AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Fear is the world weakness — Anna Saito. [over]
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Fear is the world weakness — Anna Saito. [over] Dim 10 Juil - 18:30
Anna Saito

never look down, no matter what

Âge ■ 28 ans.
Date de naissance ■ Douze décembre.
Lieu de naissance ■ Londres.
Nationalité ■ Japonaise|Anglaise.
Groupe sanguin ■ Type A.



Carte du personnel

Poste ■ Professeur de défense contre les Yajuus.
Parcours suivi à l'institut ■ Forces spéciales.
Ancienneté à l'institut ■ Trois ans.
Difficulté présumée des examens ■ Hardcore — peu théorique.
Sévérité présumée des sanctions ■ Cataclysmique.
3 capacités bonus ■ Ténèbres — Feu — Télépathie.
3 capacités malus ■ Rangement immédiat — Bulles — Anesthésie .


Caractère

Tu es bien loin de l'image lisse des autres professeurs Anna. Beaucoup de gens se laissent charmer par ton jolie minois, ton allure noble et la manière de parler soutenue que tu aimes tant employer. Mais les apparences sont pour toi un manteau d'une marque de luxe que tu aimes placer sur tes épaules en guise de protection. Qu'il est agréable et amusant de voir les gens trébucher face à ce qu'ils peuvent croire de toi. Cela tu aimes l'user contre les nouveaux élèves qui n'ont pas eu la chance de cerner ton véritable toi. Taquine, c'est sans aucun doute que tu aimes l'être bien que la fâcheuse tendance de chuter dans le malsain ne tarde jamais à se montrer. La frontière est si mince après tout. Ton exigence est-elle aussi une arme bien aiguisée que tu aimes user sans ménagement. Peu de gens ont déjà été digne de te faire réagir ; de manière privée ou scolaire d'ailleurs. Ce charme et cette beauté ne sont réservés qu'au plus talentueux, il va falloir vous y faire.

Pour autant pour toi la perfection n'existe pas et personne ne peut se targuer de la posséder. Tu essaies, souvent de te débarrasser de ce point de ta personnalité mais toujours et à ton grand regret il refait surface. La solitude est ta camarade de toujours, celle qui enlace ton corps et qui guide tes pas. Non pas que tu la choisis mais les barrières de ton esprit sont telles que peu de gens sont susceptibles de pouvoir les franchir pour t'atteindre. La vie a fait que tu te retrouves dans cette situation. Il t'arrive cependant parfois de ne retenir des rictus, des sourires ou même des ricanements dans des moments peu opportuns. Résidus palpables de ton toi passé. Celle qui riait à bien des plaisanteries, qui aimait offrir la joie aux gens qu'elle pouvait croiser. La dureté est ton maître mot et c'est sans sourciller que tu comptes le démontrer. Oui, tu as bien d'autres facettes de ton être à dévoiler mais pour cela, il faudra batailler, espérer ou même rêver de les découvrir un jour ou l'autre car vous pouvez me croire, elles existent.  


Famille

Sept Juillet — 2006 || 21h56
Comment les choses ont-elles pu emprunter une telle tournure ? Habillée de ton uniforme scolaire que tu n'as pas eu le temps de retirer, tu regardes à travers la fenêtre de ta chambre. L'obscurité à l'extérieur t'offre un reflet de toi même à travers le carreau, une image aussi floutée que ton état d'esprit de l'instant. Les bras le longs du corps tu attires tes manches le plus proche possible de tes poignets squelettiques, du bout des ongles tu les tires, tel l'unique moyen de traduire ton angoisse. Ta respiration, elle, ne prend pas la peine de te ménager, ta poitrine s'agite, l'inspiration est compliquée, comme si un sac plastique venait souiller ton faciès angélique. Les choses ne s'arrangent pas, loin de là. Le puzzle que tu te targues d'appeler ta vie se disloque, les moindres pièces venant habiller le parquet de ta chambre si enfantine.

Envahit par les tremblement, ton corps parvient à s'extirper de cette paralysie soudaine. Même l'aphasie qui te frappait semble s'envoler tandis que ton esprit enlacé par la peur te remet sur le droit chemin. « — Maman ? » parviens-tu à prononcer du bout des lèvres. Où est-elle cette famille ? Celle que tu chéris tant ? Des années que les tiens vivent à Londres, profitant du métier de ton paternel Anglais, ce dernier étant un homme politique connu et reconnu pour ses décisions importantes et sages. Lui qui n'est que de sang Mon, il ne peut comprendre ce que tu ressens, c'est ce que tu te dis. Pensée impardonnable. Celle qui t'a donnée la vie, elle est une Magi capable de bien des prouesses, tu sais ce qu'il y a savoir de par sa présence. Tu ne manques de rien Anna. Tu ne manquais de... rien. Et tu n'es pas la seule dans cet état.

Ton frère aîné  tu ne sais comment aborder l’innommable avec lui. La pièce paraît se refermer sur ton corps, la solitude venant enlacer tes épaules bien frêles. Elle est partie à la recherche de ton père, elle a promis qu'elle ferait son possible pour revenir avec lui et les autorités nécessaires à la protection des tiens. Naïveté. Tu l'as voir mettre son manteau et déposer un baiser sur le front de chacun de vous, ordonnant à ton frère de te protéger, de faire de son mieux. Sa voix paraît déjà s'éloigner, l'écho des mots ne parvenant presque plus à caresser ton âme courbée. La mort verse ses larmes sur la ville, sur ce monde asservi par la peur de l'inconnu. Toi-même tu ne peux croire les avis, les indices sur cette menace masquée sous cette allure monstrueuse.

Sept Juillet — 2006 || 23h02
Des coups de feu. La rue est un véritable champs de bataille, les Mons sont devenus des créatures répugnantes ne souhaitant qu'apaiser l'angoisse par le sang, le sang de ceux dont ils refusent de comprendre l'existence, à présent. Fuir. Tu sens tes jambes tenir avec difficulté ton corps, tes pas sont lourds et tu manques de chuter à maintes reprises contre les dalles trempées par les averses. Ta main enlacée par ton frère, tu fais ce qu'il faut pour ne pas le ralentir. Il est énervé, la rage semble quitter les pores de sa peau. Même la pression de ses doigts contre la paume de ta main est invraisemblable. Le métro, la pénombre.

Un pressentiment assaille ton être. Tes nerfs se crispent sous l'agitation, tu ne peux plus bouger. Les sons autour de toi ne deviennent qu'un capharnaüm insaisissable qui ne fait qu'accentuer ta migraine. D'ailleurs, tes mains viennent appuyer tes tempes, unique solution dénicher par ton esprit afin de calmer cette douleur. Cette nuit est un véritable cauchemar, les dieux vous ont abandonné à votre sort. Avec difficulté tu distingues ton frère recroquevillé dans un coin du tunnel, vous avez réussi à fuir, vous n'êtes plus que tous les deux. Mais... pourquoi cette angoisse ne te quitte-t-elle point ?

Vingt Octobre — 2006 || 15h02
Tout n'est que douleur. Enfermée dans les méandres de ton sommeil tu ne parviens pas à ouvrir les yeux, à émerger de ce comas sans fin. Puis cette voix, l'entente d'un son bien familier à tes oreilles. Ton père est là, même la chaleur de sa main autour de la tienne te paraît possible à être sentie. La vie n'a donc pas totalement quitté ton corps. Tu ressens la force de t'éveiller mais aucun mot ne quitte ta bouche sur l'instant. Le cerveau distingue, il quitte cette hibernation forcée. Tu entends les gens autour de toi te parler, même les larmes dévalant les joues de ton unique parent restant ne passe pas inaperçu à ton attention pourtant usée par ton état.

Tu en finis par te réjouir d'être close dans ce cocon que tu nommes ton corps. Tu ne peux crier, hurler ou même pleurer pour l'instant. Ils ne sont plus, les gens que tu chérissaient ; ta figure maternelle protectrice a été retrouvée sans vie, balayée en un instant. Ton frère lui a été frappé par le fléau de ce siècle. Sa mort est incertaine mais tu es la seule a avoir été retrouvée en vie dans ce tunnel, ton corps enfermé dans ce sommeil bien loin des contes de fée que tu aimais lire. Le temps sera le traitement à ta tristesse car tu te le promets sans aucune modération, tu vas te relever et faire face à l'avenir. Plus jamais tu ne courberas l'échine, toi ou un autre Magi. C'est un serment.


Questionnaire

Vos loisirs — C'est sous cette épaisse fumée de cigarette qu'ils peuvent te distinguer ; toi et ta chevelure ébène, jouant du violon avec prouesse seule moyen pour toi de déverser les flots d'émotions qui te submergent.
Votre division préférée — Aucune, elles ont toutes besoin d'un bon coup de pied aux fesses. Tu le sais tu ne t'en caches pas, ma belle. La généralité tu l’exècres par dessus tout.
Votre couleur préférée — Le noir. Banal ? Peu t'importe.
Votre rêve — Quelle banalité que d'espérer rêver... Voir le plus de Magis survivre serait un minimum pour toi.
Qu'est-ce qui vous a motivés à travailler à l'institut ? — Le manque de réalité planant dans l'air ; cette triste envie des occupants de faire comme si de rien était. L'enfer sera peut-être à la porte, bien plus vite que les gens le croient. Tu te devais de venir secouer la fourmilière.
Quel est votre avis sur le problème des Yajuus ? Votre personnage a-t-il peur de se transformer? Quelle est sa relation avec la magie, est-il pro-magie, anti-magie ou neutre ? — Tu est une magi, jusqu'aux bouts de tes ongles, de tes cheveux à la teinte corbeau. Jamais tu ne tourneras le dos à ce que tu es et les manants essayant de prouver le contraire ne mérite rien de plus que la médiocrité tatoué sur leur peau. Le destin à quant à lui épargner ton être et tu sembles sortie de la spirale infernale, du moins tu l'espères. Non pas que la peur te ferait courber l'échine, mais qui d'autre pourrait te succéder ? Quelle honte que de voir la liste des potentiels prétendants si vide. Calvaire.
Vous assistez à la transformation en Yajuu d'un de vos élèves. Comment gérez-vous la situation ? — Les choses sont prises en main, au sens clair du terme. Il faut quelqu'un avec le courage d'agir et tu te sens cette âme protectrice Anna. Lui ôter la vie ne sera qu'une étape de plus à ton histoire parsemée de bien des annihilations.
Comment êtes-vous à la veille de vos inspections ? — Aucun changement ne semble pouvoir t'affecter. A quoi bon se montrer fébrile face à ces yeux aussi fades que peu utiles. Tu prouveras que tu agis pour le bien des élèves et même si la note finale stipulera ton fort taux de controverse, tu ne t'en insurges pas. Si tu es là, c'est bien que tes actes font leur preuve.
On vous propose d'aller faire la fête, mais vous avez des copies à corriger... Que faites-vous ? — Tu te rends à la fête avec les copies. Il faut bien quelqu'un pour aider à la surveillance et qui d'autre que toi pourrait le faire ? Tu es un peu imbue de toi même la belle.
Vous devez travailler avec des élèves que vous n'aimez pas. Comment réagissez-vous ? — Tu te dois de l'avouer, l'hypocrisie n'est pas un trait de ta personnalité très prononcé, au contraire. Tu seras toi-même, tu feras en sorte que tout soit le plus naturel possible mais parfois, oui souvent tu te laisseras aller à un commentaire acerbe ou mauvais. Tant pis.


Qui c'est qui se cache derrière l'écran ?

Pseudo : Jade. ♥
Âge : 25 ans les gars.
Votre vrai âge : Secret défense.
Comment avez-vous connu le forum ? : Un piège.
Des avis, des suggestions ? : Nop, je me permets de changer pour incarner un professeur pour vous les sales gosses. 8D je me suis même permis de changer l'image de l'avatar #pastapay je vous aime.
Quel est votre smiley stitch préféré ? :  


Dernière édition par Anna Saito le Sam 16 Juil - 1:02, édité 1 fois
avatar
Kinmokusei

Messages : 363
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ième année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: Fear is the world weakness — Anna Saito. [over] Mer 13 Juil - 12:30
Maman ?   Je ne te dis pas bienvenue parce que tu es là depuis le début (bien que ton sexe se soit changé d'une minute à l'autre hoho)
Tu as donc très bien compris le prédéfini et le visage que tu lui procures lui convient tout autant que le premier; ce qui est un charmant point hoho. Ensuite, ton écriture est très fluide, on voit où tu veux aller et pourquoi on y va. C'est logique, ça ne passe pas du coq à l'âne, c'est très bien !
En vrai, quand tu vois ce qu'elle a vécu tu veux juste la câliner très très fort mais eeeeh, je tiens à ma vie alors ça sera un petit coucou de loin, hein Anna. *meurs*

De part ces faits et les pouvoirs qui me sont conférés, je te nomme validée et désormais officiellement membre du


Personnel

Est ton nouveau terrain de jeux !


Du coup je te laisse te rediriger tout seul vers la suite hein.
Voir le profil de l'utilisateur
Fear is the world weakness — Anna Saito. [over]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Shinrin Yoku :: HRP :: Archives-

Sauter vers: