AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue

news box
30.01.2017 : Shinrin Yoku est de retour ! ♥ Un nouveau thème, l'ère Neoboros, refonte des prédéfinis... Venez découvrir notre màj !

contexteShinrin Yoku, institut de magie d'excellence, est prêt à vous accueillir ! Dans une période de crise où vous autres, Magis, êtes les cibles du virus M, Shinrin Yoku vous promet sécurité et encadrement au sein de son île à la pointe de la technologie magique. Vous y serez suivis au quotidien par un personnel compétent et expert dans son domaine - nous sommes après tout les pionniers de la recherche scientifique sur les Yajuus. Médecine magique, Forces spéciales, Métiers de l'art, les parcours proposés sont nombreux et vous assureront un emploi à la fin de vos études, le tout dans un environnement unique en son genre !
top partenaires
Intrigue

Il y a peu encore, Neoboros était un nom qui faisait rêver de nombreuses personnes. Cet organisme nous avait laissé croire que le problème des Yajuus et du Virus M pourrait être résolu grâce à leurs médicaments. Cela aurait pu être une bonne chose. Mais il semblerait que tous les grands noms cachent leur secrets.

Un scandale.On ne s'est rendu compte de rien, alors que sous notre nez. Sous nos nez, les Magis disparaissaient, tous les jours. Nous n'avions plus aucune nouvelle des habitants de Shinrin Yoku. Ils n'avaient plus aucune nouvelle de nous.

Et désormais, Neoboros s'est emparé du pouvoir.

en savoir plus

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

(silvio) little bird come to me; pick me up from the heaven
avatar
Kinmokusei

Messages : 363
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ième année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: (silvio) little bird come to me; pick me up from the heaven Jeu 25 Aoû - 23:24
little bird come to me; pick me up from the heaven

feat. silvio

Un lieu romantique, pour sûr, mais les actes ne sont probablement pas au rendez-vous. Pourtant, si quelqu'un t'avait vu agir en bon petit ninja, il aurait pu se demander pourquoi tu venais de sortir de nul part, attraper Silvio par la main et l'emporter un peu plus loin, derrière un tronc de cerisier. Tu as agis en bonne petite ninja, Chidori, et tu abordes un air fier, de ceux qui te font briller à tes propres yeux. Tu as les mains sur les hanches alors que tu lâches enfin le pauvre blond. Tu ne doutes pas un seul instant, d'ailleurs, qu'il ne doit rien comprendre à ce qui se passe, et tu espères qu'il ne pense pas que tu vas lui déclarer ta flamme inexistante pour ses beaux yeux. Mais de toute façon, te dis-tu, il ne l'entendrait probablement pas. Et là et ton but.
Là est ta bonne action.

Tu as entendu parler de ce pauvre Silvio. C'est quelqu'un de ton groupe qui est venu te le dire, un jour, comme si de rien n'était, en t'annonçant que le pauvre homme était sourd. Et tu l'avais cru. Du coup, tu as eu pitié de lui. Parce que tu te dis que le monde ne l'atteint pas, qu'il est encore pur de toutes choses, que ses oreilles le protègent du mal. Et tu l'as un peu envié, en fait, de ne rien avoir à craindre de ces horribles soins. Mais d'un autre côté, tu as le cœur brisé qu'il ne puisse jamais entendre le son des vagues, ou même des oiseaux dans les arbres, ou pire encore, la phonétique des mots. Surtout que tous les autres autour de lui ne semblaient en rien s'en rendre compte, lui parlant comme s'il pouvait tout comprendre. Eux, tu les haïssais, en fait, parce qu'ils ne se rendent sûrement pas compte dans quelle douleur vie Silvio, pauvre petit Silvio.
Tu lui as déjà fait le coup deux fois, d'ailleurs.

Là, il s'agit de la troisième, et comme d'habitude, tu fais bien en sorte que personne ne vous voit. Tu ne lui as pas demandé son avis pour le kidnapper – car il s'agit d'un kidnapping – car tu sais très bien qu'il n'entendrait rien, ou mal, et que de par ce fait sa réponse n'aurait pas grand sens. Et cela te brisait le cœur. Comme quoi, tu as toujours un cœur malgré ce que les autres disent, et tu n'as guère peur de l'utiliser un peu pour Silvio, te disant qu'il n'a pas du entendre les rumeurs sur cette femme de glace que tu es censée être. Mais toi, ton but, pour lui, c'est de lui apprendre la beauté du monde, et rien que pour ça, cela rend ton cœur bon. Et rien que pour ça, tu te caches.

C'est presque avec un sourire que tu t'apprêtes à agir, et tu lèves une main vers le ciel, ou tout du moins vers l'arbre au-dessus de toi. Tu as toujours ce regard de fierté sur toi, et tu as tends ton doigt comme une star. Et vient le mot. Le seul mot, parce qu'une phrase, ça pourrait être trop compliqué à entendre.

— Cerisier.

Tu n'as jamais autant articulé et parlé fort. Et soit-disant passant, cela n'a pas de sens, cela ne veut rien dire et dieu sait que tu pries pour que personne ne te voit même si tu es plus qu'heureuse de pouvoir aider Silvio face à ce monde aveugle de son mal. Le pauvre Silvio.
Mais bon, ce n'est pas comme s'il était juste mal entendant, n'est pas Chidori ?



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sumire

Messages : 161
Âge du personnage : vingt ans.
Année d'étude : cinquième année.
Groupe sanguin : AB

MessageSujet: Re: (silvio) little bird come to me; pick me up from the heaven Ven 26 Aoû - 0:37


Elle t’avait kidnappé et t’avait absolument rien compris. Mais alors vraiment rien. Genre c’était comme une tornade qui t’avait pris dans son centre et t’avait tout d’un coup téléporté dans un autre endroit. Dire que tu étais sonné et que tu tentais désespérément de remettre en place tes idées étaient un euphémisme. Parce que ouais, clairement, t’avais rien compris.
Que dalle mon frère, que dalle ouais.
T’étais juste en train de te promener dans les couloirs en mode tranquille de la vie, pour une fois. Tu voulais juste profiter un peu du silence de la vie – pour une fois que tu voulais rester au calme, que tu avais juste envie d’aller bouquiner au soleil, voilà qu’elle venait t’emmerder. T’avais rien compris, et bordel, ce n’était pas la première fois. La première fois avait peut être était la pire, à vrai dire ; elle était venue te voir et t’avait parlé comme si tu étais un dégénéré mental. Et quand tu avais essayé de lui parler, de lui demander ce qu’elle foutait, elle t’avait mis le doigt sur la bouche et d’un air désespéré t’avait presque dit que tu n’avais besoin de ne rien dire, qu’elle comprenait tout à fait.

Mon cul, ouais. Elle comprenait que dalle, et tout ce que tu avais envie de faire désormais c’était de fuir dès que tu la voyais. Une première rencontre comme ça, tu passes l’éponge sans souci. Mais une deuxième rencontre, qui s’était déroulée de la même manière. Non, tu ne peux juste pas. A ses yeux, tu as l’impression d’être un véritable idiot – bon, pas que tu l’es pas, mais pas dans ce sens là-, tu as juste l’impression qu’elle te traite comme si tu étais malade, comme si tu étais à ses yeux un bout de monde tellement triste et désespérant qu’elle doit te traiter comme un enfant, comme un bébé, comme si tu ne savais pas parler, comme si tu ne comprenais pas. Tu as bien vite finipar abandonner l’idée de lui expliquer quoi que ce soit, et lors de votre seconde rencontre tu l’as tout simplement laissé faire ce qu’elle voulait – qu’elle te parlait comme ça lui chantait, tu n’en avais rien à faire. Tu voulais juste t’échapper, arrêter de souffrir de cette abominable blague ; car oui, à tes yeux, il ne s’agit rien de plus qu’une blague. Une blague de mauvais goût, que tu n’apprécies pas du tout, mais que tu as préféré subir une fois afin qu’elle cesse toute seule, plutôt que d’essayer de la raisonner – tu sais que ça n’aurait servi à rien de toute façon, elle semble bien trop encrer à ce qu’elle pense et à ce qu’elle fait. Une vraie tête de mule, en somme. ‘Parle à mon cul ma tête est malade’ résume assez bien ce que tu penses d’elle, après tout. Ouais, ouais. Pas mal. Mais dans tous les cas, encore une fois, tu la laisses te traîner quelque part, tu ne sais vraiment pas où elle peut t’emmener – et surtout, pourquoi ? Comme la dernière fois, et la fois encore avant, elle s’est toujours débrouillée pour te parler quand il n’y avait personne autour. Elle a peur de se faire chopper à bully un autre élève ou bien ? Non, vraiment, plus tu y réfléchis, plus te dit qu’ici, dans l’histoire, ce n’est pas toi le cinglé, mais c’est bel et bien elle. Parce que tu ne comprends vraiment rien à ses actions, et peut être même que c’est mieux ainsi.
Sûrement, même.

Mais dans tous les cas tu la laisses faire, tu la laisses t’emmener près de ce cerisier, tu la laisses inspirer et expirer avant de se décider à te parler. Avec un seul mot en plus. En vrai si tu étais dans un manga là maintenant tout de suite, tu aurais très probablement les veines qui ressortiraient de tes cheveux ou de ton front, avec une expression qui résume parfaitement l’envie de tuer. Et pourtant tu tentes de te calmer, de te dire que c’est bon, ça va aller, qu’elle ne veut peut être pas être méchante mais juste s’amuser un peu. Alors tu la regardes avec un regard en biais, un de ceux qui sont un peu de travers, un de ceux qui dit clairement que tu penses qu’elle est une idiot, et à ton tour tu te mets à parler ; « Les cerisiers sont roses, oui. Ceci est un cerisier. J’ai des yeux, tu sais. » Tu hésites à rajouter ‘et des oreilles aussi’ mais tu vas attendre un peu avant de dire quoi que ce soit, afin d’observer un peu plus la situation ; tu ne peux pas dire que tu connais vraiment ses intentions en vous ayant parler en tout et pour tout deux fois. Et bon, parler est un bien grand mot étant donné qu’elle n’a fait que te donner des mots à la suite sans verbes ni sujet. Peut être qu’elle pense que t’es trop con pour ça ? Peut être qu’elle pense que c’est parce que t’es blond ? Parce que t’es sourd maybe ? Sait-elle au moins que tu n’es pas sourd, mais simplement que tu as des oreilles défectueuses ? Apparemment, elle ne sait rien du tout, et elle assume avec ce qu’elle a entendu, ou ce qu’elle a décidé d’entendre, de comprendre.

Dans tous les cas, ton idée d’elle ne changera pas, tant qu’elle voudra te parler comme un dégénéré mental ; tu comprends que l’on puisse avoir pitié de toi en voyant les appareils auditifs dans tes oreilles, mais tu ne t’en es jamais plaint et jamais tu ne te plaindras. C’était ton choix, après tout, de garder cette difficulté, et tu continueras à vivre avec tant que tu le peux. Et ce n’est certainement pas une stupide gamine qui te regarde de haut comme si tu étais la chose la plus triste au monde qui pourra te faire regretter ton choix. Tu ne sais pas encore totalement pourquoi elle te traite comme ça – même si tu penses bien que ça a quelque chose à voir avec ta ‘surdité’ (quand est-ce que les gens comprendront que tu n’es pas sourd, nom de dieu ?!), et rien que pour ça, tu as juste envie de foutre en l’air tes appareils et la laisser réellement parler dans le vide. Alors, là, elle expérimentera vraiment ce que ça veut dire d’avoir un sourd devant ses yeux.
Tant pis pour elle, après tout.
Elle l’aura mérité.

©雲
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kinmokusei

Messages : 363
Âge du personnage : 19 ans
Année d'étude : 4ième année
Groupe sanguin : B

MessageSujet: Re: (silvio) little bird come to me; pick me up from the heaven Mer 23 Nov - 22:56
little bird come to me; pick me up from the heaven

feat. silvio

S'il y avait quelque chose de stupide sur terre, il s'agissait bien de l'esprit humain. Aussi bien le tien, que le sien. Le tien par fait, le sien par ta pensée. Tu pensais que cela allait être simple, que tu allais faire une bonne action et que peut-être il te remercierait – après trois essais, après tout, c'est beau de rêver –. Mais non. Il avait beau s'être laissé docilement trimballer jusque là, il ne semblait pas plus enclin que cela à découvrir le monde. Pourtant, tu étais sûre que tu pouvais être un très bon professeur, il fallait juste qu'il apprenne à te connaître derrière ta coquille.

Sauf que le truc, c'est que tu as très bien compris que ça n'allait pas se passer comme ça. Tu l'as vu à son regard de travers, celui qui t'a hérissé les poils, qui t'a fait mettre tes mains sur tes hanches et que tu as très très mal pris. Non, ça n'allait pas se passer comme ça du tout. Il y a même ton nez qui s'est un peu plissé, ridé, face à ce manque de respect qu'il t'offre. Toi qui voulait juste l'aider un peu, parce qu'il ne semblait rien savoir du monde, tu te retrouvais à te faire juger par lui. Pas bon, pas bon du tout. Tu n'acceptais pas ça, Chidori. Surtout quand plus il parle … normalement ? Un comble de la blague. Tu n'es pas une idiote et tu sais pertinemment ce que cela signifie. Ni d'une, ni de deux, tu reprends ta voix en articulant, une fois de plus, au maximum.

— Pas besoin de réciter des phrases toutes faites, tu sais.

Tu te dis que peut-être, tu aurais pu mieux mâcher tes mots, être un peu plus lente, ou qu'importe, mais pour le coup, tu n'y as pas pensé, parce qu'il a l'air d'être comme n'importe qui, sauf qu'il possède ses appareils, là, qui te montrent qu'il doit être en PLS auditif. Il n'a pas besoin de te mentir, à toi, pas comme Juan. Ah, parce que tu sais, en plus, qu'il traîne avec Juan, ce traître, ce saligaud de première. Et tu te dis que peut-être, il a été assez monstrueux pour lui apprendre de fausses choses, pour lui citer des phrases à lui apprendre par cœur ? Et ton cœur se resserre un peu. Tes yeux se radoucissent et tu te retrouves avec ta main posée sur son épaule, le regard rempli de quiétude, secouant la tête comme si tu comprenais parfaitement ce qu'il se passait.

— Faut. Pas. T'in-quié-ter.

Et puis là, le drame de toute la logique des choses. Tu as tellement l'impression de voir un chiot abandonné face au monde que tu le prends dans tes bras en lui tapotant gentiment le dos. Murmurant des paroles sans savoir s'il comprendra ou non, plus pour toi-même que pour lui.

— Je suis sûre que c'est Juan qui t'apprend toutes ces phrases par cœur, c'est horrible. Si tu savais quel type de personne il est vraiment.

Parce que visiblement, il s'agit de l'un des plus grands drames de ta vie : le cas Juan. Et désormais, il osait jouer avec un sourd. Mais quel monstre. Se faire passer pour une fille : d'accord, peut-être, mais se moquer d'un sourd ? Pas moyen.

[hrp; c'est clairement de la merde ce que je viens de faire mdr J'AI JAMAIS EU AUSSI HONTE]




Voir le profil de l'utilisateur
(silvio) little bird come to me; pick me up from the heaven
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Shinrin Yoku :: L'institut Shinrin Yoku :: Grande Cour :: Allée des cerisiers-

Sauter vers: