité factice, le temps de quelques courtes minutes qui s'évanouiront dans la nuit une fois que tu te seras remis, tout paraît simple, voire naïf et naturel, comme deux enfants qui courent dans les champs, sans penser à la terre aride à des kilomètres d'eux, sans penser aux radiations et aux cancers qui les rongent, voraces et vicieux. A l'instant, il est ton sauveur, le miséricordieux. Tu oublies qui tu es, tu respires, la bouche entrouverte, quémandeur d'air pour alimenter ton cerveau qui brûle et se consume seul, comme une maladie auto-immune.

La lanière tire un peu sur ton bras et tu soulèves tes paupières qui te semblent si lourdes. Tu aurais pu t'endormir sur ce banc inconfortable, il aurait pu être ton lit pour quelques courtes heures. Tes yeux, couleur ophite tirant vers le jais, examinent les siens. Ils semblent te dire qu'il faut y aller, qu'il faut que tu te couches dans un lit, un vrai. Ils semblent te dire beaucoup plus de choses, aussi, mais tu n'as pas envie de comprendre tout le reste.

Tout.

Tout ce qu'il veut dire, tout ce que ses yeux veulent dire, tu l'ignores, tu le chasses en hochant doucement la tête. Tu ajustes la lanière de ton sac sur ton épaule et tu te lèves, soupirant doucement.

— Allons-y.

Les quelques syllabes ne te vrillent pas le cerveau et tu sais que c'est déjà un bon point, un bon point pour ta migraine incessante. Tes pieds avancent, solitaires, et tu ne fais que les suivre, lentement, ils te portent sans que tu ne leur ordonne et tu n'as qu'une envie : te laisser tomber dans un lit. 


HRP : maaaaah



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Mar 12 Juil - 18:36
Ça a recommencé. Tu devrais avoir l’habitude pourtant. Ce n’est pas comme si c’était la première fois, ni même la dernière. Ce n’est pas comme si tu ne l’avais pas chercher ou si tout allait te tomber tout cru dans la bouche. Franchement tu t’attendais à quoi ? Qu’il te laisse son sac ? Comme cela ? Alors qu’il est plus têtu qu’une mule. Qu’il se laisse porter comme une princesse ? Tu ne serais pas capable de porter la moitié de son poids. Ton espoir dans le pardon, même celui que tu offres est presque hilarant, presque si ça ne te faisait pas si mal aux tripes à chaque rejet que tu reçois, encore.

Ambros fixe les yeux de Rory ou bien est-ce lui qui le fixe ? Il n’en sait trop rien, sa propre conscience du moment semble biaiser. Il y a crus quelque millième de seconde, mais bien rapidement et aussi vite que le reste des coups moral que lui fait son ancien amie cela éclate en mille morceau. Son regard marron, couleur merde comme avait dit un des homme souhaitant avoir un peu plus que les draps de sa mère sans rien avoir au final, regarde l’autre se redresser pour reprendre sa route tout en remettant correctement la lanière de son sac contre lui. Ses pas avançant doucement, le blond restant quelque secondes séché en arrière face au geste. Une tête de chiot abandonner sous la pluie sur le visage et il se relève pour suivre. Toujours sans un mot.

Ce n’est pas grave. Il ne peut pas savoir que ça te fait si mal de ne servir à rien. Il ne peut pas savoir que tu te sens comme une flaque de boue écrasé par les passants à chaque nouveau rejet. Tu ne veux même pas croire qu’il le fait exprès. Trop naïf. Trop con. Tu l’as toujours été avec tes proches de toute manière. Il en est un, même s’il le refuse. Ce n’est pas comme s’il avait son mot à dire dans tes décisions de qui est important pour toi ou non. Vous êtes deux égoïstes et cette pensée sur votre point commun sur cela te redonne un peu le moral. Il ne te faut pas grand-chose. Vous en avez d’autre de points communs dans la boites mises de côté, c’est simplement toi qui a foutu un coup de pied dedans avec tes stupides questions.

Il secoua fortement la tête pour se reprendre et le blondin en deux enjamber se remet à niveau de son camarade de chambre, légèrement en retrait comme s’assurer qu’il le rattrapera s’il chute en arrière, comme pour qu’il ne le voit pas dans son champs de vision. Son crâne commence à lui faire légèrement mal aussi et il sait qu’il va devoir compter les minutes suivantes avec cette douleur qui augmente petit à petit. Il n’a jamais aimé faire de la magie de façon longue. Par petite dose il gère, plus grand ce n’est pas son truc. Il va devoir s’entrainé à cela, mais pas aujourd’hui, ni maintenant. Là il va devoir serrer les dents tout simplement et suivre le rythme face à lui. Il pousse tout de même un grognement en se massant légèrement le crâne, son empathie de plutôt lui donne simplement l’impression que c’est plus important que ça ne l’ait.

Tu vois bien que tout cela est stupide. T’es même pas capable de rester silencieux.

Stupide et ça le fait déjà chié si le simple grognement non voulu brise le calme offert à Rory. A croire que là tout de suite il faudrait que le monde s’incline face à lui. Une bouffé de haine remonte et il se mord la lèvre inférieure au sang pour la faire passer. Ce qu’il déteste et adore en même temps les effets en décalé de l’empathie sur lui. A croire qu’il n’a jamais été autant vivant qu’en l’utilisant régulièrement. Stupide gamin.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 438
Âge du personnage : 19
Année d'étude : IV
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Mar 12 Juil - 18:55

 are you sick ?

feat. Ambros L. Sean
music


Si tu devais te définir, tu choisirais tout sauf l'adjectif silencieux. Au contraire, tu es bruyant, dans tes gestes, dans tes paroles, dans tes expressions. Même quand tu ne parles pas, tu es bruyant : tes doigts pianotent, pincent les cordes, créent, tambourinent. Tu n'es pas silencieux, le silence n'est pas fait pour toi. Le silence t'étouffe, te tue à petit feu sans que tu ne saches pourquoi, il t'empêche de respirer, bloque l'air dans ta gorge, dans tes poumons.

Tu entends ses pas, derrière toi, bizarrement lourds, bizarrement lents. Il te suit, à quelques pas derrière toi, assez loin pour ne pas que tu puisses lui balancer ton bras dans la figure, mais assez proche pour te rattraper si tu tombes à la renverse. Tout est mécanisé, joué à la perfection comme dans une pièce de théâtre dramatique. Tu l'entends grogner et tu te mords la lèvre. C'est ce même grognement que tu fais, quand tu as mal à la tête, quand ton cerveau commence à bouillonner.

Tu peux lui dire d'arrêter, que ça va mieux.

C'est un doux-mensonge. C'est faux, tu as toujours la tête en vrac, pire que lors d'un retour de soirée beaucoup trop arrosé, mais tu ne veux pas qu'il se choppe une migraine aussi : deux migraines pour le prix d'une, c'était tout sauf ce que tu voulais. Puis après, tu allais te sentir mal. Alors tu te stoppes, te retournes et le regardes, le fixant.

Et tu lui souris.

Légèrement.

A peine.

— Tu peux arrêter. Ca va mieux.

Et tu te retournes de nouveau, ton sourire disparaît aussi vite qu'il est apparu et tes pas s'accélèrent. Tu veux rentrer, et dormir, pour pouvoir repartir en guerre demain.

Oui. Demain, tu repartiras en guerre, mais ce soir, c'est la trêve.


HRP : maaaaah



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajisai

Messages : 217
Âge du personnage : 18 ans
Année d'étude : 2ème
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: Are you sick ? [PV : Rory] Mer 13 Juil - 15:10
Il va mieux.

T’a entendue ? T’a vue aussi ? Ça faisait combien de temps qu’il ne t’avait pas souris comme cela même pour de faux. Longtemps. Trop longtemps, mais c’est dommage les paroles qui vont avec tu les déteste trop pour te réjouir de ce geste. Tu vois ça ne suffisait pas que tu le suives simplement comme un pauvre chiot, sans avoir le droit de rien dire, sans pouvoir le toucher ou encore même lui porter son stupide sac. Tu ne devais pas te sentir assez inutile comme ça il en fallait plus. A croire que cela amuse Rory de te faire sentir pire qu’une merde. Il t’aurait cassé un bras ça t’aurais moins fait à mal.

Deux phrases, anodine, simple, basique, à vomir surtout. Ambros savais parfaitement qu’il n’allait pas mieux, que c’était un odieux mensonge qui hurlait plus comme une demande d’arrêter encore une fois d’apporter la moindre aide. Un autre rejet, un autre coup en plein dans son estime en son amour propre. Ces deux phrases lui donnaient l’envie de rire jaune bien fort. Un rejet pour lui offrir ses dernière minutes de magie, juste après avoir commencé à avoir aussi mal à la tête, juste après où le fait de continuer ou arrêter ne changerais rien à sa migraine futur.

Il va mieux.

Tu te stop dans ta marche, regarde le dos de Rory lèche le sang sur sa lèvres inférieur plus pour appuyer sur sa blessure qu’autre chose. La douleur est un point d’encrage suffisant pour ne pas hurler de frustration. Il ne te reste maintenant à tout casser plus que cinq voir peut-être six minutes et arrêter maintenant ne te donnerais qu’une envie de vomir des plus littérale pour le moment. Obéir est certainement la bonne décision, tu l’aurais peut-être fait si déjà Rory ne te crachait pas à la gueule pour chaque tentative de main tendue. Puis même il y a truc encore plus horrible dans cette histoire, encore plus désastreux que toi ne pouvant pas être utile à autruit, c’est que pour le coup ce silence est aussi bon pour toi pour rester calme et prévenir une douleur trop importante qu’est celle de ta migraine.

Il va mieux.

Tant mieux pour lui aurait envie d’hurlé le blondin alors que ses jambes reprennent la suite de celle de son camarade de chambre. Il ne le fait pas car il ne souhaite pas perdre, se montrer plus mature, croire qu’il y a une chance que ça soit une simple blague, qu’importe la raison l’important c’est que l’envie est là, mais l’acte ne passe pas. Il ne stop pas sa magie et suit Rory sans ajouter. Il va simplement prendre sur lui et faire comme s’il n’avait pas entendu.

Il va mieux.

C’est cool, parce que toi plus cela avance moins tu te sens mieux.


níl a fhios ag aon duine cá bhfuil fód a bháis




Voir le profil de l'utilisateur
Are you sick ? [PV : Rory]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Shinrin Yoku :: HRP :: Archives :: Rp terminés-

Sauter vers: